Recherche


Avis de lecteurs

Le Mars Club (Rachel Kushner)

note: 4Une histoire tragique Joëlle, MMC - 20 mai 2020

Romy Hall n’est pas née sous une bonne étoile dans le San-Francisco des années 80. Strip-teaseuse, elle abandonne tout pour fuir un homme qui la harcèle et pouvoir vivre en [...]

Une éducation (Tara Westover)

note: 5Un portrait inspirant et riche en émotions ! Maureen, MMC - 13 juin 2020

Plus jeune enfant d'une fratrie de sept, Tara grandit dans une communauté mormone dans les montagnes de l’Idaho. Le père, survivaliste de plus en plus paranoïaque, fait tout pour que [...]

Les filles d'Ennismore (Patricia Falvey)

note: 4Romance irlandaise FM - 10 juin 2020

Irlande, début du 20è siècle. Victoria, fille d’un châtelain, a réussi à obtenir que Rosie, fille d’un métayer, partage ses jeux et son éducation. Mais au moment de l’ « [...]

La mère morte (Blandine de Caunes)

note: 5Vivre la mort FM - 10 juin 2020

Blandine de Caunes est l’une des filles de l’icône féministe Benoîte Groult. Quand cette mère, célèbre pour son intelligence vive et érudite, son indépendance farouche, sa liberté de penser, de [...]

Les Radley (Matt Haig)

note: 4Entretien avec des vampires Michèle - 27 juin 2020

Je m'attendais à un livre un peu plus sanglant et moins adolescent mais finalement j'ai adoré l'histoire de cette famille dont les non dits les tuent à petit feu...
Il [...]

Le chant d'Achille (Madeline Miller)

note: 4Achille au pied léger FM - 10 juin 2020

Demi-dieu de la mythologie grecque, Achille est l’un des inoubliables personnages de L’Iliade d’Homère. Diplômée de lettres classiques, l’américaine Madeline Miller a relevé le défi de romancer l’histoire d’Achille en [...]

Avis de lecteurs

 

Nian le terrible (Guillaume Olive)

note: 4Un joli conte Joëlle, MMC - 1 juillet 2020

Un joli conte sur l’origine du nouvel an chinois, illustré de magnifiques peintures qui rappellent l’aquarelle.
Nian est un horrible monstre qui terrorise la population chinoise. La dernière nuit de l’année il sort de la mer et s’attaque aux hommes, aux animaux en dévastant tout sur son passage. Portée par un sage vieillard, la population s’unit et met en place un stratagème pour faire fuir définitivement ce monstre.
Le courage et la vaillance des villageois apportera la paix à tout un peuple.

Petit Poilu n° 21
Chandelle-sur-Trouille (Pierre Bailly)

note: 5Très bien pour aborder la difference Brigitte - 29 juin 2020

Permet d'aborder le thème des migrants, à mots couverts. Tout en douceur, les auteurs abordent les sujets de la guerre (mais sans montrer aucun assaillant ni aucune victime, très fort !), de l'exil, des risques de la traversée maritime, de la peur de l'étranger, et à la fin de la solidarité d'un vieil homme qui ouvre finalement les yeux de ses concitoyens.

Horrorstör (Grady Hendrix)

note: 5Gros gros coup de coeur Michèle - 27 juin 2020

Emprunté par hasard grâce à sa couverture originale, sa présentation l'est tout autant. L'histoire est digne d'un Stephen King, des passages sont bien angoissants, d'autres plus drôles. A découvrir absolument !
Dès 16 ans.

Les Radley (Matt Haig)

note: 4Entretien avec des vampires Michèle - 27 juin 2020

Je m'attendais à un livre un peu plus sanglant et moins adolescent mais finalement j'ai adoré l'histoire de cette famille dont les non dits les tuent à petit feu...
Il se lit vite, dès 14 ans.

