Recherche


Avis de lecteurs

Méthode 15-33 (Shannon Kirk)

note: 4Belle surprise Céline - 9 août 2020

J'ai découvert ce livre totalement par hasard dans un rayon de la médiathèque et j'avoue avoir été agréablement surprise.
Le roman est de très bonne qualité, l'intrigue aussi, on est vite [...]

Chez nous (Louise Candlish)

note: 4Thriller diabolique Joëlle, MMC - 21 août 2020

Fiona ou "Fi" et Bram ont décidé de se séparer mais intelligemment pensent-ils. Pour cela ils choisissent le "neeting", nouvelle forme de garde alternée, ce sont les parents qui changent [...]

Et le désert disparaîtra (Marie Pavlenko)

note: 5Et le désert disparaîtra de Marie Pavlenko Christine - 14 octobre 2020

Un livre à ne pas rater, qu'on soit ado ou pas ! C'est un roman plein de sensibilité sur les relations et les interactions entre l'Homme et la nature, mais [...]

Chez nous (Louise CANDLISH)

note: 4Thriller diabolique Joëlle, MMC - 21 août 2020

Fiona ou "Fi" et Bram ont décidé de se séparer mais intelligemment pensent-ils. Pour cela ils choisissent le "neeting", nouvelle forme de garde alternée, ce sont les parents qui changent [...]

Pleine neige (Antoine Guilloppé)

note: 5Magnifique Joëlle, MMC - 20 octobre 2020

Encore une fois Antoine Guilloppé poursuit ses voyages à travers différents paysages et différentes saisons.
Cette fois, il entraine le jeune lecteur vers des contrées enneigées à la rencontre d’animaux, aigle, [...]

Le Parfum des citronniers (Cristina Campos)

note: 4Le destin de deux soeurs Joëlle, MMC - 22 octobre 2020

2010. Il y a Anna, la blonde, mariée à un homme d’affaires véreux, qui la trompe sans scrupule. Elle n’a jamais quitté son île et fait partie de la haute [...]

Avis de lecteurs

 

Maudit karma (David Safier)

note: 5Bon livre LD - 16 avril 2019

Un livre qui m'a appris l'humilité et qui parle avec beaucoup d'humour de la réincarnation. Un livre très léger

La libraire de la place aux Herbes (Eric de Kermel)

note: 5Bibliothérapie JM, MMC - 16 avril 2019

Nathalie et sa famille mènent une vie trépidante en ville quand ils décident de changer de vie. Les enfants sont partis faire leur vie ailleurs et suivre leur chemin d'adulte, il est donc temps pour les parents de s'occuper du reste de leur vie et de penser à faire ce qu'ils aiment. A Uzès sur la place aux Herbes une petite librairie est à vendre et Nathalie décide de s'y installer. Là, elle va donner des conseils de lecture à ses clients. Plus qu'une librairie le magasin se fait lieu de rencontres, de confidences de joies et de larmes parfois. Plusieurs personnages vont défiler dans cette librairie et tous auront une histoire à raconter, des plaies à panser ou des rancoeurs à oublier. Par la force des livres ils vont trouver des remèdes et du réconfort. Un bon moment de lecture en perspective pour fêter l'arrivée des beaux jours et commencer en urgence les lectures dans les jardins et les parcs. On ressort de ce livre le cœur en joie et si vous voulez tester les remèdes de notre libraire vous trouverez à la fin du roman une bibliographie/médicament à utiliser sans modération et garantie sans contre- indication. "

L'empreinte (Alexandria Marzano-Lesnevich)

note: 5Dérangeant et passionnant JM, MMC - 16 avril 2019

Alexandria Marzano-Lesnevish est une jeune étudiante en droit, alors qu’elle commence un stage dans un cabinet d’avocat elle étudie le cas de Ricky Langlet, un homme accusé de pédophilie et du meurtre de Jéremy Guillory, un enfant de 9 ans. Ricky Langlet a été condamné à mort en Louisiane puis à la prison à perpétuité. Cette jeune femme opposée à la peine de mort va voir ses convictions voler en éclats car cette affaire va la ramener à ses propres blessures et à sa position de victime d’abus sexuels et de pédophilie. Pendant des années et dans le silence familial elle a subi les attouchements de son grand-père. A travers Ricky Langlet c’est son grand père qu’elle revoit et elle doit juguler le sentiment de haine qui la submerge. Ce lourd passé va conditionner sa vie de femme et ses choix de vie, elle va devoir aussi se réconcilier avec son corps et faire la paix avec sa famille. Alexandria Marzano nous livre un récit entre roman policier, autobiographie et journalisme d’investigation, elle aurait pu s'y perdre mais la maîtrise des genres est parfaite. Un récit de vie dans le contexte d'une société américaine sombre et misérable mais où l'auteure va chercher avec détermination une force de résilience. Un livre exigeant qui réclame toute l'attention de son lecteur mais captivant jusqu'au bout.

Dead Cross (Dead Cross)

note: 5Lave en fusion Emmanuel, MMC - 7 avril 2019

Dead Cross est une sorte de volcan en éruption : un batteur classé 10 sur l'échelle de Richter, un chanteur hyperactif et imprévisible, un bassiste bouillonnant et un guitariste aux riffs fracassants ! Résultat : un groupe classé par facilité dans la catégorie "hardcore punk" mais qu'on pourrait tout aussi bien qualifier de "trash, heavy, crossover metal"... bref, Dead Cross fond la matière musicale en une lave puissante tout aussi fascinante que déstabilisante.

