Recherche


Avis de lecteurs

Horrorstör (Grady Hendrix)

note: 5Gros gros coup de coeur Michèle - 27 juin 2020

Emprunté par hasard grâce à sa couverture originale, sa présentation l'est tout autant. L'histoire est digne d'un Stephen King, des passages sont bien angoissants, d'autres plus drôles. A découvrir absolument [...]

Par le feu (Will Hill)

note: 5Histoire d'une reconstruction... Victoria, MMC - 21 avril 2020

"Par le feu" est un véritable livre coup de poing dans lequel Moonbeam, une jeune fille de 17 ans, va nous raconter sa vie passée dans une secte après qu'un [...]

Les filles d'Ennismore (Patricia Falvey)

note: 4Romance irlandaise FM - 10 juin 2020

Irlande, début du 20è siècle. Victoria, fille d’un châtelain, a réussi à obtenir que Rosie, fille d’un métayer, partage ses jeux et son éducation. Mais au moment de l’ « [...]

Mille petits riens (Jodi Picoult)

note: 5Racisme à l'américaine FM - 10 juin 2020

Sage-femme expérimentée et appréciée dans un hôpital du Connecticut, Ruth est la seule femme de couleur dans son service. Cela ne lui a jamais posé problème, jusqu’au jour où un [...]

État de nature (Jean-Baptiste de Froment)

note: 5Une lecture rapide, grinçante et savoureuse. Marie - 11 mai 2020

Fable politique, roman politique d’anticipation…. Plusieurs possibilités s’offrent à nous pour présenter ce court roman écrit par un ancien conseiller d’un président de la République, plus d’un an avant les [...]

La mère morte (Blandine de Caunes)

note: 5Vivre la mort FM - 10 juin 2020

Blandine de Caunes est l’une des filles de l’icône féministe Benoîte Groult. Quand cette mère, célèbre pour son intelligence vive et érudite, son indépendance farouche, sa liberté de penser, de [...]

Marie-Christine Barrault

 
Marie-Christine Barrault. Source: Wikipedia

Marie-Christine Barrault, née le à Paris, est une actrice française.

Biographie

Carrière

Jeunesse et formation

Après une année d'études supérieures de Lettres, Marie-Christine Barrault entre au Cours Simon en 1963 puis est admise au Conservatoire d'Art Dramatique en 1964 (où elle fait la rencontre de son amie Anny Duperey).

Ses débuts

Jusqu'en 1968, elle se consacre exclusivement au théâtre, sous les auspices de Jean-Louis Barrault et de Maurice Bejart. Elle fait ses premiers pas au cinéma en 1969, lorsque Eric Rohmer la choisit pour jouer, aux côtés de Jean-Louis Trintignant, le rôle d'une petite provinciale catholique dans Ma nuit chez Maud.

Au cinéma

Un autre visage

À 25 ans, elle pose pour le magazine Lui afin de casser l'image de la jeune fille bien rangée.

Avec Les Mots pour le dire, Marie-Christine Barrault cherche à se défaire de l'image de jeune fille sage qu'elle a laissé depuis Ma nuit chez Maud, en acceptant le rôle d'une mère odieuse. Puis celui d'une villageoise stupide et vulgaire dans Un amour en Allemagne d'Andrzej Wajda. Au cours des années 80, elle campe des rôles dans des registres très divers sous la houlette de cinéastes phares : une lune dans Le Soulier de satin de Manoel de Oliveira, ou bien encore le personnage de Madame Verdurin dans l'adaptation d'Un Amour de Swann par Volker Schlöndorff.

En 1970, elle donne la réplique à Pierre Richard dans Le Distrait. Elle collabore à nouveau avec Rohmer pour L'Amour l'après-midi, qu'elle retrouvera en 1978 sur le tournage de Perceval le Gallois. L'immense succès de Cousin, cousine (particulièrement aux Etats-Unis), en 1975, lui apporte la consécration : elle est nommée pour l'Oscar de la meilleure actrice pour son interprétation.

