Recherche


Avis de lecteurs

Et le désert disparaîtra (Marie Pavlenko)

note: 5Et le désert disparaîtra de Marie Pavlenko Christine - 14 octobre 2020

Un livre à ne pas rater, qu'on soit ado ou pas ! C'est un roman plein de sensibilité sur les relations et les interactions entre l'Homme et la nature, mais [...]

Les soeurs Mitford enquêtent
L'assassin du train (Jessica Fellowes)

note: 5A cup of tea ? FM - 10 juin 2020

Dans l’Angleterre des années 1920, Louisa est une jeune femme pauvre que son oncle s’apprête à prostituer. Parvenant à échapper à son emprise, elle va réussir à se faire [...]

Les sales gosses (Charlye Ménétrier McGrath)

note: 4Drôle et émouvant Victoria, MMC - 22 juillet 2020

Vous voulez du feelgood ? Ne cherchez plus !

Quand les enfants de Jeanne, vaillante octogénaire, la place en maison de retraite contre son gré, ils ne sont pas au bout [...]

Méthode 15-33 (Shannon Kirk)

note: 4Belle surprise Céline - 9 août 2020

J'ai découvert ce livre totalement par hasard dans un rayon de la médiathèque et j'avoue avoir été agréablement surprise.
Le roman est de très bonne qualité, l'intrigue aussi, on est vite [...]

La mère morte (Blandine de Caunes)

note: 5Vivre la mort FM - 10 juin 2020

Blandine de Caunes est l’une des filles de l’icône féministe Benoîte Groult. Quand cette mère, célèbre pour son intelligence vive et érudite, son indépendance farouche, sa liberté de penser, de [...]

Les filles d'Ennismore (Patricia Falvey)

note: 4Romance irlandaise FM - 10 juin 2020

Irlande, début du 20è siècle. Victoria, fille d’un châtelain, a réussi à obtenir que Rosie, fille d’un métayer, partage ses jeux et son éducation. Mais au moment de l’ « [...]

François Maspero

 
François Maspero. Source: Wikipedia

François Maspero est un écrivain et traducteur français né le à Paris XVIe et mort le à Paris XIe. Il a également été éditeur (Éditions Maspero), libraire et directeur de revues.

Biographie

L'adolescence de François Maspero est marquée par l'engagement de sa famille dans la Résistance. Son père, Henri Maspero, sinologue et professeur au Collège de France, est arrêté en 1944 et meurt au camp de concentration de Buchenwald. Son frère est tué au combat en 1944. Sa mère, Hélène Maspero-Clerc est déportée au camp de Ravensbrück mais survit. Elle est auteur d'études sur la Révolution française et du livre "Un journaliste contre-révolutionnaire : Jean-Gabriel Peltier".

Abandonnant très tôt des études d'ethnologie, François Maspero commence à travailler dans une librairie située rue Monsieur-le-Prince, À l'escalier. Après y avoir rencontré plusieurs militants révolutionnaires africains tels que Mário de Andrade ou Amílcar Cabral, il décide, en 1955, de reprendre une librairie dans le Quartier latin appelée La Joie de lire, 40 rue Saint-Séverin,. Mais :

« Après 1968 La Joie de Lire doit faire face à un péril redoutable et inattendu : le “vol révolutionnaire”, pratiqué en particulier par les situationnistes qui accusent François Maspero d’être “un commerçant de la révolution”. Ces vols seront une des causes de la fermeture de la librairie en 1974. Lorsque la FNAC ouvre ses portes en 1974, La Joie de Lire est la plus importante librairie parisienne. Après les vols de certains groupes gauchistes, c’est l’extrême droite, qui attaquera la librairie à sept reprises entre septembre 1969 et mai 1970. »

La librairie finit par fermer en 1975.

Maspero crée en 1959, en pleine guerre d'Algérie, les Éditions Maspero, engagées à gauche. L'équipe de départ est constituée, outre lui-même, par Marie-Thérèse Maugis, puis Jean-Philippe Bernigaud et Fanchita Gonzalez Batlle, rejoints ensuite par Émile Copfermann. Les éditions publient des livres traitant de la torture et des crimes de guerre en Algérie, et se trouvent confrontées à la censure du pouvoir gaulliste. En 1960, il est signataire du Manifeste des 121 titré « Déclaration sur le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie ».

Maspero se consacre à l'édition jusqu'au début des années 1980. En 1978, il fonde la revue L'Alternative, qu'il dirigera jusqu'en 1984, pour donner la parole aux « dissidents » des pays du « socialisme réel ».

En 1982, après une nouvelle période difficile, il décide de passer la main à une nouvelle équipe dirigée par François Gèze. L'historien Jean-Yves Mollier précise que « l'acharnement policier a coûté cher à un éditeur qui fit l'objet de dix-sept condamnations. » Il démissionne sans indemnités et cède ses parts à ce dernier pour un franc symbolique. À cinquante ans, il quitte ses éditions qui prennent le nom de La Découverte. Il n'aura désormais plus aucune relation avec celles-ci.

À partir de 1984, François Maspero se consacre à l'écriture et publie Le Sourire du chat. Ce roman, qui se déroule de l'été 1944 à l'été 1945, s'appuie largement sur une expérience autobiographique. Le suivant, Le Figuier, couvre la période 1960-1967, évoquant l'ambiance de la guerre d'Algérie et l'engagement dans les mouvements de libération nationale d'Amérique latine.

Il effectue pour Radio-France des reportages tels que « Cet hiver en Chine » en 1986. En 1989, il fait avec la photographe Anaïk Frantz un « voyage au long cours » sur la ligne B du RER parisien, Les Passagers du Roissy-Express. En 1995, Balkans-transit, en compagnie du photographe Klavdij Sluban, résume cinq ans de voyages entre la mer Adriatique et la mer Noire.

