Recherche


Avis de lecteurs

L'échelle de Jacob (Ludmila Oulitskaïa)

note: 5Saga russe Serge L - 1 avril 2020

Un grande saga familiale avec de multiples personnages et les vies croisées de huit principaux personnages, dans la Grande Russie, entre 1905 et 2011.

Nora est née en 1943, comme [...]

La Maison allemande (Annette Hess)

note: 5[livre numérique] Un roman de mémoire et d'émancipation FM - 22 février 2020

Situé au début des années 60 en Allemagne, ce roman nous attache au parcours d’une jeune femme, Eva. Fille d’aubergistes, elle est devenue traductrice, notamment du polonais. Cette compétence la [...]

Les Radley (Matt Haig)

note: 4Entretien avec des vampires Michèle - 27 juin 2020

Je m'attendais à un livre un peu plus sanglant et moins adolescent mais finalement j'ai adoré l'histoire de cette famille dont les non dits les tuent à petit feu...
Il [...]

Des hommes justes (Ivan Jablonka)

note: 5Un livre juste FM - 22 février 2020

Quand on est un homme, comment être ou devenir "un mec bien" ? C'est la question qui sous-tend cette analyse percutante des inégalités de genre qui portent préjudice aux femmes [...]

Une étincelle de vie (Jodi Picoult)

note: 5une étincelle de vie Patrice - 23 mai 2020

excellent roman, je suis entièrement d'accord avec le commentaire de FM, mais je tenais simplement à dire que ça ne parle pas seulement de l'accès à l'IVG aux Etats-Unis mais [...]

Le chant d'Achille (Madeline Miller)

note: 4Achille au pied léger FM - 10 juin 2020

Demi-dieu de la mythologie grecque, Achille est l’un des inoubliables personnages de L’Iliade d’Homère. Diplômée de lettres classiques, l’américaine Madeline Miller a relevé le défi de romancer l’histoire d’Achille en [...]

S'abonner au flux RSS dans une nouvelle fenêtre
Critiques rédigées par Esilda, MMC

 

Matin brun (Franck Pavloff)

note: 5Effrayant , Matin Brun de Franck Pavloff Esilda, MMC - 10 décembre 2015

Il est des livres importants, Matin brun en est un. Onze pages sur la lente chute d’un état dans le totalitarisme. Onze pages qui ont le mérite de rappeler les dangers de l’intolérance et du fascisme. Onze pages révélatrices de l’inconscience collective dans de tels moments. Une lecture qui montre que l'on est à l'abri de rien.

Carnet intime (Zep)

note: 5Du beau et du beau/ Carnet intime par Zep Esilda, MMC - 28 novembre 2015

Quand Zep sort un peu des sentiers battus cela donne un carnet intime et quel plaisir pour nos yeux ! Des paysages de vacances rapidement (ou pas) croqués, un peu d'aquarelle artistiquement maitrisée qui donne un tout délicat et élégant. L'occasion de nous transporter durant ces quelques pages dans un univers de voyage et d'instant présent. Les dessins sont accompagné d'une petite note datée, petite réflexion de l'instant, pensées aux airs d' haïku. Un retour aux sources bienvenue, léger, qui donne envie de partir en vacances à notre tour.

L'invitation (Jim)

note: 4Etonnant, l'invitation de Jim et Dominique mermoux Esilda, MMC - 25 novembre 2015

Voici une belle bande dessinée qui donne à réfléchir sur l'amitié et sur sa relation aux autres. Si au départ je n'était pas trop emballé par le graphisme de cette BD, la lecture m'a vraiment séduite et j'ai pu y trouver une véritable réflexion. L'histoire commence dans la chambre de Raphaël en pleine nuit. Raphaël et sa compagne Helen dorment lorsque le téléphone sonne : c'est Léo, le vieux pote de Raphaël, qui appelle, il est en panne avec sa voiture à plus d'une heure de route et demande à son ami de venir le dépanner... Ira, ira pas ? C'est aussi cela l'amitié, il n'y a aucune règle sur ce qu'on doit faire ou non pour l'autre, rien n'est imposé, à chacun de faire son choix . Un roman graphique étonnant teinté d'amertume et d'humour.

