Recherche


Avis de lecteurs

Comment devenir un optimiste contagieux (Shawn Achor)

note: 5L'avantage du bonheur Diane - 11 décembre 2019écoutez

Shawn Achor, psychologue et professeur à l'université américaine de Harvard, nous questionne : faut-il réussir pour être heureux ou être heureux pour réussir ? Les recherches en neurosciences menées depuis [...]

After n° 5
After ever happy (Anna Todd)

note: 3Une fin mitigée Céline - 4 janvier 2020écoutez

Personnellement j'ai été un peu déçue en lisant ce dernier tome, autant on nous a vraiment détaillé la relation entre Tessa et Hardin durant 5 romans et là, on nous [...]

Possession (Paul Tremblay)

note: 4Très bon roman Céline - 4 janvier 2020écoutez

Un très bon roman qui inscrit le rite de l'exorcisme et la possession dans un cadre plus moderne. Avec l'influence des médias, etc ...
Ce livre est très prenant, l'histoire évolue [...]

Circé (Madeline Miller)

note: 5Vous reprendrez bien un peu de mythologie grecque ? Victoria, MMC - 19 décembre 2019écoutez

De Circé, on retient en général qu’elle est cette magicienne transformant en cochons les compagnons d’Ulysse dans l’Odyssée. En la plaçant au cœur de son récit, Madeline Miller lui redonne [...]

Le royaume de Pierre d'Angle n° Tome 1
L'art du naufrage (Pascale Quiviger)

note: 5De la mer à la terre Victoria, MMC - 18 janvier 2020écoutez

Après plusieurs années à voguer sur les mers, le prince Thibaut rentre sur sa terre natale, le Royaume de Pierre d'Angle, réputé neutre et paisible. Une apparence bien trompeuse à [...]

Titan Noir (Florence Aubry)

note: 5La vérité sur les parcs aquatiques Victoria, MMC - 13 décembre 2019écoutez

A travers deux récits croisés, Florence Aubry s'inspire du documentaire "Blackfish" sur l'orque tueuse Tilikum pour dénoncer les conditions de captivité des animaux dans les parcs maritimes à thème.
A la [...]

Pascal Quignard

 
Pascal Quignard. Source: Wikipedia

Pascal Quignard, né le à Verneuil-sur-Avre, est un écrivain français.

Il a été lauréat du prix Goncourt 2002 pour Les Ombres errantes, publié chez Grasset.

Par ailleurs violoncelliste, il a fondé le Festival d'opéra et de théâtre baroques de Versailles. L'un de ses livres les plus connus est certainement le court roman Tous les matins du monde, adapté au cinéma dès l'année de son édition par Alain Corneau.

Biographie

Petit-fils de Charles Bruneau par sa mère, fils de Jacques Quignard, enseignant de lettres et écrivain, Pascal Quignard naît le 23 avril 1948 à Verneuil-sur-Avre,.

Il fait des études de philosophie à l'université de Nanterre, où il obtient une licence[réf. souhaitée].

Son premier livre est un essai, consacré à Leopold von Sacher-Masoch (L'Être du balbutiement au Mercure de France, 1969), qui lui vaut d'être remarqué par Louis-René des Forêts chez Gallimard. Ce dernier l'invite à collaborer à la revue L'Éphémère, qui rassemble notamment Yves Bonnefoy, André du Bouchet, ou encore Philippe Jaccottet, Michel Leiris.

En 1969, à la demande de Paul Celan, Quignard traduit Alexandra, la dernière tragédie grecque du monde antique, écrite par Lycophron. Il devient parallèlement lecteur au Mercure de France et chez Gallimard, où il entre au comité de lecture en 1976. Il publie plusieurs essais, sur Maurice Scève, Lycophron et Michel Deguy, un récit en 1976, Le Lecteur, considéré par certains comme largement inspiré de la pensée de Maurice Blanchot, puis un premier roman, Carus, qui reçoit le prix des Critiques en 1980.