Journeys in solitude (Fading Bliss)

note: 5Le temps est gris ? Emmanuel, MMC - 7 avril 2019

La grisaille d'automne s'est invitée au printemps ? Pas de problème, voici la bande son idéale pour... déprimer un peu plus ! Dans la pure tradition doom métal, Fading Bliss propose ici 4 titres lourds et mélancoliques très élaborés : mélodies intenses, variations de tempo,...
Alors pourquoi 4 titres seulement ? Parce que Fading Bliss ne fait pas les choses comme tout le monde : chaque titre dure une dizaine de minutes pour s'assurer que l'auditeur s’imprègne bien de leur univers !

La fin de la solitude (Benedict Wells)

note: 5Un peu triste, mais beau ! FM - 6 avril 2019

Un homme adulte se réveille à l'hôpital après un grave accident de moto. Cette récente proximité avec la mort l'emporte dans un flot de réminiscences... Nous plongeons dans les années 1980. Préadolescent franco-allemand, Jules est un enfant comme les autres, avec un grand frère et une grande soeur, et des parents qui ont leurs parts d'ombre et de lumière. Mais ils décèdent accidentellement, et les trois enfants vont passer la majeure partie de leur jeunesse dans un internat pas vraiment doré. Chacun va faire sa route, construire sa vie, mais "une enfance difficile est comme un ennemi invisible. On ne sait jamais quand il se retournera contre vous." Du point de vue de Jules, nous approchons cette difficulté de vivre adoucie par la rencontre amoureuse, et la naissance d'enfants qui lui donneront la force d'envisager l'avenir.
Un beau roman existentiel.

Everything, everything (Nicola Yoon)

note: 4Everything everything P.R - 31 mars 2019

Really nice story about the discovery of love.

La neuvième heure (Alice McDermott)

note: 4Un belle histoire de famille Joëlle, MMC - 30 mars 2019

Jim et Annie immigrés Irlandais vivent dans le quartier misérable de Brooklyn au début du XXème siècle. Quand Jim se suicide, Annie enceinte de 3 mois est recueillie par la communauté des petites sœurs des pauvres. C’est ainsi que Sally sa fille, enfant vive et espiègle grandit dans la blanchisserie du couvent où travaille sa mère, endroit propice à une éventuelle vocation .
Roman puissant sur la misère, la pauvreté, la rudesse de la vie de ce début de siècle, également une belle histoire de famille avec tous ses secrets sur plusieurs générations. Et bien sûr, les religieuses présentent tout du long avec leur solitude, leurs sacrifices, leurs bonnes œuvres, et quand sonne la 9 ème heure, elles se rendent toutes à la chapelle pour la prière.

Devenir (Michelle Obama)

note: 5Un parcours extraordinaire Joëlle, MMC - 27 mars 2019

Michelle Robinson est née et a grandi dans un quartier ouvrier de Chicago dans une famille modeste et aimante. Elle raconte son histoire sans tabou. De la jeune fille qui prend conscience très tôt que la réussite passe par les études, le savoir, l’éducation, de son entrée dans les plus grandes universités du pays, à sa rencontre avec celui qui deviendra son mari et le président de la première puissance mondiale. Ils possèdent tous les deux la même vision de la vie, les mêmes aspirations, ils laisseront de côté les grands cabinets d’avocat pour se consacrer au milieu associatif et aux autres, et quand le moment sera venu pour lui de se lancer dans la politique pour continuer leur combat au niveau national, elle le soutiendra de toutes ses forces. Devenue première dame, elle met toute son énergie et sa popularité à défendre les plus démunis, les femmes, les enfants et les minorités en combattant toute forme de racisme. Malgré son plus haut statut, elle a su rester humble, proche des gens et optimiste.
Michelle Obama a écrit une magnifique déclaration d’amour, déclaration d’amour à son mari, à ses filles, à toute sa famille et ses proches, à son pays et à tous les peuples du monde entier dans toute leur diversité.

Italien - EuroTalk initiation 1/2 (Tout Apprendre)

note: 1Formation Mireille - 17 mars 2019

Impossible d accéder à la formation

Réponse Médiathèque : pour accéder à la formation, il faut être identifié au portail (n° de carte + date de naissance). Pour plus d'information, merci de nous contacter par mail ou par téléphone. Cordialement

La petite fille sans allumettes (Martine Delerm)

note: 5Solitude et optimisme Joëlle, MMC - 15 mars 2019

Marina vit à Paris, mais son existence n’est que solitude, froid et tristesse. En effet, elle vit seule, dans la rue sous les flocons de neige et devant l’indifférence des passants. Mais c’est sans compter sur la bienveillance de la libraire qui l’invite à rentrer au chaud dans sa boutique et à profiter de l’heure du conte.
Un album tout en sensibilité, en douceur sur l’abandon, l’exclusion qui rappelle le célèbre conte d’Andersen « La petite fille aux allumettes", mais qui offre une petite note de chaleur, d’optimisme.
Un très bel album avec de magnifiques illustrations.

La chambre des merveilles (Julien Sandrel)

note: 4A méditer Noëmie - 13 mars 2019

Etant parti avec un a priori par rapport à ce livre, j'ai été positivement étonné.
Je m'attendais à lire quelque chose de pesant, triste, un peu glauque et finalement pas du tout. L'histoire n'est pas joyeuse, certes, mais les pointes d'humour de la part du fils, Louis, soulage un peu la tension générale du livre.
Très belle leçon de vie, tout peut arriver, à tout moment et à n'importe qui.
En fermant le livre, la première question que l'on se pose est : si cela nous arrivait, comment réagirions nous ?