Carrière à l'international

Après Femme entre chien et loup d'André Delvaux, elle décide alors de donner une nouvelle impulsion à sa carrière en s'installant aux Etats-Unis. Woody Allen lui confie alors le rôle d'Isobel dans Stardust Memories, qu'il a spécialement écrit pour elle. Viennent La grande menace, film de Jack Gold avec Richard Burton, Lino Ventura et Lee Remick puis L'état sauvage de Francis Girod avec Michel Piccoli, Claude Brasseur et Jacques Dutronc.

Aujourd'hui

Le cinéma continue à la solliciter comme en 1994 avec Bonsoir de Jean-Pierre Mocky avec Michel Serrault ou encore La Dilettante en 1999 avec Catherine Frot. En 2007, elle partage l'affiche de La Disparue de Deauville aux côtés de Christophe Lambert, Sophie Marceau et Robert Hossein.

Marie-Christine Barrault continue toujours de tourner pour le cinéma français, mais pertinemment dans des seconds-rôles de matriarche : elle est Annie, la mère de Chiara Mastroianni dans Non ma fille, tu n’iras pas danser de Christophe Honoré, la mère de famille qui décède d'un infarctus dans Le Grand Méchant Loup, la mère moralisatrice d'Emmanuelle Devos dans La Vie domestique ou encore la grand-mère d'une fillette en fugue dans Je m’appelle Hmmmm… Puis, elle est à l'affiche de L'art de la fugue de Brice Cauvin, aux côtés d'Agnès Jaoui, Laurent Lafitte et Guy Marchand.

A la télévision

Depuis une quinzaine d'années, Marie-Christine Barrault se fait plus rare sur le grand écran, se consacrant surtout à des projets pour la télévision qui lui offre de beaux rôles comme Marie Curie, une femme honorable en 1990, qui lui vaut le 7 d'or de la meilleure actrice en 1991 ainsi que le théâtre.

Au théâtre

Au théâtre on a pu la voir dans Noces de sang de Federico Garcia Lorca, La guerre de Troie n'aura pas lieu de Jean Giraudoux avec Anny Duperey, Jean Mercure et Michel de Ré, Othon de Corneille, Un couple pour l'hiver par Jacques Lassalle, Cet animal étrange de Gabriel Arout avec Patrick Chesnais, Le partage de midi de Paul Claudel, La Cerisaie de Tchekhov, Noix de coco de Marcel Achard, Qui a peur de Virginia Woolf ? d'Edward Albee en alternance avec Béatrice Agenin, La ménagerie de verre de Tennessee Williams, Un barrage contre le Pacifique de Marguerite Duras, Robert et Clara S de Jacques Beauvais, l'évocation de la disparition du compositeur romantique Robert Schumann, avec laquelle elle signe sa première mise en scène (Théâtre Déjazet) ou enfin L'allée du Roi monologue écrit par Françoise Chandernagor.

Autre

Éclectique, elle a aussi présenté un récital de chansons, L’homme rêvé, sur la scène du Théâtre des Bouffes du Nord à Paris et par la suite en tournée. Récital pour lequel s'impliquèrent en écriture Roger Vadim et Jean-Marie Senia pour la musique et qui engendra Les femmes ont toujours raison, un CD de treize titres. Marie-Christine sortit aussi plusieurs CD de lecture enfantine avec la collection des Martine.

Elle fit aussi du doublage, notamment en créant la voix française d'Édith Clever dans La marquise d'O d'Éric Rohmer.

En 1976, au Gala de l'Union des Artistes organisé à Los Angeles, à l'issue de six semaines d'entraînement intensif, elle exécute un numéro de trapèze aux côtés de Guy Marchand.

Vie privée

Marie-Christine Barrault est la nièce de Jean-Louis Barrault et de Madeleine Renaud.

Elle s'est mariée deux fois : la première avec Daniel Toscan du Plantier, avec qui elle a un garçon et une fille ; la seconde, avec Roger Vadim, de 1990 jusqu'à la mort de ce dernier en 2000.