Il publie alors, parallèlement à son œuvre chez Gallimard, divers textes pour de petits éditeurs, comme Le Collet de Buffle, Orange Export Ltd, Clivages, Éditions de l'Amitié, Claude Blaizot, Chandeigne, Patrice Trigano, puis chez des éditeurs plus importants comme Fata Morgana, P.O.L ou Flohic, par exemple.

Gallimard publie deux romans qui le font connaître du grand public : Le Salon du Wurtenberg en 1986 et Les Escaliers de Chambord en 1989. Il devient alors secrétaire général pour le développement éditorial chez Gallimard.

La publication des huit volumes des Petits Traités aux éditions Maeght en 1990, réédités dans la collection Folio en 1991, dévoile l'étendue de ses lectures et semble consacrer son abandon à la littérature seule. Cette même année, il écrit le roman Tous les matins du monde, bientôt adapté au cinéma par Alain Corneau, avec pour interprètes notamment Jean-Pierre Marielle, Gérard et Guillaume Depardieu, et dont il cosigne le scénario. Cette œuvre assoit la réputation de Quignard comme un des auteurs importants de l'époque. Elle suscite en outre l'attrait du public pour la musique de Marin Marais et celle de Sainte-Colombe.

Ce lien entre musique et littérature est aussi très palpable dans les fonctions de Quignard, qui est président du Festival international d’opéra et de théâtre baroques au château de Versailles, qu’il a créé sous la houlette de François Mitterrand. Il préside également le Concert des Nations aux côtés de Jordi Savall entre 1990 et 1993.

L'année 1994 se révèle d'une fécondité littéraire exceptionnelle, et voit paraître Le sexe et l'effroi qui marque une rupture dans la vie et l'œuvre de Quignard. L'écrivain renonce brutalement à toute position dans l’édition. Il démissionne de ses fonctions éditoriales, puis abandonne toute carrière musicale. Il se consacre exclusivement à la littérature.

À la suite d'un accident cardiaque, Quignard est hospitalisé d'urgence en 1997. Cette expérience lui inspire Vie secrète, qui mêle la fiction, la théorie, le rêve, le conte, le journal intime, le roman, la poésie, le traité, l'essai, le fragment, l'aphorisme. Cette nouvelle forme littéraire, héritée à la fois des Tablettes de buis…, des Petits traités, de Rhétorique spéculative, oriente alors de manière décisive son œuvre (« en moi tous les genres sont tombés », dit-il).

Il écrit encore des romans (Terrasse à Rome, qui reçoit le Grand prix du roman de l'Académie française en 2000, Villa Amalia en 2006), mais il déclare avec insistance ne plus vouloir écrire guère que les différents volumes (peut-être vingt ou trente) de Dernier royaume, qui regroupe, recense, résume et recoupe tous les thèmes de son œuvre. Les trois premiers volumes sont publiés en 2002, deux autres suivent en 2005. Le premier volume reçoit le prix Goncourt, associé aux deux autres, après d'âpres discussions ; sa récompense suscite la colère de quelques membres de l'académie et des réactions variées.

En 2005-2006, les Éditions Galilée rééditent l'ensemble des textes rares ou introuvables de son œuvre, dans leur version revue, augmentée et définitive, agrémentée de quelques inédits. Son roman Villa Amalia met en scène un personnage habité par le vœu de tout quitter, de ne plus être soi et d'aller se découvrir ailleurs. C'est aussi un retour à la musique, après la Haine de la musique. Benoît Jacquot adapte le roman au cinéma sous le même titre de Villa Amalia. Elles republient aussi un essai sur Georges de La Tour, déjà publié aux éditions Flohic en 1991.

