Recherche


Avis de lecteurs

After n° 4
After we rise (Anna Todd)

note: 3De gros rebondissements Céline - 4 janvier 2020

Ce tome est riche en rebondissements avec de nombreuses révélations qui restent assez bien cohérentes avec l'histoire.
Mais je trouve que par moment, la relation entre Tessa et Hardin est [...]

La Maison allemande (Annette Hess)

note: 5[livre numérique] Un roman de mémoire et d'émancipation FM - 22 février 2020

Situé au début des années 60 en Allemagne, ce roman nous attache au parcours d’une jeune femme, Eva. Fille d’aubergistes, elle est devenue traductrice, notamment du polonais. Cette compétence la [...]

After n° 5
After ever happy (Anna Todd)

note: 3Une fin mitigée Céline - 4 janvier 2020

Personnellement j'ai été un peu déçue en lisant ce dernier tome, autant on nous a vraiment détaillé la relation entre Tessa et Hardin durant 5 romans et là, on nous [...]

Sorcières (Mona Chollet)

note: 5Tremblez, les sorcières sont de retour ! Victoria, MMC - 31 janvier 2020

Mona Chollet, journaliste au Monde diplomatique, signe un texte féministe qui arrive à point nommé après l'éclatement de l'affaire Weinstein et les vagues du mouvement #MeToo !

Contrairement à ce que [...]

Possession (Paul Tremblay)

note: 4Très bon roman Céline - 4 janvier 2020

Un très bon roman qui inscrit le rite de l'exorcisme et la possession dans un cadre plus moderne. Avec l'influence des médias, etc ...
Ce livre est très prenant, l'histoire évolue [...]

État de nature (Jean-Baptiste de Froment)

note: 5Une lecture rapide, grinçante et savoureuse. Marie - 11 mai 2020

Fable politique, roman politique d’anticipation…. Plusieurs possibilités s’offrent à nous pour présenter ce court roman écrit par un ancien conseiller d’un président de la République, plus d’un an avant les [...]

Bernardo Sandoval

 

Bernardo Sandoval, né en mai 1958 en Castille-et-León, est un guitariste, auteur-compositeur et interprète franco-espagnol, toulousain d'adoption. Il œuvre à la reconnaissance mondiale du flamenco, musique qu'il n'hésite pas à métisser avec les styles latino, jazzy, afro et méditerranéens.

Biographie

Né en mai 1958 en Castille-et-León, il est l'enfant d'une famille ouvrière qui s'est exilée en 1960 à Toulouse. Dès sa plus tendre enfance, il est marqué par les influences musicales de son pays d'origine.

Il effectue une partie de sa scolarité au Lycée Pierre de Fermat. À 14 ans, il découvre la guitare. Après quelques petits boulots (il a été fleuriste le weekend place Jeanne d'Arc à Toulouse), il commence à gagner de l'argent en donnant des cours de guitare. Il fréquente le centre espagnol de la rue des Chalets et découvre le flamenco ce qui devient le premier flash dans sa vie. Cette musique suscite chez lui un fort intérêt pour le message fort de révolte qu'elle renvoie. Au moment de la chute de la dictature franquiste, à 16 ans, il décide de retourner vers son pays d'origine et part retrouver des chanteurs de flamenco à Barcelone.

À 20 ans, on le remarque et il est diplômé en 1978 de la réputée et stricte chaire de flamenco de Cordoba (le prix de guitare de Cordoue) pour « son apport à l’art flamenco en matière de guitare de concert ». En 1979, il est honoré du premier prix du concours national de la Unión (équivalent espagnol du Grand Prix de l’Académie Charles-Cros).

L'ambiance polémique, les justifications, l'élitisme et l'intégrisme du flamenco en Espagne lui déplurent et il décida de rentrer à Toulouse. Son retour fut en grande partie motivé par le fait qu'à Toulouse cohabitaient différents genres de musiques joués par des amis avec qui il pouvait métisser sa musique. Le rock, le blues, la salsa et les autres musiques représentaient pour lui un intérêt aussi important que le flamenco : « Je suis flamenco, mais pas que flamenco ! ». Bernardo Sandoval était attiré par le côté cosmopolite toulousain où il pouvait jouer facilement avec ses amis dans une trentaine d’endroits différents. Toujours en 1979, Bernardo Sandoval contacte Salvador Paterna pour monter un duo qu'ils tourneront pendant deux années en France et en Espagne.

