Recherche


Avis de lecteurs

L'auberge du pèlerin (Elizabeth Goudge)

note: 5Un beau roman dans la pure tradition anglaise Agnès MMC - 14 août 2021

Dans ce roman foisonnant qui se passe dans la campagne anglaise de l’immédiat après-guerre, marqué encore par les restrictions, on fait la connaissance de la famille Eliot : la grand-mère [...]

La Villa aux étoffes (Anne Jacobs)

note: 5Downton Abbey à l'allemande FM - 14 août 2021

Une saga familiale qui emmène le lecteur dans l'Allemagne du XXè siècle, au sein d'une famille mi-aristocrate mi-bourgeoise, au train de vie élevé grâce aux filatures. En ce siècle traversé [...]

L'ami arménien (Andreï Makine)

note: 5"Il m'a appris à être celui que je n'étais pas." Angélique, MMC - 19 août 2021

Andreï Makine, né en Sibérie, auteur d’une œuvre saluée par de prestigieux prix littéraires, membre de l’Académie française, nous livre dans ce roman très personnel l’histoire d’une amitié de jeunesse. [...]

Belladonna (Jennifer Dalrymple)

note: 5Une tragi-comédie à l'italienne Agnès MMC - 14 août 2021

Cette jolie couverture colorée dessinée par l’auteure cache un récit très dépaysant qui nous emmène dans un village des Abruzzes. Un sorcier déprimé, surnommé Il Gufo, le hibou, que tout [...]

Mémoire de soie (Adrien Borne)

note: 5Un nom à graver dans la pierre. Angélique, MMC - 19 août 2021

Nous n'avons pas fini d'écrire et de lire sur la Première Guerre mondiale. Ce livre aborde des thèmes peu développés dans les romans : la grippe espagnole, les asiles, la [...]

Broadway Limited n° 3
Une thé avec Grace Kelly (Malika Ferdjoukh)

note: 5Une trilogie réjouissante dans le New York d’après-guerre Agnès MMC - 14 août 2021

Il aura fallu 6 ans à Malika Ferdjoukh pour écrire cette trilogie qui se passe à New-York à la fin des années 1940 et donc beaucoup de patience pour son [...]

Mathieu Kassovitz

 
Mathieu Kassovitz. Source: Wikipedia

Mathieu Kassovitz, né le à Paris, est un acteur, réalisateur, producteur et scénariste français.

En 1995, il reçoit le César du meilleur espoir masculin pour Regarde les hommes tomber.

Il réalise La Haine la même année, le film reçoit trois César, dont celui du meilleur film et du meilleur montage. Il est aussi connu pour son rôle dans la série Le Bureau des légendes où il joue le rôle principal, celui de Guillaume Debailly alias Malotru.

Situation personnelle

Petit-fils du dessinateur hongrois Félix Kassowitz, Mathieu Kassovitz est le fils de Peter Kassovitz, réalisateur, et de Chantal Rémy, monteuse de films.

Son père est français juif, d'origine hongroise (il a quitté la Hongrie pour Paris en 1956 au moment de l'insurrection de Budapest). Son père joue l'organisateur de la galerie d'art dans le film La Haine. Sa mère est française catholique, issue d'une famille ouvrière rémoise.

Mathieu Kassovitz a été marié à l'actrice Julie Mauduech, avec laquelle il a joué dans le film qu'il a dirigé, Métisse, et qui fait une brève apparition dans La Haine (elle joue le rôle d'une jeune femme qui se fait draguer par Saïd lors d'un vernissage à Paris). Ils ont une fille nommée Carmen. Il a ensuite deux enfants avec le mannequin Aurore Lagache.

Entre 2014 et 2019, il est en couple avec Aude Legastelois, une actrice de 20 ans sa cadette.

Passionné de boxe, il monte sur le ring le pour son premier combat amateur (−69 kg, vétérans) lors d'un gala au Centre international de Deauville.

Il participe au débat public sur les moyens de sortir de la crise climatique. En 2018, il figure ainsi parmi les 200 signataires d'un appel publié dans le journal Le Monde. L'appel met en garde contre des conséquences dramatiques, telles que l'extinction de l'espèce humaine, si une action politique « déterminée et immédiate » dans des domaines problématiques tels que le changement climatique ou la biodiversité, devait être ignorée.

