Recherche


Avis de lecteurs

Térébenthine (Carole Fives)

note: 4Quelle place pour l'art ? Agnès MMC - 12 décembre 2020

La narratrice achète la revue Beaux-Arts et lit un article sur un peintre décédé, Luc, dont la peinture rencontre un grand succès et la voilà plongée dans ses souvenirs de [...]

Hôtel Castellana (Ruta Sepetys)

note: 5Plongée passionnante au cœur de l’Espagne franquiste Victoria, MMC - 27 février 2021

“Hôtel Castellana”, c’est la rencontre entre deux mondes que tout oppose, celui de Daniel et Ana. Nous sommes en 1957, alors que l’Espagne est sous la coupe de Francisco Franco. [...]

Le dit du mistral (Olivier Mak-Bouchard)

note: 5Un véritable envoûtement. Un vrai coup de cœur Agnès MMC - 10 mars 2021

Ce qui m’a d’abord attirée dans ce livre c’est sa couverture très colorée, avec ce chat blanc, dont on apprend dans la lecture qu’il s’appelle le Hussard, qui passe devant [...]

Déjà, l'air fraîchit (Florian Ferrier)

note: 4Bibliothèques spoliées FM - 30 janvier 2021

Ce (gros) roman français nous emporte dans la Seconde Guerre Mondiale, avec le personnage d’Erika, jeune femme passionnée de livres qui va devenir un rouage essentiel du rapt organisé et [...]

La traversée des temps n° 1
Paradis perdus (Éric-Emmanuel Schmitt)

note: 5Une aventure exceptionnelle Frederic - 3 avril 2021

Ce livre est un vrai coup de cœur. Je ne connais pas les autres livres de cet auteur mais celui ci est juste formidable. Il a tout ce qu'il faut [...]

Spy X Family n° 1 (Tatsuya Endo)

note: 5Un premier tome avec énormément de potentiel ! Victoria, MMC - 10 mars 2021

Dans la famille parfaite, je demande le père espion, la mère tueuse à gage, et la fillette télépathe ! Le jour où Twilight, l’espion le plus doué de sa génération, [...]

Pierre Brasseur

 
Pierre Brasseur. Source: Wikipedia

Pierre-Albert Espinasse, dit Pierre Brasseur, est un acteur français né le à Paris et mort le à Brunico (Italie). Membre d'une dynastie de comédiens célèbres, il est le père de Claude Brasseur, lui-même père d'Alexandre Brasseur.

Biographie

Pierre Albert Espinasse naît à Paris dans le XVIIe arrondissement, 14 rue Darcet. Il adopte par la suite le nom de naissance de sa mère, Germaine Nelly Brasseur, comme nom de scène. Âgé de six ans, il est témoin d'une des premières attaques de la bande à Bonnot et a pour ami d'enfance Jean Gabin.

Après ses études, il échoue au concours d'entrée au Conservatoire, puis suit des cours d'art dramatique dispensés par Harry Baur et Fernand Ledoux au conservatoire Maubel.

Il est l'intime de Pablo Picasso, Jean Cocteau, Max Jacob, de Louis Aragon qui l'introduit dans le groupe surréaliste où il fait la connaissance d'André Breton, Paul Éluard, Benjamin Péret, Raymond Queneau. Grâce à Aragon, Robert Desnos et Jacques Prévert, il publie ses premiers textes dans La Révolution surréaliste. Il a écrit ensuite plusieurs pièces : L'Ancre noire (1927), Sainte Cécile (1944), Un ange passe (1943), L'Enfant de Poméranie (1945).

En 1924, il fait à la fois ses débuts au théâtre chez Lugné-Poe au théâtre de l'Œuvre, et au cinéma avec Jean Renoir dans La Fille de l'eau. Il incarne d'abord principalement des personnages de gigolos, puis il rencontre Jacques Prévert qui donnera un tournant important à sa carrière. Il trouve son premier vrai grand rôle dans l'interprétation du peintre alcoolique de Lumière d'été de Jean Grémillon.

Déjà renommé comme acteur de théâtre il devient populaire auprès du grand public avec son interprétation dans Le Quai des brumes de Marcel Carné et surtout avec son rôle de Frédérick Lemaître dans Les Enfants du paradis. Il offre une superbe prestation de Lucien Maublanc, le rejeté des Grandes Familles, d'après l'œuvre de Maurice Druon, dans un extraordinaire face-à-face avec Jean Gabin.

Mais sa véritable passion est de jouer sur les planches. Il triomphe avec Le Sexe faible d'Édouard Bourdet, dans Kean, où il incarne le grand acteur anglais raconté par Alexandre Dumas père, dans Les Mains sales et Le Diable et le Bon Dieu de Jean-Paul Sartre, comme dans Tchao de Marc-Gilbert Sauvajon ou dans Dom Juan aux Enfers de George Bernard Shaw aux côtés de Paul Meurisse.

En 1953, il magnifie deux films de Georges Combret, La Pocharde et Raspoutine. En 1966, dans un rôle à contre-emploi, il campe un truculent général Géranium dans le film de Philippe de Broca Le Roi de cœur.

Il publie en 1972 son autobiographie, Ma vie en vrac, qu'il présente à la télévision dans Italiques.

Il fait l'une de ses dernières apparitions à l'écran dans l'épisode Meurtre par intérim des Cinq Dernières Minutes avec Raymond Souplex. Dans cet épisode où il incarne un entrepreneur en bâtiment surmené et menacé, il tourne une scène avec Rellys (dont ce sera l'avant-dernier rôle à l'écran). Lors de la scène, le médecin venu ausculter la femme de Rellys lui prophétise une crise cardiaque et lui demande de passer sans tarder à son cabinet.

