Recherche


Avis de lecteurs

Le désosseur (Jeffery Deaver)

note: 5Captivant Céline - 18 mai 2018écoutez

Etant fan du film Bone Collector, qui est l'adaptation de ce livre, j'ai voulu lire le bouquin pour avoir un élément de comparaison et je n’ai pas été déçue. Malgré [...]

Tess d'uberville (Thomas Hardy )

note: 4Tess, ou la malédiction de classe S.BASSET - 29 mars 2018écoutez

Voici un roman lumineux et pourtant très sombre par certaines côtés. Un grand classique très beau que je recommande pour les amateurs de romans victoriens.

De la quête du Graal au nouvel âge, initiation et chevalerie (Georges Bertin)

note: 3Les chevaliers aux temps modernes S.BASSET - 28 mars 2018écoutez

Pour les amateurs d'ésotérisme et des mythes arthuriens, un essai étonnant et érudit sur les réminiscences modernes des rites chevaliers dans nos sociétés occidentales.

Mè keskeussé keu sa ? (Michel Van Zeveren)

note: 4Alerte au bébé ! S.BASSET - 29 mars 2018écoutez

J'ai beaucoup ri à la lecture de cette album qui parlera beaucoup aux jeunes parents désemparés devant leur jeune enfant tout juste arrivé !

Fifty shades n° 1
Cinquante nuances de Grey (E. L. James)

note: 4Beaucoup de bruit pour pas grand chose Céline - 18 mai 2018écoutez

Je dois avouer que c'est un peu particulier à lire quand on a pas l'habitude, on jongle entre amour et passion décrite de manière assez crue. Mais plus l'histoire avance, [...]

La saga des Fiers-à-bras (Halldór Laxness)

note: 4Les bras cassés du grand Nord S.BASSET - 29 mars 2018écoutez

Derrière ce récit de bras cassés pathétiques qui rêvent de vivre les Sagas de leur ancêtre se cachent une sévère critique de la culture de la violence. Une lecture pas [...]

S'abonner au flux RSS dans une nouvelle fenêtre
Critiques rédigées par JM, MMC

 

Calpurnia
Calpurnia et Travis (Jacqueline Kelly)

note: 5Encore une dose de bonne humeur JM, MMC - 5 mai 2018écoutez

Calpurnia s’associe à son frère Travis, dans ce volume ils auront l’idée d’apprivoiser des animaux sauvages. Vous ferez la connaissance d’un tatoo, d’un coydog (croisement d’un coyote et d’un chien) et vous vous divertirez en lisant les frasques d’une raton laveur. Jacqueline Kelly nous propose une suite toujours très marquée de naturalisme mais où Calpurnia a grandi, elle commence à être plus volontaire et s’agace des injustices qu’elle subit en tant que fille. Toujours un délice !

Calpurnia (Jacqueline Kelly)

note: 5Une bouffée d'ait frais JM, MMC - 5 mai 2018écoutez

Au Texas dans les années 1920, Calpurnia vit dans une famille de six enfants où elle est la seule fille. Ses frères se moquent souvent d’elle et sa mère se préoccupe surtout du fait qu’elle doit devenir une jeune femme apte à tenir une maison. Calpurnia a d’autres projets d’avenir et elle met toute son énergie à rater les travaux d’aiguilles qu’on lui impose. En fait Calpurnia veut être savante, elle aimerait aller à l’université et avoir une vie plus palpitante que de faire la cuisine et le tricot et pour cela elle est encouragée par l’exemple de son grand-père, un curieux savant un peu bougon. Si vous vous voulez prendre une bouffée d’air voilà un roman amusant qui vous fera reluire le moral. Je prescris sans modération !

Les loyautés (Delphine de Vigan)

note: 5Jeu dangereux JM, MMC - 5 mai 2018écoutez

Hélène est professeure de SVT dans un collège de région parisienne, elle est attentive à ses élèves et elle voit que l'un d'entre eux, Théo Lubin,ne va pas très bien. Elle demande qu'il soit vu par le médecin scolaire qui ne remarque rien d’inquiétant, aucun signe de maltraitance mais Hélène sent qu’il se passe quelque chose, elle le voit dans la posture de l’enfant, dans son regard. Elle va chercher la vérité même si elle doit se mettre en danger, elle veut agir avant qu’il ne soit trop tard. Dans ce roman choral Delphine de Vigan décrit la souffrance et la solitude d’un enfant quand les parents sont trop occupés à leurs problèmes, à leurs rancœurs. Un roman contemporain, intense et poignant au ton juste, direct, sans pathos mais bouleversant.

L'été circulaire (Marion Brunet)

note: 5Uppercut JM, MMC - 5 mai 2018écoutez

Céline a 16 ans, elle est jolie peut-être trop sûre d'elle, impertinente et fière des regards que l'on pose sur son corps. Quand elle comprend que sa vie va prendre un autre tournant elle affronte ses parents, la peur au ventre mais sans esquiver les coups de son père et sans comprendre non plus l'indifférence de sa mère. Marion Brunet nous propose un roman âpre et rude où les personnages cultivent l'envie, la rancœur, la peur et la haine de l'autre jusqu'à la brutalité. Un roman de gens ordinaires dont les regards s'arrêtent au coin de la rue,qui rêvent tous d'un ailleurs mais qui se résignent à la fatalité. Un roman très actuel sur le désespoir, comment il s'exprime, ce qu'il devient.

Gabriële (Anne Berest)

note: 5Roman d'une folle vie JM, MMC - 24 mars 2018écoutez

L’arrière-grand-mère de Claire et Anne Berest s’appelait Gabriële Buffet. Indépendante et revendiquant farouchement sa liberté, elle devient une musicienne et une intellectuelle affranchie après des études de composition musicales à Berlin. De retour en France en 1908 elle rencontre Francis Picabia qu’elle va épouser. Curieusement, cette féministe avant l’heure va s’effacer pour faire éclore le talent et la créativité révolutionnaire du peintre qui semble avoir besoin d’une nouvelle inspiration. Ces deux êtres vont s’accorder, s’aimer, vivre une folle vie dans le Montmartre des années 1900. De cette union vont naitre des enfants qui sont autant de freins à la liberté qu’ils se sont promise. Les deux auteures nous proposent un roman biographique passionnant et rythmé sur la création artistique, c’est aussi l’histoire de deux êtres complémentaires assoiffés de vie et de liberté.

