Recherche


Avis de lecteurs

Le royaume de Pierre d'Angle n° Tome 1
L'art du naufrage (Pascale Quiviger)

note: 5De la mer à la terre Victoria, MMC - 18 janvier 2020écoutez

Après plusieurs années à voguer sur les mers, le prince Thibaut rentre sur sa terre natale, le Royaume de Pierre d'Angle, réputé neutre et paisible. Une apparence bien trompeuse à [...]

Cari Mora (Thomas Harris)

note: 4Un retour gagnant Céline - 12 janvier 2020écoutez

Douze ans d'absence pour Thomas Harris mais ça valait le coup, ce roman est vraiment très bien écrit, avec une histoire prenante.
Entre mystère, complot, mafia, etc ... L'histoire est très [...]

Possession (Paul Tremblay)

note: 4Très bon roman Céline - 4 janvier 2020écoutez

Un très bon roman qui inscrit le rite de l'exorcisme et la possession dans un cadre plus moderne. Avec l'influence des médias, etc ...
Ce livre est très prenant, l'histoire évolue [...]

La maison allemande (Annette Hess)

note: 5Un roman de mémoire et d’émancipation FM - 4 février 2020écoutez

Situé au début des années 60 en Allemagne, ce roman nous attache au parcours d’une jeune femme, Eva. Fille d’aubergistes, elle est devenue traductrice, notamment du polonais. Cette compétence la [...]

Comment devenir un optimiste contagieux (Shawn Achor)

note: 5L'avantage du bonheur Diane - 11 décembre 2019écoutez

Shawn Achor, psychologue et professeur à l'université américaine de Harvard, nous questionne : faut-il réussir pour être heureux ou être heureux pour réussir ? Les recherches en neurosciences menées depuis [...]

Sorcières (Mona Chollet)

note: 5Tremblez, les sorcières sont de retour ! Victoria, MMC - 31 janvier 2020écoutez

Mona Chollet, journaliste au Monde diplomatique, signe un texte féministe qui arrive à point nommé après l'éclatement de l'affaire Weinstein et les vagues du mouvement #MeToo !

Contrairement à ce que [...]

Henry Wilcoxon

 
Henry Wilcoxon. Source: Wikipedia

Henry Wilcoxon (né le en Dominique (Empire britannique), mort le à Los Angeles (Californie) est un acteur et producteur.

Biographie

Harry Frederick Wilcoxon naît le à Roseau, capitale de la Dominique. Son père, Robert Stanley Wilcoxon (appelé "Le bronzé"), est directeur de la Banque coloniale en Jamaïque. Sa mère, Lurleene Minuette Núñez de Córdoba, avait été comédienne-amateur de théâtre.

Enfance

Le texte suivant est un résumé de l'enfance d'Henry (Harry) et de son frère Robert Owen Wilcoxon (Owen), extrait de son autobiographie.