La réalité rejoindra la fiction quelques semaines après le tournage : Pierre Brasseur meurt le à Brunico en Italie, d'une crise cardiaque, à la suite d'une crise d'emphysème, pratiquement dans les bras de Claude Dauphin, son partenaire du film avec qui il était en train de tourner La Plus Belle Soirée de ma vie. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (division 59).

Vie privée

Il épouse Odette Joyeux, actrice, le  ; celle-ci lui donne un fils, Claude (1936-2020). Par lui, Pierre Brasseur est le grand-père d’Alexandre.

Brasseur divorce d’Odette Joyeux le puis épouse la pianiste Lina Magrini (décédée en 1970). Le couple divorcera. Il vit plusieurs années, jusqu'à sa mort, avec la chanteuse Catherine Sauvage.

Prix et récompenses

  • 1958 : Victoires du cinéma français du meilleur acteur
  • 1958 : Etoile de Cristal du meilleur acteur dans Porte des Lilas
  • 1961 : Prix du Brigadier pour Cher Menteur de Jerome Kilty, théâtre de l'Athénée

Filmographie

Cinéma

Box-office France

  • 1952 : Le Plaisir de Max Ophüls : 1 216 723 entrées
  • 1954 : Napoléon de Sacha Guitry : 5 405 252 entrées
  • 1958 : Les Grandes Familles de Denys de La Patellière : 4 042 041 entrées
  • 1961 : Le Bateau d'Émile de Denys de La Patellière : 1 530 088 entrées
  • 1962 : Les Bonnes Causes de Christian-Jaque : 1 731 139 entrées
  • 1965 : La Métamorphose des cloportes de Pierre Granier-Deferre : 905 484 entrées
  • 1971 : Les Mariés de l'an II de Jean-Paul Rappeneau : 2 822 567 entrées

Télévision

  • 1960 : Le Paysan parvenu de René Lucot - La Vallée
  • 1970 : Les Frères Karamazov - diffusé en deux parties - de Marcel Bluwal - Fiodor
  • 1970 : La Fleur de Jacques Robain - Un clochard
  • 1970 : Au théâtre ce soir : Un ange passe de Pierre Brasseur, mise en scène de l'auteur, réalisation Pierre Sabbagh, théâtre Marigny - Florisse
  • 1970 : La Brigade des maléfices de Claude Guillemot
  • 1971 : La Septième Chaîne (La Brigade des maléfices) de Claude GuillemotDiablegris
  • 1971 : La Créature (La Brigade des maléfices) de Claude Guillemot - Diablegris
  • 1973 : Les Cinq Dernières Minutes : Meurtre par intérim de Claude Loursais - Mr Tardenois

Théâtre

Auteur

  • 1926 : L'Ancre noire de Pierre Brasseur, mise en scène Lugné-Poe, théâtre de l'Œuvre
  • 1928 : Hommes du monde de Pierre Brasseur, mise en scène Lugné-Poe, théâtre de l'Œuvre
  • 1928 : Tu pourrais ne pas m'aimer de Pierre Brasseur, mise en scène Lugné-Poe, théâtre de l'Œuvre
  • 1935 : Grisou de Pierre Brasseur et Marcel Dalio, théâtre du Vieux-Colombier
  • 1940 : Un ange passe de et mise en scène Pierre Brasseur, théâtre La Bruyère

Comédien

Metteur en scène

  • 1937 : L'Homme qui se donnait la comédie d'Emlyn Williams, Théâtre Antoine
  • 1940 : Un ange passe de Pierre Brasseur, Théâtre La Bruyère
  • 1943 : Voulez-vous jouer avec moâ ? de Marcel Achard, Théâtre des Bouffes-Parisiens
  • 1953 : Kean de Jean-Paul Sartre d'après Alexandre Dumas, Théâtre Sarah Bernhardt
  • 1960 : Un ange passe de Pierre Brasseur, Théâtre des Célestins Lyon

Publication

  • Ma vie en vrac, Calmann-Lévy, 1972 ; rééd. Ramsay Poche Cinéma no 26, 1986

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

  • Jean-Marc Loubier, Pierre Brasseur, l'éternel milliardaire, Éditions Bartillat, 1997

Filmographie (fiction)

  • Dans le téléfilm Arletty, une passion coupable (2015) d'Arnaud Sélignac, il est joué par Marc Arnaud.

Peinture

  • Le peintre Raymond Guerrier a brossé un portrait de Pierre Brasseur.

Liens externes

  • (en) Pierre Brasseur sur l’Internet Movie Database
  • Pierre Brasseur sur Allociné
  • Photos
  • Aragon raconte sa rencontre avec Pierre Brasseur et son introduction dans le groupe surréaliste. Archives INA
  • Pierre Brasseur interprète un poème de Benjamin Péret
  • Portail du cinéma français
  • Portail du théâtre
  • Portail des arts du spectacle
  • Portail de la télévision française
  • Portail de Paris

Ce contenu est mis à disposition selon les termes de Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Pierre Brasseur de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

DVD

Afficher "Les Yeux sans visage"Afficher "Quai des brumes"Afficher "Messieurs les ronds de cuir"Afficher "Le Bateau d'Emile"

CD

Afficher "Le bestiaire de Paris"

Livres

Afficher "Je suis un terroriste"