L'aube sera grandiose (Anne-Laure Bondoux)

note: 5Un bon et beau roman pour tous! JM, MMC - 23 février 2018écoutez

Un soir où elle devait aller à une fête, Nine est « enlevée » par sa mère, Titiana, qui l’emmène passer une soirée dans une cabane au fond des bois. Cette cabane est un point de chute, un refuge, Titiana et ses frères, Octo et Orion, la connaissent depuis l’enfance. C’est là qui Titiana décide de raconter à sa fille toute son enfance et tous les secrets de son passé. On ne peut raconter ce livre sans en dévoiler trop mais on y parle de musique, de vélo, d’amour maternel, on y parle aussi de la différence, du handicap et l’on apprend que l’on peut se régaler de potage au tapioca et de tartine thon-tomate. Un roman attachant plein d’humanité qui m’a happée un soir et que j’ai fermé à « l’aube grandiose » ravie d’avoir lu ce livre mais déjà nostalgique de l’avoir terminé et de me séparer des personnages.

Seules les bêtes (Colin Niel)

note: 4Plus qu'un polar JM, MMC - 23 février 2018écoutez

Le roman se passe dans un premier temps dans les Causses, une femme disparait et l’enquête nous mène dans les fermes isolées où des hommes vivent seuls quand les parents sont morts et que les fermiers vieillissants n’ont pas trouvé dans le pays de femme pour se marier et accompagner leur vie.
Colin Niel propose un roman policier mais il décrit aussi un monde rude, des gens si solitaires qu’ils en deviennent taiseux. La nature est belle mais elle est parfois rugueuse et brutale. Il décrit la misère d’un monde paysan où les hommes se suicident à force de solitude et de pauvreté. Un roman intéressant qui a obtenu le prix Quai du Polar en 2017.

California dreamin' (Pénélope Bagieu)

note: 5A lire puis à (ré)écouter JM, MMC - 21 janvier 2017écoutez

Tout le monde connait les chansons du groupe Mamas§Papas mais on ne connait pas forcément les visages du groupe. Voilà qui est fait grâce à Pénélope Bagieu qui dans sa BD raconte l’histoire de ce ces deux garçons et deux filles aux chansons mythiques. L’album se centre sur la chanteuse , Cass Elliot, figure emblématique du groupe par sa voix, sa présence, sa personnalité. Le dessin au crayon vif et un peu confus s’accorde très bien au sujet. Dès la lecture terminée, je vous conseille de réécouter et de regarder les vidéos du groupe : chanteur à mèche, gilet et col en pelle à tarte, toute une époque !

Le garçon (Marcus Malte)

note: 5Fascinant ! JM, MMC - 21 janvier 2017écoutez

Un roman très original pour notre époque puisqu'il nous conte l'histoire d'un enfant sauvage. Quand le roman s'ouvre un jeune garçon sans identité porte sur son dos un fardeau, c'est sa mère mourante qu’il porte vers la mer, c’est sa dernière volonté. Quand elle meure il va bruler son corps car c'est ce que sa mère lui a dit de faire et il va suivre ses recommandations à la lettre.
Livré à lui-même ce garçon va partir sur les routes, seul en se cachant des hommes car il n'en a jamais vu, il ne connait aucun langage, toute son histoire est à écrire et l’auteur va l’écrire au fil de son roman. Il va rencontrer des hommes, un saltimbanque philosophe, une femme puis ce sera la guerre de 14. Un roman fascinant par son sujet et original par sa langue poétique et littéraire. Marcus Malte écrit beaucoup de roman policier, il vient de remporter le prix Fémina avec le Garçon. Très bon roman !

Un paquebot dans les arbres (Valentine Goby)

note: 5Touchant JM, MMC - 21 janvier 2017écoutez


Après avoir lu d’autres romans de Valentine Goby, on attend forcément le suivant, celui qui à nouveau va nous séduire et nous émouvoir et voilà ce « Paquebot dans les arbres ». Dans ce roman vous rencontrerez Mathilde dont les parents, commerçants, vont devoir arrêter leur activité professionnelle pour se faire soigner dans un sanatorium caché au milieu des arbres. La tuberculose est là, celle qui assèche les corps, détruit les âmes et essouffle la vie. A l’époque pas de sécurité sociale, ni mutuelle pour les travailleur indépendant et la famille de Mathilde verse aussi dans la pauvreté et le désarroi. On aimerait aider Mathilde, jeune, courageuse et indépendante qui au coeur de la tourmente courbera le dos sans se décourager. Un roman puissant, lumineux et inoubliable.

Nora Webster (Colm Tóibín)

note: 5une vie de femme irlandaise JM, MMC - 21 janvier 2017écoutez

Nora a 46 ans quand son mari meurt subitement d’une crise cardiaque, elle reste seule avec ses quatre enfants qu’elle devra assumer seule. Nous sommes en Irlande dans les années 60/70 et être veuve est un statut reconnu par le gouvernement et chaque membre de l’entourage de Nora s’attend à ce qu’elle reste dans la tristesse et le deuil toute sa vie. Passé la douleur de la perte, Nora va s’éveiller à une nouvelle vie, à elle seule, avec pudeur et retenue elle va mener une petite révolution personnelle et familiale pour prendre sa vie en main, prendre des décisions et continuer sa vie. Le personnage est touchant par sa sensibilité et l’attention qu’elle porte à ses enfants, elle a une façon particulière de poser son regard sur les choses et les êtres. Puis il y a l’Irlande, la mer et ses paysages qui me séduisent à chaque fois. J’adore !

Le pays que j'aime (Caterina Bonvicini)

note: 3Un peu déçue JM, MMC - 21 janvier 2017écoutez

Nous allons suivre deux enfants dans l'Italie actuelle des années 1980 à 2013. Valério est fils de jardinier, Olivia est fille de la riche bourgeoisie de Bologne. Ses parents et ses grands-parents ont fait fortune dans le bâtiment et le béton. Les deux enfants ne se quitteront pas de toute leur enfance puis la vie se chargera de les faire se rencontrer ici et là. C'est la description d'un amour d'enfance inaccessible car de deux mondes opposés. Olivia vit dans le luxe, les fêtes au champagne et le vison mais aussi dans la corruption et le blanchiment d'argent. Olivia va à l'école en voiture blindées c'est l'époque des brigades rouges, des assassinats en pleines rues et des enlèvements. Puis c'est l'Italie de Berlusconi et de ce que l’on en connait. Une histoire d’amour impossible classique mais les personnages secondaires, drôles et truculents donnent du rythme et du relief à cette comédie italienne. Agréable mais un peu plat.