Le grand livre de Beatrix Potter (Beatrix Potter)

note: 5Magnifique ! Noëmie - 13 mars 2019

Ce livre rassemble 23 histoires classiques de l'écrivaine Beatrix Potter.
De Pierre Lapin à Monsieur McGregor, en passant par Madame Trotte-Menu, vous allez être émerveillé par les illustrations et les paysages d'Ecosse qui ont inspirés Beatrix Potter.
Si vous êtes fan de Beatrix Potter et de ses histoires, ce livre est à lire absolument.
Si vous êtes novice, il est à découvrir !
Il nous rappelle les histoires de notre enfance, il est donc à lire à tout les âges, petits comme grands. Intemporel !

Grey (E. L. James)

note: 4Bonne version Céline - 10 mars 2019

Ayant lu la trilogie 50 nuances de Grey, j'ai voulu voir ce que l'auteur avait pu apporter de plus au roman en écrivant l'histoire du point de vue de Christian, et le résultat est plus bon.
Cette autre version donne une autre approche de la relation qui se crée entre les deux personnages, avec la vision beaucoup plu crue des choses de Christian en particulier par rapport à sa mère ou à ses pratiques un peu particulières.
En revanche, je trouve dommage que l'auteur n'ait pas poursuivi avec les deux tomes suivants, car il reste toujours une part d'ombre et de secret chez Christian tout au long de l'histoire qu'il aurait été intéressant de comprendre.
Un livre qui vaut la peine d'être lu pour ceux qui ont lu et apprécié le premier tome de la trilogie en version classique.

Une maison dans les buissons (Akiko Miyakoshi)

note: 5Tendre moment Joëlle, MMC - 9 mars 2019

Ça y est Sakko est dans sa nouvelle maison, elle doit ranger sa chambre, mais elle a hâte de rencontrer ses nouveaux voisins car elle sait qu’ils ont une petite fille de son âge. En attendant elle part explorer le champ d’à côté et y fait une merveilleuse découverte sous les buissons.
Un album tout en tendresse aux illustrations douces et magiques et au texte simple sur l’amitié.
Un tendre moment de lecture.

La vitre brisée (Jeffery Deaver)

note: 4Bon roman policier Céline - 23 février 2019

Après avoir lu et adorer "Le Désosseur", j'ai voulu poursuivre avec une nouvelle enquête de Lincoln Rhyme par Jeffery Deaver, et je dois avouer que je n'ai pas été déçue.
L'histoire est très prenante, les personnages sont toujours aussi intéressants et le tout est écrit d'une main de maître. On est totalement prit dans l'ambiance et surtout dans l'action face à ce tueur qui sait tout.
Un bon thriller avec cependant une petite faiblesse, l'enquête parallèle de Rhyme n'a pas grand intérêt à être racontée, je n'ai pas trop comprit ce que ça venait faire là. Mais malgré ça, on reste tout de même embarqué dans l'histoire.

Bonne nuit, monsieur Renard ! (Kathrin Schärer)

note: 4Un filou petit lièvre Joëlle, MMC - 21 février 2019

Un petit lièvre quelque peu malicieux se retrouve perdu et tout seul sur une butte au moment d’aller se coucher, c’est alors qu’apparaît un magnifique renard totalement affamé. Notre petit lièvre devra user de tous les stratagèmes pour éviter d’être croqué.
Un bel album aux illustrations très drôles.

Cujo (Stephen King)

note: 3Manque un petit quelque chose Céline - 17 février 2019

L'histoire de Cujo est basée presque entièrement sur l'imagination que se fait le lecteur de l'animal décrit dans le livre, car quand on y regarde bien, l'histoire est assez simple.
Habituée au style de Stephen King, j'attendais le twist qui ferait basculer ce roman dans son style habituel, mais malheureusement je suis restée sur ma faim ...
Un roman agréable à lire, intéressant mais trop sage pour la plume de l'illustre Stephen King.

Pourvu que ça brûle (Caryl Férey)

note: 5Un carnet de route très rock ! Elsa - 8 février 2019

Caryl Férey a 50 ans quand il écrit Pourvu que ça brûle, c’est maintenant un auteur français de romans policiers reconnu, primé, dont les romans sont traduits à l’étranger. Dans ce récit autobiographique, il nous livre un carnet de route très rock (les Clash comme David Bowie ne sont jamais loin) des errances de ses débuts, de sa jeunesse bretonne très torturée, jeune homme révolté par la violence, l’injustice, hanté par des déceptions amoureuses qui le laisseront toujours KO. Il nous raconte aussi sa quête pour devenir écrivain, et ce tour du monde qui va changer sa vie, donnant enfin un sens à son existence. Les voyages ne le quitteront plus : la Nouvelle-Zélande, la Namibie, l’Afrique du Sud, l’Argentine, le Chili… et la découverte de la culture maorie (Utu, Haka), des crimes des dictatures sud-américaines et des injustices faites au peuple mapuche (Mapuche, Condor), des fractures et des violences de la société sud-africaine post-apartheid (Zulu), entre autres. C’est en compagnie d’Elephant-Souriant, de Craint-blanc, de Loutre-bouclée, autant d’amitiés cachées derrière des pseudos très …imagés, que nous partageons, le temps d’un livre, la vie, mouvementée, de Caryl Ferey : accrochez-vous, ça brûle !

Le Mars Club (Rachel Kushner)

note: 5Une terrible descente aux enfers Joëlle, MMC - 22 janvier 2019

Nous assistons à la descente aux enfers d’une jeune femme des années 1980 à nos jours à San-Francisco. San-Francisco, ville magnifique, mais ville de tous les possibles et de tous les extrêmes.
Romy commet l’irréparable pour fuir l’homme qui la harcèle et la maltraite depuis des années. Mais elle a la malchance d’être née, d’avoir grandi et vécue dans les mauvais quartiers de cette ville. Sans argent elle est représentée à son procès par un avocat commis d’office qui la défend mal. Elle se retrouve enfermée à perpétuité dans une prison d’état et perd ainsi ses droits parentaux pour son fils de 5 ans.
Le récit alterne entre la vie de Romy enfant, adolescente, adulte et sa vie carcérale.
Roman magnifique, bouleversant qui nous montre les deux faces d’une Amérique où la justice n’est pas équitable. On est également confronté à la vie des laissés pour compte, entre prostitution et drogue.

Mais leurs yeux dardaient sur Dieu (Zora Neale Hurston)

note: 5Liberté et féminisme Joëlle, MMC - 22 janvier 2019

Janie vit avec sa grand-mère dans le sud des Etats-Unis, à la fin de l’esclavage. Cette dernière n’a qu’un souhait, marier sa petite fille avec un propriétaire terrien afin que celle-ci échappe à sa condition sociale. Mais c’est un mariage sans amour pour cette jeune fille éprise de liberté, d’aventure et d’émancipation.
Pour donner encore plus d’intensité, de réalisme à son récit, l’auteur fait s’exprimer ses personnages dans une sorte d’argot, de patois de l’époque propre aux afro-américains.
Grand classique de la littérature américaine, encensé par la presse et les plus grands auteurs internationaux, c’est un roman magnifique où souffle un vent de féminisme

L'unité Alphabet (Jussi Adler-Olsen)

note: 4Bon roman mais un peu long Céline - 19 janvier 2019

Fan de Jussi Adler-Olsen, j'ai sauté sur ce livre dès son arrivée à la médiathèque, et je dois avouer que je suis mitigée sur la globalité du roman.
La première partie est excellente, on est totalement prit dans l'histoire de ces deux soldats dans une Allemagne en guerre. Rien à dire sur cette partie qui est totalement réussie.
Pour la seconde partie c'est différent, on se retrouve des années plus tard dans un univers très différent, avec des personnages qui ont évolué (pas tous) et surtout le contexte n'est plus du tout le même.
Et c'est là qu'apparaisse quelques longueurs dans l'histoire, un peu trop de description sur des personnages secondaires, comme la femme de Bryan, ou sur les lieux, etc ... L'histoire reste appréciable mais moins prenante et haletante qu'en première partie.
A lire pour les fans de l'auteur, mais sans en attendre autant que des romans du Département V.

Tenir jusqu'à l'aube (Carole Fives)

note: 5Mère "indigne" ! [livre numérique] FM - 15 janvier 2019

Comme la chèvre de Monsieur Seguin, la femme dont il est question dans ce court roman tire sur la corde et prend des risques… Mère célibataire, elle s’épuise dans la vie quotidienne fusionnelle avec son petit garçon, dans une impasse. Comment développer son activité professionnelle alors qu’elle n’a pas les moyens de faire garder son enfant ? Comment justifier qu’elle ait besoin d’air et de liberté alors que, travaillant « peu », elle est renvoyée à sa « chance » de pouvoir s’occuper à plein temps de son fils ? Peu à peu, germe l’idée qu’il serait possible de s’échapper un peu le soir, quelques minutes, quand cet enfant qu’elle aime tant est endormi… Et chaque soir, ce sera un peu plus long…
Bien loin du mythe de la mère parfaite, ce roman évoque sans tabou et avec une vraie tension dramatique les difficultés et les contradictions qui peuvent s’opposer dans l’éducation d’un jeune enfant, et la cruelle solitude d’une femme qui ressemble à beaucoup d’autres. Actuel, audacieux et touchant, une vraie réussite !

Tenir jusqu'à l'aube (Carole Fives)

note: 5Mère "indigne" ! FM - 15 janvier 2019

Comme la chèvre de Monsieur Seguin, la femme dont il est question dans ce court roman tire sur la corde et prend des risques… Mère célibataire, elle s’épuise dans la vie quotidienne fusionnelle avec son petit garçon, dans une impasse. Comment développer son activité professionnelle alors qu’elle n’a pas les moyens de faire garder son enfant ? Comment justifier qu’elle ait besoin d’air et de liberté alors que, travaillant « peu », elle est renvoyée à sa « chance » de pouvoir s’occuper à plein temps de son fils ? Peu à peu, germe l’idée qu’il serait possible de s’échapper un peu le soir, quelques minutes, quand cet enfant qu’elle aime tant est endormi… Et chaque soir, ce sera un peu plus long…
Bien loin du mythe de la mère parfaite, ce roman évoque sans tabou et avec une vraie tension dramatique les difficultés et les contradictions qui peuvent s’opposer dans l’éducation d’un jeune enfant, et la cruelle solitude d’une femme qui ressemble à beaucoup d’autres. Actuel, audacieux et touchant, une vraie réussite !