La problématique actuelle de Pascal Quignard, depuis qu'il a entamé le cycle nommé Dernier Royaume, tourne autour du passé lointain et figé (le Jadis), du passé en mouvement (le sien propre et récent), du conte, du langage (précaire) : « Dire que nous sommes des êtres de langage, comme le fait la société, est profondément faux. […] Nous ne sommes pas des êtres parlants, nous le devenons. Le langage est un acquis précaire, qui n'est ni à l'origine ni même à la fin car souvent la parole erre et se perd avant même que la vie cesse. »

En 2016-2018, Pascal Quignard se met,,

Aperçu de son œuvre

Son œuvre est aujourd'hui considérée comme l'une des plus importantes de la littérature française contemporaine. Elle a fait l'objet de plusieurs études. Le travail de Quignard a été l'objet d'un colloque en 2004 à Cerisy-la-Salle (publié par Galilée en 2005), dirigé par Philippe Bonnefis et Dolorès Lyotard. On peut y lire des contributions de Philippe Forest, Pierre Lepape, Danielle Cohen-Levinas, Michel Deguy, Jean-Luc Nancy, Geoffrey Bennington et Chantal Lapeyre-Desmaison. L'œuvre de Pascal Quignard est complexe,. On peut la situer dans la lignée d'écrivains comme Maurice Blanchot, Georges Bataille, Emmanuel Levinas, Louis-René des Forêts ou encore Gérard Macé.

La permanence des thèmes, leur éventuel ressassement, rendent difficile le découpage de frontières entre genres chez Quignard. Parmi ces thèmes, on peut mentionner: le silence, la lecture, la mort, la fascination ou sidération, l'évocation d'une forme particulière de scène primitive liée à la sexualité; ou encore la figure du jadis.

Pascal Quignard, au micro d'Alain Veinstein lors de l'émission Surpris par la nuit diffusée le 15 octobre 2007 sur France Culture ; Daniel S. Larangé attire l'attention sur la dimension mystique de cette œuvre en fragmentation, déterminant alors les liens qui la relient à la mystique rhénane revue au prisme de la philosophie de l'altérité. En effet le style de l'écrivain se démarque par toute une réflexion sur le morcellement et l'atomisation des êtres et de la langue, aboutissant ainsi à une "théosigie", au silence de Dieu. « En vain se dit-on athée. Bien qu'il faille coûte que coûte s'affranchir des dominants de l'enfance, fuir les tyrans, s'éloigner des dieux, c'est en vain qu'on le prétend. L'imprégnation définit l'inoubliable. Il est très difficile de laisser absolument vide la place de Dieu le Père» ('Performances de ténèbres, p.214).

Les spécialistes de l’œuvre de Pascal Quignard dont Chantal Lapeyre Desmaison et Agnès Cousin de Ravel ainsi que le Groupe de Recherche Identités et Cultures (GRIC) ont organisé du 29 au 30 avril 2013 un colloque international intitulé « Les lieux de Pascal Quignard » à l'Université du Havre. Le colloque a travaillé sur l’importance des lieux physiques et mentaux chez l’écrivain. En juillet 2014, le colloque de Cerisy (sous la direction de Mireille Calle-Gruber, Irène Fenoglio et Jonathan Degenève) lui a été consacré.

Son style et ses thèmes sont si particuliers qu'ils en sont pastichables. Laurent Nunez, dans son roman Les Récidivistes (Payot, 2014), a ainsi composé une centaine de pages "quignardiennes" sur le mythe de Kronos.

Œuvres

Dernier Royaume

Cette œuvre, toujours en cours, développe les réflexions de l’auteur sur ses thèmes privilégiés. Tous les genres se succèdent dans les très nombreux chapitres, contes, notes, listes, essais, fragments de romans, journal, etc.

  1. Les Ombres errantes (Dernier Royaume, tome I), éditions Grasset, 2002 (Prix Goncourt 2002)
  2. Sur le jadis (Dernier Royaume, tome II), Grasset, 2002
  3. Abîmes (Dernier Royaume, tome III), Grasset, 2002
  4. Les Paradisiaques (Dernier Royaume, tome IV), Grasset, 2005
  5. Sordidissimes (Dernier Royaume, tome V), Grasset, 2005
  6. La Barque silencieuse (Dernier Royaume, tome VI), Le Seuil, 2009
  7. Les Désarçonnés (Dernier Royaume, tome VII), Grasset, 2012
  8. Vie secrète (Dernier Royaume, tome VIII), Gallimard, 1997, repris en poche chez Folio-Gallimard, 1999
  9. Mourir de penser (Dernier Royaume, tome IX), Grasset, 2014
  10. L'Enfant d'Ingolstadt (Dernier Royaume, tome X), Grasset, 2018, 272 pages (ISBN 978-2-246-817-932)