Tout n'est pas perdu (Wendy Walker)

note: 5Un point de vue original JM, MMC - 23 novembre 2016écoutez

Lors d'une soirée un peu arrosée, Jenny, 16 ans est violée. Pour soulager le traumatisme ses parents acceptent de lui faire subir un traitement chimique qui lui permettrait d'oublier ce qu'elle a vécu. Le traitement n'est pas à la hauteur de ce que l'on attend et Jenny va devoir suivre une thérapie pour retrouver la mémoire et apprivoiser son souvenir. L'originalité du roman réside dans le point de vue qui est mis en avant. En effet l'auteur décide que le thérapeute de Jenny sera le personnage principal du l'intrigue. Peu à peu tous les personnages du roman vont passer dans son cabinet et y déposer leurs secrets, leurs non-dits et leurs souffrances. Au fur et mesure que la vérité va se dessiner on explore le fonctionnement de la mémoire et ses méandres. On découvrira aussi ce qu'est la manipulation psychologique. Un roman original, un peu dérangeant et une fin surprenante. Le roman est en cours d'adaptation au cinéma.

Un océan d'amour (Wilfrid Lupano)

note: 5histoire sans parole JM, MMC - 23 novembre 2016écoutez

Un marin pêcheur chétif et binoclard part à la pêche au petit matin. Son bateau est renversé par une violente tempête et sa femme,une plantureuse bigoudène experte en saut de galette et autres spécialités bretonnes va se lancer sur l'océan à la recherche de son mari, sa moitié, son amour. Une bande dessinée sans texte tendre et drôle, des personnages courageux, simples et attachants. Une réussite!

Tout ce qu'on ne s'est jamais dit (Celeste Ng)

note: 5Le poids des origines JM, MMC - 18 novembre 2016écoutez

Lidya est morte même si ses parents ne le sauront pas tout de suite, le lecteur le sait dès les premières lignes du roman. Ce n’est que quelques jours plus tard qu’ils apprendront sa mort et ses circonstances. Cette mort va bouleverser la famille mais aussi les certitudes des parents qui sont persuadés d’avoir tout fait pour le bien de leur fille. Une mère frustrée de ne pas avoir pu faire les études dont elle rêvait, un père qui porte ses origines asiatiques comme un fardeau autant de lourdes pierres que l’on fait passer d’une vie à l’autre. Ce roman à suspens pointe le doigt sur les différences, il pose la question de savoir combien de générations faudra- t-il encore pour atténuer les souffrances du déracinement et du rejet. NG Céleste aborde aussi la question des pressions qui pèsent sur les enfants jusqu’à l’écrasement. Le roman écrit avec justesse et sensibilité dresse le portrait d’une société américaine faite de diversité mais aussi de clivages sociaux et raciaux.

Hortense (Jacques Expert)

note: 5Un expert en fausses pistes JM, MMC - 18 novembre 2016écoutez

Hortense a disparue, Sophie, sa mère raconte aux policiers venus l’interroger que le père de l’enfant est venu la chercher un soir. Alors qu’il avait quitté Sophie avant la naissance d’Hortense, il revendique des droits paternels auxquels il avait renoncé. Pendant des années Sophie va chercher sa petite fille car elle est vivante, elle le sait, elle le sent. Un jour, au hasard d’une rue elle est sûre de la reconnaître. La jeune femme qu’elle retrouve va devenir une obsession, elle va tout faire pour s’en rapprocher et se l’attacher. Tout l’art de Jacques Expert est de transformer un fait divers en roman policier haletant, il sait multiplier les pistes faire des virevoltes, vous tromper, vous conforter dans une idée puis tout remettre en doute jusqu’au dénouement final : saisissant !

Au nom de ma fille (Vincent Garenq)

note: 5La justice et ses failles JM, MMC - 18 novembre 2016écoutez


Un père séparé de sa femme envoie ses enfants en vacance en Allemagne chez sa femme et son compagnon, Dieter Krombach. Quelques jours plus tard, il apprend la mort de sa fille de quatorze, Kalinka, retrouvée morte dans son lit. L’enquête et le rapport d’autopsie ne sont pas convaincant pour ce père effondré de douleur. Pendant des années, il va se battre pour la vérité et contre une justice trop laxiste.
Daniel Auteuil dans le rôle du père renoue avec un cinéma dramatique qui lui va bien, son jeu est juste, convaincant et remarquable. L’histoire racontée dans ce film est inspirée d’un fait divers mettant en cause un médecin Dieter Krombach accusée de viol et de meurtre. Un bon film sur les rouages de la justice et ses défaillances.

Melody (Bernard Bellefroid)

note: 5Un sujet difficile mais bien abordé JM, MMC - 18 novembre 2016écoutez

Mélody est une jeune femme un peu perdue et un peu seule dans la vie, malgré tout elle a un rêve : Ouvrir un salon de coiffure et pour atteindre son objectif, elle semble prête à tout. Un jour, elle va rencontrer Emilie une riche anglaise qui rêve d’une seule chose : avoir un enfant mais la vie en a décidé autrement. La thématique du film est la gestation pour autrui, un sujet sensible et grave traité sans parti pris, ni jugement. Le jeu des deux actrices est convaincant pour des rôles difficiles et sensibles. Un film puissant, émouvant, une fin renversante.

Agatha Raisin enquête
La quiche fatale (M. C. Beaton)

note: 4Humour et intrigue JM, MMC - 18 novembre 2016écoutez

Agatha Raisin (oui le nom vous dit quelque chose !) a 53 ans, elle décide de vendre son agence de communication à Londres et de partir s’installer dans les Costwolds, une région verdoyante de l’Angleterre. Bien décidée à profiter de cette retraite anticipée, elle s’achète un cottage de pierre blonde de la région qu’elle fait décorer de façon typique mais au goût souvent incertain. Pour s’intégrer dans le village elle va s’inscrire à un concours de quiche et comme elle ne sait pas cuisiner, elle va acheter sa quiche dans une rôtisserie londonienne, cette tricherie aurait pu faire illusion si ce n’est qu’après avoir gouter le plat un habitant du village tombe raide mort. Agatha d’abord inquiétée est bien décidée à trouver le vrai coupable. Le portrait de cette nouvelle enquêtrice trapue et aux petits yeux d’ours dit-elle, va séduire ceux qui aiment les romans à énigmes anglais. Des situations cocasses, un humour bon enfant et un personnage truculent vont faire le succès de cette série très récemment traduite en France.