Une femme au téléphone (Carole Fives)

note: 5Mère pénible FM - 15 janvier 2019

« C’est toi ? ». Une mère téléphone sans cesse à sa fille (adulte) et lui raconte sa vie. Entre les récits de ses séjours à l’hôpital, de ses exploits amoureux, ses jugements sévères sur ses petits-enfants, ses confidences dérangeantes, ses conseils inopportuns… on devine en creux les années d’une relation mère-fille éprouvante. C’est original, subtil, et amusant voire carrément drôle !

Que nos vies aient l'air d'un film parfait (Carole Fives)

note: 5Enfants séparés FM - 15 janvier 2019

« J’avais douze ans et je les aurai toute ma vie ». Un couple qui se déchire, une femme fragile et instable, un divorce qui ne séparera pas seulement les adultes, mais aussi les enfants. On placera le fils avec le père, la fille avec la mère. C’est cette fille qui raconte la souffrance, la culpabilité, le sentiment d’avoir abandonné son petit frère, les efforts pour faire illusion, le point de vue de la mère. Un petit livre poignant.

Chronique des Clifton n° 1
Seul l'avenir le dira (Jeffrey Archer)

note: 5Addictif FM - 15 janvier 2019

Ce premier tome (paru en 2012) de la « Chronique des Clifton » commence dans l’Angleterre ouvrière du lendemain de la première guerre mondiale. Harry Clifton est un enfant pauvre, mais sa grande intelligence et sa voix exceptionnelle vont lui ouvrir les portes d’une scolarité brillante dans un collège privé. Orphelin de père, il perçoit très jeune l’incohérence des récits familiaux ; on découvrira au fil des pages que la naissance de Harry et le décès de son père ont partie liée à d’autres personnages, ce qui aura des conséquences tumultueuses sur le parcours du jeune garçon.
Le premier roman de la série emporte le lecteur dans les classes les plus éloignées de la société britannique, grâce à l’attachant personnage de Harry qui va s’intégrer peu à peu dans les milieux aristocratiques tout en s’interrogeant sur ses origines. Malgré un schéma romanesque qui peut sembler a priori assez convenu, cette « Chronique des Clifton » est absolument passionnante ; riche en beaux personnages nuancés, elle offre l’intérêt d’un arrière-plan historique, économique et politique solide et bien développé, qui fournit une matière intéressante à de nombreux rebondissements, donnant de la cohérence à chacun des sept tomes de la série. Le dernier a été publié en 2018.

Chronique des Clifton - Tome 1 : Seul l'avenir le dira (Jeffrey Archer)

note: 5Addictif ! [livre numérique] FM - 15 janvier 2019

Ce premier tome (paru en 2012) de la « Chronique des Clifton » commence dans l’Angleterre ouvrière du lendemain de la première guerre mondiale. Harry Clifton est un enfant pauvre, mais sa grande intelligence et sa voix exceptionnelle vont lui ouvrir les portes d’une scolarité brillante dans un collège privé. Orphelin de père, il perçoit très jeune l’incohérence des récits familiaux ; on découvrira au fil des pages que la naissance de Harry et le décès de son père ont partie liée à d’autres personnages, ce qui aura des conséquences tumultueuses sur le parcours du jeune garçon.
Le premier roman de la série emporte le lecteur dans les classes les plus éloignées de la société britannique, grâce à l’attachant personnage de Harry qui va s’intégrer peu à peu dans les milieux aristocratiques tout en s’interrogeant sur ses origines. Malgré un schéma romanesque qui peut sembler a priori assez convenu, cette « Chronique des Clifton » est absolument passionnante ; riche en beaux personnages nuancés, elle offre l’intérêt d’un arrière-plan historique, économique et politique solide et bien développé, qui fournit une matière intéressante à de nombreux rebondissements, donnant de la cohérence à chacun des sept tomes de la série. Le dernier a été publié en 2018.

Les Robinsons de l'île Tromelin (Alexandrine Civard-Racinais)

note: 5L'île des esclaves Joëlle, MMC - 12 janvier 2019

Nous sommes en 1761 sur l’île de Tromelin à l’époque « l’île de France », située dans l’océan Indien proche, de Madagascar et très difficile d’accès à cause de forts courants et d’importants récifs coralliens.
A cette époque l’esclavage sévissait toujours et certains capitaines de vaisseau n’avaient aucun scrupule à faire du trafic d’esclaves pour s’enrichir. L’un d’eux, le capitaine Jean de Lafargue, aux commandes de l’Utile, transporte du riz, pour le compte de la Compagnie des Indes orientales, mais il embarque clandestinement 160 esclaves malgaches, or ce navire échoue sur l’île de Tromelin. Certains esclaves vont réussir à survivre 15 ans, isolés de tout avant qu’un homme rongé de remords n’intervienne, mais ils ne sont plus que 8 dont Tsimiavo qui nous raconte son histoire dans ce magnifique album aux illustrations superbes.

Jules Matrat (Charles Exbrayat)

note: 5Syndrome post-traumatique FM - 12 janvier 2019

Jeune paysan dans la Loire, Jules Maltrat est mobilisé en 1914, incrédule devant cette guerre que sa faible éducation et son milieu familial fruste ne lui ont pas permis de deviner. Il part vers l’inconnu, laissant à regret sa fiancée et ses parents derrière lui. Mais au fil des ans, il se sent plus proche d’un camarade de combat, premier véritable ami, que des siens qui ne peuvent imaginer ce qu’est devenu son quotidien. Chaque permission est plus difficile. Et quand la guerre se termine, que Jules revient dans son univers d’avant-guerre, tout lui devient insupportable et le rend cruel avec ceux qui l’aiment.
Charles Exbrayat est connu pour ses romans policiers (plus de cent publiés au Masque), beaucoup moins pour ce premier et beau roman sorti en 1942 qui dresse un sensible portrait d’un homme simple, dépassé par sa souffrance, démuni pour l’exprimer.

