Recherche


Avis de lecteurs

V (Havok)

note: 5Trash is not dead ! Emmanuel - 17 novembre 2020

Havok fait du trash. Il n'y a pas d'ambigüité sur la question : tout est à fond, martelé, brutale, hurlé, structuré,... la rage mise en musique. On pourrait dire d'Havok [...]

Méthode 15-33 (Shannon Kirk)

note: 4Belle surprise Céline - 9 août 2020

J'ai découvert ce livre totalement par hasard dans un rayon de la médiathèque et j'avoue avoir été agréablement surprise.
Le roman est de très bonne qualité, l'intrigue aussi, on est vite [...]

Malgré tout (Jordi Lafebre)

note: 5Une parenthèse enchantée Victoria, MMC - 12 février 2021

La particularité de cet album ? Sa construction ! Car oui, l’histoire d’Ana et Zeno nous est relatée…à l’envers ! L’histoire débute sur leurs retrouvailles alors qu’ils sont tous les [...]

Beate et Serge Klarsfeld (Pascal Bresson)

note: 5Admirable FM - 28 novembre 2020

Qui n’a pas un jour entendu parler du combat de la famille Klarsfeld ? Avec ce roman graphique adapté des mémoires de Beate et Serge Klarsfeld, nous suivons le chemin [...]

Hôtel Castellana (Ruta Sepetys)

note: 5Plongée passionnante au cœur de l’Espagne franquiste Victoria, MMC - 27 février 2021

“Hôtel Castellana”, c’est la rencontre entre deux mondes que tout oppose, celui de Daniel et Ana. Nous sommes en 1957, alors que l’Espagne est sous la coupe de Francisco Franco. [...]

Peau d'homme (Zanzim)

note: 5Une BD aux nombreux messages Victoria, MMC - 5 décembre 2020

À l'époque de la Renaissance italienne, Bianca, une jeune fille aristocrate, fait l’objet d’un mariage arrangé, sans avoir jamais vu son prétendant et cela la chagrine profondément. Heureusement pour elle, [...]

Alexandre Dumas

 
Alexandre Dumas. Source: Wikipedia

Alexandre Dumas (dit aussi Alexandre Dumas père) est un écrivain français né le à Villers-Cotterêts (Aisne) et mort le au hameau de Puys, ancienne commune de Neuville-lès-Dieppe, aujourd'hui intégrée à Dieppe (Seine-Maritime).

Il est le fils de Marie-Louise Labouret (1769-1838) et Thomas Alexandre Davy de La Pailleterie (1762-1806) (né à Saint-Domingue, actuelle Haïti) dit le général Dumas, et le père des écrivains Henry Bauër et Alexandre Dumas (1824-1895) dit « Dumas fils », auteur de La Dame aux camélias.

Proche des romantiques et tourné vers le théâtre, Alexandre Dumas écrit d'abord un vaudeville à succès et des drames historiques comme Henri III et sa cour (1829), La Tour de Nesle (1832), Kean (1836). Auteur prolifique, il s'oriente ensuite vers le roman historique tel que la trilogie Les Trois mousquetaires (1844), Vingt ans après (1845) et Le Vicomte de Bragelonne (1847), ou encore Le Comte de Monte-Cristo (1844-1846), La Reine Margot (1845) et La Dame de Monsoreau (1846).

La paternité de certaines de ses œuvres lui est contestée. Dumas fut ainsi soupçonné par plusieurs critiques de son époque d'avoir eu recours à des prête-plume, notamment Auguste Maquet. Toutefois les recherches contemporaines ont montré que Dumas avait mis en place une coopération avec ce dernier : Dumas s'occupait de choisir le thème général et modifiait les ébauches de Maquet pour les rendre plus dynamiques. On ne peut donc lui nier la paternité de son œuvre, même s'il n'aurait peut-être pas pu réaliser tous ses chefs-d'œuvre des années 1844-1850 sans la présence à ses côtés d'un collaborateur à tout faire efficace et discret.

L'œuvre d'Alexandre Dumas est universelle ; selon l’Index Translationum, avec un total de 2 540 traductions, il vient au treizième rang des auteurs les plus traduits en langue étrangère.

Biographie

Enfance

Alexandre Dumas naît le 5 thermidor an X () à Villers-Cotterêts (Aisne) de l'union du mulâtre Thomas Alexandre Davy de La Pailleterie né à Saint-Domingue (actuelle Haïti), général d'armée ayant fait une brillante carrière pendant la Révolution française, avec Marie-Louise-Élisabeth Labouret, fille de Claude Labouret, aubergiste à l’Écu d'or à Villers-Cotterêts, commune où la maison natale est visible au 46 de l'ancienne rue Lormet, rebaptisée rue Alexandre-Dumas.

« Je suis né à Villers-Cotterêts, petite ville du département de l'Aisne, située sur la route de Paris à Laon, à deux cents pas de la rue de la Noue, où mourut Charles-Albert Demoustier, à deux lieues de la Ferté-Milon, où naquit Racine, et à sept lieues de Château-Thierry, où naquit La Fontaine. »

L'enfant a pour marraine sa sœur, Aimée-Alexandrine Dumas (son aînée de neuf ans) et pour parrain le maréchal d'Empire Guillaume Brune.