Traités

  • Petits traités, Tome I, avec un traité de gravure de Louis Cordesse, Clivages, 1981
  • Petits traités, Tome II, Clivages, 1983
  • Petits traités, Tome III, Clivages, 1984
  • Petits traités, Tome I à VIII, avec des dessins d’Aki Kuroda, Maeght, 1990

Récit

  • Le Lecteur, éditions Gallimard, 1976 ; Gallimard folio, 2014
  • La Raison, le Promeneur, 1990
  • Tous les matins du monde, Gallimard, 1991

Romans

Nouvelles

  • Le Petit Cupidon, Galilée, 2006

Contes

  • Éthelrude et Wolframm, Galilée, 2006
  • Le Secret du domaine, illustrations de Jean Garonnaire, Éditions de l’Amitié, 1980 : repris chez Galilée en 2006 sous le titre L'enfant au visage couleur de la mort
  • L'Enfant au visage couleur de la mort, Galilée, 2006
  • Triomphe du temps, Galilée, 2006
  • Princesse Vieille Reine, Galilée, 2015
  • Le Chant du marais, Chandeigne, 2016.

Essais sur la littérature

  • L'Être du balbutiement, Mercure de France, 1969 (Essai sur Sacher Masoch) 2nde édition 2013 avec une Postface
  • La Parole de la Délie : essai sur Maurice Scève, Mercure de France, 1974
  • Michel Deguy, Seghers, 1975
  • Le Vœu de silence: essai sur Louis-René des Forêts, éditions Fata Morgana, 1985, repris chez Galilée, 2005

Art

  • Cécile Reims grave Hans Bellmer, éditions du Cercle d'art, 2006
  • Une vie de peintre, Marie Morel avec Marie Morel, éditions Galerie B.Pont-Aven et Les amis de Marie Morel, 2014
  • Babahoum de Mogador, avec Emilie Champenois, éditions Lelivredart, 2014