Les feux de l'automne (Irène Némirovsky)

note: 5Revenir FM - 12 janvier 2019

Avec ce roman, nous suivons un couple de petits-bourgeois parisiens, à travers la Grande Guerre et dans ses lendemains. Bernard, jeune homme idéaliste et patriote, s’engage volontairement. Bien qu’éprouvé par le front et les combats, il refuse les opportunités de s’embusquer. Mais quand il s’agit de reprendre la vie normale, difficile de résister aux tentations offertes par des amis enrichis par la spéculation, même s’il faut pour cela renier toutes ses valeurs et rejeter son épouse Thérèse, personnage attachant. Ce livre dépeint la difficulté du retour à la vie quotidienne après la guerre, le constat douloureux de l’absence de reconnaissance de la société à l’égard des poilus survivants, et dresse un portrait vivant d’une bourgeoisie cynique des « années folles », avide de vivre avec frénésie, à la fois attirante et écœurante pour le jeune homme qui a perdu ses repères. Une belle découverte.

Invasion 14 (Maxence Van der Meersch)

note: 5Nord profond FM - 12 janvier 2019

De la guerre 14-18, c’est souvent la vie sur le front, ou à l’arrière mais dans des zones non occupées, qui est évoquée dans les romans. Celui-ci, publié pour la première fois en 1935, se distingue en campant la vie éprouvante des populations civiles dans le Nord bombardé et occupé, à Roubaix plus particulièrement. De ces années de souffrance et d’effroyable misère généralisée, les différents milieux sociaux sont très bien décrits, avec des courages et des lâchetés dans toutes les strates de cette population coupée de la France non occupée. Petits et grands trafics, détournement sans scrupule de l’aide alimentaire, violences, dénonciations, tromperies, règlements de comptes impitoyables… contrebalancés par des solidarités nouvelles. Il y a du Zola dans cette fresque romanesque qui mérite vraiment d’être redécouverte pour cette immersion dans une autre réalité de 14-18, mais également pour sa qualité d’écriture et sa belle galerie de personnages.

Patria (Fernando Aramburu)

note: 5Le roman du pays basque (livre numérique) FM - 12 janvier 2019

Il y a encore quelques années, les attentats qui faisaient l’actualité en Espagne émanaient le plus souvent de l’ETA, organisation indépendantiste basque. Patria nous transporte dans cette époque encore très récente, dans le pays basque espagnol, au sein d’un village proche de San Sebastian. Dans ce secteur, il est presque impossible de ne pas soutenir la cause indépendantiste. Les jeunes grandissent dans l’endoctrinement, ou à défaut dans la conscience qu’il faut participer pour s’intégrer : parler basque, contribuer aux collectes pour les prisonniers, manifester … Même s’il faut conserver une unité de façade, des familles se déchirent dans l’intimité. Et quand l’ETA réclame un impôt révolutionnaire de plus en plus important à un chef d’entreprise qui s’est élevé à la force du poignet, et que celui-ci résiste et refuse, c’est toute une vie d’amitiés qui s’effondre.
Enorme succès en Espagne, ce livre est resté assez confidentiel en France ; et pourtant, quel beau roman ! Peut-on (et comment ?), doit-on, pardonner, oublier, tourner la page, vivre avec légèreté, pendant et après des crimes et des lâchetés ? Cette question qui se pose inexorablement aux peuples meurtris par des guerres civiles traverse tout le livre, construit sur l’évocation de la vie d’avant et d’après l’annonce de la fin de la lutte armée.

Patria (Fernando Aramburu)

note: 5Le roman du pays basque FM - 12 janvier 2019

Il y a encore quelques années, les attentats qui faisaient l’actualité en Espagne émanaient le plus souvent de l’ETA, organisation indépendantiste basque. Patria nous transporte dans cette époque encore très récente, dans le pays basque espagnol, au sein d’un village proche de San Sebastian. Dans ce secteur, il est presque impossible de ne pas soutenir la cause indépendantiste. Les jeunes grandissent dans l’endoctrinement, ou à défaut dans la conscience qu’il faut participer pour s’intégrer : parler basque, contribuer aux collectes pour les prisonniers, manifester … Même s’il faut conserver une unité de façade, des familles se déchirent dans l’intimité. Et quand l’ETA réclame un impôt révolutionnaire de plus en plus important à un chef d’entreprise qui s’est élevé à la force du poignet, et que celui-ci résiste et refuse, c’est toute une vie d’amitiés qui s’effondre.
Enorme succès en Espagne, ce livre est resté assez confidentiel en France ; et pourtant, quel beau roman ! Peut-on (et comment ?), doit-on, pardonner, oublier, tourner la page, vivre avec légèreté, pendant et après des crimes et des lâchetés ? Cette question qui se pose inexorablement aux peuples meurtris par des guerres civiles traverse tout le livre, construit sur l’évocation de la vie d’avant et d’après l’annonce de la fin de la lutte armée.

Deception point (Dan Brown)

note: 4Encore une bonne surprise Céline - 3 janvier 2019

Après Forteresse Digitale, Dan Brown a encore réussi à me passionner avec Deception Point et son histoire haletante.
Au cœur de ce complot gouvernemental, le lecteur est totalement embarqué et prit à parti jusqu'à la dernière page.
Un roman vraiment réussi.