Entre 1804 et 1806, c’est au château des Fossés, loué par son père, qu’Alexandre Dumas a fixé ses tout premiers souvenirs :

« Du plus loin qu’il me souvienne, c’est-à-dire de l’âge de trois ans, nous habitions, mon père, ma mère et moi, un petit château nommé les Fossés, situé sur les limites des départements de l’Aisne et de l’Oise, entre Haramont et Longpré. On appelait ce petit château les Fossés, sans doute parce qu’il était entouré d’immenses fossés remplis d’eau. »

On retrouve ces tout premiers souvenirs dans son œuvre :

« Sur les limites du département de l’Aisne, à l’ouest de la petite ville de Villers-Cotterêts, engagées dans la lisière de cette magnifique forêt qui couvre vingt lieues carrées de terrain, ombragées par les plus beaux hêtres et les plus robustes chênes de toute la France, peut-être, s’élève le petit village d’Haramont, véritable nid perdu dans la mousse et le feuillage, et dont la rue principale conduit par une douce déclivité au château des Fossés, où se sont passées deux des premières années de mon enfance. »

Le général Dumas meurt le , quatre ans après la naissance de son fils. Alexandre Dumas a pour aïeuls un marquis désargenté qui immigra en 1760 à l'île de Saint-Domingue et une esclave ou affranchie noire du nom de Marie-Cessette Dumas. Sa mère, Marie-Louise Labouret, revient chez ses parents dans l'ancien hôtel de l’Épée à Villers-Cotterêts. Les grands-parents maternels élèvent Alexandre et sa sœur.

Formation et éducation

Il a neuf ans lorsqu'il entre au collège de l'abbé Grégoire à Villers-Cotterêts. Il y reçoit les bases de l'instruction primaire. Il y reste élève jusqu'en 1813.

À treize ans, le petit Alexandre ne sait presque rien, il a pour seule éducation ses lectures de la Bible, de récits mythologiques, de l’Histoire naturelle de Buffon, de Robinson Crusoé et des Contes des mille et une nuits. Cependant, sa calligraphie est exceptionnelle. Il est engagé en août 1816 comme coursier dans une étude de notaire, celle de maître Mennesson, un proche de la famille. « Il fut donc décidé que, le lundi suivant, j'entrerais chez maître Mennesson : les gens polis disaient en qualité de troisième clerc, les autres en qualité de saute-ruisseau. » Cependant l'abbé Louis Chrysostome Grégoire, vicaire de Villers-Cotterêts et directeur du collège qui porte son nom, l'aide beaucoup, et il lui en sera toujours reconnaissant et fera son portrait de tolérance religieuse et d'ouverture d'esprit en 1854 dans un de ses romans, Catherine Blum.

En 1819, Alexandre fait la connaissance d'Adolphe de Leuven qui a le même âge et l'initie à la poésie moderne. Ils ont également l'occasion d'écrire ensemble en 1820 et 1821 des drames et des vaudevilles, dont les premiers sont tous refusés. Ivanhoé, écrite en 1822 et publiée en 1974 est la plus ancienne pièce conservée de Dumas.

Le départ pour Paris (1823)

Jusqu'en 1822, Dumas vit à Villers qu'il quitte pour Paris avec 53 francs en poche, pour échapper à la pauvreté et aux humiliations que sa mère, Marie-Louise Labouret, et lui connaissent depuis la mort du général et plus encore depuis celle de Claude Labouret, son grand-père maternel.

Il trouve une place de clerc de notaire et découvre la Comédie-Française. C'est le début d'une vie nouvelle pour Alexandre lorsqu'il fait la rencontre d'un grand acteur de l'époque, Talma. L'année suivante, grâce à la protection du général Foy, il travaille dans les bureaux du secrétariat du duc d'Orléans et peut enfin faire venir sa mère à Paris. Il découvre les salons parisiens et multiplie les liaisons.

Alexandre Dumas et le racisme

Dumas fut souvent en butte aux sarcasmes racistes de ses contemporains qui s'attirèrent des répliques cinglantes. Ainsi lors d'une discussion animée à propos de la récente théorie de l'évolution de Charles Darwin (qu'il défendait), un contradicteur lui dit :

« Au fait, cher Maître, vous devez bien vous y connaître en nègres ?
Mais très certainement. Mon père était un mulâtre, mon grand-père était un nègre et mon arrière-grand-père était un singe. Vous voyez, Monsieur : ma famille commence où la vôtre finit,. »

On rapporte également que Mademoiselle Mars s'écria après avoir reçu chez elle l'écrivain : « Il pue le nègre, ouvrez les fenêtres… » Ultérieurement, dans les années 1850, les cheveux crépus ébouriffés de Dumas dans la photographie de Nadar seront détournés par nombre de caricaturistes comme image matrice de leurs portraits-charges.

Enfants, mariage et liaisons

Un an après son arrivée à Paris, le , c'est la naissance de son fils Alexandre, fruit de sa liaison avec Laure Labay (1793-1868), couturière et sa voisine de palier place des Italiens.

L'enfant est illégitime jusqu'à ce que Dumas le reconnaisse le , quelques jours après la naissance de sa fille Marie-Alexandrine (le ) qu'il a eue de l'actrice Belle Kreilssamer (1803-1875).

Alexandre Dumas épouse en à Paris (1er) l'actrice Ida Ferrier (née Marguerite-Joséphine Ferrand, 1811-1859) et s'installe avec elle à Florence. Ida Ferrier et Alexandre Dumas se séparent en 1844.

Dumas a de nombreuses autres liaisons et au moins deux autres enfants naturels : Henry Bauër (né en 1851, fils d'Anna Bauër) et Micaëlla-Clélie-Josepha-Élisabeth Cordier (née en 1860, fille de l'actrice Émélie Cordier).

