Recherche


Avis de lecteurs

After n° 3
After we feel (Anna Todd)

note: 3Un peu long Céline - 4 janvier 2020écoutez

Un tome de nouveau un peu trop long mais qui reste correct. L'histoire avance avec tout de même quelques longueurs. Cependant, le récit reste de qualité.

Comment devenir un optimiste contagieux (Shawn Achor)

note: 5L'avantage du bonheur Diane - 11 décembre 2019écoutez

Shawn Achor, psychologue et professeur à l'université américaine de Harvard, nous questionne : faut-il réussir pour être heureux ou être heureux pour réussir ? Les recherches en neurosciences menées depuis [...]

Sorcières (Mona Chollet)

note: 5Tremblez, les sorcières sont de retour ! Victoria, MMC - 31 janvier 2020écoutez

Mona Chollet, journaliste au Monde diplomatique, signe un texte féministe qui arrive à point nommé après l'éclatement de l'affaire Weinstein et les vagues du mouvement #MeToo !

Contrairement à ce que [...]

Possession (Paul Tremblay)

note: 4Très bon roman Céline - 4 janvier 2020écoutez

Un très bon roman qui inscrit le rite de l'exorcisme et la possession dans un cadre plus moderne. Avec l'influence des médias, etc ...
Ce livre est très prenant, l'histoire évolue [...]

Erased n° 1 (Kei Sanbe)

note: 3Bonne série mais malheuresement je n'ai pas apprecié Florian - 19 décembre 2019écoutez

Ce manga nous parle d'un protagoniste qui a la faculté de revenir dans le passé quand un événement qui n'est pas bon s'est produit. Puis un soir, il va se [...]

La maison allemande (Annette Hess)

note: 5Un roman de mémoire et d’émancipation FM - 4 février 2020écoutez

Situé au début des années 60 en Allemagne, ce roman nous attache au parcours d’une jeune femme, Eva. Fille d’aubergistes, elle est devenue traductrice, notamment du polonais. Cette compétence la [...]

Claude Chabrol

 
Claude Chabrol. Source: Wikipedia

Claude Chabrol, né le à Paris où il est mort le , est un réalisateur français, également producteur, scénariste, dialoguiste et à l'occasion acteur.

Membre de la génération de la Nouvelle Vague, il est d'abord critique de cinéma, puis producteur, avant de passer à la réalisation. Se signalant par son humour volontiers sarcastique et son érudition cinéphile, il alterne, en plus de cinquante ans de carrière, comédie de mœurs, drames, films noirs, films de genre et adaptations cinématographiques littéraires.

Biographie

Jeunesse, et affabulations

Fils unique, de Madeleine, née Delarbre, et Yves Chabrol, Claude Henri Jean Chabrol naît malgré les conseils de médecins qui recommandent à sa mère alors enceinte de trois mois d'avorter, les époux Chabrol ayant été trouvés inanimés à la suite d'une asphyxie due à un chauffe-eau défectueux,. Grandissant dans l'appartement familial du 14e arrondissement, situé au-dessus de la pharmacie paternelle, il fréquente les salles de cinéma parisiennes à partir de l'âge de 4 ans. Son père, résistant, envoie l'enfant, durant la Seconde Guerre mondiale, dans la maison de famille de sa grand-mère maternelle, à Sardent, dans la Creuse.

Plus tard, devenu célèbre, Claude Chabrol affabule excessivement autour d'évènements survenus durant son séjour de quatre ans à Sardent. En particulier il raconte maintes fois (et finit par croire ?) qu'à l'âge de seulement 11 ans il créa lui-même dans ce village une société civile immobilière, récolta des fonds importants parmi les notables, puis fut projectionniste et programmeur dans la salle de cinéma qu'il improvisa dans un garage désaffecté. En réalité le « Cinéma sardentais » fut créé en 1942 (et animé jusqu'en 1948) par un adulte, Georges Mercier (1910-1975), ingénieur des arts et métiers, passionné entre autres par le cinéma et ses techniques. Pour d'obscures raisons, Chabrol a souvent occulté l'existence et le rôle de cet homme inventif. Après un premier récit flatteur dans son autobiographie Et pourtant je tourne, l'épisode du cinéma sardentais a été relaté dans l'ouvrage de Wilfrid Alexandre La Traversée des apparences. Par la suite Michel Pascal puis François Guérif recueillent des récits plus proches de la réalité. Néanmoins la légende du marmot-cinéaste est encore amplifiée en 2012 dans un album composé par Michel Pascal. En 2013, Daniel Domec met heureusement fin au colportage de cette invention naïve, dans une étude méticuleusement documentée publiée par le conseil général de la Creuse, intitulée À chacun son cinéma : Histoire et petites histoires du cinéma dans la Creuse.