Et mon luth constellé (Ariane Schréder)

note: 5Coup de coeur Marie, MMC - 21 décembre 2018

L'arrivée inattendue de cette femme dans ce village d'une centaine d'habitants va bousculer le quotidien. Les lectures qu'elle va "offrir" à ces personnes en échange d'une chambre dans la maison du libraire va bousculer leurs esprits. Devenue adulte, la petite Louise, qui admirait tant la belle Iris, repense à tout cela et le revit avec un autre regard. Un très beau roman qui nous fait voyager dans les Pyrénées mais également dans la littérature classique.
La Princesse de Clèves en pays cathare...
Ariane Schréder a reçu le prix Fallet en 2013 pour son premier roman La Silencieuse.

Trancher (Amélie Cordonnier)

note: 4Quand la violence ne se voit pas. Marie, MMC - 21 décembre 2018

Nous ne connaîtrons jamais le prénom de la femme qui parle, qui nous raconte à la façon d'un journal, son histoire, cette décision prise il y a 7 ans et aujourd'hui à nouveau remise en question alors qu'elle pensait que tout était fini.
Cette femme, mère de 2 enfants a tout pour être heureuse, un travail qu'elle aime, des enfants qui la comblent, un mari intelligent, beau, doué, cultivé, le gendre idéal que les copines lui envient. Pourtant, les doutes, la peur et la boule qu'elle a dans le ventre ne lui laissent aucun répit. Non Aurélien ne la bat pas, jamais ses mains ne l'ont frappée et pourtant, des coups elle en a reçus et 7 années après avoir cru que tout était fini, les blessures se réveillent:
Un samedi matin comme un autre, la petite famille est réunie dans la cuisine et soudain ces mots : «Ferme ta gueule une bonne fois pour toutes, connasse, si tu veux pas que je la réduise en miettes». La violence d'Aurélien est verbale. Cette fois-ci elle décide de ne rien lâcher et de trancher.

Simple (Julie Estève)

note: 5Simple n'est pas idiot. Marie, MMC - 21 décembre 2018

L'homme qui raconte est Antoine ORSINI. Chez nous, nous l'appellerions le bredin, dans son village corse, les autres l'appellent le baoul. Enfant un peu "simple", dont la mère est morte en le mettant au monde, provoquant le rejet de son père, Antoine est malmené par ses camarades de classe et c'est l'attention toute particulière et tendre de la maîtresse qui va l'aider à grandir.
Mais la mort les sépare assez vite et le baoul va se débrouiller seul. Dans le village comme dans tous villages, il y a des histoires et parfois des drames. Une jeune fille, Florence, seule amie d'Antoine,avec Magic, va être retrouvée morte et le coupable sera rapidement trouvé.
C'est tout cela qu'Antoine nous raconte, avec ses mots simples eux aussi mais tellement justes et clairvoyants.
Roman touchant qui à sa manière interroge également sur la différence mais aussi la justice.

La révolte (Clara Dupont-Monod)

note: 4Une reine, une mère, une femme... par son fils. Marie, MMC - 21 décembre 2018

L'auteure donne ici la parole à Richard avant même qu'il ne soit cœur de Lion. Mais cette parole elle lui donne pour qu'il raconte sa mère, Aliénor d'Aquitaine. Roman historique puissant, dans lequel cette femme, reine à 2 reprises, cloîtrée par son deuxième époux, adulé par le premier nous laisse sans voix. Il s'agit bien d'un roman, l'auteure prend évidemment les libertés d'accentuer ou non certains traits, mais la force, la volonté et l'intransigeance au-delà de tout qu'elle lui prête ne sont que difficilement à remettre en question lorsqu'on étudie un peu la vie d'Alliénor. Le personnage de Richard cœur de lion est fort et touchant, l'amour infini qu'il montre pour cette mère qui pourtant s'est imposée et a imposé à ses fils, une distance telle que chacun à sa manière en souffrira, cet amour ne peut que nous toucher.

Prisons (Ludovic-Hermann Wanda)

note: 5Un roman percutant, hyme à la lecture et à la connaissance comme moyen de rédemption. Marie, MMC - 4 décembre 2018

Frederic Nkamwa dit Fred, 28 ans, un casier déjà bien rempli se retrouve une fois de plus à Fleury –Merogis. Mais cette fois ci dans le bâtiment D3 celui des récidivistes, les incurables. Oui mais Frédéric n'arrive pas seul, il arrive avec sa foi profonde, unique et indiscutable et convaincu que si Dieu l'a renvoyé en prison c'est pour une raison bien précise.
Le roman est écrit à 2 voix, celle de Frédéric, dont l'un des chalenges, donné par son codétenu Richard, toxico qu'il cherche à faire décrocher, est d'arrêter les insultes qui d'après Richard seraient sa drogue à lui. Cette épreuve va le conduire à découvrir la belle langue française. La deuxième voix est celle de Marianne, 5ème du nom, symbole de la République française.
L'histoire de Frédéric est la vraie histoire de son auteur, Ludovic-Hermann WANDA. Ecriture surprenante dans laquelle le Wesh et la langue de Molière se mêlent. L'éloge de la lecture et de la connaissance illustre cette critique du milieu carcéral mais au sens stricte du terme.
Un premier roman atypique que la rentrée littéraire et ses canons lissés n'a peut-être pas su apprécier…

Le Prince à la petite tasse (Emilie de Turckheim)

note: 3Et pourquoi pas... Marie, MMC - 1 décembre 2018

Une famille de quadras parisiens décident d'accueillir chez eux un migrant. contact pris avec le SAMU social, c'est Reza, un jeune afghan qui a fui son pays en guerre lorsqu'il avait 12ans, sans nouvelle de sa famille depuis, qui va s'installer dans ce qui était la salle de jeux des garçons.
Ce livre est le journal de cette année de cohabitation.
Dans une période où nous entendons beaucoup parler "des migrants", ce livre nous propose l'histoire d'une personne, d'une rencontre et montre que les choses peuvent aussi bien se passer....