La consécration au théâtre (1828 à 1836)

Alexandre Dumas écrit avec Adolphe Leuven et l'assistance de Pierre-Joseph Rousseau (1797-1849) le vaudeville en un acte La Chasse et l'Amour qui connaît un grand succès en septembre 1825. C'est aussi la période où Dumas découvre les « Romantiques » et va beaucoup au théâtre. Il écrit son premier drame historique, Henri III et sa cour en 1828. La pièce, présentée à la Comédie-Française le 10 février 1829, connaît un énorme succès. Elle est qualifiée de « scandale en prose », un an avant Hernani, la pièce de Victor Hugo, qualifiée de « scandale en vers » à sa création en février 1830,

Dans ses mémoires, Dumas explique sa manière : « Je commence par combiner une fable ; je tâche de la faire romanesque, tendre, dramatique, et, lorsque la part du cœur et de l’imagination est trouvée, je cherche dans l’histoire un cadre où la mettre. » Cependant, il connaît son infériorité devant Victor Hugo, versificateur de génie, auteur de Marion Delorme, pièce pour laquelle il professe une admiration fidèle :

« Ah ! si je faisais de pareils vers, sachant faire une pièce comme je la sais faire ! »

Dumas s'engage dans les Trois Glorieuses (la Révolution de juillet 1830).

Ses principaux succès après Henri III et sa cour (1829), sont Christine (mars 1830), Antony, qui triomphe le 3 mai 1831, La Tour de Nesle (mai 1832, qui reste à l'affiche pendant plus de huit cent représentations successives) et Kean (août 1836).

Il connaît la notoriété en tant que dramaturge mais dilapide ses revenus, il écrit alors beaucoup de pièces médiocres si bien que le public se lasse.

Premiers voyages

En 1832, Dumas voyage en Suisse où il rencontre Chateaubriand, puis en Italie du Nord. Il en rapporte ses premières Impressions de voyage. Suivent des voyages en Italie en 1835 puis en Allemagne et Belgique en 1838.

En 1837, il s'entremet auprès de la Duchesse d'Orléans pour qu'elle prenne comme professeur de dessin son ami le peintre de paysage Paul Huet. Cela l'amuse qu'un républicain se mette au service de la noblesse.

En 1840, il est candidat à l'Académie française.

D'octobre 1846 au début janvier 1847, Dumas fit un voyage en Espagne puis en Algérie, accompagné de son fils, Alexandre, et de son collaborateur Auguste Maquet.

Les romans-feuilleton

Après 1830, se développe en France la presse à grand tirage touchant la moyenne et petite bourgeoisie. Émile de Girardin invente le roman-feuilleton. La Presse publie le premier feuilleton-roman : La Comtesse de Salisbury d’Alexandre Dumas, du 15 juillet au 11 septembre 1836 (publié en volume en 1839), puis c'est le succès en 1838 du Capitaine Paul, pièce de théâtre adaptée en roman-feuilleton. En 1841, il se procure le manuscrit d'une nouvelle ou court roman, Le bonhomme Buvat ou la Conspiration de Cellamare, écrit par Auguste Maquet, jeune auteur que lui a présenté Gérard de Nerval en 1838. Ce roman, très largement augmenté par Dumas et renommé Le Chevalier d'Harmental, paraît sous son nom dans La Presse. Parmi les concurrents de Dumas. Eugène Sue connaît un immense succès avec Les Mystères de Paris parus de 1842 à 1843 dans le Journal des débats. Dumas comprend qu'il y a de l'argent à gagner et une place à prendre. Le , son coup d'essai, Les Trois mousquetaires, est un coup de maître et fait grimper les ventes du journal Le Siècle.

En l'espace de sept ans (1844-1850), il produit avec la collaboration d'Auguste Maquet, toutes les grandes œuvres qui assureront sa renommée. Publiées dans quatre journaux, La Presse, Le Siècle, Le Constitutionnel et le Journal des débats. Ce sont, dans l'ordre de parution : Les Trois mousquetaires (1844), Le Comte de Monte-Cristo (1844-1846), La Reine Margot (1844-1845), Vingt ans après (1845), Une fille du Régent (1845), Le Chevalier de Maison-Rouge (1845-1846), La Dame de Monsoreau (1845-1846), Joseph Balsamo (1846-1848), Les Quarante-cinq (1847), Le Vicomte de Bragelonne (1847-1850), Le Collier de la reine (1848-1850). Son rythme de travail est effréné. « Bon jour, mauvais jour, j'écris quelque chose comme 24 000 lettres dans les vingt-quatre heures » (Dumas table sur 50 lettres par ligne et il est payé à la ligne). Il écrit au fur et à mesure des parutions, souvent plusieurs romans en même temps, entrecroisant sans s'y perdre plusieurs intrigues distinctes, changeant de siècle d'un roman à l'autre.

Dumas dispose alors de très gros revenus, mais il dépense encore plus, prodigue avec ses maîtresses et ses amis, et vit à crédit, empruntant toujours, engageant ses droits d'auteur à venir, à la merci du moindre à-coup. Il fait bâtir le château de Monte-Cristo à Port-Marly , une bâtisse de style composite, à la fois Renaissance, baroque et gothique. Il y donne des fêtes et invite le Tout-Paris à un grand bal costumé dans son chateau.

Le Théâtre historique

En 1846, Dumas fait construire son propre théâtre à Paris, boulevard du Temple, qu'il baptise « Théâtre-Historique ». Le théâtre est inauguré en 1847 et accueille les pièces de plusieurs auteurs européens (Shakespeare, Goethe, Calderon, Schiller) avant de faire faillite en 1850. C'est dans ce théâtre qu'il fait jouer pour la première fois une de ses pièces tirée de son roman Le Chevalier de Maison-Rouge dans laquelle est entonné Le Chant des Girondins, devenue un an plus tard l'hymne national français sous la seconde République.

La Révolution de 1848

La révolution de 1848 va ruiner Dumas. D'une part la révolution le prive de ses rentrées habituelles (arrêt du théâtre et des feuilletons pendant plusieurs mois), d'autre part il s'arrête de travailler pour se mettre en campagne. Il est candidat malheureux dans l'Yonne aux élections législatives qui suivent. Il collabore à des journaux éphémères puis rédige, seul, son propre journal Le Mois, qui paraît de mars 1848 à février 1850. Il soutient ensuite Louis Eugène Cavaignac contre Louis-Napoléon Bonaparte. Il publie en 1848 Le Collier de la reine et son fils publie La Dame aux camélias la même année.

En 1849, sa femme Ida Ferrier, avec qui il est séparé, lui demande une pension. Dumas est obligé de vendre aux enchères son château qu'Honoré de Balzac admirait tant. Son théâtre fait faillite en 1850. Ses créanciers se bousculent pour récupérer leurs fonds.

Exil et retour à Paris

Le , menacé de banqueroute, Dumas s'exile à Bruxelles avec Victor Hugo, pour protester contre le coup d’État de Napoléon III. Il commence l'écriture de ses Mémoires à Bruxelles.

Dumas revient à Paris au début 1853 en cédant 45 % de la propriété littéraire de ses œuvres présentes et futures à ses créanciers, mais continue à alterner les séjours à Bruxelles et à Paris jusqu'en 1854. Il trouve à Paris son fils couronné du succès de sa pièce La Dame aux camélias, représentée en février 1852.

Alexandre Dumas père lance en novembre 1853 un quotidien, Le Mousquetaire. Il y publie, toujours avec l'aide de collaborateurs, Mes Mémoires (plus de trois mille pages, parues de 1852 à 1856, qui s'arrêtent en 1833), Les Mohicans de Paris (1854-1859), Les Compagnons de Jéhu (1856), une série historique Les Grands Hommes en robe de chambre (1855-1857). Le Mousquetaire cesse de paraître en février 1857 à cause du retrait progressif d'Alexandre Dumas qui laisse la gestion du journal à ses collaborateurs, ce qui entraîne les désabonnements de ses lecteurs.

Fin mars-début avril 1857, Dumas voyage en Angleterre et rend visite à Victor Hugo à Guernesey. À son retour en France, il lance un journal hebdomadaire Le Monte-Cristo qui paraît d'avril 1857 à 1860. Il y publie une série de romans écrits en collaboration avec Cherville (Gaspard de Pekow, marquis de Cherville), mais celui-ci n'a ni la capacité de travail des anciens collaborateurs de Dumas comme Maquet — il écrit beaucoup moins rapidement, ni leur talent. De 1852 à 1859, Dumas publie plusieurs récits de voyages qu'il retouche et dont il négocie les droits avec les auteurs ; il signe également plusieurs romans traduits du russe ou de l'anglais, ou encore des contes pour enfants tirés de l'allemand. Le premier jet de ces traductions est réalisé par un collaborateur, et Dumas retouche ensuite le texte. Il signe également une traduction fidèle du roman de Walter Scott, Ivanhoé publiée en 1864.

En 1858, Auguste Maquet intente à Dumas un procès qu'il perd : il obtient 25 % des droits d'auteur sur 18 romans mais aucun droit de propriété.

Voyage en Russie (1858-1859)

En 1858, Dumas interrompt la publication des Mohicans de Paris et entreprend un long périple en Russie puis au Caucase (de juin 1858 à mars 1859), avec comme compagnon de voyage le peintre Jean-Pierre Moynet. Il publie ses impressions de voyage dans deux grands recueils : De Paris à Astrakan (publié en deux fois, 1858-1859, puis 1861-1862, et par la suite refondu en 1865 sous le titre En Russie) et Le Caucase (publié en 1859 après la première partie de Paris à Astrakan). Dans ces récits, il relate ses aventures pittoresques dans l'Empire russe puis lors de sa traversée du Caucase, depuis Bakou jusqu'à la mer Noire. Il séjourne notamment à Tbilissi, actuelle capitale de la Géorgie, croisant les traces du grand poète russe Mikhaïl Lermontov. Il publie également des adaptations de nouvelles et de romans d'auteurs russes comme Lazhechnikov et Pouchkine.

En décembre 1859, Dumas signe un contrat avec les frères Lévy pour la réimpression de ses œuvres complètes moyennant un montant de dix centimes pour chaque volume vendu à 1 franc avec une avance de cinquante mille francs (payée en deux fois) suivie de versements réguliers de neuf mille francs par trimestre.

Engagement en Italie (1860 à 1864)

En 1860, Dumas vend ses biens pour acheter des armes pour l'armée de Garibaldi. Dumas est un ami et un admirateur de Garibaldi et pendant l'expédition des Mille, il se rend en Sicile pour lui livrer les armes achetées. Il est le témoin de la bataille de Calatafimi qu'il décrit dans Les Garibaldiens, publié en 1861. Il est aux côtés de Garibaldi le jour de son entrée dans Naples puis il est nommé directeur des fouilles de Pompéi et directeur des musées, charge qu'il occupe pendant trois ans (1861-1864) où il habite à Naples jusqu'à ce que, à cause du mécontentement des Napolitains qui acceptent mal qu'un étranger occupe une telle charge, il préfère démissionner et rentre à Paris.

Durant la même période, il dirige et rédige le journal L'Indipendente auquel collabore le futur fondateur du Corriere della Sera, Eugenio Torelli Viollier. Il écrit parallèlement une Histoire des Bourbons de Naples, ouvrage historique volumineux qui paraît dans le supplément de L'Indipendente du 15 mai 1862 au 6 février 1864 et très partiellement en français dans Le Monte-Cristo, avant la disparition de ce journal en octobre 1862. Cet ouvrage ne paraîtra dans son intégralité en français qu'en 2012 sous forme d'une traduction de la version italienne, faute du manuscrit original. Dumas écrit aussi le roman Emma Lyonna (publié en France sous le titre Souvenirs d'une favorite) sur l'histoire de Lady Hamilton. Il commence en juillet 1863 sans collaborateur la rédaction de La San-Felice qu'il poursuivra pendant dix huit mois et ne terminera qu'à la fin de 1864, après son retour en France, la publication du roman s'étalant dans la Presse de décembre 1863 à 1865. Le succès ne fut cependant pas à la mesure des attentes de Dumas et le roman fut oublié pendant plus d'un siècle jusqu'à sa réédition en 1996 par Claude Schopp.