Elle a été la compagne du réalisateur Michel Boisrond pendant dix ans.

Filmographie

Cinéma

  • 1965 : Les Copains d'Yves Robert
  • 1969 : Ma nuit chez Maud d'Éric Rohmer
  • 1970 : Le Distrait de Pierre Richard
  • 1972 : L'Amour l'après-midi d'Éric Rohmer
  • 1972 : Les Intrus de Sergio Gobbi
  • 1975 : John Glückstadt d'Ulf Miehe
  • 1975 : Cousin, Cousine de Jean-Charles Tacchella
  • 1975 : Du côté des tennis de Madeleine Hartmann-Clausset
  • 1978 : La Grande Menace de Jack Gold
  • 1978 : L'État sauvage de Francis Girod
  • 1978 : Perceval le Gallois d'Éric Rohmer
  • 1979 : Femme entre chien et loup d'André Delvaux
  • 1980 : Ma chérie de Charlotte Dubreuil
  • 1980 : Même les mômes ont du vague à l'âme de Jean-Louis Daniel
  • 1980 : Stardust Memories de Woody Allen
  • 1981 : L'Amour trop fort de Daniel Duval
  • 1983 : Mir reicht's - ich steig aus de Gustav Ehmck
  • 1983 : Table for Five de Robert Lieberman
  • 1983 : Un amour en Allemagne (Eine liebe in Deutschland) d'Andrzej Wajda
  • 1983 : Les Mots pour le dire de José Pinheiro
  • 1984 : Un Amour de Swann de Volker Schlöndorff
  • 1984 : Pianoforte de Francesca Comencini
  • 1985 : Louise... l'insoumise de Charlotte Silvera
  • 1985 : Le Meilleur de la vie de Renaud Victor
  • 1985 : Le Pouvoir du mal de Krzysztof Zanussi
  • 1985 : Le Soulier de satin de Manoel de Oliveira
  • 1986 : Vaudeville de Jean Marbœuf
  • 1987 : Le Jupon rouge de Geneviève Lefebvre
  • 1988 : Daniya, jardín del harem de Carles Mira
  • 1988 : Adieu, je t'aime de Claude Bernard-Aubert
  • 1988 : L'Œuvre au noir d'André Delvaux
  • 1988 : Sanguines de Christian François
  • 1988 : Prisonnières de Charlotte Silvera
  • 1988 : L'Étudiante de Claude Pinoteau
  • 1989 : Jésus de Montréal de Denys Arcand
  • 1989 : Un été d'orages de Charlotte Brandström
  • 1990 : Dames galantes de Jean-Charles Tacchella
  • 1990 : L'Amour nécessaire (L'Amore necessario) de Fabio Carpi
  • 1994 : Bonsoir de Jean-Pierre Mocky
  • 1994 : Et ensuite, le feu (La Prossima volta il fuoco) de Fabio Carpi
  • 1997 : Berlin Niagara (Obsession) de Peter Sehr
  • 1997 : C'est la tangente que je préfère de Charlotte Silvera
  • 1999 : La Dilettante de Pascal Thomas
  • 2000 : Azzurro de Denis Rabaglia
  • 2002 : Les Amants de Mogador de Souheil Ben-Barka
  • 2004 : L'Empreinte de l'ange de Christophe Reynaud (court métrage)
  • 2006 : La Disparue de Deauville de Sophie Marceau
  • 2008 : Ella & Louis de Laurence Moine (court métrage)
  • 2009 : Non ma fille tu n'iras pas danser de Christophe Honoré
  • 2013 : Le Grand Méchant Loup de Nicolas Charlet et Bruno Lavaine
  • 2013 : L'art de la fugue de Brice Cauvin
  • 2013 : Je m'appelle Hmmm... d'Agnès B.
  • 2013 : La Vie domestique d'Isabelle Czajka
  • 2015 : Shades of Truth de Liana Marabini
  • 2016 : À tous les vents du ciel, de Christophe Lioud
  • 2018 : La Fête des mères de Marie-Castille Mention-Schaar