Par la suite, il se lance dans de nombreuses autres tournées et sillonne de nombreuses régions en Afrique, Amérique du Sud et du Nord. Il fait la rencontre de grands noms de la musique comme Paco de Lucía, Camaron de la Isla, Didier Lockwood, Michel Jonasz, Jacques Higelin, Chavela Vargas….

Ainsi, Bernardo Sandoval fut véritablement découvert en 1988 au Printemps de Bourges où il fait la première partie de Didier Lockwood. Il assura aussi la première partie de Michel Jonasz à la Cigale et au Casino de Paris, en 1989. La même année, il se produit avec Camarón de la Isla dans les arènes de Nîmes. La puissance de sa musique conquiert un public exigeant et fin connaisseur de flamenco.

Sa discographie débute dans les années 1990. Il fait plusieurs voyages où il joue à Cuba, au Chili, au Sénégal. L'Afrique (Togo et Bénin) devient pour lui une véritable révélation et lui permet de développer véritablement son style musical. Il fait aussi la connaissance de la comédienne Zouie, qui deviendra sa muse puis son épouse. En 1996 il fait partie du projet du collectif 100% Collègues. Il participe également au collectif Motivé-e-s avec Serge Lopez, Pascal Rollando, Philippe Dutheil (la reprise du Chant des Partisans), Mustapha et Hakim Amokrane (deux chanteurs du groupe Zebda), Jean-Luc Amestoy, et Marc Dechaumont, des personnalités de la scène toulousaine.

Un autre moment fort dans sa vie fut la rencontre d'Alain Moglia qui lui fit découvrir la musique classique.

Bernado Sandoval devient l’auteur de quelques « classiques », dont Camino del Alba, Vida, Hoy, Negriluz, En Vivo

Il est également auteur de musiques de films comme Marie Baie des Anges de Manuel Pradal mais surtout de Western de Manuel Poirier pour laquelle il obtient le César en 1998. Il a également composé pour Mehdi Charef la B.O. de Marie-Line avec Muriel Robin, ainsi que La Fille de Keltoum, présenté au 54e Festival de Cannes 2001.

Il a travaillé dernièrement au Mexique sur la première partie de son œuvre Rekindio. Il s'est ainsi produit en tournée au Mexique (Veracruz, Monterrey, Puebla, Guadalajara...) avec un orchestre de 50 choristes, 150 musiciens et la grande chanteuse soliste zapothèque Lorena Vera. Son récital solo Rekindio Messe pour les Indiens est une œuvre réalisée en collaboration avec l'arrangeur Jean-Marc Fouché.

À son retour, Bernard Sandoval s'est produit en France et en Belgique.

Il a travaillé aussi sur une « création-maison » autour de textes écrits par son frère Gabriel, et de l’œuvre du sculpteur Alain Corret. Son album Amor est une composition de balades accompagnées d'un trio de jazz (Guillaume de Chassy au piano, Joël Trolonge à la contrebasse, Jean-Denis Rivaleau à la batterie).

En 2009, il compose la musique du Film Le Café du pont de Manuel Poirier, qui sort le

Discographie

  • Camino del Alba
  • Caracola
  • Vida
  • Aurora
  • Hoy
  • Western (B.O.)
  • Buenos dias
  • En vivo
  • Negriluz
  • Amor
  • Alianza
  • Te Vi

Participations

  • 100% collègues (avec 100% collègues)
  • En concert (avec 100% collègues)
  • Motivés ! (avec le collectif Motivé-e-s)

Prix

  • Prix de guitare de Cordoue
  • Prix du concours national de la Unión
  • César de la musique de film à l'occasion du 51e Festival de Cannes 1998.

Liens externes

  • Site officiel
  • Le site du Taktikollectif
  • Portail de la musique
  • Portail de Toulouse

Ce contenu est mis à disposition selon les termes de Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Bernardo Sandoval de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

CD

Afficher "Les Années 90"Afficher "Western"