Carrière

Premières réalisations et révélation critique (1990-1999)

Entre 1990 et 1993, parallèlement à sa carrière d'acteur, il réalise trois courts-métrages, Fierrot le Pou, Cauchemar blanc et Assassins.

Son passage au long-métrage va être salué par la critique : ses films s'inspirent directement du cinéma de Spike Lee, notamment Do the Right Thing (1989), qui va influencer ses deux premiers longs-métrages. Après avoir été remarqué pour Métisse en 1993, il crée véritablement l'événement avec La Haine, qu'il écrit et réalise, succès à la fois français et international qui remporte trois Césars (César du meilleur montage, César du meilleur film, César du meilleur producteur) et le prix de la mise en scène au Festival de Cannes 1995. Le film devient culte et sa portée sociale est renforcée avec le temps.

La même année, il décroche le César du meilleur espoir masculin pour sa performance dans Regarde les hommes tomber, première réalisation de Jacques Audiard.

En 1996, il enchaînera, avec le même Jacques Audiard, Un héros très discret.

En 1997, Mathieu Kassovitz adapte son court-métrage Assassins... de 1992 en long-métrage, avec en acteurs principaux lui-même et Michel Serrault.

Le film suscite la polémique au festival de Cannes : Michel Serrault incarne un personnage froid et méthodique et le thème est dérangeant (un tueur veut transmettre son savoir-faire à un jeune sans emploi). Le film est sifflé par les spectateurs du Festival. Mathieu Kassovitz désigne Assassin(s) comme son film préféré[réf. nécessaire].

Comme acteur, en 1998, il porte avec Vincent Cassel, Le Plaisir (et ses petits tracas), second film de Nicolas Boukhrief, et en 1999, participe à Jakob le menteur, troisième et dernier film de cinéma de son père, Peter Kassovitz, mené par la star américaine Robin Williams.

Confirmation commerciale et échecs hollywoodiens (2000-2009)

En 2000, il fonde la société de production MNP Entreprise. Il réalise ensuite Les rivières pourpres, thriller psychologique avec Jean Reno et Vincent Cassel, qui rencontre aussi un grand succès commercial, et lui permet d'attirer l'attention des studios américains.

Parallèlement, il continue à apparaître dans des films remarqués : en 2001, il confirme son aura internationale en participant à Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain, de Jean-Pierre Jeunet, et donne la réplique à Nicole Kidman pour le thriller Nadia, de Jez Butterworth. Et en 2002, il participe au très populaire Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, d'Alain Chabat, et mène l'ambitieux Amen. de Costa-Gavras. Kassovitz y joue le rôle d'un jeune prêtre qui sympathise avec Kurt Gerstein, un officier SS qui a cherché à alerter l'Allemagne et surtout l'étranger sur la Shoah. Les deux films sont acclamés par la critique.

Côté réalisation, au début des années 2000, il travaille sur un projet de film de science-fiction, qu'il voudrait être un équivalent français de 2001, l'Odyssée de l'espace. L'action se déroulerait en partie à bord de la Station spatiale internationale. Afin qu'il puisse utiliser l'Airbus A300 ZERO-G de Novespace pour les séquences en apesanteur, un studio de tournage est installé à proximité de l'aéroport de Bordeaux-Mérignac. Le tournage est cependant interrompu.

En 2003, sort finalement Gothika, sa cinquième réalisation, un thriller fantastique porté par la récemment oscarisée Halle Berry et aussi Penélope Cruz. Mathieu Kassovitz admettra par la suite qu'il s'agissait de tenter l'aventure hollywoodienne et d'amasser une partie de l'argent nécessaire à la réalisation d'un projet plus personnel lui tenant à cœur depuis longtemps : Babylon A.D.. Ce film, qu'il a réalisé du au , est l'adaptation de Babylon Babies, roman de l'écrivain Maurice G. Dantec. Il est sorti le . Il est très mal reçu par la critique et échoue au box-office.

Parallèlement, il continue à sélectionner ses projets en tant qu'acteur : en 2005, le thriller historique hollywoodien Munich, de Steven Spielberg, et en 2007, le modeste, mais ambitieux film français Louise-Michel, de Gustave Kervern et Benoît Delépine.