Fairyland (Alysia Abbott)

note: 5San Francisco 1970 JM, MMC - 18 novembre 2016écoutez


Steve Abbot était un auteur et poète mais ce n’est pas lui qui écrira son journal, c’est sa fille Alysia qui a vécu seule avec son père après le décès de sa mère dans un accident de voiture. Un drôle de duo que voilà ! Steve est poète, activiste homosexuel et membre de la communauté hippie de San Francisco dans les années 1970/1980. Alysia écrit sur son père, elle écrit sur ce que fut sa vie dans cette ambiance libertaire et bohème mais aussi sur la difficulté d’assumer l’homosexualité de son père. En toile de fond, le contexte social et politique, le militantisme d’Harvey Milk et toute la vie du quartier du Corso. Contre eux une Amérique conservatrice, réactionnaire et intolérante. Puis le choc de l’épidémie de Sida qui s’abat la population homosexuelle de San Francisco qui se replie sur elle-même pour pleurer ses morts et mourir. Il reste de ce roman une impression de profond respect, de pudeur et de tendresse tant de la part du père que de la part de sa fille.

Les Vies de papier (RABIH ALAMEDDINE)

note: 5Une vie de femme JM, MMC - 18 novembre 2016écoutez

Allya Saleh a 72 ans, elle vit seule à Beyrouth car son mari l’a répudiée des années plus tôt. Elle a préféré rester seule et libre pour mener la seule vie qui lui semblait utile, celle d’une intellectuelle plus attachée à la compagnie des livres qu’à celle des hommes. Allya est libraire mais elle est aussi traductrice. Chaque 1er janvier elle se prépare à commencer une nouvelle traduction en arabe d’un grand classique de la littérature. Au fil du roman on partage la vie de cette femme, ses difficultés, sa vie dans un univers dur et traditionaliste. Un roman très référencé en littérature qui nous propose aussi un portrait de femme libre, indépendante et moderne. Le roman vient de remporter le Prix Fémina étranger 2016 récompense amplement méritée !

De profundis (Emmanuelle Pirotte)

note: 4Fin du monde JM, MMC - 18 novembre 2016écoutez

Roxanne vit seule dans un monde dévasté où il ne reste rien. Epidémie mortelle, fanatisme fou, partout règne le chaos et les hommes sont devenus des bêtes sans foi ni loi. Bientôt elle devra s’occuper de sa fille, Stella, une enfant étrange et silencieuse dont le père vient de mourir du virus Ebola. La seule solution pour se mettre à l’abri est de fuir et regagner une maison de campagne à l’écart des menaces mais où la violence deviendra la norme. Un roman étrange et noir qui n’est pas sans rappeler « La route » de McCarty, l’auteur ne laisse aucun espoir, on oscille entre la violence et le néant. Un roman dérangeant mais captivant.

La renverse (Olivier Adam)

note: 4Roman intimiste JM, MMC - 10 septembre 2016écoutez

Quelque part en Bretagne, Antoine, est libraire dans une petite ville quand il apprend par la presse la mort de Jean-François Laborde, maire de sa ville natale et homme politique mis en cause dans un scandale sexuel 20 ans plus tôt. La mère d’Antoine a été impliquée dans ce scandale et le roman va raconter l’onde de choc qu’a provoqué cet événement dans la famille d’Antoine. Les moqueries à l’école, les insultes qu’il faut effacer chaque matin sur les murs de la maison, toute la souffrance psychologique qu’ont dû subir Antoine et son frère sous l’indifférence des parents, qui, à aucun moment ne s’interrogent sur le ressenti des enfants. Un roman intimiste et une écriture élégante.

Le crime de Julian Wells (Thomas H. Cook)

note: 5Une enigme bien menée JM, MMC - 10 septembre 2016écoutez

Julian Wells est un écrivain spécialisé dans les récits de vie des grands criminels, tueurs en série, criminels de guerre ou autres dictateurs sanguinaires étaient sa spécialité quand il décide de se couper les veines et de se laisser mourir dans une barque au milieu d’un étang laissant pour explication que rien ne pouvait le détourner de son crime que sa propre mort. Sa sœur Loretta et son meilleur ami Julian vont essayer de remonter la piste pour essayer de comprendre le geste de Julian. On partira en voyage en Ukraine, en Hongrie, en Argentine au temps de la dictature militaire là où on nos deux enquêteurs vont trouver des réponses. Un bon policier érudit, élégant sans cadavre sanguinolent et sans inspecteur pour mener l’enquête mais plein de suspens.

Les derniers jours de Rabbit Hayes (Anna McPartlin)

note: 5Attention roman hautement émouvant! JM, MMC - 10 septembre 2016écoutez

Rabbit Hayes a à peine quarante ans quand elle entre dans une maison de soins palliatifs, atteinte d’un cancer du sein au stade terminal elle et sa famille n’espère qu’une chose, que sa mort soit le moins difficile possible. Comme on ne pas peut pas raconter la mort l’auteure va raconter la vie de la jeune femme, de sa famille et de ses amis mais aussi la vie de Juliette sa fille 12 ans qui va devoir elle aussi apprendre à vivre sans sa mère. Quand tous les espoirs ont disparu que l’instant présent, il faut que ces instants présents soient riches et intenses.
Dans ce roman émouvant on pleure mais on rit aussi de toute cette tribut qui essaie de faire au mieux pour se tenir droit et courageux, pour sourire encore et trébucher sans s’écrouler sous le chagrin. Un famille ordinaire composée de gens extraordinaires, des héros de la vie comme on en connait de tous. Un roman plein d’humanité qui nous fait aussi découvrir l’Irlande des années 80, le monde de la musique, le portrait d’une jeunesse talentueuse et enthousiaste.
Préparez une boite de mouchoir mais le roman en vaut la peine !

Le nuage d'obsidienne (Eric McCormack)

note: 5Roman d'aventures JM, MMC - 10 septembre 2016écoutez

Harry est ingénieur des mines quand il se rend au Mexique pour une réunion de travail. Un jour d’orage il trouve refuge dans une librairie où un livre du XIX e siècle attire son attention « le nuage d’obsidienne ». Ce livre raconte un phénomène qui a eu lieu à Ducairn en Ecosse où un énorme nuage noir a stagné pendant plusieurs jours au-dessus de la ville provoquant la mort de plusieurs habitants. Or Ducairn est la ville où a séjourné Harry Steen et le départ de toutes ses aventures. Le nuage d’Obsidienne est un roman d’aventures où on suit un personnage épris de voyage mais fuyant aussi un passé douloureux. Aventures, mystères et suspens sont les ingrédients de ce roman riche et foisonnant de personnages énigmatiques. Un roman dense et passionnant.