Les personnages de ses livres de fiction se retrouvent tous dans son livre Le Vol de la mésange, traversée d'un demi-siècle et interrogation sur le sens du témoignage. Sa chronique de la conquête de l'Algérie, L'Honneur de Saint-Arnaud, est publiée à Paris et à Alger. Autre chronique historique, L'Ombre d'une photographe, Gerda Taro, fait revivre la compagne de Robert Capa morte à 27 ans devant Madrid en 1937.

Les Abeilles et la guêpe est plus directement autobiographique. À son sujet, l'historien Jean-Pierre Vernant écrit dans La Traversée des frontières :

« Que les historiens se penchent sur ces pages. Ils y verront à l'œuvre un travail exemplaire — modeste, honnête, rigoureux — pour faire surgir des brumes de la mémoire le socle solide des événements d'autrefois. »

Depuis 1990, François Maspero a rapporté, avec Klavdij Sluban, pour Le Monde, des chroniques de Bosnie (« Les murs de Sarajevo » en 1995, « Retour en Bosnie » en 1998), d'Amérique latine (reportages sur Cuba en 1999, sur les Caraïbes en 2000). On retrouve certains de ces textes, ainsi que ceux sur la Palestine, Gaza, les territoires occupés et Israël, dans Transit & Cie.

En novembre 2001, il publie dans Le Monde un texte de témoignage sur la décennie noire en Algérie.

Il est l'un des organisateurs du tribunal Russell sur la Palestine et membre du comité de parrainage de ce tribunal d'opinion dont les travaux ont commencé le 4 mars 2009.

Dans le même temps, il traduit plusieurs auteurs en langue française, notamment John Reed, Álvaro Mutis, Jesús Díaz, Joseph Conrad ou Arturo Pérez-Reverte.

Il est retrouvé mort à son domicile le 11 avril 2015,.

Prix

  • 2006 : Prix Édouard-Glissant pour l'ensemble de son œuvre

Œuvres

Livres

  • Le Sourire du chat, roman, 1984
  • Le Figuier, roman, 1988
  • Les Passagers du Roissy-Express, 1990, photographies d'Anaïk Frantz - prix Novembre
  • Paris bout du monde, 1992, texte de l'album de photographies d'Anaïk Frantz
  • L'Honneur de Saint-Arnaud, chronique historique, 1993
  • Le Temps des Italiens, récit, 1994
  • La Plage noire, récit, 1995
  • Balkans-Transit, photographies de Klavdij Sluban, chronique d'un voyage, 1997 - prix Radio France internationale, « Témoins du monde »
  • Che Guevara, introduction aux photographies de René Burri, 1997
  • Les Abeilles et la Guêpe, 2002
  • Transit & Cie, récit, La Quinzaine, 2004
  • Le Vol de la mésange, nouvelles, 2006
  • L'Ombre d'une photographe. Gerda Taro, biographie, Fiction et Cie, 2006
  • Des saisons au bord de la mer, roman, Seuil, 2009

Traductions

De l'espagnol

De l'anglais

De l'italien

  • Francesco Biamonti,
    • Attente sur la mer, 1996
    • Les Paroles, la nuit, 1999
  • Silvia Bonucci, Retours à Trieste, 2007

Hommages

À l'occasion du cinquantenaire de la création des Éditions Maspero est organisée une exposition, « François Maspero et les paysages humains », coréalisée par Bruno Guichard (directeur de la Maison des Passages, Lyon) et Alain Léger (librairie À plus d'un titre, Lyon), et présentée au musée de l'imprimerie de Lyon du 16 septembre au 15 novembre 2009, à la médiathèque André-Malraux à Strasbourg du 22 novembre 2009 au 8 janvier 2010,.

Elle fait aussi l'objet d'une publication sous le même intitulé, dont les chapitres vont de « L'homme libre, homme livre » à « Une traversée des œuvres de François Maspero ».

Notes et références

Voir aussi

Films

  • Chris Marker, On vous parle de Paris : Maspero. Les mots ont un sens, 1970
  • Yves Campagna, Bruno Guichard et Jean-François Raynaud, François Maspero, les chemins de la liberté, Les Films du Zèbre, 2014 (bande annonce)

Bibliographie

  • François Maspero et les paysages humains, collectif des éditions À plus d'un titre, La Fosse aux Ours, septembre 2009 (ISBN 978-2-35707-006-6)
  • François Dosse, « François Maspero. La joie de lire. 1932 - », Les Hommes de l'ombre. Portraits d'éditeurs, Paris, Perrin, 2014, p. 249-277
  • Julien Hage, « Feltrinelli, Maspero, Wagenbach : une nouvelle génération d'éditeurs politiques d'extrême gauche en Europe occidentale. 1955-1982 », thèse d'histoire sous la direction de Jean-Yves Mollier, université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, décembre 2010
  • Sophie Martin, « Maspero / La Découverte », in Jacques Julliard, Michel Winock (dir.), Dictionnaire des intellectuels français. Les personnes, les lieux, les moments, Paris, Éditions du Seuil, 2009, p. 927-928

Liens externes

  • Entretien avec François Maspero : « Quelques malentendus », Période, septembre 2014
  • Salar Mohandesi and Patrick King, eds., « Remembering François Maspero (1932-2015) », Viewpoint Magazine (27 mai 2015)
  • « L’édition laminée (entretien avec François Maspero) », La Quinzaine littéraire, no 919, du 16 au 31 mars 2006
  • [vidéo] Entretien vidéo avec François Maspero par Mediapart
  • Portail de la littérature française
  • Portail de l’édition
  • Portail de la politique française

Ce contenu est mis à disposition selon les termes de Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article François Maspero de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste