Recherche


Avis de lecteurs

Mathieu Hidalf n° 1
Le premier défi de Mathieu Hidalf (Christophe Mauri)

The suprêmes at Earl's All-you-can-eat (Edward Kelsey Moore)

note: 5Suprêmes part 1 Pascale - 23 août 2018écoutez

Funny, touching, dramatic.
Fortunately, you can get the sequel at the médiathèque.

Lucifer II (Lucifer)

note: 5Ozzy II Emmanuel - 31 août 2018écoutez

Même si le côté volontairement suranné de la pochette prête à sourire, il faut passer outre et se plonger sans réserve dans cet album capable de toucher un public beaucoup [...]

Erased n° 1 (Kei Sanbe)

note: 5Un jour sans fin, version seinen anxest - 8 septembre 2018écoutez

Satoru est contraint de revivre une période jusqu'à ce qu'il puisse en provoquer le bon déroulement. Cela lui permettra de se mesurer, malgré lui, à un tueur en série particulièrement [...]

Différentes saisons (Stephen King)

note: 4Très bon Céline - 15 septembre 2018écoutez

Je cherchais à lire ce livre depuis longtemps et je suis ravie d'avoir pu le faire. Je souhaitais surtout lire la première histoire de ce roman qui en compte 4 [...]

Forteresse digitale (Dan Brown)

note: 4Agréablement surprise Céline - 9 septembre 2018écoutez

J'adore Dan Brown, en particulier la saga de Robert Langdon que j'ai littéralement dévoré, en revanche j'étais plus septique sur Forteresse Digitale. Mais je dois avouer que j'ai été agréablement [...]

Critique

 

L'ombre de chacun (Mélanie Rutten)

note: 4Le Cerf et le petit Lapin S.BASSET - 15 septembre 2015écoutez

Comme dit l'auteure elle-même dans les premières pages de l'album, "c'est l'histoire d'un Cerf inquiet, d'un petit Lapin qui veut grandir, d'un soldat en guerre, d'un Chat qui fait toujours le même rêve, d'un Livre qui veut tout savoir, et d'une Ombre..."

Encore une très belle découverte, d'une artiste belge extrêmement talentueuse. C'est beau, c'est doux, c'est poétique, les illustrations à la gouache ou à l'aquarelle sont magnifiques (on se croirait parfois devant du Brecht Evens pour les enfants). Mélanie Rutten en fait ressurgir toute l'émotion de l'enfance, de ses peurs et de ses certitudes.

La construction narrative est élégante. Elle sert au mieux un texte merveilleusement rythmé comme une comptine, ou un conte. Tout ça pour dire "simplement" qu'il est difficile de grandir et qu'on apprend tous les uns des autres, mais c'est dit tellement de belle façon que ce serait dommage de passer à côté.