Études et débuts dans le cinéma

De retour à Paris après la Libération, il fait des études de lettres et de droit (au cours desquelles il côtoie Jean-Marie Le Pen,) puis, sous l'influence parentale, et sans conviction, des études de pharmacie, qu'il abandonne après avoir quadruplé sa première année. C'est le cinéma qui lui sourit : il entre à la Fox (en 1955) comme attaché de presse, tout en agissant comme critique de cinéma dès l'aurore de la Nouvelle Vague française, aux côtés de François Truffaut et de Jacques Rivette, ses collègues aux Cahiers du cinéma. De 1953 à 1957, dans la revue à couverture jaune fondée par André Bazin et Jacques Doniol-Valcroze, il participe à la défense de la politique des auteurs et publie, en 1957 avec Éric Rohmer, un livre sur Alfred Hitchcock, le maître du suspense et celui qui a su imposer son style au système hollywoodien. Une autre rencontre est, pour la suite, également déterminante : celle du romancier Paul Gégauff, son futur scénariste, dont l'univers l'éloigne de l'éducation bourgeoise reçue, bien qu'il s'en avoue toujours encore marqué de traces profondes, indélébiles.

Mariage(s)

Il épouse, le , Agnès Goute, fille d'un haut fonctionnaire et petite-fille du banquier et caricaturiste Paul Goute. Agnès Goute reçoit en 1957 une donation de son père de 35 millions d'anciens francs, ce qui permet au nouveau cinéaste de financer leur maison de production, Ajym (1956-1961), sigle formé des initiales du prénom de son épouse Agnès et de celles de leurs deux fils, Jean-Yves (né en 1954 et futur architecte) et Matthieu (né en 1956 et futur compositeur de la musique de ses films). Agnès et Claude Chabrol ayant déjà coproduit un court métrage de Jacques Rivette, Le Coup du berger (1956), avec Jean-Claude Brialy. Et, dès la fin de 1957, Claude Chabrol tourne avec ce dernier son premier film, Le Beau Serge à Sardent, puis Les Cousins, sortis en 1959, qui deviennent les premiers longs métrages — « le manifeste inaugural » — de la Nouvelle Vague.

Il divorce en 1964 et convole en secondes noces le avec l'actrice Stéphane Audran (née Colette Dacheville), qu'il connaît depuis 1958 et qui est la mère de son troisième fils, Thomas (né en 1963, futur acteur). Avec elle, il poursuit une fructueuse coopération, jusque très au-delà de leur séparation en 1980. Durant cette période, il se fait spécialiste de l'analyse féroce de la bourgeoisie française, dont l'apparent conformisme sert de couvercle à un bouillonnement de vices et de haines. Que ce soit sur le registre de la comédie grinçante ou du polar, souvent de concert avec le romancier scénariste Paul Gégauff, il ne cesse d'en traquer l'hypocrisie, les coups bas et la bêtise, avec une délectation rare et jubilatoire, à laquelle participent activement ses acteurs fétiches : Stéphane Audran, Michel Bouquet, Jean Yanne. Il dresse ainsi le portrait de la France des années 1970 dans La Femme infidèle, Le Boucher, Juste avant la nuit, Les Biches[réf. nécessaire].