En vieillissant les hommes pleurent (Jean-Luc Seigle)

note: 5Beau et poignant ! JM, MMC - 13 août 2016écoutez

Albert se lève un matin d’été et il se sent fatigué par la vie. Nous sommes en 1961 son fils aîné est en Algérie, la famille s’inquiète, sa femme se laisse séduire par la société de consommation qui pointe son nez et par le modernisme qui va bouleverser sa vie dit-elle. Gilles leur deuxième fils ne pense qu’à une chose : lire. Sur cette journée d’été Albert va dresser le bilan de sa vie et prendre des décisions implacables et radicales. Jean-Luc Seigle est impressionnant de justesse, d’émotion et de pudeur. Ce roman est bouleversant, sensible et beau, il aborde le temps qui passe et qui nous blesse .Je crois que l’abondance de mots ne sera pas à la hauteur des émotions alors je vous laisse lire !
(C'est VDO qui m'a donné envie de lire ce roman. Merci, merci!)

La maison des hautes falaises (Karen Viggers)

note: 4Voyage en Australie JM, MMC - 13 août 2016écoutez

Lex, un homme blessé par un drame familial, il va se réfugier sur une petite île au large de l’Australie. Il va devoir s’intégrer dans une communauté assez fermée, vivant sur de vieilles rancunes. Là encore karen Viggers met la nature à l’honneur, le vent, la mer, les couleurs et les odeurs de la nature sont sans cesse mis en avant pour offrir à notre imagination des paysages sauvages et magnifiques. Karen Viggers, vétérinaire de formation nous décrit aussi la vie animale de l’île avec précision. Un roman plein de secrets de famille de non-dits et même si j’ai préféré « La mémoire des embruns » ce roman est une lecture agréable par son coté dépaysant et l’originalité de son décor.

Wanderer (Sarah Léon)

note: 5Sonate d'hiver JM, MMC - 13 août 2016écoutez

Hermin, un jeune compositeur décide de s’isoler à la campagne pour écrire un hommage à Schubert. Sa solitude sera bientôt troublée par l’arrivée de Lenny, un ami pianiste perdu de vue depuis 10 ans. Le roman se construit sur deux périodes pour évoquer la naissance de cette amitié, les raisons de sa déliquescence et le brusque départ de Lenny auréolé de mystère. Une écriture poétique et musicale rythmée par de nombreuses références musicales pour un roman court mais d’une intensité vibrante. Dans le décor enneigé de la montagne Bourbonnaise Wanderer se révèle en histoire d’amour pudique et délicate. Un très beau roman !



Plateau (Franck Bouysse)

note: 5Pas seulement policier JM, MMC - 13 août 2016écoutez

Plateau
Sur le plateau de Millevaches, le hameau de Toy est une minuscule communauté où vit Virgile et sa femme Judith, ils ont aussi recueilli leur neveu Georges dont les parents sont morts dans un accident. Depuis des années, sans mouvement, sans changement la vie a passé et la vieillesse s’est installée. Les souvenirs sont encore là, ils se sont atténués mais les rancœurs sont restées vives. D’autres sont venus à Toy, Karl ancien boxeur en mal de rédemption puis Cory une jeune nièce fuyant un mari violent. Sur le Plateau les menaces se feront plus pressantes car un mystérieux chasseur guette sa proie. Ce roman formidablement bien écrit met en scène des personnages complexes, pudiques et solitaires dans un monde rural âpre et rude.

La mémoire des embruns (Karen Viggers)

note: 4En Tasmanie JM, MMC - 27 juillet 2016écoutez

Mary est un femme âgée et très malade, elle sait que le temps des espérances est révolu et qu’elle doit se libérer de ses secrets avant de mourir. Elle décide de se rendre en Tasmanie au large de l’Australie où elle a vécu une partie de sa vie. Au-delà de l’histoire des personnages qu’elle raconte Karen Viggers fait du paysage qu’elle décrit un personnage à part entière. Le vent froid omniprésent, le soleil scintillant et la mer déchaînée sont autant d’éléments qui rendent le roman envoûtant et incroyablement dépaysant. Vous apprendrez beaucoup sur les expéditions au pôle sud et sur la vie des manchots adélie car Tom, le fils de Mary, est allé travailler sur ces populations animales. Pour l’été offrez- vous des vacances en Tasmanie !

Trois jours et une vie (Pierre Lemaitre)

note: 3Un peu de suspens et une pointe de déception JM, MMC - 27 juillet 2016écoutez

J’étais assez impatiente de lire le nouveau roman policier de Pierre Lemaître, auteur de « La robe de mariée « mais je dois avouer que celui-ci est loin de mes attentes. Nous sommes dans un petit village où un enfant de 6 ans disparaît subitement, tout le village se mobilise pour le retrouver mais le petit garçon reste introuvable. L’assassin que l’on connaît dès les premières pages est un garçon de 12 ans devenu assassin par accident mais la peur et la panique font qu’il va mentir et s’enfoncer dans le remord et la peur. La première partie du roman qui décrit le parcours psychologique de l’enfant meurtrier est assez intéressant et plutôt bien mené mais lorsqu’on retrouve le personnage adulte toujours habité d’un sentiment de culpabilité bien légitime on sent que l’auteur tourne en rond et nous aussi. Bref, pas vraiment mauvais mais un roman vite écrit, vite lu et …vite oublié.

Phalène fantôme (Michèle Forbes)

note: 5Fantômes du passé JM, MMC - 27 juillet 2016écoutez

En 1969 à Belfast les heurts entre catholiques et protestants se font de plus en plus violents, dans ce contexte le couple Bedford et leurs quatre enfants essaient de mener leur vie. Au cours d’une journée à la plage, la mère, Katherine, vit un incident étrange qui va raviver des souvenirs vieux de 20 ans. Toute jeune femme, passionnée de musique elle tombe amoureuse de son costumier alors qu’elle est déjà fiancée à Georges qui deviendra son mari. Moment de passion, de liberté et de transgression des interdits qui la rongera le reste de sa vie. Michèle Forbes signe une histoire d’amour comme il en existe des milliers mais sa justesse du ton, son sens de la poésie et sa délicatesse en font un roman poignant. Elle magnifie ses personnages en leur donnant l’étoffe de héros tragiques. Le portrait de Katherine, femme aux multiples facettes est particulièrement réussi dans sa complexité. Décidément je suis rarement déçue par les romans irlandais. Celui-ci est un premier roman et c’est une réussite !