Dernières années

Dumas rentre en France en avril 1864 et s'installe à Enghien pendant l'été avec une cantatrice, puis revient à l'automne à Paris, Boulevard Malesherbes, après leur séparation. Il voyage en Autriche-Hongrie en 1865. Il ne ralentit pas pour autant sa production littéraire avec Le Comte de Moret en 1865-1866 et Les Blancs et les Bleus, en 1867. Son journal Le Mousquetaire reparaît en 1866-1867. D'un voyage en Allemagne, en juin 1866, il rapporte le roman La Terreur prussienne publié en 1867 dans La Situation. Il a une dernière aventure avec l'actrice Américaine Adah Isaacs Menken (1835-1868) rencontrée au début 1867. Il se laisse photographier avec l'actrice blottie dans ses bras ou assise sur ses genoux. Ces photos font scandale et Dumas obtient leur interdiction à la vente.

Il fait paraître un nouveau journal (Le D'Artagnan) en 1868 (du 4 février au 4 juillet). Il publie en feuilleton en 1869 Hector de Sainte-Hermine (laissé inachevé et publié en volume en 2005) et Création et Rédemption, qui fut publié en deux tomes (Le Docteur mystérieux et La Fille du marquis) après sa mort. Fin gourmet, il est même l'auteur d'un Grand dictionnaire de cuisine, dont le manuscrit est remis à l'éditeur en mars 1870 et publié après sa mort, en 1873. « Alexandre Dumas partageait son temps, comme d'habitude, entre la littérature et la cuisine ; lorsqu'il ne faisait pas sauter un roman, il faisait sauter des petits oignons. »

En , après un accident vasculaire qui le laisse à demi paralysé, Dumas s'installe dans la villa de son fils à Puys, quartier balnéaire de Neuville-lès-Dieppe. Il y meurt le . Ses obsèques ont lieu le 8 décembre. Après la Guerre de 1870, son fils fait transporter le corps à Villers-Cotterêts en avril 1872.

Transfert au Panthéon (2002)

Sa dépouille est transférée au Panthéon de Paris le , à l'occasion du bicentenaire de sa naissance.

Le président de la République Jacques Chirac et l'écrivain Alain Decaux prononcent un discours lors de la cérémonie.

Distinctions

  • Chevalier de la Légion d'honneur ().

Galerie de portraits

Caricatures

Œuvres

Théâtre et livrets d'opéra

Pièces de théâtre

Adaptations de ses romans et nouvelles

Voir la section « #Adaptations de l'œuvre ».

Opéra comique et oratorio

Poésie

Contes et nouvelles

Romans

Grands romans et cycles romanesques

Autres romans

La Maison de Savoie

Traductions et adaptations

Voyages

Récits et Impressions de voyages

Journaux de voyages accomplis par d'autres que Dumas

  • Nouvelles Impressions de voyage : Quinze jours au Sinaï, en collaboration avec Adrien Dauzats, auteur du voyage, 1838
  • Un Gil Blas en Californie ou Californie : un an sur les bords du San Joaquin et du Sacramento, 1852
  • Pélerinage de Hadji-abd-el-Hamid-Bey, 1854-1855 en journal et 1855-1856 en volume, d'après les voyages de Louis Du Couret
  • L'Arabie heureuse, souvenirs de voyages en Afrique et en Asie par Hajji 'Abd al-Hamid Bey, 1857-1858 en feuilleton, puis 1860 en volume. Suite du précédent.
  • Marie Giovanni, journal d'une parisienne en voyage, 1855
  • Les Baleiniers : Voyage aux terres antipodiques. D'après le journal du docteur Félix Maynard, 1858

Biographies et essais historiques

Les Crimes célèbres

Les Crimes célèbres, 1839–1840 constituent une collection de 18 récits historiques :

Mélanges

Écrits sur l'art et les artistes

Chroniques, souvenirs et mémoires

Journaux

Œuvres faussement attribuées à Dumas

Les Deux Diane fut publié comme un livre d'Alexandre Dumas, ce qu'il n'était pas. Quant aux autres ouvrages, hormis le Roman de Violette, qui est un cas particulier, la confusion provient de ce qu'ils furent insérés sans nom d'auteur dans la collection complète de ses oeuvres chez Michel Lévy, et simplement avec la mention corrective « publié » ou « recueilli par Alexandre Dumas ». Le but du procédé était que les auteurs anonymes, des amis de Dumas, pussent bénéficier de sa notoriété.

Publications posthumes

Derniers romans

  • Le Comte de Moret ou Le Sphinx rouge, 1865-1866
  • Création et Rédemption, roman en deux parties imaginé dès 1853, écrit en 1867 et 1868, publié dans Le Siècle en 1869-1870 et en volume en 1872 :
    1. Le Docteur mystérieux, 1872 ;
    2. La Fille du marquis, 1873 (suite du Docteur mystérieux).
  • Hector de Sainte-Hermine, 1869

Livres sur la cuisine

« En mars 1870, il [A. Dumas] remet son manuscrit à l'éditeur Alphonse Lemerre. Dumas ne le verra pas publié : il meurt le 5 décembre de la même année. Après la guerre et la Commune, Lemerre confie à Leconte de Lisle et au jeune Anatole France la direction éditoriale de l'ouvrage, qui paraît en 1873. Ce sont d'ailleurs vraisemblablement ces deux écrivains qui ont signé L.T. l'avant-propos « Alexandre Dumas et le Grand Dictionnaire de cuisine », L. pour Leconte de Lisle et T. pour Thibault, le vrai nom de France. »