Camille redouble (Noémie Lvovsky)

note: 4Irrésistible, Camille redouble de Noémie Lvovsky Esilda, MMC - 25 novembre 2015

Au départ un synopsis aux airs de déjà vu : Camille a 16 ans lorsqu'elle rencontre Eric. Ils s'aiment et Camille donne naissance à une fille. 25 ans plus tard, Eric quitte Camille pour une femme plus jeune. Après une soirée bien arrosée du 31 décembre Camille se retrouve soudain renvoyée dans son passé. Elle a de nouveau 16 ans ...
J'ai trouvé ce film éblouissant de tendresse, et un parfait mélange entre rire et mélancolie. Noémie Lvovsky arrive à cerner ces petits rien qui font tout, son personnage retourne dans le passé non pas pour changer le présent mais pour (re)vivre des instants précieux,la vie quotidienne avec ses parents, les folies adolescentes avec ses amies, son premier amour. Ce film à un je ne sais quoi de très émouvant, comme une sorte de madeleine de Proust version cinéma. Quelques scènes sont vraiment drôles par leur côté décalé et le jeu d'acteur est simple, bien pensé, efficace. La BO pop est vraiment bienvenue et donne envie de légèreté, de frivolité et d'un peu de folie.
"Camille redouble" un film pleins de charme et de poésie, et carpe diem !

Kaboul disco n° 1
Comment je ne me suis pas fait kidnapper en Afghanistan (Nicolas Wild)

note: 4Kaboul disco/ Nicolas Wild Esilda, MMC - 12 novembre 2015

Nicolas Wild, auteur de bande-dessinée un peu désœuvré accepte de partir quelques mois en Afghanistan dans le but de mettre en image la constitution Afghane. Travaillant pour Zendagui, une agence de communication, il nous raconte sa vie là-bas, ce qu'il fait, ce qu'il voit. Dans cette bande-dessinée reportage les thèmes abordés sont nombreux : le passé récent de l’Afghanistan en guerre, la vie d'expatrié, les difficultés d'un pays illettré, le narco-trafic... A la lecture cette BD est pleine d'humour et d'autodérision et permet de mieux comprendre les enjeux de ce pays sans être pour autant moralisateur ou donneur de leçon. Une lecture enrichissante et très sympa. (De plus le tome 2: Comment je ne suis pas devenu opiomane en Afghanistan, est tout aussi réussi !)

Belle personne (La) (Christophe Honoré)

note: 4La belle personne/ Christophe Honoré Esilda, MMC - 28 octobre 2015

Un président Français à déclaré un jour qu'il ne servait à rien d'avoir lu "La princesse de Clève" (écrit par Madame de La Fayette) lors de son parcours scolaire. En réponse à cela, C. Honoré décide d'en faire un film : La belle personne, une princesse de Clève des temps modernes. Un beau film très esthétique un peu hors du temps. La belle personne montre cette dualité qu'il peut y avoir entre l'amour de raison et l'amour-passion et sur la difficulté de faire un choix. Un beau film !

Ma maman Ourse est partie (René Gouichoux)

note: 5maman ourse est partie/ René Gouichoux Esilda, MMC - 27 octobre 2015

Aborder la mort chez les tout-petits est un exercice difficile quand certains tabous demeurent encore dans notre société actuelle. René Gouichoux le fait avec une tendresse et une simplicité émouvante. Petit ours a perdu sa maman ours, elle ne reviendra pas, n'est pas juste partie se balader. Mais sa maman ours existera à jamais dans son cœur .... Un album à lire sans restriction d'âge, pour les petits comme pour les grands. Un album beau, touchant qui peut aider un petit peu à mieux appréhender la mort.