Le dompteur de lions (Camilla Läckberg)

note: 4un policier pour l'été JM, MMC - 27 juillet 2016écoutez

Alors que notre écrivain Erika Falk se lance dans l’écriture d’un nouveau roman où elle relate l’histoire d’une femme qui aurait tué son mari dompteur de lion, son compagnon enquête sur la disparition de plusieurs jeunes filles. La même recette, des ingrédients bien dosés et un habile tour de main et voilà le roman de l’été qui dès sa sortie fait un carton ! Bon j’avoue chez Läckberg le schéma est toujours le même mais on lit ses romans par habitude. Lire Camilla Läckberg c’est un peu comme un repas de famille, on renâcle un peu pour y aller mais on lit et finalement on passe un moment agréable…et voilà. Ceci dit on a des nouvelles de tout le monde, la sœur, la belle- mère, les enfants et les cousins… tout ce beau monde se retrouve dans chaque roman et c’est ce qui fidélise les lecteurs. Alors à bientôt !

Je vous écris dans le noir (Jean-Luc Seigle)

note: 5Histoire d'un fait divers JM, MMC - 12 juillet 2016écoutez

Dans ce roman Jean-Luc Seigle se propose de retracer l’histoire de Pauline Dubuisson qui est au cœur d’un fait divers des années 50. Après avoir purgé sa peine de prison pour le meurtre de son fiancé la jeune femme va reprendre ses études de médecine et le cours de sa vie traînant avec elle ce sombre passé auquel elle tente de se dérober. Passé criminelle, passé de victime aussi de la vindicte populaire à la fin de la guerre. Elle devra fuir, seule dans une vie de rejet et de désamour. Ce qui est assez troublant dans le roman est la capacité de l’auteur de parler au féminin, cette empathie exceptionnelle lui permet d’exprimer la souffrance avec une justesse bouleversante. Il sait aussi rendre l’ambiance d’une époque à travers les propos de cette femme fière, digne et indépendante. Il Excellent !

La route de Beit Zera (Hubert Mingarelli)

note: 5En Israël JM, MMC - 12 juillet 2016écoutez

Le roman se passe en Israël, près de Beit Zera, non loin du lac de Tibériade. Stepan est juif, il vit seul avec sa chienne vieillissante, son univers se résume au travail, quelques balades avec sa chienne, la contemplation et le souvenir de son fils contraint à l’exil en Nouvelle Zélande. Il vit dans une grande solitude entrecoupée parfois par le visite de son ami Samuelsson . Un jour arrive un enfant d’une douzaine d’année, il vient à pieds de Beit Zera. Cet enfant arabe s’appelle Amghar, il n’inspire à Stépan que de l’indifférence, peu à peu un lien subtil et discret va naître entre le vieil homme et l’enfant par l’intermédiaire de ce chien. Un court roman sur fond de conflit israélo-palestinien. Un style épuré, des sentiments effleurés, un univers masculin tout en retenue

Une femme blessée (Marina Carrère d'Encausse)

note: 2Pourquoi cette fin? JM, MMC - 15 juin 2016écoutez

Marina Carrère d’Encausse est médecin, elle montre un réel intérêt pour les problèmes de société et plus particulièrement pour les problèmes de violences faites aux femmes partout dans le monde. Dans son roman, situé au Turkestan, elle raconte l’histoire douloureuse de Fatimah qui se retrouve dans un hôpital pour grands brulés après un accident domestique. Pourquoi est-elle là ? Etait-ce réellement un accident ? quelle est son histoire ? Peu à peu on découvrira son histoire et celle de sa famille, les secrets, les vengeances et les crimes d’honneur. Un roman qui aurait pu être réussi si l’auteure ne lui avait donné une fin incongrue, pourquoi s’engager dans un roman défendant une cause et donner une fin complétement surréaliste !
A la fin du roman, l’auteure présente une fondation qu’elle soutient : « Surgir » fondation internationale qui agit contre les violences faites aux femmes.

Une seconde mère (Anna Muyalert)

note: 4Film brésilien JM, MMC - 15 juin 2016écoutez

Une seconde mère
A Sao Paulo, Val est employée de maison dans une famille aisée. Dévouée, souriante et affectueuse elle élève l’enfant de la famille comme si c’était son fils. Tout se complique quand la fille de Val va venir s’installer pour quelques jours dans la maison en attendant son entrée à l’université. Jessica, sûre d’elle et de ce qu’elle est n’entend pas se laisser traiter comme une personne de seconde zone. Les verrous vont sauter et les langues se délier. Un film sur une relation mère fille complexe mais aussi sur la place de chacun dans une société divisée. Un bon film porté par le talent des acteurs.

Mon roi (Maïwenn Le Besco)

note: 5Passion destructrice JM, MMC - 15 juin 2016écoutez

Le film commence par un accident de ski qui coûte à Tony (Emmanuelle Bercot) des semaines de rééducation douloureuse. Pendant ce long travail elle se remémore son histoire d’amour et son mariage avec Sergio (Vincent Cassel). Une histoire d’amour et de passion destructrice jusqu’au malaise. Que connait-elle de cet homme ? comment s’est-elle laissée emprisonner dans cette relation toxique ? Comme à son habitude Vincent Cassel est excellent dans un rôle de pervers narcissique dérangeant et Emmanuelle Bercot mérite largement son prix d’interprétation pour ce rôle. Maïwenn sait alterner les scènes de violence et les scènes de rire et d’apaisement ce qui maintient le spectateur en alerte durant les deux heures de film.

Léon et Louise (Alex Capus)

note: 5Amour qui dure JM, MMC - 15 juin 2016écoutez


En 1917 Léon et Louise sont jeunes, plein de vie et d’optimisme. Un jour d’été ils se rencontrent sur une route de campagne chacun sur leur vélo. Elle porte un robe d’été, elle est jolie, gaie et malicieuse lui est encore trop timide pour imiter sa désinvolture, peu à peu ils vont tomber amoureux sans peur du lendemain, dans l’insouciance et l’optimisme de leur jeunesse. Mais les temps sont incertains et le couple va se séparer, se perdre de vue, chacun fera sa vie de son côté sans jamais oublier cet amour inachevé. Une nouvelle guerre, de nouveaux drames. Nos amoureux vont-ils se retrouver ? Le talent de l’auteur fait que l’on a envie d’y croire. Un beau roman où la vie parisienne sous l’occupation est bien décrite, l’auteur décrit aussi la peur et la pression que les allemands faisaient peser sur la population. Une Réussite !