  • Grand Dictionnaire de cuisine, 1re édition, Alphonse Lemerre, Paris, 1873 — à lire en ligne
  • Propos d’art et de cuisine. Paris, Calmann-Lévy, 1877
  • Petit Dictionnaire de cuisine, 1882
  • Mon dictionnaire de cuisine, Paris, 1960

Correspondance

  • Lettres d'Alexandre Dumas à Mélanie Waldor, 1992
  • Frères d'armes de la révolution romantique : lettres d'Alexandre Dumas au baron Taylor et à Adrien Dauzats, 1993
  • Lettres à mon fils, correspondance de Dumas avec son fils publiée en 2008.
  • Une amitié capitale: Correspondance Hugo-Dumas, 2015
  • Alexandre Dumas, Correspondance générale, tome 1, 2014, 611p.
  • Alexandre Dumas, Correspondance générale, tome 2, 2016, 775p.
  • Alexandre Dumas, Correspondance générale, tome 3, 2019, 576p.
  • Correspondance, George Sand, Alexandre Dumas père et fils, éd. de Thierry Body et Claude Schopp, publiée en 2019.

Adaptations de l'œuvre

Théâtre

Adaptations par Dumas

Autres adaptations théâtrales

  • 1852 : Benvenuto Cellini, adaptation par Paul Meurice du roman Ascanio.
  • 1878 : Joseph Balsamo, pièce jouée en mars 1878
  • 1881 : La San Felice, adaptation par Maurice Drach.
  • 1890 : La Fin de Murat, Par Jean Berieux.

Opéra

  • 1834 : Gemma di Vergy, opéra de Gaetano Donizetti, Livret de Emanuele Bidèra d'après Charles VII chez ses grands vassaux (théâtre, 1831) ; première représentation à La Scala de Milan le .
  • 1888 : La Dame de Monsoreau, opéra en 5 actes et 8 tableaux. Livret d'Auguste Maquet d'après l'œuvre d'Alexandre Dumas ; Musique de Gaston Salvayre ; chorégraphie de Joseph Hansen ; mise en scène de Pedro Gailhard ; décors de Rubé, Chaperon, Jambon, Poisson, Carpezat ; costumes de Charles Bianchini.
  • 1890 : Ascanio, opéra de Camille Saint-Saëns. Livret de Louis Gallet, d'après la pièce de théâtre Benvenito Cellini de Paul Meurice, adaptée du roman Ascanio de Dumas.
  • 1896 : Le Chevalier d'Harmental (en), opéra-comique d' André Messager. Livret de Paul Ferrier.
  • 1899 : Le Sarrazin (en), opéra de César Cui, d'après Charles VII chez ses grands vassaux

Musique

  • La Belle Isabeau, conte pendant l'orage pour voix, chœur et piano d'Hector Berlioz [H94], 1843
  • Jeanne d'Arc au bûcher, pour mezzo-soprano, piano et orchestre de Franz Liszt [S293], 1846

Ballet

  • 1892 : Casse-Noisette, ballet de Piotr Ilitch Tchaïkovski , d'après Histoire d'un Casse-Noisette, la version de Dumas du conte d'E.T.A. Hoffmann (Casse-Noisette et le Roi des souris).

Cinéma

  • 1909 : Mario Caserini adapte La dame de Monsoreau sous forme d'un court métrage qui sera distribué aussi bien en Italie, qu'en France ou aux États-Unis.
  • 1912 : Emile Chautard réalise un long-métrage de La dame de Montsoreau.
  • 1923 : La Dame de Monsoreau, film muet français de René Le Somptier

Entre 1921 et 2006, on compte une quarantaine de films directement inspirés de l'œuvre de Dumas et une quinzaine d'adaptations télévisées.

Télévision

  • 1961 : La Reine Margot téléfilm réalisé par René Lucot
  • 1963 : Le chevalier de Maison-Rouge mini-série réalisée par Claude Barma
  • 1966 : Le Chevalier d'Harmental mini-série réalisée par Jean-Pierre Decourt
  • 1966 : La fille du Régent, feuilleton télévisé réalisé par Jean-Pierre Decourt
  • 1966 : Les compagnons de Jéhu mini-série réalisée par Michel Drach
  • 1971 : La Dame de Monsoreau mini-série réalisée par Yannick Andréi
  • 1973 : Joseph Balsamo mini-série réalisée par André Hunebelle
  • 1973-1975 : Les Mohicans de Paris feuilleton télévisé réalisé par Gilles Grangier
  • 1979 : Le Comte de Monte-Cristo mini-série réalisée par Denys de La Patellière
  • 1996 : La Reine Margot série télévisée russe réalisée par Alexandre Mouratov
  • 1998 : Le Comte de Monte-Cristo mini-série réalisée par Josée Dayan
  • 1998 : Grafinya de Monsoro, série télévisée russe adaptée du roman La dame de Monsoreau
  • 2004 : Gankutsuou série d'animation japonaise produite par Gonzo, adaptée du roman Le Comte de Monte Cristo.
  • 2004 : La Sanfelice (Titre original : Luisa Sanfelice) téléfilm franco-italien réalisé par les frères Paolo Taviani et Vittorio Taviani, d'après le roman La San-Felice
  • 2008 : La Dame de Monsoreau, téléfilm réalisé en 2006 par Michel Hassan
  • 2014-2016 : The Musketeers série télévisée britannique co-produite par BBC One et BBC America, librement adaptée du roman Les Trois mousquetaires