Soundtrack from Twin Peaks (David Lynch)

note: 4Soundtrack from Twin Peaks Esilda, MMC - 27 octobre 2015

Une super B.O mystique qui fait écho à la magnifique série de David Lynch, Twin Peaks. Une mélodie mystique et old school emprunte de son de nature et de cascade avec une lenteur appréciée. Certains morceaux un peu jazzy rappellent le côté kitsch décalé de la série. Un album doux et évadant qui nous emmène dans un univers parallèle comme le fait si bien la série !

Le combat ordinaire n° 1 (Manu Larcenet)

note: 5Ce qui est précieux (Le combat ordinaire de Manu Larcenet) Esilda, MMC - 20 septembre 2015



Le combat ordinaire est pour moi une grande œuvre dans la bande-dessinée. Marco est photographe de guerre, son métier est de dépeindre la violence et la barbarie des hommes. Lasse de tous cela, de la vie qu'il mène, de la thérapie qu'il suit à Juvisy, de ses angoisses qui lui compliquent la vie, il va emménager à la campagne afin de trouver un renouveau. On suit alors le combat ordinaire de Marco, combat de chacun, combat de la vie durant cinq tomes.
Cinq tomes où chacun peut se reconnaître, où sont abordés la mort, son rapport à l'amour et aux femmes, sa relation avec sa famille, ses parents et son frère. Beaucoup d'autre sujets sensibles sont abordés dans ces 5 tomes : la vieillesse, la politique, l'immigration, la psychanalyse et amène le lecteur à se poser des questions sur sa place dans le monde.
Manu Larcenet arrive à aborder ces sujets entre tendresse et dureté comme la vie peut être. Le tout forme une œuvre douce et sensible, avec beauté et poésie mêlées à la peur et à la mélancolie.
Une petit claque ce combat ordinaire et un flot d'émotions qui nous submergent. Le dessin n'enlève rien à la beauté des mots avec des illustrations tendres et délicates, parfois claires et parfois sombres comme est la vie tout simplement.

A Letter home (Neil Young)

note: 3A letter Home de Neil Young Esilda, MMC - 19 septembre 2015

C'est un pari qu'il fallait oser: retrouver le son du rock underground en enregistrant un album à l'ancienne, dans une vieille cabine d'enregistrement de Nashville datant de 1940. Neil Young et Jack White l'ont fait. Si le résultat laisse un peu perplexe mes oreilles habituées au son de l'an 2000, voila une belle idée de la part du looner de réinvestir les chansons qui ont marquées sa vie (de Bob Dylan à Willie Nelson). Un résultat brut et rustique avec un air de "c'était mieux avant" mais loin d'égaler certains albums mythiques de Neil Young, je pense d'ailleurs que le but n'était pas là !

Madame Hippopotame (Lena Landström)

note: 4Madame Hippopotame de Lena Landström Esilda, MMC - 19 septembre 2015

Un joli livre sur le bien vivre ensemble et la tolérance. Un dessin très rond et tout mignon qui n'a pas pris une ride. Madame hippopotame : une petite histoire à lire et à relire.

Le Chien des mers (Marie-Aude Murail)

note: 5Come, come with me ... Le chien des Mers, Marie Aude Murail et Yvan Pommaux Esilda, MMC - 18 septembre 2015


A 9 ans, Jean embarque comme mousse pour aller combattre les anglais. Il sera corsaire, comme son père, vagabond des mers qui a été emprisonné par les Anglais. Il quitte Saint-Malo mais il promet de revenir pour Toinette, sa fiancée. Ils se marieront et de la guerre il ne sera plus question. En attendant Toinette offre un de ses rats à Jean, Balthazar, pour qu'il se sente moins seul durant la traversée. Balthazar qui ne répond que quand on dit " Come, come with me"...
Avec les illustrations d'Yvan Pommaux, ce texte court mais très riche est une petite merveille de beauté et de sensibilité, à faire fondre les cœurs des petits comme des grands.

