Recherche


Avis de lecteurs

La forêt d'argent (Nicolas Jacquemin)

note: 4Une lecture loin d'être anodine Anne-Clélia - 13 mars 2023

Livre très curieux que j’ai dévoré. Entre histoire d’amour au pluriel, entre tous les personnages, hymne à la nature, à la forêt et à ses hôtes et en filigrane l’histoire, [...]

La guerre des pauvres (Éric Vuillard)

note: 5Superbe hommage aux théologiens moyenâgeux de la révolution Jérôme - 27 février 2023

Le prix Goncourt 2017 Eric Vuillard fait la part belle dans "La Guerre des pauvres" à Thomas Müntzer surnommé plus tard "théologien de la révolution". C'est un récit littéraire érudit [...]

Au cœur de la guerre (Etienne de Poncins)

note: 4Ambassadeur de France S.BASSET - 4 mars 2023

Un témoignage extraordinaire et de première main sur le début de la Guerre en Ukraine et les missions d'un Ambassadeur dans un pays en crise.

Oeuvres complètes (Pierre Corneille)

note: 4"Tombe sur moi le ciel, pourvu que je me venge !" S.BASSET - 4 mars 2023

Le panorama complet de l’œuvre du dramaturge normand, pour aller plus loin que "Le Cid" ou "l'Illusion Comique" et découvrir des pépites méconnues comme "Médée" ou "Rodogune" !

Berserk n° 1
Berserk n° 1 (Kentaro Miura)

note: 5Incontournable Hori - 11 mars 2023

Un chef d’œuvre du début a la fin, une histoire et un développement de personnages incroyable et des dessins a couper le souffle que demander de plus

La bête humaine (Dobbs)

note: 4Mélodrame chez les Cheminots S.BASSET - 4 mars 2023

Une adaptation du roman de Zola en BD, fort bien menée, tant sur le plan graphique que narratif, et qui me donne maintenant envie de lire l'original !

Anne-Marie Garat

 
Anne-Marie Garat. Source: Wikipedia

Anne-Marie Garat, née le à Bordeaux et morte le à Paris, est une romancière française.

Elle a obtenu le prix Femina et le prix Renaudot des lycéens pour son roman Aden en 1992 et le prix Marguerite Audoux pour son roman, Les Mal Famées en 2000. De à , elle est présidente de la Maison des écrivains et de la littérature.

Biographie

Jeunesse

Anne-Marie Garat naît le à Bordeaux dans le quartier des Chartrons, au sein d'une famille aux revenus modestes : son père est ouvrier, sa mère couturière. Il y a peu de livres dans le foyer familial, et c'est à la bibliothèque qu'elle assouvit sa soif de lecture. Elle fait des études de lettres, à Bordeaux puis à Paris. Elle obtient un DEA de cinéma à l'université Panthéon-Sorbonne. Elle enseigne le cinéma et la photographie à Périgueux puis, dans les années 1980, au lycée expérimental de Montgeron dans l'Essonne. Elle est un moment chargée de mission, auprès de Jack Lang, pour l'enseignement du cinéma à l'école.

Carrière

Elle publie de nombreux romans, en recourant à tous les genres littéraires, du roman sentimental au policier en passant par le roman historique et où les personnages féminins tiennent une place importante.

En 1992, son sixième roman Aden traite de la mémoire : à la fois celle du cerveau informatique où le personnage principal, un programmeur informatique, entre par effraction, et celle du programmeur lui-même, lors de sa recherche identitaire. Le roman obtient le prix Femina et le prix Renaudot des lycéens.

Les Mal Famées, un roman « culinaire » où deux femmes, que leur détresse a réunies, commettent un crime pour sauver la vie d'une petite fille juive qu'elles ont recueillie, obtient le prix Marguerite-Audoux en 2000.

En 2006, elle entame une grande trilogie historique couvrant l'ensemble du XXe siècle à travers la vie de trois familles : les années 1910 pour Dans la main du diable, puis la montée des fascismes avec L'Enfant des ténèbres (Actes Sud, 2008), pour finir avec Pense à demain.

Dans la foulée de ce roman à tonalité antifasciste marquée, Anne-Marie Garat prend, en , une position publique contre ce qu'elle juge être des dérives liberticides du gouvernement français. Elle y dénonce le sort réservé aux sans-papiers, les brutalités policières et l'interpellation d'un journaliste, évoquant :

Le , elle est élue membre du jury du prix Femina, en remplacement de Paule Constant, démissionnaire après son élection à l'Académie Goncourt.

Son dernier livre, Humeur noire, paru en 2021, est à la fois un cri de colère et une réflexion personnelle sur le rôle des bibliothèques dans la restitution de l'esclavage au travers du cas de Bordeaux, sa ville natale avec laquelle elle entretient des rapports tumultueux,.

Vie privée et mort

Elle est l'épouse du linguiste Jean-Claude Chevalier, mort en 2018.

Elle meurt des suites d'un cancer le à Paris, à l'âge de 75 ans. Ses funérailles ont lieu le 4 août suivant au crématorium du cimetière du Père Lachaise.

Œuvres

La Source

La narratrice principale est une assez jeune professeure, enseignant la sociologie dans une université de province, à la recherche de terrain d'enquête de travail pour ses étudiants, au début des années 1980 : un village français relativement isolé avec des archives d'état-civil suffisamment riches. Née entre 1945 et 1958, elle ne porte pas de nom. Le compagnon actuel de sa mère réveille en elle quelques souvenirs, quand il s'adresse à elle : Tilou (P'tit loup).

Son récit s'adresse à son compagnon Abel Maître-Grand, rencontré à Vancouver (Canada, où a vécu son père Jacques), accompagné en Nouvelle-Zélande, vers 1990.

Elle choisit le village perdu du Mauduit, vaguement médiéval, autrefois bourg, sur le bord de la Flane, dans le bassin de la Saône. Elle a déjà été dans ce village, de passage avec son père (de Luçon), un été, à 10 ans. Le bon Docteur Maître-Grand, père de Pierre, Alain, Jacques et Marie, grand-père d'Abel, y a été actif. La secrétaire de mairie, Marie-France Lantier, facilitatrice, lui indique un logement possible, si affinité, chez Mlle Carmeaux, Lottie des Ardenne, qui loge parfois des randonneurs.

La narratrice secondaire est cette vieille dame, née en 1892, atypique, qui héberge, restaure, et raconte sa vie, les histoires de famille, les secrets de village.

Elle habite la maison des Ardenne, depuis ce jour d', où un passant polonais (peut-être François) a déposé un enfant sur la table de cuisine de Vitalie Ardenne. La petite Anaïs (Onayena Anaïs, ) trouve alors la paix seulement à suçoter le doigt de Lottie (12 ans, un peu limitée, douée de ses mains, et depuis peu en formation chez la modiste Mlle Sorbet). Par un lent cheminement, en longues phrases, par les deux voix, le lecteur découvre le village d'aujourd'hui et l'histoire croisée et tortueuse des gens sur des décennies.

Notes et références

Bibliographie

  • Isabelle Dangy, Proust et le roman spectral : le cas d’Anne-Marie Garat, Marcel Proust aujourd’hui 6.6 (2008), p. 255–274

Liens externes

  • Site officiel
  • Ressources relatives à la littérature :
    • Académie française (lauréats)
    • Étonnants voyageurs
  • Ressource relative au spectacle :
    • Les Archives du spectacle
  • Portail de la littérature française
  • Portail de Bordeaux

Ce contenu est mis à disposition selon les termes de Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Anne-Marie Garat de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

Termes associés

Roman

Auteurs associés