En 1983, il se marie en troisièmes noces, avec Aurore Pajot (aussi dite « Aurore Paquiss » ou « Maistre », puis Chabrol), qui est sa scripte sur pratiquement tous ses films depuis Les Biches (1968). La fille de celle-ci et de l'acteur François Maistre, Cécile Maistre (née en 1967), est son assistante sur de nombreux films. Il donne régulièrement des rôles à son fils cadet Thomas, tandis qu'un autre fils, Matthieu, est compositeur de la musique de ses films à partir du milieu des années 1980. Des quatre enfants de la famille recomposée, Claude Chabrol n'a donc que son fils aîné, Jean-Yves, architecte, qui ne travaille pas sur ses films.

Réalisateur reconnu

À la fin de la décennie, il effectue un tournant en optant pour des sujets plus éclectiques dans lesquels son inspiration s'émousse parfois, il l'avoue. Mais sa rencontre en 1978 avec la jeune Isabelle Huppert, qu'il contribue à révéler, est décisive. Violette Nozière, l'empoisonneuse parricide qui fit scandale dans les années 1930, ajoute une dimension supplémentaire à la galerie de monstres jusqu'ici filmés par Chabrol (il avait déjà adapté un autre fait divers sanglant dans Landru avec Charles Denner). En même temps, il entame avec l'actrice un duo redoutablement efficace, qui touchera tant les rives de la comédie policière (Rien ne va plus) que celles de l'adaptation littéraire (Madame Bovary), du film politique (L'Ivresse du pouvoir), ou du fait divers sanglant (La Cérémonie), adaptée du roman A Judgment in Stone (L'Analphabète) de Ruth Rendell.

Sur un registre plus léger, il aura également entre-temps fait jouer Jean Poiret dans le rôle-titre de Inspecteur Lavardin ainsi que dans Poulet au vinaigre, de la même manière qu'il revient régulièrement au « polar provincial », par des films tels que Au cœur du mensonge ou La Demoiselle d'honneur. Dans un registre fantastique inattendu, il réalise en 1976 Alice ou la Dernière Fugue, avec Sylvia Kristel, un genre qu'il n'abordera qu'à cette unique occasion.

Dernières années

Entre deux tournages, Chabrol vient se reposer au Croisic en Loire-Atlantique, ville qu'il avait découverte après la guerre et où il avait acheté en 2004 une maison dans le centre du bourg (auparavant, son lieu de repli se trouvait à Gennes en Maine-et-Loire). Il y recevait souvent ses amis acteurs et cinéastes.

Claude Chabrol est, en 2006, le réalisateur d'honneur du festival de Nîmes, Un réalisateur dans la ville. Deux ans plus tard, il reviendra dans la cité romaine tourner son dernier film, Bellamy, avec Gérard Depardieu. Ce sera leur unique collaboration[réf. nécessaire].

Chabrol reçoit, pour l'ensemble de son œuvre cinématographique, le prix René-Clair de l'Académie française en 2005, la Caméra d'or de la Berlinale 2009 et le Grand prix 2010 de la SACD.

Puis arrive, à « l'hyperactif et plein d’allant, fourmillant de projets », ce « clap de fin » : Claude Chabrol meurt à son domicile le à l'âge de 80 ans,, notamment de problèmes respiratoires qui avaient justifié son hospitalisation les deux dernières semaines, hospitalisation qui révèlera un lymphome non soigné. Il est inhumé le 17 septembre, dans l'intimité, au Père-Lachaise (10e division), après un rassemblement des proches et des amis sur le parvis de la Cinémathèque française,.

Filmographie

Réalisateur au cinéma

Réalisateur pour la télévision

Il a réalisé 26 fictions pour la télévision :

Acteur

Longs métrages

Courts métrages

Producteur

Chabrol avait, au début de sa carrière, produit des films avec sa société Ajym Films.

Box-office

Le box-office de Claude Chabrol est remarquable par sa régularité. Ses plus grands succès se répartissent en effet sur cinq décennies différentes. En revanche, on note aussi l'absence de très gros succès de plus de 5 millions de spectateurs.

