Recherche


Avis de lecteurs

Le Chant de nos filles (Deb Spera)

note: 4Destins de femmes Joëlle, MMC - 22 juillet 2020

1924. Le destin de trois femmes en Caroline du sud, tout les sépare pourtant l’injustice et la cruauté, sont au centre de leur vie.
Gertrude, mariée à un homme violent envers [...]

Chez nous (Louise CANDLISH)

note: 4Thriller diabolique Joëlle, MMC - 21 août 2020

Fiona ou "Fi" et Bram ont décidé de se séparer mais intelligemment pensent-ils. Pour cela ils choisissent le "neeting", nouvelle forme de garde alternée, ce sont les parents qui changent [...]

Mamie Luger (Benoît Philippon)

note: 5Très divertissant ! Victoria, MMC - 22 juillet 2020

Cette Mamie Luger (Berthe de son petit nom) est tout bonnement incroyable ! 102 ans, pas tout à fait toutes ses dents, un langage des plus fleuris...attendez-vous à découvrir un [...]

Moon Brothers (Sarah Crossan)

note: 4Sortez les mouchoirs Victoria, MMC - 22 juillet 2020

Sarah Crossan nous a habitué à raconter la vie, la vraie, souvent dans ce qu’elle a de plus tragique et continue sur sa lancée avec "Moon Brothers".

Joe Moon, 17 [...]

Un éclat de givre (Estelle Faye)

note: 3Vers un Paris post-apocalyptique Clara, MMC - 3 septembre 2020

Chet se travestit pour réanimer les mythiques chanteuses de jazz disparues, dans un Paris chaotique, où les dangers rôdent. D'une grande sensibilité, abonné aux histoires d'amour qui finissent mal, Chet [...]

C'est le coeur qui lâche en dernier (Margaret Atwood)

note: 3Dystopie et couple à la dérive Clara, MMC - 2 septembre 2020

Stan et Charmaine ont tous deux perdus leur travail dans une Amérique en souffrance, gangrenée par les malfrats et en pleine crise économique. Ils décident de tenter leur chance à [...]

Critique

 

Certaines n'avaient jamais vu la mer (Julie Otsuka)

note: 4Un roman bouleversant et envoutant Victoria, MMC - 13 mars 2015

Julie Otsuka dresse le portrait de femmes japonaises parties trouver le bonheur aux Etats-Unis. Depuis le bateau dans lequel elles embarquent, jusqu'à la génération suivante, leur chant nous aide à comprendre ce par quoi elles sont passées. En huit brefs chapitres, l’auteure fait entendre la parole de milliers de femmes exilées. Il n'y a pas d'héroïne dans ce roman terrible et poignant, uniquement des voix anonymes qui partagent leurs destins misérables. Aucune n'est nommée, mais chacune est citée. Elles sont un lot, un groupe, un tout.
Sans le talent de Julie Otsuka et sa délicatesse, le récit aurait pu rapidement sombrer dans le pathétique. Ce n'est pourtant jamais le cas, et l'émotion tient le lecteur tout au long du roman. Un "petit" livre qui laisse une grande impression.