En , il réalise le clip X&Y de Kery James, interdit aux moins de 18 ans.

En , il est le narrateur du documentaire Apocalypse.

Retour au cinéma français et premiers rôles (depuis 2011)

En 2011, sort son septième long-métrage L'ordre et la morale, qui renoue avec la veine politique de sa première « trilogie ».

Le film raconte l'assaut des troupes militaires françaises après l'assassinat de quatre gendarmes et la prise d'otages de vingt-sept gendarmes mobiles, en 1988 par les indépendantistes Kanaks sur l'Île d'Ouvéa, en Nouvelle-Calédonie. Il joue le rôle du commandant Philippe Legorjus.

La version des évènements, décrite par le film, a été contestée,. Malgré de bonnes réactions dans la presse et parmi les spectateurs, le succès financier du film est mitigé et l'unique nomination au César, pour la meilleure adaptation, lui fait répliquer sur son compte Twitter « J'encule le cinéma français. Allez vous faire baiser avec vos films de merde. ».

Kassovitz, l'acteur, continue à participer à des projets divers : en 2012, il interprète le premier rôle masculin de La Vie d'une autre, première réalisation de Sylvie Testud, mais participe aussi au thriller d'action américain Piégée, de Steven Soderbergh. Il partage aussi l'affiche du polar Le guetteur, avec Daniel Auteuil.

L'année suivante, il tient un rôle, plus secondaire, dans la grosse production Angélique, remake d'Ariel Zeitoun égratigné par la critique et échec commercial. Au début de cette même année, il déclare quitter la France, non pour des raisons fiscales, mais parce qu'il aurait « du mal à continuer de travailler dans un pays qui a enfermé le cinéma », évoquant « une copie conforme d'un modèle américain », et déplorant le fait que « le public ne suit pas ».

En 2014, il est l'acteur principal de Vie sauvage, un drame de Cédric Kahn, acclamé par la critique internationale, et celui d'Un illustre inconnu, thriller psychologique réalisé par Matthieu Delaporte, dans lequel il a pour partenaire Marie-Josée Croze.

Il continue également à officier en tant que narrateur sur la série de documentaires historiques télévisés Apocalypse, succès critiques et commerciaux à travers le monde, avec en 2011, Apocalypse, Hitler, et en 2014, Apocalypse, la Première Guerre mondiale, toujours réalisés par Isabelle Clarke et Daniel Costelle.

En 2015, c'est, d'ailleurs, vers la télévision qu'il se tourne pour ses nouveaux rôles avec Le Bureau des légendes, série historique et politique mise en scène par Éric Rochant, puis pour Guerre et Paix, mini-série de la BBC, réalisée par Tom Harper. Enfin, il est de nouveau narrateur pour le documentaire Apocalypse : Staline.

En 2019, il joue le rôle de l'« ALFOST » (AmiraL commandant la Force Océanique et STratégique), dans le film d'Antonin Baudry, Le Chant du loup, aux côtés de François Civil et Omar Sy.

Prises de position et polémiques

Le , sur le plateau de Ce soir (ou jamais !), il déclare estimer nécessaire de clarifier des aspects des attentats du 11 septembre 2001, rappelant les arguments de certaines théories du complot,,. Mathieu Kassovitz est alors très vivement critiqué dans les médias, une chronique d'Europe 1 l'assimilant à « la pire extrême droite antisémite américaine » ; il réplique en portant plainte pour «diffamation publique » contre plusieurs journalistes. Le , il participe, accompagné par Jean-Marie Bigard, à un débat en direct sur France 2 dans la troisième partie de l'émission de Guillaume Durand, L'Objet du scandale, pour défendre son point de vue.

En 2011, en réaction au succès financier mitigé de son septième long-métrage L'ordre et la morale et à son unique nomination aux Césars, il écrit sur son compte Twitter : « J'encule le cinéma français. Allez vous faire baiser avec vos films de merde. »

En , Mathieu Kassovitz obtient la condamnation d'un blogueur, Lilian Massoulier, du Journal du dimanche, qui l'avait comparé à Joseph Goebbels. France Info et L'Express, dont les chroniqueurs Patrice Bertin et Renaud Revel, qui l'avaient respectivement qualifié de « révisionniste » et comparé à Robert Faurisson, sont par contre relaxés.

