Recherche


Avis de lecteurs

Je suis fille de rage (Jean-Laurent Del Socorro)

note: 5Roman historique passionnant Michèle - 27 juin 2020

Durant la guerre de Sécession, plusieurs protagonistes racontent ce qu'ils vivent, avec différents points de vue : les Confédérés contre l'Union et les esclaves. Abraham Lincoln se bat contre ses [...]

Méthode 15-33 (Shannon Kirk)

note: 4Belle surprise Céline - 9 août 2020

J'ai découvert ce livre totalement par hasard dans un rayon de la médiathèque et j'avoue avoir été agréablement surprise.
Le roman est de très bonne qualité, l'intrigue aussi, on est vite [...]

Les Radley (Matt Haig)

note: 4Entretien avec des vampires Michèle - 27 juin 2020

Je m'attendais à un livre un peu plus sanglant et moins adolescent mais finalement j'ai adoré l'histoire de cette famille dont les non dits les tuent à petit feu...
Il [...]

Beate et Serge Klarsfeld (Pascal Bresson)

note: 5Admirable FM - 28 novembre 2020

Qui n’a pas un jour entendu parler du combat de la famille Klarsfeld ? Avec ce roman graphique adapté des mémoires de Beate et Serge Klarsfeld, nous suivons le chemin [...]

Le chant d'Achille (Madeline Miller)

note: 4Achille au pied léger FM - 10 juin 2020

Demi-dieu de la mythologie grecque, Achille est l’un des inoubliables personnages de L’Iliade d’Homère. Diplômée de lettres classiques, l’américaine Madeline Miller a relevé le défi de romancer l’histoire d’Achille en [...]

Les sales gosses (Charlye Ménétrier McGrath)

note: 4Drôle et émouvant Victoria, MMC - 22 juillet 2020

Vous voulez du feelgood ? Ne cherchez plus !

Quand les enfants de Jeanne, vaillante octogénaire, la place en maison de retraite contre son gré, ils ne sont pas au bout [...]

Ango SAKAGUCHI

 
Ango SAKAGUCHI. Source: Wikipedia

Ango Sakaguchi (坂口 安吾, Sakaguchi Ango) ; , est un romancier et essayiste japonais, né à Niigata et mort à Kiryū, Préfecture de Gunma .

Biographie

Douzième d'une famille de treize enfants, il est né le , de son vrai nom Heigo Sakaguchi (坂口 炳五 Sakaguchi Heigo). Son père était un politicien et poète, président du journal Niigata Shinbun. Très tôt il fait l'apprentissage de la solitude et de l'insoumission, ce qu'il nommera plus tard "l'épaisseur existentielle". Il étudie la philosophie de l'Inde et publie en 1931 Kaze hakase (Docteur vent), un conte où apparaît déjà son sens du burlesque et du cynisme. Il entame alors l'écriture d'une œuvre marquée par la déchéance et la provocation, contre les valeurs établies et la morale conformiste. En 1942 paraît Seishun-ron (De la jeunesse), et surtout en 1946 Daraku-ron (La Chute), essai sur sa vision de la guerre qui le rend célèbre et dans lequel il écrit : "Le Japon a perdu, l'éthique des guerriers est morte mais, de cette matrice de vérité qu'est la déchéance, sont enfin nés des êtres humains."

La même année, il poursuit son éloge de la déchéance dans la célèbre nouvelle Hakuchi (L'Idiote), où dès la première phrase il range côte à côte porcs, chiens, poules, canards et êtres humains. Ses personnages sont des antihéros, marginaux et souvent désespérés, qui tentent de survivre en préservant l'individualité de leur destin, incarnant le sentiment d'une irrémédiable solitude de l'être. De nombreux autres récits, souvent proches de l'autobiographie, notamment Ishi no omoi (Souvenirs d'une pierre) en 1946, témoignent de son expérience de la guerre et de sa critique virulente des préjugés et du Japon bien-pensant de l'après-guerre. En 1948 il reçoit le prix des auteurs japonais de romans policiers pour Furenzoku satsujin jiken (Meurtres sans série). Parallèlement à son mépris de toute morale et de toute institution, sa vision de la société japonaise devient de plus en plus critique, notamment dans Ango shin-Nippon chiri (Nouvelle géographie du Japon d'Ango, 1951), mais ensuite, épuisé par une mélancolie délirante, l'alcool et l'abus de barbituriques, il ne produit presque plus rien et meurt à Kiryū, Préfecture de Gunma, le , dans une misère dans laquelle il avait librement accepté de vivre.

Liste des œuvres traduites en français

  • 1946 : La Chute, dans Cent ans de pensée au Japon (Tome 1), Editions Philippe Picquier, 1996.
  • 1946 : L'Idiote (白痴), suivi de Je voudrais étreindre la mer (私は海を抱きしめてゐたい), deux nouvelles traduites par Edwige de Chavanes, Le Calligraphe-Picquier, 1986 ; Picquier poche, 1999.
  • 1946 : Une femme et la guerre (戦争と一人の女), dans Les Ailes La Grenade Les Cheveux blancs et douze autres récits (1945-1960), nouvelle traduite par Edwige de Chavanes, Editions Picquier, 1986 (réédition 1991) ; Anthologie de nouvelles japonaises (Tome II - 1945-1955) - Les Ailes La Grenade Les Cheveux blancs, Picquier poche, 1998 ; version inédite dans Le Désir - Anthologie de nouvelles japonaises contemporaines Tome 2, nouvelle traduite par Jean-Jacques Tschudin, Éditions du Rocher, 2007.
  • 1947 : Sous les fleurs de la forêt de cerisiers (桜の森の満開の下), dans Anthologie de nouvelles japonaises contemporaines (Tome II), nouvelle traduite par Edwige de Chavanes, Gallimard, 1989.
  • 1948 : Meurtres sans série (不連続殺人事件), roman traduit par Estelle Figon, Les Belles Lettres, 2016.

Voir aussi

  • Tozai Mystery Best 100 (Les 100 meilleurs romans policiers de l'Orient et l'Occident)
  • Sakaguchi Ango’s Conceptualizations of the Function of Literature in the Postwar Era - Thesis, par Yongfei Yi, Graduate School of The Ohio State University, The Ohio State University, USA, 2011 [1]
  • Portail de la littérature
  • Portail du Japon
  • Portail du polar

Ce contenu est mis à disposition selon les termes de Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Ango SAKAGUCHI de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

Auteurs associés