Théâtre (metteur en scène)

  • 1964 : Macbeth de William Shakespeare, théâtre Montansier, Versailles
    avec Roger Hanin et Stéphane Audran
  • 1984 : La Danse de mort d'August Strindberg, théâtre de l'Atelier, Paris
    avec Michel Bouquet, Juliette Carré, Henri Garcin

Œuvres écrites

Romans

  • Landru (avec Françoise Sagan), éditions Julliard, 1963, 129 p. ; (es) (Prólogo de Joaquin Jordá), Ed. Aymà, Barcelona, 1964, 132 p.; (de) Ullstein, Berlin, 1964
  • L’Adieu aux dieux, Encre, 1980, 212 p. (ISBN 2-8641-8102-9 et 978-2-86418-102-6)

Scénarios

  • La Femme infidèle, in L'Avant-Scène Cinéma no 92, mai 1969
  • Les Noces rouges (avec Roger Corbeau), éditions Seghers, collection Filmothèque, 1973, 199 p.
  • Dr M (avec Thomas Bauermeister et Sollace Mitchel), éd. universitaires 1990
  • Rien ne va plus, Arte-Hachette Scénars, no 13, 1997
  • La Fleur du Mal, suivi de Qui est criminelle ? (avec Caroline Eliacheff et Louise L. Lambrichs), Albin Michel, 2003, 203 p. (ISBN 2-2261-3675-4 et 978-2-22613-675-6)
  • L'Ivresse du pouvoir, un film de Claude Chabrol (avec Odile Barski, coscénariste), Éditions L'Avant-Scène Cinéma, 2006, 96 p. (ISBN 978-2-84725-047-3)

Nouvelles

  • « Musique douce », in Mystère Magazine, novembre 1953
  • « Le Dernier Jour de souffrances », du Mystère Magazine, février 1957 + En dos de couverture du numéro 111 d'avril 1957, c'est également avec cette nouvelle qu'il sera fait lauréat du 2e prix, au « Concourt de nouvelles policières » de Mystère Magazine, récompensant les 10 premiers manuscrits et honorant les 7 suivants.
  • Six contes moraux (avec Éric Rohmer), L'Herne, Paris, 1974, rééd. 2003 (ISBN 978-2-85197-707-6) ; (en) Six Moral Tales, New York, NY, U.S.A.: The Viking Press, 1980 (ISBN 0-670-64732-2)

Articles dans les Cahiers du Cinéma

Essais

  • Hitchcock (avec Éric Rohmer et Dominique Rabourdin), éd. Universitaires, collection Classiques du cinéma no 6, 1957, 180 p. ; Ramsay, poche cinéma no 23, 1986 (ISBN 2-9585-6481-9 et 978-2-85956-481-0) ; Ramsay, poche cinéma no 23, 2006 (ISBN 978-2-84114-827-1) ; (en) Hitchcock: The First Forty-Four Films, Ungar Pub Co, New York, New York, U.S.A., 1979 (ISBN 0-8044-6749-8), 1980 (ISBN 0-8044-2743-7)
  • Collectif, Portraits de cinéma (textes de Michèle Morgan, Claude Chabrol et Jean Marais), éditions du Regard, 1982, Paris, 184 p., ill. (80 photographies d'acteurs et d'actrices, dont certaines en couleurs) (ISBN 2-9033-7002-8)
  • Les romans qui ont inspiré Hitchcock, présentés par Claude Chabrol, éditions du Masque, 1994-1995 (ISBN 2-7024-2446-5) ; 1998 (ISBN 978-2-70242-446-9)
Tome 1 : Un étrange locataire - Le Numéro 17 - Les Trente-neuf marches - Mr Ashenden agent secret - L'Agent secret - Jeune et innocent - Une femme disparaît
Tome 2 : L'Auberge de la Jamaïque - Rebecca - La Maison du Dr Edwardes - Le Procès Paradine - Le Grand Alibi
  • Collectif, Lang, Hawks, Hitchcock (textes de Jacques Rivette, Jacques Becker, François Truffaut et Claude Chabrol), Arte no 104, 1999 (ISBN 978-8-42450-823-4)
  • Collectif, L'Ami Poiret : 1926-1992 (textes inédits de Daniel Auteuil, Caroline Cellier, Claude Chabrol et autres), éditions Noesis, Paris, 2002 (ISBN 978-2-91464-510-2)
  • Comment faire un film (avec François Guérif), Payot & Rivages, collection Manuels Payot, 2003 (ISBN 978-2-22889-699-3) ; Rivages, Poche no 463, 2004, 98 p. (ISBN 2-7436-1268-1 et 978-2-74361-268-9); (es) Cómo se hace una película, Alianza Editorial, Madrid, 2004 (ISBN 8-4206-5685-2), 2005 (ISBN 978-8-42065-685-4); (de) Wie man einen Film macht, Autorenhaus Verlag, Berlin, 2004 (ISBN 3-9329-0946-1 et 978-3-93290-946-7)