« Harry a environ onze mois et son frère, quatre ans, quand leur mère meurt subitement (mystérieusement, pour ses enfants). Leur père les envoie en Angleterre, sa propre mère ayant refusé de prendre ses petits-enfants chez elle à cause d'une mauvaise santé.
« Le père met une petite annonce dans les journaux pour chercher une famille d'accueil, et les deux frères sont envoyés chez la première famille qui s'est manifestée. Là, Harry et Owen y sont enfermés dans une pièce du grenier et sont nourris avec des restes ; l'argent et les vêtements qu'ils avaient à leur arrivée sont utilisés uniquement pour les propres enfants des parents d'accueil. Harry et Owen vivent dans des conditions épouvantables : ils ont des poux, Harry souffre de rachitisme, et Owen contracte un bégaiement et des crises d'épilepsie qu'il aura toute sa vie.
« Même lorsque la maltraitance est découverte, ni le père ni la grand-mère des enfants ne voudront les reprendre : les deux garçons sont envoyés à un orphelinat ; ils y seraient restés si une charitable famille d'accueil, les Stewart, n'avait entendu parler de leur infortune et avait offert de les prendre chez elle. La famille Stewart, composée principalement de sœurs célibataires, habitait une grande maison à Acton, à Londres, et recueillait les enfants abandonnés. La plus jeune des sœurs, Ruth, prend soin d'Owen tandis que Sara, la sœur aînée, prend en main Harry, qui avait un comportement terrible. Elles leur demandent de les appeler "tantes", leur apprennent les bonnes manières, les envoient au catéchisme, les aident dans leur travail scolaire ; l'on pose un appareil orthopédique aux jambes d'Harry.
« Au bout de quelques années, le père des garçons rentre des Indes occidentales avec une nouvelle épouse, Rosamund (née Richards) ; il reprend ses enfants. Harry a alors sept ans et Owen, presque dix. Leur père les ramène à Bridgetown, capitale de la Barbade. La vie avec leur père et « cette femme Rosa » n'est pas heureuse. Harry est envoyé au collège Harrison College (Barbade). À l'âge de quatorze ans, il est champion de nage sous-marine de la Barbade et suffisamment doué pour devenir plongeur-récupérateur d'épaves. Puis il est envoyé au lycée Woolmere à Kingston, capitale de la Jamaïque. À la fin de la guerre, en 1918, le père envoie Harry au pensionnat Ashford dans le Kent, en Angleterre, et Owen, sur les mers « afin d'en faire un homme ». Chaque année, Harry passera toutes les vacances d'été au pensionnat ; il était quelquefois autorisé à rendre visite, le temps d'un week-end, à ses « tantes » Stewart. »

Famille et amis connaissaient Harry et Owen sous les noms de « Biff » et « Bang » à cause de leur adresse à se battre, adresse acquise au cours de matchs de boxe amateur.

Carrière au cinéma

À la fin de ses études, Harry Wilcoxon est embauché par Joseph Rank, le père du producteur cinématographique britannique J. Arthur Rank, puis travaille chez des tailleurs londoniens de Bond Street, Pope et Bradshaw. Wilcoxon fait une demande de visa pour travailler comme chauffeur aux États-Unis ; on la lui refuse. Il se tourne alors vers la boxe et la comédie.

C'est en 1930 qu'il fait ses débuts au cinéma dans le film The Perfect Lady. Jusqu'en 1934, il tournera dans huit films britanniques. Alors qu'il joue une pièce de théâtre, Eight Bells, en 1933, un découvreur de talent de la société cinématographique américaine Paramount Pictures lui fait faire un bout d’essai qui sera vu à Hollywood par le célèbre producteur et réalisateur Cecil B. DeMille. Emballé, celui-ci lui donne aussitôt le rôle majeur du général romain Marc Antoine dans sa superproduction de 1934, Cléopâtre, au côté de la grande star du moment, Claudette Colbert. Le film sera un très grand succès. En 1935, il est Richard Cœur de Lion dans une autre superproduction réalisée par Cecil B. DeMille : Les Croisades. Mais le film est un échec, avec un déficit de 700 000 dollars. Dès lors, la carrière de Henry Wilcoxon stagne. Même s'il joue dans de nombreux films, ce sont des productions de série B.

En 1936, il épouse Sheila Garrett Browning dont il divorce très vite. En 1938, il se remarie avec Joan Woodbury (1915-1989), qualifiée par le critique de cinéma Don Daynard d' « actrice de second ordre ».

Quand éclate la Deuxième guerre mondiale, Henry Wilcoxon s'engage dans la Garde côtière des États-Unis (United States Coast Guard). Il y servira jusqu'en 1946 et obtiendra le grade de lieutenant.

Filmographie

comme acteur

comme producteur

Notes et références

Liens externes

  • (en) Henry Wilcoxon sur l’Internet Movie Database
  • Portail du cinéma
  • Portail de la République dominicaine

Licence Creative Commons Ce contenu est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Henry Wilcoxon de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

DVD

Afficher "Samson et Dalila"