Après s'être réjoui, sur Twitter, d'une condamnation du « facho » Alain Soral, il s'est rendu au Liban pour rencontrer Thierry Meyssan, un proche de ce dernier.

Dans l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle de 2017 qui oppose Marine Le Pen à Emmanuel Macron, il appelle à voter pour le candidat En marche. Après le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan à la candidate FN, Mathieu Kassovitz qualifie par ailleurs sur Twitter le président de Debout la France de « trou du cul ». Nicolas Dupont-Aignan annonce qu'il porte plainte contre ce genre de « donneurs de leçons qui se comportent comme des racailles ».

Le , à la suite d'une mobilisation des forces de l'ordre nantaises pour un contrôle de stupéfiants dans un hôpital qui a conduit à la saisie de sept grammes de résine de cannabis, il s'indigne via son compte Twitter en traitant les policiers de « bons à rien » et de « bande de bâtards ». À la suite de cette déclaration, Éric Ciotti s'indigne dans une lettre ouverte dans laquelle il exige que des poursuites judiciaires soient engagées par l'État à son encontre. Le réalisateur riposte une nouvelle fois sur le réseau social par des insultes à l'encontre du député. Il est condamné le 18 septembre 2019 pour injure publique à une amende de 1 000 euros et à verser un euro de dommages et intérêts à chacun des 17 agents qui ont porté plainte contre lui, par le tribunal correctionnel de Paris. À la barre, il regrette la "susceptibilité" des policiers, qu'il n'avait pas voulu "blesser". "Moi, j'ai été éduqué beaucoup dans la rue. La 'bande de bâtards', ce n'est pas une insulte, je l'utilise aussi pour les amis", explique-t-il. Mathieu Kassovitz assure qu'il subit "des violences policières" depuis ses 25 ans et se bat dans ses films pour prôner un "respect" mutuel entre jeunes et forces de l'ordre.

Filmographie

Comme acteur

Cinéma

Courts métrages

  • 1990 : Fierrot le Pou de lui-même
  • 1992 : Assassins... de lui-même
  • 1994 : Putain de porte de Jean-Claude Flamand-Barny et Delphine Quentin
  • 1994 : Elle voulait faire quelque chose de Dodine Herry : Mathieu
  • 1994 : La Sirène (collection 3000 scénarios contre un virus) de Philippe Lioret
  • 1994 : Avant... mais après (3000 scénarios contre un virus) de Tonie Marshall
  • 1995 : Les Fleurs de Maria Papadopylou de Dodine Herry

Télévision

  • 1978 : Médecins de nuit (série télévisée), épisode : Christophe de Philippe Lefebvre
  • 1983 : La Vie de Berlioz de Jacques Trébouta (mini-série) : Hector Berlioz jeune
  • 1991 : Touch and Die de Piernico Solinas (téléfilm) : Piaz
  • 2015-2016 : Guerre et Paix de Andrews Davies : Napoléon Bonaparte
  • 2015-... : Le Bureau des légendes d'Éric Rochant (série télévisée) : Guillaume Debailly, dit « Malotru » ou « Paul Lefebvre »

Doublage

Fictions :

  • 2011 : The Prodigies d'Antoine Charreyron : Jimbo
  • 2017 : Deux escargots s'en vont (court métrage) de Jean-Pierre Jeunet et Romain Segaud

Narration de documentaires :

Publicités

  • 2001 : publicité pour le parfum Miracle de Lancôme, réalisée par lui-même (également affiches publicitaires)
  • 2017 : publicité Protégeons les humains, pas les frontières de Matthieu Tribes pour le Collectif pour une Nation Refuge (CNR)

Autres

  • 2017: Kaira Shopping : Le Réalisateur de Franck Gastambide
  • 2018 : clip La Nuit de L.E.J

Comme réalisateur

Longs métrages

Box-office

Courts métrages

  • 1990 : Fierrot le Pou
  • 1991 : Cauchemar blanc
  • 1992 : Assassins...
  • 1996 : La Forêt (collection Lumière sur un massacre, campagne de Handicap International contre les mines antipersonnel)
  • 1998 : Article premier