Entretiens, mémoires, pensées…

  • Claude Chabrol (présentation par Guy Braucourt), Éditions Seghers, collection Cinéma d’aujourd’hui no 68, Paris, 1971, 186 p.
  • Et pourtant je tourne (avec René Marchand), Robert Laffont, collection Un homme et son métier, 1976, 372 p. (ISBN 2-8595-6012-2) ; rééd. Ramsay, poche cinéma no 111, 1992, Robert Corbeau (éd.)
  • Claude Chabrol (propos recueillis par Joël Magny), Éditions Les Cahiers du cinéma, collection Auteurs, 1987
  • Un jardin bien à moi. Conversation avec… Claude Chabrol (propos recueillis par François Guérif), Denoël, 1999 (ISBN 2-2072-4632-9 et 978-2-20724-632-0)
  • Pensées, répliques et anecdotes, Le Cherche midi, collection Les Pensées, 2002, 148 p. (ISBN 2-8627-4949-4 et 978-2-86274-949-5)
  • Laissez-moi rire ! (avec André Asséo), éditions du Rocher, 2004, 190 p. (ISBN 2-26804-787-3 et 978-2-26804-787-4)
  • Par lui-même et par les siens, avec Michel Pascal, Stock, 2011
  • "Le Bon Plaisir de Claude Chabrol" par Jean-Pierre Pagliano, France Culture, 24 janvier 1987
  • Mémoire intime de Claude Chabrol, Plon, 14 avril 2012 (ISBN 978-2259212373)

Livre audio

  • Claude Chabrol (auteur et narrateur de l’Autoportrait ; narrateur des 7 nouvelles d'autres auteurs), Alain Vallarsa (musique de l’Autoportrait), Paul Mahoux (cocompositeur pour les 7 nouvelles), Simon Raoult (cocompositeur pour les 7 nouvelles), Jacques Santamaria (interviewer), Sophie Loubière (auteur de deux nouvelles), Élisabeth Lherm (auteur de deux nouvelles), Jeanne Cressanges (auteur d'une nouvelle), Frédérique Topin (auteur d'une nouvelle) et Alain Robillard (auteur d'une nouvelle), Autoportrait, suivi de 7 petits polars, Paris, Radio France, coll. « Cassettes Radio France », (EAN 341-5-8200-1732-4, notice BnF no FRBNF38311896)

Postérité

  • Salle de théâtre Claude Chabrol à Angers, inaugurée fin 2011
  • L'écrivain écossais Graeme Macrae Burnet (en) prétend fallacieusement dans la préface à son roman La Disparition d'Adèle Bedeau (2013, édition française 2018) que celui-ci serait basé sur l'œuvre d'un certain Raymond Brunet (sic) qui aurait fait l'objet en 1989 d'une adaptation par Claude Chabrol, avec Isabelle Huppert en tête d'affiche.
  • Espace culturel Claude Chabrol à Sardent, inauguré en 2015