·

Bandes dessinées

  • Les Compagnons de Jéhu, Les Trois mousquetaires et Le Comte de Monte-Cristo dans la série Mondial Aventures, Société parisienne d'édition, 1954-1959
  • Les Frères corses dans la série Classiques illustrés, Publications classiques internationales, 1960
  • Les Trois mousquetaires, Michel Lacroix (scénario et dessins), Fernand Nathan, 1973
  • D'Artagnan, Courtilz De Sandras (scénario), Auguste Liquois (dessins), éditions Prifo, 1977
  • L'aigle de Clermont deux volumes, 1980, sur les aventures de la Dame de Monsoreau.
  • Les Trois mousquetaires et La Reine Margot, Henri Filippini (scénario), Mancini (dessins), éditions IPM et Ange, 1990-2010 (versions érotiques)
  • Causerie sur Delacroix, texte de Dumas de 1864 en hommage posthume au peintre Eugène Delacroix décédé l'année précédente, illustré par Catherine Meurisse, coll. « La Coolection », éditions Drozophile, 2005
  • La Reine Margot, François Gheysens, Olivier Cadic (scénario), Juliette Derenne (dessins), éditions Théloma et Chapeau bas, 2006-2008
  • Les Trois mousquetaires, Michel Dufranne, Jean-David Morvan (scénario), Rubén (dessins), éditions Delcourt, 2007
  • Les Compagnons de Jehu, René Giffey (scénario et dessins), éditions Anaf, 2009

Source : bedetheque.com

CD pour non francophones

  • Les Trois mousquetaires et Vingt ans après, collection « Ados », Pearson, Turin, 2000-2001 (adaptations simplifiées destinées aux adolescents et jeunes adultes non francophones, avec CD audio et exercices)
  • L'Homme au masque de fer d'après Le Vicomte de Bragelonne, collection « Ados », Pearson, Turin, 2008

Hommages

Monuments et statues

(liste non exhaustive)

  • 1883 - statue place du Général-Catroux (17e arrondissement de Paris) par Gustave Doré
  • 1885 - terre cuite d'Alexandre Dumas en pied pour le monument de Villers-Cotterêts, par Albert-Ernest Carrier-Belleuse
  • statue de Villers-Cotterêts par Jean-Loup Bouvier, 2005, l'original de 1885 ayant été fondu par l'occupant en 1942, hauteur trois mètres.

Hommages fictionnnels au cinéma et à la télévision

  • En 1965 Henri Spade réalise pour la télévision La Misère et la Gloire d'Alexandre Dumas, adapté des Trois Dumas d'André Maurois. Le personnage est interprété par Claude Brasseur.
  • En 2010, Safy Nebbou réalise un film intitulé L'Autre Dumas d'après une pièce de théâtre de Cyril Gély et Éric Rouquette qui évoque la relation d'Alexandre Dumas, interprété dans le film par Gérard Depardieu, avec son collaborateur-nègre Auguste Maquet, interprété par Benoît Poelvoorde.

Documentaire télévisé

  • 2002 : Alexandre Dumas ou l'Appétit de la vie, film documentaire de Micheline Paintault, coproduction France5-SCEREN-CNDP, 2002.

Clichés photographiques

En mars 1867, Alphonse Liébert photographie Alexandre Dumas père avec Adah Isaacs Menken. En , Dumas intente un procès à Alphonse Liébert, devant la première chambre à Paris et demande le retrait de la vente des photographies où il apparaît avec Menken, Il est débouté le 3 mai, mais le verdict est infirmé en appel le 25 : après la proposition du rachat des clichés (pour la somme de 100 Francs), les photographies de lui avec Menken sont interdites à la vente.

Héraldique

Bibliographie

Œuvres complètes de Dumas

La plupart des romans de Dumas sont disponibles séparément en éditions de poche ou groupées.

  • Œuvres complètes, 301 vol., Michel Lévy, Paris, à partir de 1860
  • Alexandre Dumas illustré, A. Levasseur et Cie, 25 tomes reliés ou 60 volumes brochés, 1900
  • Bibliographie des Auteurs Modernes (1801-1934) par Hector Talvart et Joseph Place, éditions de la Chronique des Lettres Françaises, Aux Horizons de France, Paris, 1935, tome 5.
  • Sylvain Ledda, Alexandre Dumas, Théâtre complet, co-dir. Anne-Marie Callet-Bianco, Paris, Classiques Garnier. 15 volumes, 2017-2023.

Anthologies et inédits divers de Dumas

  • Claude Schopp, Le Salut de l'Empire. Hector de Sainte-Hermine, Phébus, Paris, 2008, 736 p. (ISBN 9782752902795)
  • Chroniques napolitaines d'hier et d'aujourd'hui, Pygmalion, 2010
  • La Camorra et autres récits de brigandage, édition de Claude Schopp, Vuibert, 2011
  • Mes chasses, La Bibliothèque, 2012, 190p.
  • Lettres de Capri, La Bibliothèque, 2012, 160p.
  • Claude Schopp, Le meilleur d'Alexandre Dumas - Maximes, pensées, jugements & anecdotes, Vuibert, 2016, 352p.