Indian Creek (Pete Fromm)

note: 4Un hiver au coeur des rocheuses (Indian Creek, Pete Froom) Esilda, MMC - 18 septembre 2015

Le roman autobiographique de Pete Froom qui, durant l'année 1978, a passé un hiver au cœur des rocheuses de l'Idaho. Alors étudiant à Missoula dans le Montana , il accepte ce job atypique qui consiste à casser chaque matin la glace se formant dans la rivière autour des œufs de saumon, cela pour leurs permettre de respirer. Le beau récit initiatique d'un homme qui va passer cet hiver solitaire entre chasse, dureté de l'hiver et beauté des paysages. J'ai beaucoup aimé ce livre qui est une ode aux grands espaces et au dépassement de soi, une sorte de retour à la terre qui fait penser à la vie dans les bois de Thoreau. Le style direct, épuré, sans fioriture donne vraiment le ton d'un évènement vécu, témoignage sincère d'un trappeur novice .Un livre qui donne envie de se perdre into the wild...

Happy books
Happy rock (Zep)

note: 4Hey hey, my my. Rock and roll can never die ! Esilda, MMC - 18 septembre 2015

ZEP aime le rock, et ça se voit ! Chaque planche est consacrée à un genre ou un artiste différent, des petites scènes très drôles dans lesquelles chacun peut se retrouver. De Bob Dylan au Wailers, personne n'est épargné. Avec un dessin à la fois ressemblant et caricatural pour illustrer le tout. Amateur de musique ou non, Happy Rock permet un petit moment de détente et de franche rigolade sur les grands noms du rock. Il est plaisant de retrouver l'auteur de Titeuf dans un autre domaine. Pour ceux qui aiment il y en a d'autres, happy girls et happy Sex font aussi partie des "Happy Books"et sont tout aussi attrayant !

Oeuvre non trouvée

note: 4Une bande-dessinée surprenante ! Salvatore (Nicolas de Crécy) Esilda, MMC - 12 septembre 2015

Salvatore est le récit surprenant d’une cochonne veuve enceinte de 12 petits cochons, un chien garagiste qui vole les pièces mécaniques de ses clients afin de fabriquer l’engin qui le mènera à l’amour de sa vie : Julie, un clan de gothiques fétichistes, une famille de chat issu de la plus grande aristocratie… Un bande-dessinée bien vu, très juste. Tantôt on est émue, tantôt on rit beaucoup, il y a de tout dans Salvatore et c’est ça qui est bien. C’est aussi une description de notre société contemporaine exploitée de manière anthropomorphe (qui n’a plus à faire ses preuves !). Des passages inventifs, étonnants et parfois presque absurdes, on ne s’ennuie pas ! Une BD très sympathique et intelligente qui fait du bien. Juste un petit bémol : le dernier tome sorti «retour à Brest » nous laisse attendre la suite des aventures de Salvatore mais depuis cinq ans pas de parution, Monsieur de Crécy une suite s’il vous plaît !!

La Ligne rouge (Terrence Malick)

note: 5Sublime - La ligne rouge terrence Malick Esilda, MMC - 5 septembre 2015

Le plus beau film de guerre qu'il m'ait été donné de voir. L'histoire d'un débarquement lors de la seconde guerre mondiale dans les îles du pacifique. Terrence Malik signe là un chef d’œuvre en mêlant la cruauté barbare des hommes et de la guerre côtoyant une nature sublime, grandiose et magnifique. Pas vraiment de personnages principaux dans ce film mais un casting remarquable ( Sean Penn, Jim Caviezel , Adrien Brody, Jared Leto ...).
La lenteur, la perception et la réflexion ont une place majeure dans la ligne rouge. La beauté fragile des lieux détruite par la brutalité dévastatrice de la guerre, pour la propriété questionne et dérange. Comme souvent, Terrence Malik pose un autre regard par le biais de sa caméra et soulève des interrogations sur l'homme, le sens de la vie, la mort, la nature. le tout sur une bande son magnifique de chants mélanésiens à vous donner des frissons... Un film d'une réelle beauté qui élève spirituellement.