Notes et références

Notes

Références

Voir aussi

Bibliographie

  • (en) Robin Wood and Michael Walker, Claude Chabrol, London, Studio Vista, Movie Paperbacks, 1970
  • Guy Braucourt, Claude Chabrol, collection Cinéma d'aujourd’hui no 68, Éditions Seghers, 1971
  • (en) James Monaco, The New Wave, Oxford University Press, 1978, 384 p. (ISBN 0-1950-2246-7 et 978-0-19502-246-9)
  • Christian Blanchet, Claude Chabrol, Rivages, 1989
  • Collectif, Autour d’Emma : Madame Bovary un film de Claude Chabrol (F. Boddaert, P.-M. de Biasi, C. Eliacheff, A. Laporte, C. Mouchard, A. Versaille), Hatier, collection Brèves Cinéma, 1991
  • Thierry Jousse, Cinq motifs pour Claude Chabrol, Les Cahiers du cinéma no 494, sept. 1995
  • (en) Guy Austin, Claude Chabrol, Manchester University Press, French Film Directors Series, 1999
  • Wilfrid Alexandre, Claude Chabrol, la traversée des apparences, Le Félin, Paris, 2003, 267 p. (ISBN 2-8664-5459-6 et 978-2-86645-459-3)
  • (en) Richard John Neupert, A History of the French New Wave Cinema, University of Wisconsin Press, 2007, 424 p. (ISBN 978-0-29921-704-4)
  • Laurent Bourdon, Chabrol se met à table, Larousse, collection Hors collection Cinéma, 2009, 192 p., 23,5 × 18,3 cm (ISBN 978-2-03584-613-6)
Avec, pour chaque film : fiche technique détaillée, résumé du scénario, analyse d’un aspect cinématographique plus précis, anecdotes livrées par Chabrol, zoom sur les acteurs…
  • Dominique Borde, Le roman du cinéma français, éditions du Rocher, 2010, 352 p. (ISBN 978-2-26806-896-1)
  • Témoignage de Georges Laroche, ami d'enfance de Claude Chabrol, 2010[réf. nécessaire]

Films sur Chabrol

  • 1995, Chabrol, réalisé par André S. Labarthe pour Cinéastes de notre temps
  • 2003, Claude Chabrol, l'artisan, réalisé par Patrick Le Gall
  • 2010, Claude Chabrol passe à table, film documentaire réalisé par Bertrand Loutte, France, 45 min
  • 2005, Grand Manège (ou Qu'est ce qui fait tourner Chabrol ?) d'Olivier Bourbeillon (52 min). Avec Stéphane Audran, Sandrine Bonnaire, Michel Bouquet, Thomas Chabrol, Claude Chabrol, Gwenhaël de Gouvello, Suzanne Flon, Jacques Gamblin, Bernadette Lafont, Benoît Magimel et Cécile Maistre.

Liens externes

  • Claude Chabrol sur le site Ciné-ressources (Cinémathèque française)
  • (en) Claude Chabrol sur l’Internet Movie Database
  • Claude Chabrol sur Allociné
  • Dossier consacré à Claude Chabrol sur Allociné
  • Portrait de Claude Chabrol en vidéos sur ina.fr
  • Archive vidéo : Claude Chabrol en 2008 se confie sur France 2
  • Archive vidéo : Claude Chabrol en 1970 se livre sur la Télévision suisse romande
  • Comment on sauve un film : dessin animé de Philippe Truffault, 1996, France, 3 min, commentaire lu par Claude Chabrol, production du CNC, sur le site des Archives françaises du film (AFF du CNC)
  • Source des Cahiers du Cinéma
  • Fiche du ciné-club de Caen
  • Portail du cinéma français
  • Portail de la réalisation audiovisuelle
  • Portail de la télévision française

Licence Creative Commons Ce contenu est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Claude Chabrol de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

DVD

Afficher "Poulet au vinaigre"Afficher "Betty"Afficher "Jours tranquilles à Clichy"Afficher "Les fantômes du chapelier"Afficher "Madame Bovary"Afficher "Merci pour le chocolat"Afficher "Bellamy"Afficher "Cérémonie (La)"Afficher "Une affaire de femmes"

livres

Afficher "Comment faire un film"Afficher "Par lui-même et par les siens"Afficher "Pensées, répliques et anecdotes"