Recherche


Avis de lecteurs

Possession (Paul Tremblay)

note: 4Très bon roman Céline - 4 janvier 2020écoutez

Un très bon roman qui inscrit le rite de l'exorcisme et la possession dans un cadre plus moderne. Avec l'influence des médias, etc ...
Ce livre est très prenant, l'histoire évolue [...]

Circé (Madeline Miller)

note: 5Vous reprendrez bien un peu de mythologie grecque ? Victoria, MMC - 19 décembre 2019écoutez

De Circé, on retient en général qu’elle est cette magicienne transformant en cochons les compagnons d’Ulysse dans l’Odyssée. En la plaçant au cœur de son récit, Madeline Miller lui redonne [...]

Titan Noir (Florence Aubry)

note: 5La vérité sur les parcs aquatiques Victoria, MMC - 13 décembre 2019écoutez

A travers deux récits croisés, Florence Aubry s'inspire du documentaire "Blackfish" sur l'orque tueuse Tilikum pour dénoncer les conditions de captivité des animaux dans les parcs maritimes à thème.
A la [...]

After n° 5
After ever happy (Anna Todd)

note: 3Une fin mitigée Céline - 4 janvier 2020écoutez

Personnellement j'ai été un peu déçue en lisant ce dernier tome, autant on nous a vraiment détaillé la relation entre Tessa et Hardin durant 5 romans et là, on nous [...]

Le royaume de Pierre d'Angle n° Tome 1
L'art du naufrage (Pascale Quiviger)

note: 5De la mer à la terre Victoria, MMC - 18 janvier 2020écoutez

Après plusieurs années à voguer sur les mers, le prince Thibaut rentre sur sa terre natale, le Royaume de Pierre d'Angle, réputé neutre et paisible. Une apparence bien trompeuse à [...]

Barakamon n° 1 (Satsuki Yoshino)

note: 5Un gars de la ville à la campagne Florian - 3 décembre 2019écoutez

Ce manga nous met en avant un maître de calligraphie qui a toujours vécu en ville être envoyé à la campagne suite à une bêtise qu'il a fait. En pensant [...]

Critique

 

Mémoire de fille (Annie Ernaux)

note: 5La honte d'une jeune femme FM - 10 septembre 2016écoutez

Née en 1940, Annie Ernaux a été révélée au grand public avec La place, en 1984. Elle a beaucoup évoqué dans son œuvre les difficultés de la condition féminine pour sa génération, mais aussi ses origines sociales modestes, et l’expérience de la honte vécue dans des situations où, du fait de sa propre ascension intellectuelle et sociale, elle prenait conscience des différences de classes et du regard qui pouvait être posé sur ses parents et elle (vocabulaire, accent, style vestimentaire, etc.).
Bien qu’elle ait largement exploré son histoire dans ses livres, Annie Ernaux n’arrivait pas à « traiter » un moment grave et essentiel de son existence : l’été de ses 18 ans, l’été 1958. Mais si le moment était venu d’écrire son dernier livre ? Elle décide donc, coûte que coûte, d’affronter ces événements vieux de 60 ans mais toujours très douloureux pour elle : accablants, insupportables. Elle raconte dans ce livre cet été lors duquel, monitrice dans une colonie de vacances, elle perd sa virginité - première expérience sexuelle qui restera pour elle « la grande mémoire de la honte, plus minutieuse, plus intraitable que n'importe quelle autre. Cette mémoire qui est en somme le don spécial de la honte. »
Ce retour sur le passé en fait un livre particulièrement poignant, restituant une expérience de ce que pouvaient être les relations entre jeunes gens dix ans avant mai 68, et les conséquences désastreuses possibles.