Demande à la poussière (John Fante)

note: 5Ask the dust/Demande à la poussière (John fante) Esilda, MMC - 5 septembre 2015

Arturo Bandini est le fils d’un immigré italien qui, dans les années 30, va quitter le Colorado en espérant trouver la renommée à Los Angeles. Il débarque dans un hôtel miteux avec son unique roman en poche, le petit chien qui riait, et un rêve : atteindre la reconnaissance littéraire qu’il mérite. Arturo Bandini, personnage hors norme et ambitieux oscillant entre candeur naïve et folie furieuse, va tomber amoureux à Los Angeles d’une femme fatale mexicaine, Camilla...
« Demande à la poussière » est en fait un récit semi-autobiographique de John Fante qui a su retranscrire d’une sublime façon l’errance de ces laissés-pour- compte bien loin de vivre le rêve américain. Entre espoir et désespoir, l’écriture non-conventionnelle et authentique du livre est savoureuse et place John Fante comme l’un des précurseurs de l’esprit de la Beat-generation. Ce livre a changé mon rapport à la littérature et m'a changé tout simplement !

Après la mort de John Fante , c’est Charles Bukowski qui a contribué à propulser cet ouvrage en éditant la préface que je vous fait partager: « Un jour j'ai sorti un livre, je l'ai ouvert et c'était ça. Je restais planté un moment, lisant et comme un homme qui a trouvé de l'or à la décharge publique. J'ai posé le livre sur la table, les phrases filaient facilement à travers les pages comme un courant. Chaque ligne avait sa propre énergie et était suivie d'une semblable et la vraie substance de chaque ligne donnait sa forme à la page, une sensation de quelque chose sculptée dans le texte. Voilà enfin un homme qui n'avait pas peur de l'émotion. L'humour et la douleur mélangés avec une superbe simplicité. Le début du livre était un gigantesque miracle pour moi. J'avais une carte de la Bibliothèque. Je sortis le livre et l'emportai dans ma chambre. Je me couchai sur mon lit et le lus. Et je compris bien avant de le terminer qu'il y avait là un homme qui avait changé l'écriture. Le livre était Ask the Dust et l'auteur, John Fante. Il allait toute ma vie m'influencer dans mon travail. » Charles Bukowski, 1979

A lire sans retenue donc !

Les lisières (Olivier Adam)

note: 2Les lisières (Olivier Adams) Esilda, MMC - 3 septembre 2015

Que l’on ne s’y méprenne pas : j’aime beaucoup Olivier Adams. Dans ses romans pour enfants/adolescents comme dans ceux pour les adultes. J’aime trouver son écriture brute, à vif mais sensible, une certaine réserve dans l’analyse qui permet de laisser toute sa place aux ressentis et aux émotions ; une poésie tout simplement. Tout ce que j’adore chez lui je ne l’ai pas retrouvé dans « Les lisières ». Olivier Adams a essayé de dresser le portrait d’une société vacillante et pousse le pathos jusqu’à n’être plus, à mon sens, qu’une parodie de ces anciens livres. Il est très compliqué je pense de dresser un portrait exhaustif de notre société, c’est ce que « les lisières » essaye de faire pour la France mais il en ressort principalement des clichés grossier pleins de stéréotypes et de préjugés. Malgré tout on retrouve dans quelques paragraphes la belle plume d’Olivier Adams, des portraits sans concessions et parfois le juste reflet d’une France qui galère… Ce roman a aussi un côté bouleversant et touchant. Pour découvrir Olivier Adams je conseillerais « Passer l’hiver », « Falaise » « sous la pluie » ou « on ira voir la mer » qui m’ont beaucoup plus marqués !

