Recherche


Avis de lecteurs

Mamie Luger (Benoît Philippon)

note: 5Très divertissant ! Victoria, MMC - 22 juillet 2020

Cette Mamie Luger (Berthe de son petit nom) est tout bonnement incroyable ! 102 ans, pas tout à fait toutes ses dents, un langage des plus fleuris...attendez-vous à découvrir un [...]

Adopted love n° Tome 1 (Gaïa Alexia)

note: 4La romance passionnelle de deux êtres abimés par la vie… Anne-Sophie, MMC - 11 juillet 2020

Il y a Teagan, le narrateur, jeune orphelin, trimbalé de foyers en famille d’accueil. Une enfance difficile, un traumatisme qui lui tire des cauchemars chaque nuit et qui l’a laissé [...]

Le Chant de nos filles (Deb Spera)

note: 4Destins de femmes Joëlle, MMC - 22 juillet 2020

1924. Le destin de trois femmes en Caroline du sud, tout les sépare pourtant l’injustice et la cruauté, sont au centre de leur vie.
Gertrude, mariée à un homme violent envers [...]

Petit Poilu n° 21
Chandelle-sur-Trouille (Pierre Bailly)

note: 5Très bien pour aborder la difference Brigitte - 29 juin 2020

Permet d'aborder le thème des migrants, à mots couverts. Tout en douceur, les auteurs abordent les sujets de la guerre (mais sans montrer aucun assaillant ni aucune victime, très fort [...]

Plein désert (Antoine Guilloppé)

note: 5Petite promenade dans le désert Joëlle, MMC - 22 juillet 2020

Le père d'Assya vient la chercher à dos de dromadaire à la sortie de l'école, elle est fière, mais où l'emmène-t-il? On les accompagne dans le désert au milieu des [...]

Oh Happy Day (Anne-Laure BONDOUX)

note: 4N'habitent plus à l'adresse indiquée JM, MMC - 8 juillet 2020

Il y a quelques années nous avions laissé Pierre-Marie Sotto et Adeline Parmelan, ils semblaient un peu en froid et chacun des deux avait tracé un nouveau chemin. Les voilà [...]

Critique

 

Ma mère, le crabe et moi (Anne Percin)

note: 4Chapeau bas Mme. Percin ! Victoria, MMC - 27 novembre 2016

Court et facile à lire, Ma mère le crabe et moi reste dans les esprits par son humour et l’espoir qui s’en dégage. Anne Percin réussit l’exploit de parler d’un sujet très difficile (le cancer donc), sans tabous, le tout avec beaucoup de dérision. On ne tombe jamais dans le pathos avec ce joli roman, qui, finalement, raconte plus la vie que la maladie.