Télévision

  • 1969 : Que ferait donc Faber ? (série) réal. par Dolorès Grassian
  • 1970 : Lancelot du lac de Claude Santelli
  • 1971 : Les Sesterain, (série) réalisé par François Villiers
  • 1972 : Le Sagouin de Serge Moati
  • 1972 : Au théâtre ce soir : Un mari idéal d'Oscar Wilde, mise en scène Raymond Rouleau, réalisation Pierre Sabbagh, Théâtre Marigny
  • 1973 : L'Enlèvement de Jean L'Hôte
  • 1973 : Histoire vraie de Claude Santelli
  • 1974 : La Confession d'un enfant du siècle de Claude Santelli
  • 1974 : Le tour d'écrou de Raymond Rouleau d'après Henry James : Miss Jessell
  • 1974 : La Famille Grossfelder de Jean L'Hôte
  • 1977 : Le Chandelier de Claude Santelli
  • 1980 : Petit déjeuner compris - Feuilleton en 6 épisodes de 52 min - de Michel Berny - Marie Louise Gauthier
  • 1986 : L'Été 36 d'Yves Robert
  • 1989 : Une femme tranquille de Joyce Buñuel
  • 1990 : L'Enfant des loups de Philippe Monnier
  • 1990 : Moi, général de Gaulle de Denys Granier-Deferre
  • 1991 : Marie Curie, une femme honorable de Michel Boisrond
  • 1993 : Amour fou de Roger Vadim
  • 1993 : Jenny Marx, la femme du diable de Michel Wyn
  • 1995 : Les maîtresses de mon mari de Christiane Lehérissey
  • 1996 : La Nouvelle tribu de Roger Vadim
  • 1996 : Mon père avait raison de Roger Vadim
  • 1996 : Tendre piège de Serge Moati
  • 1997 : Les braconniers de Belledombre de Philippe Triboit
  • 1997 : Un coup de baguette magique de Roger Vadim
  • 1997 : Le Grand Batre de Laurent Carcélès
  • 1999 : Maison de famille de Serge Moati
  • 2001 : Le vieil ours et l'enfant de Maurice Bunio
  • 2002 : La Deuxième Vérité de Philippe Monnier
  • 2002 : Garonne de Claude d'Anna
  • 2003 : Le Don fait à Catchaires de William Gotesman
  • 2003 : Rêves en France de Pascal Kané
  • 2003 : Droit d'asile de Jean Marbœuf
  • 2003 : Saint-Germain ou La Négociation de Gérard Corbiau
  • 2005 : Parlez-moi d'amour de Lorenzo Gabriele
  • 2006 : Ange de feu de Philippe Setbon
  • 2006 : Passés troubles de Serge Meynard
  • 2012 : La main passe de Thierry Petit
  • 2013 : Hitchcock by Mocky : Demande en mariage de Jean-Pierre Mocky
  • 2014 : Toi que j'aimais tant d'Olivier Langlois
  • 2014 : Jusqu'au dernier de François Velle
  • 2014 : Mongeville (épisode 4) de Bruno Garcia
  • 2014 : Scènes de ménages (prime-time L'Album de famille)
  • 2016 : Meurtres à Strasbourg de Laurence Katrian
  • 2017 : Profilage (saison 8, épisode 5) : Catherine
  • 2017 : Les Brumes du souvenir de Sylvie Ayme
  • 2018 : Deux gouttes d'eau de Nicolas Cuche
  • 2019 : Nina, épisode La vie après réalisé par Éric Le Roux : Blanche