Autres

  • Alexandra de Lycophron, Mercure de France, 1971 ; repris en Poésie/Gallimard, 2010 (avec postface inédite et accompagné de Zétès),,.
  • Écho, suivi de Épistolè Alexandroy, Le Collet de Buffle, 1975 : repris dans Écrits de l'éphémère, éditions Galilée, 2005
  • Sang, Orange Export Ltd, 1976 : repris dans Écrits de l'éphémère, Galilée, 2005
  • Hiems, Orange Export Ltd, 1977 : repris dans Écrits de l'éphémère, Galilée, 2005
  • Sarx (avec des gravures de Gérard Titus-Carmel), Maeght, 1977 : repris dans Écrits de l'éphémère, Galilée, 2005
  • Les Mots de la terre, de la peur et du sol, avec des gravures de Louis Cordesse, Clivages, 1978 : repris dans Écrits de l'éphémère, Galilée, 2005
  • Inter aerias fagos, Orange Export Ltd, 1979 : repris chez Galilée, 2005
  • Sur le défaut de terre, avec des gravures de Louis Cordesse, Clivages, 1979 : repris dans Écrits de l'éphémère, Galilée, 2005
  • Longin, in Nouvelle Revue de Psychanalyse, n0 32, 1985, (ISBN 2-07-070520-X)
  • Une gêne technique à l'égard des fragments, Fata Morgana, 1986 : repris chez Galilée, 2005
  • La Leçon de musique, Hachette, 1987
  • Albucius, POL, 1990 (ISBN 2-86744-190-0)
  • Georges de La Tour, Flohic, 1991, repris chez Galilée, 2005
  • La Frontière, livre album, Chandeigne, 1992, repris en poche chez Folio-Gallimard, 1994
  • Le nom sur le bout de la langue, P.O.L, 1993
  • Le sexe et l'effroi, Gallimard, 1994
  • Les Septante, avec des peintures de Pierre Skira, Patrice Trigano, 1994
  • Rhétorique spéculative, Calmann-Lévy, 1995
  • La Haine de la musique, Calmann-Lévy, 1996 ; repris en Folio en 1997
  • Tondo, avec des pastels de Pierre Skira, Flammarion, 2002
  • Écrits de l'éphémère, Galilée, 2005
  • Pour trouver les Enfers, Galilée, 2005
  • Quartier de la Transportation (avec Jean-Paul Marcheschi), éditions du Rouergue, 2006
  • La Nuit sexuelle, Flammarion, 2007
  • Boutès, Galilée, 2008
  • Lycophron et Zétès, Poésie/Gallimard, 2010 : réédition (avec postface inédite) de la traduction de l'Alexandra de Lycophron, suivie de Zétès
  • Medea, Éditions Ritournelles, 2011 (ISBN 9782953552010)
  • Sur le désir de se jeter à l'eau, avec Irène Fenoglio, Presses Sorbonne Nouvelle, 2011, (états de Boutès)
  • L'Origine de la danse, Galilée, 2013
  • Leçons de Solfège et de piano, Arléa, 2013
  • La Suite des chats et des ânes, P.S.N., 2013
  • Sur l’image qui manque à nos jours, Arlea, 2014
  • Sur l'idée d'une communauté de solitaires, Arlea, 2015
  • Critique du jugement, Galilée, mars 2015
  • Vita e morte di Nitardo, Analogon, janvier 2016. L'édition italienne est la première édition de ce texte.
  • Performances de ténèbres, Galilée, 2017
  • Une journée de bonheur, Arléa, 2017
  • La vie n'est pas une biographie, Galilée, 2019, 192 pages (ISBN 978-2-718-609-80-5)

Édition

  • Maurice Scève, Œuvres complètes, texte établi et annoté par Pascal Quignard, Mercure de France, 1974

Articles

  • « Sur la curiosité téméraire des lecteurs de romans » : écrit de Pascal Quignard in Chantal Lapeyre-Desmaison (sous la dir.), Lecteurs de fictions, Champs du Signe, Éditions universitaires du Sud, 2010.

Performances

Quignard intervient dans quelques lectures-spectacles ("récit-récital"), jusqu'en 2014.

Pour Marie Vialle, il compose, pour la scène,

  • Le nom sur le bout de la langue (créé en 2005 à Paris), sonate de trois contes,
  • Triomphe du temps (créé en 2006 à Lyon), sonate de quatre contes,
  • Princesse Vieille Reine (2015, créé en 2015 à Paris), sonate de cinq contes,,.

De 2009 à 2013, en duo avec Carlotta Ikeda, il réalise et donne un spectacle de théâtre buto, Medea.

Dès avant la mort de sa partenaire (24/09/2014), et la fin de la troupe (avec Laurent Rieuf, Alain Mahe et Éric Blosse), Quignard, bouleversé par un spectacle de Luc Petton, passe à une autre étape « pour un immédiat retour au dernier Grotowksi » (1933-1999), organise de rares performances de ténèbres, avec différents autres co-intervenants, dont Marie Vialle.

Parmi les performances personnelles :

  • Mourir de penser (à Saint-Denis),
  • Vie et mort de Nidhard, (à Saint-Riquier),
  • Ballet sur l'origine de langue et de la littérature françaises, (à Vérone),
  • L'Oreille qui tombe, œuvre sonore et évolutive sous l'action de l'eau et du temps, réunissant performances et sculpture en collaboration avec la plasticienne Frédérique Nalbandian (première représentation à La-Valette du Var en 2016, Musée Jean Cocteau 2017),
  • Performance sur la mort et les morts de novembre (à Paris, Beaubourg),
  • La Rive dans le noir (à Chateauroux, Paris et divers lieux),,...