Le Pique-nique des orphelins (Louise Erdrich)

note: 5Grande fresque JM, MMC - 15 juin 2016écoutez


Nous sommes dans l’Amérique des années 20/30, trois enfants sont abandonnés par leur mère pendant une kermesse. Karl et Mary vont se souvenir longtemps de la chevelure flamboyante de leur mère qui disparaît à bord de l’avion d’un pilote acrobate. Alors que Jude, encore nourrisson sera recueilli par une famille en mal d’enfant, les deux ainés vont faire leur chemin séparément. Mary ferme et décidée, Karl plus instable et plus fragile. Louise Erdrich fait cohabiter des personnages de différentes origines, elle rend hommage aux peuples indiens d’Amérique souvent malmenés et dont la cohabitation avec les blancs est souvent difficile. Une saga familiale haute en couleurs et aux personnages foisonnants. L’histoire se déroule sur quarante années où vont alterner les drames et les bonheurs dans une vie âpre et rugueuse. Ce roman est paru en 1986, il reparait aujourd’hui dans nouvelle traduction et un nouveau titre. Même si l’on ne connait pas la version initiale celle-ci est excellente et l’on se laisse vite happer par le sort de ces orphelins.

Les passants de Lisbonne (Philippe Besson)

note: 1Juste en passant! JM, MMC - 15 juin 2016écoutez


Un homme et une femme vont se croiser à Lisbonne, tous les deux souffrent d’avoir perdu un être cher. Un matin, alors que la chaleur est déjà présente, ils vont se rencontrer, se parler pour étancher leur souffrance. Les personnages sont interressants et la ville de Lisbonne offre un cadre agréable à cette histoire mais des ingrédients de qualité ne suffisent pas forcément à faire un bon roman. Bien sûr le roman se lit bien mais il n’apporte aucune émotion et la fin est vraiment sans consistance. Dommage !

Agatha Christie, le chapitre disparu (Brigitte Kernel)

note: 5Le reine du crime a disparue! JM, MMC - 21 avril 2016écoutez

Le chapitre perdu d’Agatha Christie
Le 30 décembre 1926, la célèbre romancière Agatha Christie disparaît, on ne retrouve que sa voiture, son sac et son manteau abandonnés près d’un lac. Cette disparition survient alors qu’elle vient de perdre sa mère ,que son mari Archibald lui apprend sa liaison avec sa secrétaire, Nancy Neele et qu’il demande le divorce. Cet épisode de la biographie de la reine du crime va être occulté dans les biographies qui lui seront consacrées et c’est cette période de 11 jours que Brigitte Kernel se propose de relater sous forme de roman. L’émotion de l’Angleterre et le déchainement médiatique qu’a provoqué cet évènement sont bien rendus. Brigitte Kernel nous livre ainsi un roman rocambolesque et plein d’humour dans une ambiance britannique séduisante.

En attendant Bojangles (Olivier Bourdeaut)

note: 5De la fantaisie à la folie JM, MMC - 21 avril 2016écoutez

Voici un premier roman original qui met en scène un couple avide de fêtes et surtout de danse jusqu’à la folie, leur danse préférée : Mr Bojangles de Nina Simone. Sous les yeux de leur fils et de Mademoiselle Superfétatoire , un oiseau multicolore qui vole librement dans l’appartement, la liberté est un mot d’ordre ,l’éducation une option, la fantaisie une religion. Chez eux le courrier n’est jamais ouvert et s’entasse jusqu’au plafond, le buffet un peu moche est recouvert de lierre pour en faire une plante géante. L’ambiance est joyeuse mais on sent rapidement que de la fantaisie à la folie pure la frontière devient mouvante jusqu’au pas de trop.
Un roman extravagant, pétillant, fantasque, poétique mais dramatique et triste qui nous fait penser à « l’Ecume des jours ». Une histoire d’amour jusqu’à folie. Un bon moment de lecture

Bacha posh (Charlotte Erlih)

note: 5Vivre comme un garçon JM, MMC - 12 avril 2016écoutez

En Afghanistan dans les familles où il n’y a pas de garçon on décide parfois d’élever une des filles de la famille comme un garçon jusqu’à la puberté. Elle a alors plus de liberté, elle va à l’école, elle peut sortir et faire du sport, tout cela habillée comme un garçon. Farrukh est une bacha posh, il rêve d’emmener son équipe d’aviron jusqu’au JO mais la nature va le rattraper révélant la féminité de son corps. Comment accepter brutalement de perdre toutes les libertés et de vivre cachée sous une burka, comment se résoudre au silence de la maison et à vivre recluse
Un roman sur la condition des femmes et les interdits, on découvre aussi beaucoup sur la vie familiale en Afghanistan. Un beau roman, intéressant sur des traditions méconnues.

Chrysis (Jim FERGUS)

note: 5A Montmartre JM, MMC - 12 avril 2016écoutez

Au cours d’un voyage à Paris avec son épouse gravement malade Jim Fergus découvre l’œuvre d’une jeune peintre des années 1920 Chrysis Jungbluth. Quelques années plus tard, il décide de raconter l’histoire de cette jeune artiste amoureuse d’un américain venu s’engager dans la légion étrangère pendant la guerre de 1914. Une rencontre extraordinaire entre deux personnages diamétralement opposés mais, qui, dans cette ambiance artistique et bohème, vont vivre une histoire d’amour hors norme. Avec Chrysis, on entre dans le Montmartre des années 20 cosmopolite, artistique et libre. Un roman assez cours mais passionnant car l’ambiance est remarquablement bien rendue.