Hard blues shot (Laura Cox Band)

note: 5Rock'n'Roll Attitude ! Pascal - 22 novembre 2018

Bon sang quel album !!! moi qui aime le rock sudiste et le hard rock, eh bien me voila gâté avec ce CD. Des solos de guitare tranchants et percutants donnent le rythme de cet album blues rock endiablé. quant à la très belle nana leader du groupe, elle nous offre des compos qui te donnent envie de te mettre à danser tout de suite et a écouter ce CD en boucle.

Le lambeau (Philippe Lançon)

note: 3Courage et envie de vivre Joëlle, MMC - 20 novembre 2018

Je peine à trouver les mots pour exprimer ce que je ressens à la lecture de ce roman. Il y a d’abord l’horreur, le courage, une folle envie de se battre et de vivre malgré la souffrance et en même temps un certain malaise.
Philippe Lançon est un rescapé des attentats de Charlie Hebdo le 07 janvier 2015, grièvement blessé à la mâchoire, aux bras et aux mains, il lutte pour sa reconstruction physique et psychologique. D’opérations en opérations, de greffes ratées en greffes réussies, il réapprend petit à petit à manger, à parler, à vivre tout simplement tout en sachant que rien ne sera plus jamais comme avant. Il se remémore ainsi son enfance, sa jeunesse, sa carrière, sa vie d’homme à travers de nombreuses citations de ses auteurs favoris tel Proust, Kafka, Flaubert, on écoute aussi beaucoup de Bach. Il y a chez lui ni haine ni rancœur, juste une incompréhension.
Une lecture forte.

Pâtisseries marocaines (Nadia Paprikas)

note: 5M'rehba ! Emmanuel - 16 novembre 2018

Véritable coup de cœur (et de papilles !) pour ce livre de pâtisserie marocaine : d'une part, il est précis et méthodique et, d'autre part, il est magnifiquement illustré.
Une mention spéciale pour les "basboussa" et les "baklavas" !

Purée de cochons (Stéphane Servant)

note: 4Très drôle Joëlle, MMC - 3 novembre 2018

L’auteur s’inspire du célèbre conte « les trois petits cochons » pour mettre en scène un loup stupide qui ne sait pas lire mais qui veut préparer une purée de cochons d’après la recette d’un livre. Nos trois compères mettent en place une ruse pour gagner du temps et essayer de sauver leurs vies.
Le texte et les illustrations sont très drôles.

Et il foula la terre avec légèreté (Mathilde Ramadier)

note: 4Superbe bande-dessinée écologique S.BASSET - 3 novembre 2018

J'ai été sous le charme du dessin de cette bande dessinée, dont le propos est de nous faire réfléchir sur notre mode de vie et ces conséquences sur l'avenir de la planète.

Catamount n° 2
Le train des maudits (Benjamin Blasco-Martinez)

note: 4Un western à l'ancienne très bien dessiné S.BASSET - 3 novembre 2018

Ce tome 2 de Catamount propose un western à l'ancienne, superbement mis en image par Benjamin Blasco-Martinez. Les amateurs du genre ne devrait pas bouder leur plaisir !

Inventaire illustré des records de la nature (Virginie Aladjidi)

note: 4Un très bel imagier Joëlle, MMC - 31 octobre 2018

Une plongée au cœur de la nature pour découvrir quelques exemples de la faune et de la flore terrestre et sous-marine.
Illustré d'aquarelles magnifiques et agrémenté de textes courts et simples ce très bel imagier nous fait prendre conscience de la beauté et de la variété de tout ce qui vit sur notre planète et ainsi nous inciter à protéger tout cet univers.

Les rivières pourpres (Jean-Christophe Grangé)

note: 3Quelques longueurs qui peuvent rebuter Céline - 25 octobre 2018

Bon roman de Grangé mais qui met énormément de temps avant de réellement captivé le lecteur, j'avoue que pour ne pas arrêter de lire le livre, j'ai sauté quelques pages.
Hormis quelques longueurs, le roman est assez bon, bien écrit et prenant. Les personnages sont bien exploités même si à la fin du livre, j'aurais aimé en savoir encore un peu plus sur toute cette histoire.
A lire à l'occasion et surtout ne pas lâcher l'affaire même si ça paraît trop long, une fois que l'histoire devient interessante, ça tient en haleine jusqu'à la fin.

Le Cri du poilu (Coko)

note: 5Humour et paix pendant la Grande Guerre Clara, MMC - 6 octobre 2018

Des chansons pacifistes et humoristiques sur la grande guerre, on n’a pas si souvent l’occasion d’en écouter ! Ne laissez pas la thématique 14-18 vous freiner et laissez-vous prendre par la main : Coko et Danito ont très bien su se réapproprier ces musiques pleines d’entrain, parfois aux côtés des Ogres de Barback ou d’Auré par exemple, tout en s’étant parfaitement documentés.