Recherche


Avis de lecteurs

Les mondes extraordinaires de Jules Verne (Nicolas Allard)

note: 4Jules Verne et la Pop Culture S.BASSET - 24 octobre 2022

Il fallait y penser: et si Jules Verne était un des pères de la "Pop Culture" ? Nicolas Allard nous le montre avec brio dans cet essai, avec de nombreux [...]

Grizzly (Nan Aurousseau)

note: 5Roman noir et humour, joli mélange ! Clarisse - 8 novembre 2022

Dan et John sont amis et associés, cela fait trois ans que leur camp propose aux touristes des treks, randonnées, pêche etc. Cependant, un riche client habitué, George Heigler, a [...]

Le mystère Mengele (Jorge A. Camarasa)

note: 4Intéressant Céline - 12 novembre 2022

Une enquête interessante sur la fuite de Joseph Mengele à travers l'Amérique latine au lendemain de la chute du 3ème Reich.
Il est intriguant de voir comment ce dernier a [...]

Bravelands - tome 01 (Erin HUNTER)

note: 5BRAVELANDS Alicia - 25 octobre 2022

je suis a la moitie de l'histoire et je le trouve incroyable .
"grand coeur a une histoire triste au debut mais il a vite trouvé sa place"

Parce que c'était le seul choix (Sophie Renouard)

note: 5Un choix dangereux. Clarisse - 8 novembre 2022

Olivia élève seule ses trois enfants, elle est gynécologue dans une clinique parisienne et tous les jours elle est confronté au proxénétisme qui les écœure elle et son amie d’enfance, [...]

Barcelone (Jacques Beaumont)

note: 4Barcelone redécouverte S.BASSET - 24 octobre 2022

Encore un formidable "Grand Imagerie" de chez Fleurus qui nous permet de mieux comprendre Barcelone et de (re)découvrir des aspects moins connus ou moins touristiques de la capitale Catalane !

Critique

 

La poupée qui fait oui (Agnès de Clairville)

note: 5Non consenti FM - 21 septembre 2022

Fin des années 1980, avant le téléphone portable et les réseaux sociaux.
Arielle, 16 ans et demi, entre dans une école d’ingénieur avec prépa intégrée. En ce jour de rentrée, le ton est donné dès les premières pages du livre : nous sommes en plein bizutage violemment sexualisé et sexiste. Arielle veut se fondre dans le moule, et souhaite avant tout acquérir une expérience qui, pense-t-elle, sera déterminante : elle veut perdre sa virginité. Amoureuse du Don Juan de l’école, elle découvre que les relations sexuelles peuvent être douloureuses et éloigner au lieu de rapprocher. Pourtant, elle s’accroche, prête à tout accepter pour être avec son cher Eric. C’est « la poupée qui fait oui » : elle ne veut pas mais elle accepte, elle subit sans réagir.
En parallèle, nous voyons Arielle par le regard d’autres personnages, et en particulier celui de sa mère. Elle s’inquiète pour sa fille, nous comprenons qu’elle aussi dans sa jeunesse a vécu une relation douloureuse. Se peut-il qu’une génération plus tard, sa fille soit elle aussi sous emprise, bafouée dans son corps et sa dignité ? Vient un moment où Arielle, dans une autre relation plus bienveillante, comprend que l’amour et la sexualité peuvent être autres ; mais c’est bien plus tard qu’elle pourra désigner comme viols des actes imposés par Eric.
Nourri d’une histoire vraie, ce roman à l’écriture directe aborde avec brio la question du consentement.