Livres sur Dumas

  • Guy Endore, King of Paris, roman, Simon & Schuster (New York, NY), 1956
  • André Maurois, Les Trois Dumas, Hachette, Paris, 1957.
  • Jean de Lamaze, Alexandre Dumas, Paris, Éditions Pierre Charron, collection les géants, 1972.
  • Christian Biet, Jean-Paul Brighelli et Jean-Luc Rispail, Alexandre Dumas ou les aventures d'un romancier, Gallimard, coll. « Découvertes Gallimard/Littératures » (no 12), Paris, 1986.
  • Réginald Hamel et Pierrette Méthé, Dictionnaire Dumas, Index analytique et critique des personnages et des situations dans l'œuvre du romancier, Éditions Guérin Littérature, Montréal, 1990-2004
  • Daniel Zimmermann, Alexandre Dumas le Grand, Julliard, Paris, 1993 (rééd. Phébus, 2002)
  • Fernande Bassan, « Le roman-feuilleton et Alexandre Dumas père (1802-1870) », Nineteenth-Century French Studies, vol. 22, no 1/2, automne-hiver 1993-1994, p. 100-111, JSTOR:23537435 .
  • Charles Dantzig (dir.), Le Grand Livre de Dumas, Les Belles lettres, Paris, 1997
  • Claude Schopp, Alexandre Dumas, le génie de la vie, Fayard, Paris, 1997
  • Dominique Fernandez, Les Douze Muses d'Alexandre Dumas, Grasset, Paris, 1999
  • Bernard Fillaire, Alexandre Dumas et Associés, Bartillat, Paris, 2002
  • Claude Schopp, Trois jours décisifs de la vie d'Alenxandre Dumas, Michel Laffont, 2002, 218p.
  • Youjun Peng, La Nation chez Alexandre Dumas, éd. L'Harmattan, 2003
  • Jean Lacouture, Alexandre Dumas à la conquête de Paris, éditions Complexe, 2005
  • Henri Troyat, Alexandre Dumas, le cinquième mousquetaire, Grasset, 2005
  • Raphaël Lahlou, Alexandre Dumas, ou le don de l'enthousiasme, Bernard Giovanangeli Éditeur, 2006
  • Charles Grivel (dir.), Les vies parallèles d’Alexandre Dumas, Revue des Sciences Humaines, Lille, 2008
  • (es) Mercedes Balda, Manuel Galguera, Alejandro Dumas. Vida y obras, éd. Balam, Mexico, 2009
  • Simone Bertière, Dumas et les Mousquetaires - Histoire d'un chef-d'œuvre, éditions de Fallois, Paris, 2009.
  • Claude Schopp, Dictionnaire Dumas, CNRS, Paris, 2010, 660 p. (ISBN 978-2-271-06774-6)
  • Michel de Decker, Alexandre Dumas, un pour toutes, toutes pour un, Belfond, 2010
  • Vittorio Frigerio, Dumas l'irrégulier, Limoges : Presses de l'Université de Limoges (PULIM), 2011,190 p. (ISBN 978-2-842-87546-6)
  • Claude Camous, Alexandre Dumas, du Château d’If au gai Paris, préface de Jacques Bonnadier, éditions Autres Temps, Gémenos, 2014, 123 p. (ISBN 978-2-84521-483-5)
  • Sylvain Ledda, Alexandre Dumas, Paris, Gallimard, coll. « Folio Biographies »,

Notes et références

Notes

Références

Voir aussi

Sources

  • Alexandre Dumas, Mes mémoires, éd. Calmann-Lévy, 1863.

Articles connexes

Collaborateurs de Dumas

Liens externes

  • Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistes : BlackPast • Deutsche Biographie • Enciclopédia Itaú Cultural • Encyclopædia Britannica • Encyclopædia Universalis • Encyclopédie Treccani • Frankfurter Personenlexikon • Gran Enciclopèdia Catalana • Encyclopédie Larousse • Swedish Nationalencyklopedin • Store norske leksikon
  • Ressources relatives aux beaux-arts :
    • AGORHA
    • Musée d'Orsay
    • (en) National Portrait Gallery
    • (en) Union List of Artist Names
  • Ressources relatives à l'audiovisuel :
    • Allociné
    • (en) Internet Movie Database
  • Ressources relatives à la littérature :
    • NooSFere
    • (en) The Encyclopedia of Science Fiction
    • (en) Internet Speculative Fiction Database
  • Ressource relative à la recherche :
    • Biodiversity Heritage Library
  • Ressources relatives au spectacle :
    • Les Archives du spectacle
    • Kunstenpunt
    • (en) Internet Broadway Database
  • Ressources relatives à la bande dessinée :
    • BD Gest'
    • (en) Comic Vine
Sur Dumas
  • Alexandre Dumas sur le site de la Bibliothèque nationale de France
  • Société des amis d'Alexandre Dumas (biographie, dictionnaire des œuvres et textes intégraux en ligne)
  • Musée Dumas (dédié aux trois Dumas) et parcours guidés organisés par l'Office de tourisme de Villers-Cotterêts et de la forêt de Retz
Sur ses œuvres
  • « Alexandre Dumas », sur gutenberg.org (livre gratuit, disponible en : html, epub, kindle, texte.)
  • « Alexandre Dumas, suites, plagiats, pastiches et hommages » : les romans et bandes dessinées dérivés de l'œuvre d'Alexandre Dumas
  • Œuvres d'Alexandre Dumas au format epub sur Bibebook
  • Livres audio gratuits: œuvres d'Alexandre Dumas à lire et à écouter en téléchargement libre
  • Liste des livres de Alexandre Dumas téléchargeable sur le site des ebooks gratuits livreslib
Documents numérisés
  • Manuscrits, lettres autographes etc... du Musée Alexandre Dumas à Villers-Cotterêts.
  • Portail de la littérature française
  • Portail du romantisme
  • Portail de la France au XIXe siècle
  • Portail de l’Aisne

Ce contenu est mis à disposition selon les termes de Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Alexandre Dumas de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

Auteurs associés

Livres numériques libres

Afficher "Robin des bois : Le Prince des voleurs"Afficher "Le Comte de Monte-Cristo"Afficher "La Reine Margot"Afficher "Robin des bois : Le proscrit"Afficher "Les Trois mousquetaires"Afficher "Le Comte de Monte-Cristo"Afficher "La Dame aux camélias"Afficher "Vingt ans après"Afficher "Le Comte de Monte-Cristo"Afficher "Le Comte de Monte-Cristo"