Sukkwan island (David Vann)

note: 4terrifiant ! Sukkwan Island (David Vann) Esilda, MMC - 2 septembre 2015

Jim traverse une période difficile dans sa vie et décide de tout quitter pour aller vivre en Alaska, isolé de tout et tout le monde. Il emmène son fils de 13 ans, Roy, afin de vivre dans une cabane sur la petite île de Sukkwan Island et renouer le lien avec ce garçon qu’il connaît si mal… Cependant la vie de trappeur ne s’improvise pas, très vite la rudesse de cette vie et les défaillances de Jim vont bouleverser ce voyage. Je ne vous en dis pas plus car si il y a quelque chose de prenant dans Sukkwan Island c’est bien un suspense haletant, la situation de ce duo père-fils devient vite incontrôlable et terrifiante. Ce roman à pour mérite de sonder la noirceur de l’âme humaine et d’exploiter la folie jusqu’à son paroxysme afin de laisser le lecteur dans un trouble profond. On passe par tous les stades émotionnels. A découvrir, vraiment !

Lyrics (Bob Dylan)

note: 5Bob Dylan ( Lyrics) Esilda, MMC - 28 août 2015

Le saint Graal pour les adorateurs de Bob Dylan, les folkeux ou tout simplement les amoureux des mots et du lyrisme. Si les textes de Bob Dylan ont déjà fais leurs preuves maintes fois (avec notamment une nomination pour le prix Nobel de littérature), il est toujours difficile de traduire les idées exactes face à la barrière de la langue. C'est ici réussi, les structures et les syntaxes choisies gardent toute la portée poétique des textes originels. Les mysticisme et l'intelligence des phrases et des idées sont préservés. A lire en écoutant Blonde on Blonde ou Desire !

Les ignorants (Étienne Davodeau)

note: 5Les Ignorants (Etienne Davodeau) Esilda, MMC - 27 août 2015

Parce que l’on est chacun ignorant de quelque chose. Pendant plus d’une année, E. Davodeau, auteur de bande-dessinée, est allé dans les vignes de Richard Leroy pour découvrir le monde du vin. En retour Richard s’est plongé dans le monde de la bande-dessinée. Un récit d’initiations croisées très réussi, Davodeau arrive à rendre le travail du vigneron accessible à travers son dessin et le pari de rendre chacun un peu moins ignorant est réussi. Un roman graphique très bien dessiné d’où émane une certaine poésie et une réelle sensibilité. Un récit en un certain sens hymne aux partages des passions et au rapprochement humain. Et même si l'on ne peut pas vivre que de lecture et de vin, à lire et relire !

Le diable tout le temps (Donald Ray Pollock)

note: 4Le diable tout le temps (Donald Ray Pollock) Esilda, MMC - 27 août 2015

Âmes sensibles s’abstenir ! Avec son roman « le diable tous le temps », Pollock décline toutes les noirceurs et les vicissitudes de l’homme : un couple de miséreux qui tuent des auto-stoppeurs, un musicien infirme et un prêcheur fou hors- la- loi, un ancien combattant déterminé à sauver sa femme coûte que coûte... Bien que sur fond définitivement sordide, ces récits croisés entre la fin de la seconde guerre mondiale et les sixties nous tiennent en haleine du début à la fin et marquent l’esprit pour ne plus en sortir. Une sensibilité se dégage malgré tout de ces pages et de ces personnages à la fois détestables et attachants. Si les descriptions sont parfois à la limite du supportable, la volonté d’avoir le fin mot de l’histoire et l’écriture très maitrisé de l’auteur nous pousse à lire jusqu’au la fin ce roman sombre mais terriblement obsédant.