Broadway limited n° 1
Un dîner avec Cary Grant (Malika Ferdjoukh)

note: 5La vie d'artiste JM, MMC - 12 avril 2016écoutez

Quand Jocelyn Brouillard débarque à New-York, le jeune français ne s’attendait à être refoulé par Mrs Merle, directrice de la pension Giboulée. Cette pension exclusivement féminine ne peut recevoir Jocelyn(e)mais grâce à ses talents de pianiste et un bocal de velouté d’asperge que Jocelyn a dans sa valise il parvient à séduire Mrs Merle qui lui loue un petit studio un peu à l’ écart des filles.
Nous voici plongés dans le New-York des années 50, Malika Ferdjouk fait vivre ses personnages dans le monde bouillonnant et trépidant du spectacle, de la musique et du cinéma. Même si l’on croise Cary Grant, Grace Kelly ou Woody Allen, elle décrit aussi une Amérique ségrégationniste, occupée à une chasse aux sorcières acharnée. Un roman enthousiasmant, rythmé et virevoltant servi par le talent de l’auteure à faire vivre ses personnages. Vivement la suite !

La vérité sur l'affaire Harry Quebert (Joël Dicker)

note: 2Quelle déception! JM, MMC - 10 mars 2016écoutez

Marcus, un jeune auteur new-yorkais est en mal d’inspiration quand son ancien professeur, Harry est soudainement accusé du meurtre d’une jeune fille de 15 ans. Cette jeune fille, s’appelle Nola et elle était follement amoureuse d’Harry avant de disparaitre subitement sans laisser de trace 25 ans auparavant.
Un scénario d’ensemble assez banal mis en relief par quelques éléments d’enquête intéressants, certes, mais insuffisants pour en faire un roman passionnant. Ce qui sans doute m’a le plus agacé c’est la pauvreté des dialogues entre les personnages. Les amoureux, « Harry chéri « et « Nola Chérie » sont tellement niais qu’ils n’éveillent aucune émotion. A cela il faut ajouter les conseils d’Harry sur la création littéraire d’une banalité affligeante.
Ce roman a reçu de nombreux prix dont celui de l’Académie française! je pense qu’il va falloir leur servir autre chose que du tilleul !

L' arbre du pays Toraja (Philippe Claudel)

note: 4Emouvant JM, MMC - 10 mars 2016écoutez

En Indonésie, il existe un arbre qui sert de sépulture aux enfants morts trop tôt. On les enferme dans le tronc creux et l’écorce se referme sur eux comme des bras forts et protecteurs.
Un cinéaste ( le narrateur) est profondément touché par cette coutume et par la façon d’appréhender la mort dans certaine population. De retour à Paris il apprend la maladie de son meilleur ami et cette nouvelle va l’entrainer dans une réflexion sur la mort, le corps, la maladie qui survient, autant de questions qui peuvent paraitre déprimantes mais elles sont traitées avec finesse et élégance.
Un très beau texte sur le milieu de vie, sur la façon d’envisager la mort pour mieux réinventer la vie qui nous reste.

Bébé tigre (Cyprien Vial)

note: 5Le poids de la famille JM, MMC - 10 mars 2016écoutez

Many est un jeune garçon indien de 17 ans, il est envoyé en France par sa famille pour travailler et envoyer de l’argent. Sous la pression de ses parents il finira par se mettre en danger pour envoyer toujours plus. Par ailleurs, il mène une vie d’adolescent brillant mais on lui fait vite comprendre qu’il ne pourra pas suivre les études qu’il désire pour des raisons administratives car à sa majorité s’il n’a pas un statut solide il sera expulsé .Un film très juste sur l’immigration économique et sur les responsabilités que l’on fait peser sur celui qui part. Le sujet est grave mais le film reste fluide et passionnant. A voir !

Depuis qu'Otar est parti (Julie Bertuccelli)

note: 5Sur l'exil JM, MMC - 10 mars 2016écoutez

Le film se passe en Géorgie, Otar le fils ainé est parti en France pour travailler et aider sa famille. Les trois femmes restent seules et la mère ne vit que dans l’attente des nouvelles de son fils exilé.
Un film juste et délicat, le portrait de la mère de Otar, joué par Esther Gorintin est exceptionnel. Un film à voir.

Le sac de farine (Kadija Leclere)

note: 5Plus indépendante qu'on ne pense JM, MMC - 10 mars 2016écoutez

Sarah est une petite fille marocaine, elle vit dans un orphelinat catholique belge. Elle mène une vie d’enfants avec ses petites histoires et ses chagrins. Un jour son père qui s’est remarié vient la chercher pour l’emmener au Maroc et la laisser dans sa famille. Le changement est terrible, la petite est complètement perdue, elle ne connait personne, ne parle pas la langue et ne peut plus prier le même dieu.
Peu à peu, elle deviendra une jeune femme volontaire et indépendante qui envisage sa vie future avec courage et détermination. Un film sur la place des femmes au Maroc où elles assurent une économie domestique importante en gagnant du pouvoir. On remarque particulièrement le rôle de la petite Sarah qui est incroyable de naturel et de justesse. Encore un beau film !

Carnets du Nil blanc (John Hopkins)

note: 5La grande aventure JM, MMC - 10 mars 2016écoutez

En 1961 deux jeunes américains récemment diplômés de l’université de Princeton décident de tourner le dos à la vie confortable qu’on leur propose et de partir au Niger en moto. Ensemble, ils achètent une BMW blanche qu’ils baptisent le « Nil Blanc ». Après une escale en Italie et n’en pouvant plus d’attendre ils prennent enfin la route vers l’aventure. C’est John qui passionné de littérature tiendra ce carnet de voyage riche d’anecdotes et d’aventures parfois rocambolesques, dangereuses ou comiques toujours passionnantes. Vous apprendrez la recette du véritable kebab ou du café à la cardamome et vous vous enivrerez des parfums exotiques. A lire comme un roman d’aventure pour changer d’air à moindre frais !

L'amie prodigieuse (Elena Ferrante)

note: 5Sur un air italien JM, MMC - 10 mars 2016écoutez

Une amie prodigieuse Elena Ferrante
Lila et Elena sont deux gamines qui vivent dans un quartier de Milan, nous sommes dans les années 50 et le quartier est plutôt pauvres, les parents sont cordonniers, commerçants ou employés. Lila est très douée, elle apprend vite, elle est curieuse de tout, elle est aussi vive, tempétueuse, indisciplinée et drôle. Malheureusement, elle ne pourra pas étudier au-delà du collège. Elena est moins douée mais plus appliquée et docile elle réussira ses études à force de volonté et de travail .Un beau roman sur l’amitié qui lie ces deux jeunes filles mais aussi sur une époque, sur une vie de quartier avec ses heurts et malheurs et où les plus modestes côtoient les caïds dans une Italie qui panse ses plaies et essaie d’oublier les années sombres du fascisme.

Retour Haut