Je suis fille de rage (Jean-Laurent Del Socorro)

note: 5Roman historique passionnant Michèle - 27 juin 2020

Durant la guerre de Sécession, plusieurs protagonistes racontent ce qu'ils vivent, avec différents points de vue : les Confédérés contre l'Union et les esclaves. Abraham Lincoln se bat contre ses démons, et converse avec la Mort. Se mêlent au roman des documents historiques.
Un roman qui se lit rapidement, original de par sa présentation.
Dès 16 ans.

Une fille facile (Louise O'Neill)

note: 5"Asking for it" (le titre original) ? Maureen, MMC - 20 juin 2020

Emma est la star du lycée et de la petite communauté irlandaise où elle vit. C’est une jeune femme bien dans sa peau, libre de ses choix. Elle est belle, elle le sait et elle en profite. Mais tout dérape lors d’une fête alors qu’elle accepte d’avaler quelques pilules, pour ne pas perdre la face sous la pression des regards. Trou noir. Quelques jours plus tard, alors qu’elle ne se souvient toujours de rien, elle tombe sur des photos de cette soirée, partagées sur les réseaux sociaux. Elle voit un corps de poupée, nue, mise en scène et utilisée par plusieurs garçons. Elle ne se reconnait pas. Emma devient alors la bête noire de la communauté, celle qui dérange par son comportement passé, celle qui ose parler de viol. Tout le monde lui tourne le dos parce que, finalement, à utiliser son corps en toute liberté, ne l’aurait-elle pas « bien cherché » (le titre original est d’ailleurs très parlant : « Asking for it »). Un titre dur et poignant qui revient sur la question du consentement et l’usage de son corps (surtout quand on est une jeune femme), à l’heure où les réseaux sociaux régissent nos vies. Âmes sensibles, s’abstenir.

Des fleurs pour Algernon (Daniel Keyes)

note: 5Quand science-fiction rime avec très fortes émotions Maureen, MMC - 13 juin 2020

Des scientifiques parviennent à décupler l’intelligence de la petite souris Algernon. Il est temps de faire l’expérience sur un cobaye humain ; c’est Charlie, un adulte atteint d’un retard mental, qui est choisi. C’est à travers son journal intime que le lecteur suit les effets de l’opération. Les pensées de Charlie s’enrichissent en même temps que son vocabulaire et son expression écrite. Mais avec l’augmentation de son intelligence viennent aussi les terribles prises de conscience. Les souvenirs des moqueries d’hier s’agrémentent maintenant de souffrances. Et si son QI continue de s’élever, il n’en comprend pas mieux les règles qui régissent les interactions humaines. Devenu un véritable surdoué, Charlie n’a peut-être pas gagné le bonheur pour autant… Pire ! Après des mois dans cette nouvelle vie, il apprend que les effets de l’opération s’effacent petit à petit pour Algernon…
Un livre poignant et terriblement humain ; Des Fleurs pour Algernon sait convaincre, même les plus réfractaires à la science-fiction !

Une éducation (Tara Westover)

note: 5Un portrait inspirant et riche en émotions ! Maureen, MMC - 13 juin 2020

Plus jeune enfant d'une fratrie de sept, Tara grandit dans une communauté mormone dans les montagnes de l’Idaho. Le père, survivaliste de plus en plus paranoïaque, fait tout pour que sa famille reste cachée. Aucune déclaration à l'état civil, interdiction d'aller à l'hôpital et évidemment, les enfants ne se sont jamais assis sur les bancs de l'école publique.
Tara pourrait suivre les traces de ses frères et sœurs et adhérer pleinement aux convictions de ses parents mais à l’adolescence, alors qu’elle ouvre les yeux sur le monde qui l’entoure, elle comprend qu’il y a plus et que le modèle offert par sa famille n’est peut-être pas le bon. Mais renier une quinzaine d’années d’enrôlement et renoncer à la sécurité et à l’amour du seul foyer jamais connu n’est pas chose facile. C’est grâce à sa détermination et à son courage que Tara, seule, trouve le chemin de l’école et s’éduque. C’est aussi seule et sans aucun soutien qu’elle s’extrait de cet environnement et commence une nouvelle vie. Mais ce n’est pas sans doutes ni sans souffrances. Le portrait inspirant et riche en émotions d’une jeune femme qui prend sa vie en main, envers et contre tout.