Théâtre

  • 1965 : Andorra de Max Frisch, mise en scène Gabriel Garran, Théâtre de la Commune, Théâtre Antoine
  • 1966 : Le Silence et Le Mensonge de Nathalie Sarraute, mise en scène Jean-Louis Barrault, Odéon-Théâtre de France
  • 1967 : Le Triomphe de la sensibilité de Goethe, mise en scène Jorge Lavelli
  • 1967 : La Tentation de Saint Antoine de Maurice Béjart
  • 1967 : Il faut passer par les nuages de François Billetdoux, mise en scène Jean-Louis Barrault, Odéon-Théâtre de France
  • 1967 : Messe pour le temps présent de Maurice Béjart, Festival d’Avignon
  • 1969 : Noces de sang de Federico Garcia Lorca, mise en scène Raymond Rouleau, Théâtre des Célestins
  • 1971 : La Guerre de Troie n'aura pas lieu de Jean Giraudoux, mise en scène Jean Mercure, Théâtre de la Ville, Festival d'Avignon
  • 1972 : Les Possédés d'Albert Camus d'après Fiodor Dostoïevski, mise en scène Jean Mercure, Théâtre de la Ville
  • 1972 : Othon de Corneille, mise en scène Jean-Pierre Miquel, Théâtre de la Ville
  • 1974 : Un couple pour l'hiver de et mise en scène Jacques Lassalle
  • 1975 : Othon de Corneille, mise en scène Jean-Pierre Miquel, théâtre national de l'Odéon
  • 1976 : Travail à domicile de Franz Xaver Kroetz, mise en scène Jacques Lassalle, Théâtre de l'Est parisien
  • 1976 : A.A Théâtre d’Arthur Adamov, mise en scène Roger Planchon, TNP Théâtre de Chaillot
  • 1978 : Conversation chez les Stein sur monsieur de Goethe absent de Peter Hacks, mise en scène Jean-Pierre Engelbach
  • 1982 : Dylan de Sydney Michael, mise en scène Jean-Pierre Granval, Théâtre du Rond-Point
  • 1983 : Cet animal étrange de Gabriel Arout, mise en scène Jean Bouchaud, Théâtre de l’Athénée
  • 1985 : Partage de midi de Paul Claudel, mise en scène Gilles Atlan, Théâtre de l'Est parisien, Grenier de Toulouse
  • 1985 : Attentat meurtrier à Paris 320 morts 800 blessés de Christian Rullier, mise en scène Gilles Atlan, Théâtre de l’Athénée
  • 1987 : Le Fils de Christian Rullier, mise en scène François Rancillac, La Cigale
  • 1988 : L'Étrange intermède d'Eugene O'Neill, mise en scène Jacques Rosner, Théâtre Sorano Toulouse, Théâtre des Treize Vents en 1989
  • 1991 : Même heure l'année prochaine de Bernard Slade, mise en scène Roger Vadim, Théâtre Édouard VII
  • 1991 : Enfin seuls ! de Lawrence Roman, mise en scène Michel Fagadau, Théâtre Saint-Georges
  • 1992 : La Cerisaie d'Anton Tchekhov, mise en scène Jacques Rosner, Théâtre Sorano Toulouse, Théâtre des Treize Vents
  • 1994 : Noix de coco de Marcel Achard, mise en scène Daniel Gélin
  • 1995 : Le Bonheur des autres de Michael Frayn, mise en scène Jean-Luc Moreau, Théâtre Fontaine
  • 1997 : Qui a peur de Virginia Woolf ? de Edward Albee, mise en scène Pierre Constant, Théâtre de l'Œuvre
  • 1998 : La Ménagerie de verre de Tennessee Williams, mise en scène Michel Fagadau, Studio des Champs-Élysées
  • 1999 : Un barrage contre le Pacifique de Marguerite Duras, adaptation Geneviève Serreau, mise en scène Gabriel Garran, Théâtre International de Langue Française
  • 2000 : Un barrage contre le Pacifique de Marguerite Duras, adaptation Geneviève Serreau, mise en scène Gabriel Garran, Théâtre Antoine
  • 2005 : Opening Night de John Cromwell, mise en scène Jean-Paul Bazziconi, Théâtre de la Porte-Saint-Martin
  • 2006 : Gorki, l'exilé de Capri de Jean-Marie Rouart, mise en scène Jacques Rosner, Espace Cardin
  • 2007 : Harmonies de Patrick Scheyder, mise en scène Gilles Clement, Antoine Quenardel, Théâtre du Lucernaire
  • 2008 : L'Allée du Roi de Françoise Chandernagor, mise en scène Jean-Claude Idée, Théâtre Daunou
  • 2009 : L'Allée du Roi de Françoise Chandernagor, mise en scène Jean-Claude Idée, Théâtre Daunou
  • 2010 : Opening Night de John Cromwell, mise en scène Jean-Paul Bazziconi, Théâtre Mouffetard
  • 2011 : L'Amour, la mort, les fringues de Nora et Delia Ephron, mise en scène Danièle Thompson, Théâtre Marigny
  • 2015 : Les yeux ouverts de Marguerite Yourcenar, mise en scène Ludovic Kerfendal , théâtre du Chêne Noir, Avignon off
  • 2017 : La Reine de beauté de Leenane de Martin McDonagh, mise en scène Sophie Parel, Festival d'Avignon off
  • 2017 : Confidences de Joe Di Pietro, mise en scène Jean-Luc Moreau, Théâtre Rive Gauche
  • 2019 : George et Sarah de Thierry Lassalle, mise en scène Olivier Macé, festival off d'Avignon