Moby Dick n° 1 (Christophe Chabouté)

note: 4Chavirant ! Moby Dick par Christophe Chabouté Esilda, MMC - 26 août 2015

Un capitaine Achab à la quête unique : tuer la baleine blanche qui un jour lui arracha la jambe. Voici l’histoire de Moby Dick, le roman d’Hermann Melville. L’histoire d’un équipage entrainé malgré lui sur le navire le « Pequod » pour une chasse à la baleine dont la fin est incertaine. Parmi eux Ismaël, novice de la chasse à la baleine, va découvrir ce sombre univers. L’adaptation de ce roman en bande-dessiné par Chabouté est magnifiquement réussi. L’œuvre entièrement en noir et blanc rend parfaitement l’atmosphère tragique et mystique du roman. Poétique et sombre, la mise en scène de cette bande-dessinée est très bien construite et offre une nouvelle lecture de l’histoire de cette baleine blanche tueuse d’homme. N’hésitez pas à larguer les amarres pour découvrir ce roman graphique poignant et visuellement renversant !

Chinook (Pete Fromm)

note: 4Chinook (Pete Fromm) Esilda, MMC - 26 août 2015

Un recueil de 15 nouvelles de genre « Nature Writing » qui dresse les portraits de gens simples et blessés par la vie peuplant les grands espaces de l’Ouest américain. Le titre du recueil, « Chinook », est le nom d’un vent fort qui balaye le Montana et donne son sens aux nouvelles avec pour thématique le changement, le bouleversement mais aussi l’amour et l’engagement. Pete Fromm signe ici de très beaux écrits qui sondent l’âme humaine avec beaucoup de finesse et de vérité. Chaque nouvelles se penche sur une existence particulière afin de mieux la comprendre et lui redonner l’importance et l’attention qu’elle mérite. Un recueil très humain et une ôde aux grands espaces et à la nature. Voyage cérébral garanti !

Le goût du chlore (Bastien Vivès)

note: 5Le goût du chlore ( Bastien Vivès) Esilda, MMC - 26 août 2015

A cause de ses problèmes de dos, un jeune homme est contraint de fréquenter régulièrement la piscine de son quartier. Un jour, une fille qui nage très bien attire son attention et c’est ici l’occasion d’une rencontre. Une amitié aquatique tacite se crée alors durant ces rendez-vous hebdomadaires du mercredi. Bastien Vivés dans ce roman graphique exploite tous les tons du bleu qui nous rappellent cette sensation bien particulière qui est celle de la piscine couverte, le goût du chlore, l’intimité sous la surface de l’eau, les différences de températures … Beaucoup d’émotions émanent de chacune des pages pour laisser place à un tout délicat et poétique. « Le goût du chlore » nous livre la beauté de moments qui semblent comme figés à jamais et laissent place à une réflexion sur l’âme humaine.

Pilules bleues (Frederik Peeters)

note: 5Pilules bleues (Frederik Peeters) Esilda, MMC - 26 août 2015

Dans Pilules Bleues l’auteur nous parle de sa rencontre et sa vie avec son amie Cati, qui est séropositive. Plus qu’une simple chronique amoureuse, l’auteur retrace avec émotion et simplicité les doutes et les questionnements auquels son couple a dû faire face, mais aussi les petits bonheurs journaliers et la relation qu’il va nouer avec l’enfant de Cati, lui aussi séropositif. Malgré un quotidien rythmé par la maladie l’auteur réussi à nous faire rire et à croire en la vie. Pilules Bleues est un très beau roman graphique autobiographique simple et d’une réelle beauté qui nous permet de mieux comprendre cette maladie et de nous débarrasser des idées préconçues. Le graphisme volontairement maladroit et dépouillé donne réellement écho au texte. Un beau récit mené avec beaucoup d’intelligence qui touche droit au cœur.

Whiplash (Damien Chazelle)

note: 4Whiplash de Damien Chazelle Esilda, MMC - 8 août 2015

Andrew, un jeune homme de 19 ans, rêve de devenir le meilleur batteur de Jazz de sa génération. Lorsqu'il est remarqué par l'intraitable professeur Fletcher pour jouer dans le meilleur orchestre de Manhattan, Andrew se lance sous sa direction, dans la quête de l'excellence...
Avec un rythme et une mise en scène formidable, Whiplash nous ouvre les portes de l'univers bien particulier du Jazz, et toute la beauté et la dureté qu'il contient. Un intense moment musical en perspective !

Retour Haut