Le chant d'Achille (Madeline Miller)

note: 4Achille au pied léger FM - 10 juin 2020

Demi-dieu de la mythologie grecque, Achille est l’un des inoubliables personnages de L’Iliade d’Homère. Diplômée de lettres classiques, l’américaine Madeline Miller a relevé le défi de romancer l’histoire d’Achille en adoptant le point de vue de Patrocle, son ami intime, personnage bien présent et important dans L’Iliade. Avec un vrai talent de conteuse et une imagination qui force le respect, l’autrice donne vie à ces enfances grecques dans l’Antiquité, dans ce monde fantastique où un éblouissant demi-dieu et son ami bénéficient de l’éducation du centaure Chiron. Jeune homme, Achille finit par obéir à son destin et accepte de suivre Ulysse pour rejoindre l’expédition des Grecs contre les Troyens… on connaît la suite, mais elle est si bien romancée par Madeline Miller ! Celle-ci s’est très bien emparée, avec beaucoup de liberté, d’une trame célébrissime pour en faire un roman d’amour et d’aventure qui redonne vie à ces icônes de la culture occidentale.

Mille petits riens (Jodi Picoult)

note: 5Racisme à l'américaine FM - 10 juin 2020

Sage-femme expérimentée et appréciée dans un hôpital du Connecticut, Ruth est la seule femme de couleur dans son service. Cela ne lui a jamais posé problème, jusqu’au jour où un couple de suprémacistes blancs lui interdit de s’occuper de leur nouveau-né, et où la chef de service accepte cette exigence des patients. Le décès du bébé conduit les parents à déposer plainte, a priori contre l’hôpital mais celui-ci les oriente vers une plainte contre la sage-femme, accusée de n’avoir pas pris l’initiative de gestes qui auraient peut-être pu sauver l’enfant. La vie de Ruth et de son fils, brillant lycéen, va alors basculer : eux qui sentaient bien installés socialement vont être sans cesse renvoyés à la couleur de leur peau.
Ce roman à plusieurs voix immerge très bien le lecteur dans les points de vue de Ruth, de son avocate (blanche, fortunée, bien intentionnée mais qui va comprendre qu’elle était dans le déni vis-à-vis des injustices raciales), et du père du bébé ; ce personnage-là est particulièrement saisissant, dans sa violence raciste. Par cette coexistence des voix de chacun des personnages, le livre nous plonge dans la réalité d’une société américaine encore extrêmement clivée, imprégnée de luttes raciales et de déni, dans laquelle l’extrême liberté d’expression laisse libre champ à des groupes et des mouvements pas très sympathiques. Un très beau roman, haletant, prenant, qui laisse des traces.

La mère morte (Blandine de Caunes)

note: 5Vivre la mort FM - 10 juin 2020

Blandine de Caunes est l’une des filles de l’icône féministe Benoîte Groult. Quand cette mère, célèbre pour son intelligence vive et érudite, son indépendance farouche, sa liberté de penser, de parler et d’agir, est atteinte de la maladie d’Alzheimer, les premiers signes sont difficiles à accepter pour Benoîte elle-même et pour son entourage. Les mois passent et cette mère très aimée décline, se trouvant peu à peu dans une totale dépendance, ce dont elle se plaint dans ses instants de lucidité. Le moment va bientôt venir pour ses deux filles très complices de prendre une décision difficile. Mais alors même que Blandine de Caunes envisage avec douleur la fin de vie de sa mère, un cauchemar s’abat sur elle : la mort accidentelle de sa fille unique, son seul enfant, qui lui reprochait parfois de s’occuper davantage de sa mère que de sa fille… Comment faire face à ce double deuil, à la disparition du mot « maman » de son vocabulaire actif ? Récit d’une vie mi-dorée mi-amère, évocation sans tabou de la vieillesse et de la perte d’indépendance, ce livre réussit l’exploit d’évoquer des sujets tragiques sans être totalement déprimant, grâce sans doute à l’énergie puissante et au goût de la vie qui caractérisent cette lignée de femmes.