Discographie

  • Coup de Sang Musique d'Ursus Minor pour le film de Jean Marbœuf - cinénato 2006 (narration sur fin de la chanson Deeper Still)
  • 2008 : Paraphrases sur les jours de l'Apocalypse Poèmes d'Armel Guerne - Visions de St Jean - avec Pascal Vigneron
  • COSI  : Textes de Paolo Del Vecchio, Musiques de Jacques Vigneras - 2005
  • COSI, CD de chansons et poèmes composés par Paolo Del Vecchio mis en musique Jacques Vigneras et Boris Siebeneicher
  • Enregistrement au Poudrier à Limoges
  • Depuis 2008 : narratrice, pour les éditions Frémeaux & Associés, sur un accompagnement musical dirigé par Pierre Bertrand, d'histoires de la série pour enfants Martine (10 albums, regroupant 55 histoires, en 2011).
  • 1978 : Narratrice sur le 33 tours Bambi d'après le film du même nom de Walt Disney (Référence : Disneyland Record : ST-3882 F)
  • 1982 : Sortie du 45 tours Marie-Christine Barrault Vous parle de l'encyclopédie Harmonie du couple où elle dit plusieurs jingles publicitaires en faveur de cette revue. Certains des jingles enregistrés sur ce disque ont été utilisés pour des jingles de la webradio Bide et Musique.
  •  : Participation au titre caritatif La chanson de la vie de Claude Lemesle et Alice Dona pour l'association Care France, lors de l'émission télévisée Champs-Elysées de Michel Drucker, lors de laquelle elle chante. Toutefois, elle ne participe pas à l'enregistrement du disque de cette chanson sorti en 1985.

Distinctions

Décorations

  • Commandeur de la Légion d'honneur (14 juillet 2018).

Prix et récompenses

En 2009, elle reçoit le Prix "Reconnaissance des Cinéphiles" décerné par l'association "Souvenance de Cinéphiles" à Puget-Théniers.[réf. nécessaire]

Nomination

Oscars 1977 : Nomination à l'Oscar de la meilleure actrice pour Cousin, cousine

Hommage

La ville de Wasquehal (Nord) lui a rendu hommage en 2013 en nommant une salle de cinéma de son nom

La ville de Lavelanet (Ariège) lui a rendu hommage en sa présence en inaugurant une salle de cinéma à son nom

Notes et références

Liens externes

  • (en) Marie-Christine Barrault sur l’Internet Movie Database
  • L'encinémathèque
  • Portail du théâtre
  • Portail de la danse
  • Portail du cinéma français
  • Portail de la télévision française

Ce contenu est mis à disposition selon les termes de Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Marie-Christine Barrault de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

DVD

Afficher "L'art de la fugue"Afficher "Un Amour de Swann"Afficher "L'Etat sauvage"Afficher "Le Soulier de satin"

livres

Afficher "George Sand"