Il rend compte de cette expérience et de sa conception de tous les théâtres dans Performances de ténèbres (2017), à travers cette forme originaire : « c'est la laisse de mer que la marée dénude comme la nuit, chaque jour, au bout du sentier de la plage, entre l'océan et la crique de sable toujours tiède à l'ombre des ombelles et de la criste-marine » (p.207).

Consulter le site pascal-quignard.fr pour voir les performances de Pascal Quignard.

Biographie

Agnès Cousin de Ravel, Pascal Quignard, Vies, Œuvres, L'Harmattan, janvier 2018.

http://www.editions-harmattan.fr/catalogue/couv/f/9782343139579f.jpg

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=58703&motExact=0&motcle=&mode=AND

Entretiens

  • Pascal Quignard le solitaire, entretiens avec Chantal Lapeyre Desmaison, Flohic, 2001

Bibliographie critique

  • Philippe Bonnefis et Dolorès Lyotard (dir.), Pascal Quignard, figures d'un lettré, Paris, Galilée, 2005.
  • Philippe Bonnefis, Son nom seul, Paris, Galilée, 2001.
  • Mireille Calle-Gruber, Gilles Declercq, Stella Spriet (éds)., Pascal Quignard ou la littérature démembrée par les muses, PSN, 2011.
  • Mireille Calle-Gruber, Jonathan Degenève et Irène Fenoglio, (dir.) Pascal Quignard, Translations et métamorphoses, Paris, Hermann, 2015.
  • Mireille Calle-Gruber, Anaïs Frantz et alii, Dictionnaire sauvage de Pascal Quignard, Hermann, 2016. Avec des entretiens avec Pascal Quignard.
  • Carnets de Chaminadour, n° 6. actes des Rencontres de Chaminadour 2010, publication de l’ALMJAC, Guéret-Creuse.
  • Agnès Cousin de Ravel, Quignard, maître de lecture. Lire, vivre, écrire, collection « Fictions pensantes », Paris, Hermann, 2012.
  • Agnès Cousin de Ravel, Chantal Lapeyre Desmaison, Dominique Rabaté, (dir.) Les Lieux de Pascal Quignard, in Les Cahiers de la NRF, Paris, Gallimard, 2014.
  • Critique (revue générale des publications françaises et étrangères), « Pascal Quignard », n° 721-722, juin-juillet 2007. Dirigé par Fabienne Durand-Bogaert et Yves Hersant.
  • Europe (revue littéraire mensuelle), « Pascal Quignard » n° 976-977, août-septembre 2010. Dirigé par Alexandre Gefen et Dominique Rabaté. Avec une lettre de Pascal Quignard à Dominique Rabaté et les contributions de Alexandre Gefen, Pascal Quignard , Claude Pierre Perez, Claude Coste, Jawad Tlemsani-Cantin, Timothée Picard, Bruno Blanckeman, Marie Gil , Laurent Demanze, Mathilde Levesque, Karine Abiven, Bernard Vouilloux, Dominique Viart, Benoît Jacquot, Dominique Rabaté.
  • Gilles Gontier, Sur le poème jamais écrit En lisant Pascal Quignard, L'Harmattan, 2018.
  • Camilo Bogoya Gonzalez, Pascal Quignard : musique et poétique de la défaillance, sous la direction de Marc Dambre et de Philippe Daros, 2011.
  • Inter, éditions Argol, 2011. L'ouvrage contient une lettre de Pascal Quignard à Bénédicte Gorrillot, un texte de Bénédicte Gorrillot,Didascalies, Inter aerias fagos, le seul poème en latin écrit par Pascal Quignard et sa traduction par Pierre Alferi, Eric Clemens, Michel Deguy, Bénédicte Gorrillot, Emmanuel Hocquard, Christian Prigent, Jude Stéfan.
  • Chantal Lapeyre-Desmaison, Mémoires de l'origine, Paris, Galilée, 2006.
  • Chantal Lapeyre-Desmaison, Pascal Quignard. La Voix de la danse, Presses du Septentrion, 2013.
  • Adriano Marchetti, La Mise au silence, Seyssel, Champ Vallon, 2000.
  • Jean-Louis Pautrot et Christian Allègre (dir.), Pascal Quignard ou le noyau incommunicable, Les Presses universitaires de Montréal, 2004. Avec un texte de Pascal Quignard, La métayère de Rodez,
  • Sophie Nauleau, La main d’oublies, récit tiré de Tous les matins du monde, Paris, Galilée, 2007.
  • Jean-Louis Pautrot, Pascal Quignard ou le fonds du monde, Rodopi, Amsterdam, New-York, 2007.
  • Jean-Louis Pautrot, (sous la dir.), Pascal Quignard, Revue L'Esprit créateur, n°52, 2012, The Johns Hopkins University Press, John D. Erikson, Maria et Daniel Brewer editors. Numéro consacré à l'œuvre de Pascal Quignard, avec les contributions de J-L. Pautrot, C. Claude, B. Gorrillot, C. Alvares, A. Cousin de Ravel, B. Thibault, G. Turin, J. Acquisto, John T. Hamilton, C. Lapeyre Desmaison, D. S. Larangé.
  • Jean-Louis Pautrot, Pascal Quignard, Gallimard, Grasset, Institut français, 2013.
  • Dominique Rabaté, Pascal Quignard. Étude de l’œuvre, Paris, Bordas, 2008.
  • Christine Rodriguez et Sylvie Vignes (dir.), Pascal Quignard et l'amour, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2013.
  • Dominique Rouet (dir.), Agnès Cousin de Ravel, Élisabeth Chauvin, Pascal Quignard, Pascal Quignard, une enfance havraise, Nolléval, éditions l'écho des vagues, 2013.
  • Benoît Vincent, Le Revenant. Pascal Quignard (La Littérature inquiète, 2), Publie.net, Saint-Cyr sur Loire, 2009.
  • Bernard Vouilloux, La Nuit et le Silence des images. Penser l'image avec Pascal Quignard, Paris, Éditions Hermann, 2010. Sur la place de l'image (de rêve, d'art) dans l’œuvre de l'écrivain.