Autres

  • 1991 : clip Peuples du monde de Tonton David
  • 2000 : publicité L'Ascenseur pour les grands magasins Printemps
  • 2001 : publicité pour le parfum Miracle de Lancôme
  • 2004 : publicités pour le Transilien de la SNCF
  • 2008 : clip XY de Kery James
  • 2018 : clip La Nuit de L.E.J
  • 2019 : Le Bureau des légendes, saison 5

Comme scénariste

Il a écrit ou coécrit la plupart des films qu'il a réalisés :

  • 1990 : Fierrot le Pou (court métrage) de lui-même
  • 1991 : Cauchemar blanc (court métrage) de lui-même
  • 1992 : Assassins... (court métrage) de lui-même
  • 1993 : Métisse de lui-même
  • 1995 : La Haine de lui-même
  • 1997 : Assassin(s) de lui-même
  • 2000 : Les rivières pourpres de lui-même
  • 2008 : Babylon A.D. de lui-même
  • 2011 : L'ordre et la morale de lui-même

Comme producteur

  • 1995 : La Haine de lui-même
  • 1997 : Assassin(s) de lui-même
  • 2004 : La Chepor (court métrage) de David Tessier
  • 2005 : Nèg Maron de Jean-Claude Barny
  • 2006 : Les Paumes blanches de Szabolcs Hajdu
  • 2006 : Demain la veille de Julien Lecat et Sylvain Pioutaz
  • 2007 : Louise-Michel de Gustave Kervern et Benoît Delépine
  • 2008 : Enfants de Don Quichotte (Acte 1) (documentaire) de Ronan Denecé, Augustin Legrand et Jean-Baptiste Legrand
  • 2008 : Johnny Mad Dog de Jean-Stéphane Sauvaire
  • 2011 : L'ordre et la morale de lui-même

Comme monteur

Comme assistant réalisateur

  • 1985 : L'Énigme blanche (téléfilm) de Peter Kassovitz
  • 1987 : La Rumba de Roger Hanin
  • 1989 : Moitié-moitiéde Paul Boujenah
  • 1990 : Stirn et Stern (téléfilm) de Peter Kassovitz

Distinctions

Récompenses

  • Prix Jean Gabin 1995
  • César 1995 : César du meilleur espoir masculin pour Regarde les hommes tomber
  • Festival de Cannes 1995 : Prix de la mise en scène pour La Haine
  • Lumières de la presse internationale 1996 :
    • Lumière du meilleur film pour La Haine
    • Lumière de la meilleure mise en scène pour La Haine
  • César 1996 :
    • César du meilleur film pour La Haine
    • César du meilleur montage avec Scott Stevenson pour La Haine
    • César du meilleur producteur : Christophe Rossignon pour La Haine

Nominations

  • César 1996 : César du meilleur réalisateur pour La Haine
  • César 2001 : César du meilleur réalisateur pour Les rivières pourpres
  • César 2003 : César du meilleur acteur pour Amen.
  • César 2012 : César de la meilleure adaptation pour L'ordre et la morale

Notes et références

Liens externes

  • Ressources relatives à l'audiovisuel :
    • Allociné
    • César du cinéma
    • Ciné-Ressources
    • Unifrance
    • (en) AllMovie
    • (en) American Film Institute
    • (en) British Film Institute
    • (en) Internet Movie Database
    • (en) Metacritic
    • (en) Rotten Tomatoes
  • Portail du cinéma français
  • Portail du cinéma américain
  • Portail de la réalisation audiovisuelle
  • Portail du sport automobile à énergies alternatives
  • Portail de Paris
  • Portail de la télévision française

Ce contenu est mis à disposition selon les termes de Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Mathieu Kassovitz de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

Auteurs associés

DVD

Afficher "Les rivières pourpres"Afficher "L'ordre et la morale"Afficher "Chant du loup (Le)"Afficher "Apocalypse"Afficher "Le guetteur"Afficher "Fabuleux destin d'Amélie Poulain (Le)"Afficher "Un illustre inconnu"Afficher "Vie sauvage"Afficher "De plus belle"Afficher "Le Gang des Antillais"Afficher "Un héros très discret"Afficher "Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain"Afficher "La Vie d'une autre"

CD

Afficher "Assassin(s)"