Prix et récompenses

  • 1991 : Prix de la langue française
  • 1998 : Grand prix de littérature de la SGDL (Société des Gens de Lettres), pour Vie secrète, Grand prix du roman de la Ville de Paris
  • 2000 : Grand prix du roman de l'Académie française, pour Terrasse à Rome (Gallimard), Prix de la Fondation Prince Pierre de Monaco
  • 2002 : Prix Goncourt, pour Les Ombres errantes (Grasset)
  • 2006 : Grand Prix Jean Giono, pour Villa Amalia (Gallimard)

Décorations

  • Commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres. Il est promu au grade de commandeur le .
  • Officier de la Légion d'honneur. Il est fait chevalier le , et est promu officier le .

Notes et références

Liens externes

  • Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistes : Brockhaus Enzyklopädie • Encyclopædia Universalis • Gran Enciclopèdia Catalana • Encyclopédie Larousse
  • Ressource relative à la littérature :
    • Centre international de poésie Marseille
  • Site officiel
  • Portail de la littérature française
  • Portail de la Rome antique
  • Portail de la musique
  • Portail des contes et fables

Licence Creative Commons Ce contenu est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Pascal Quignard de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

livres

Afficher "Dernier royaume n° 6 La barque silencieuse"Afficher "Dernier royaume n° 5 Sordidissimes"Afficher "Dans ce jardin qu'on aimait"Afficher "Terrasse à Rome"Afficher "Les Escaliers de Chambord"Afficher "Dernier royaume n° 1 Les ombres errantes"Afficher "Le sexe et l'effroi"Afficher "Le nom sur le bout de la langue"Afficher "Tous les matins du monde"Afficher "Dernier royaume n° 4 Les paradisiaques"Afficher "Les solidarités mystérieuses"Afficher "Les larmes"Afficher "L'occupation américaine"Afficher "Dernier royaume n° 7 Les désarçonnés"Afficher "Mourir de penser"

DVD

Afficher "Tous les matins du monde"Afficher "Villa Amalia"