Les soeurs Mitford enquêtent
L'assassin du train (Jessica Fellowes)

note: 5A cup of tea ? FM - 10 juin 2020

Dans l’Angleterre des années 1920, Louisa est une jeune femme pauvre que son oncle s’apprête à prostituer. Parvenant à échapper à son emprise, elle va réussir à se faire embaucher comme bonne d’enfants chez un pair du royaume, au sein de l’aristocratie, plus précisément la famille Mitford. Mais dans l’intervalle, elle va être indirectement concernée par un meurtre perpétré dans un train, ce qui va lui donner l’occasion de faire la connaissance d’un policier qu’elle aurait bien plaisir à revoir, et réciproquement… Justement, l’aînée des sœurs Mitford s’intéresse de très près à l’affaire, mais aussi au passé trouble de Louisa…
Jessica Fellowes est la nièce de Julian Fellowes, l’auteur de la série Downtown Abbey et de romans qui décrivent l’aristocratie britannique, et cela se sent ! Délicieusement british, cette série s’autorise à mettre en scène les célèbres sœurs Mitford, mêlant ainsi une trame policière, une évocation de la société britannique des années 1920, et ce charme très particulier des intrigues propres aux grandes maisons aristocratiques, impliquant à fois la vie les domestiques et celle de leurs employeurs. Une lecture policière très divertissante !

Les filles d'Ennismore (Patricia Falvey)

note: 4Romance irlandaise FM - 10 juin 2020

Irlande, début du 20è siècle. Victoria, fille d’un châtelain, a réussi à obtenir que Rosie, fille d’un métayer, partage ses jeux et son éducation. Mais au moment de l’ « entrée dans le monde », chacune retrouve la place que lui autorise la société et leur amitié n’y résiste pas. Néanmoins, elles ont été toutes deux irrémédiablement marquées par la rencontre avec l’autre, et elles vont à leur manière rompre avec leur milieu : rapprochement avec les Indépendantistes, journalisme, soin des malades et des blessés nécessiteux… Tous les ingrédients sont réunis : un contexte historique tourmenté (premiers combats indépendantistes des Irlandais), la lutte des classes, des morts dans le naufrage du Titanic, des amitiés et des amours contrariées mais qui triomphent de l’adversité, deux personnages féminins forts voire un soupçon de féminisme… C’est un peu prévisible parfois, mais le livre est plutôt bien écrit, sans longueur ni prétention excessive, ce qui en fait un roman agréable à lire, et un rappel intéressant sur l’histoire de l’Irlande.

Le Secret du mari (Liane Moriarty)

note: 4Voyage en Australie Joëlle, MMC - 5 juin 2020

Entre Melbourne et Sydney, le portrait de trois femmes à la vie en apparence sans problème.
Cécilia a trois filles magnifiques, un mari merveilleux, une superbe maison. Sa vie bascule quand elle découvre et lit une lettre qu’elle n’aurait jamais dû ouvrir.
Tess a un joli petit garçon, un mari aimant et une cousine extraordinaire avec qui elle partage tout depuis l’enfance, une belle vie jusqu’à une révélation qui la laisse anéantie.
Quant à Rachel, sa vie meurtrie par le meurtre de sa fille il y a une vingtaine d’années l’a laissé aigrie, elle reporte toute sa tendresse et son affection sur son petit- fils de 2 ans qui hélas part vivre à New-York avec ses parents.
La vie de ses trois femmes va basculer à tout jamais en une fraction de seconde. Pourront-elles être de nouveau heureuses et pardonner ?
Un beau roman sur l’amour entre mari et femme, sur l’amour filiale et le pardon.

Le secret du mari (Liane Moriarty)

note: 4Voyage en Australie Joëlle, MMC - 5 juin 2020

Entre Melbourne et Sydney, le portrait de trois femmes à la vie en apparence sans problème.
Cécilia a trois filles magnifiques, un mari merveilleux, une superbe maison. Sa vie bascule quand elle découvre et lit une lettre qu’elle n’aurait jamais dû ouvrir.
Tess a un joli petit garçon, un mari aimant et une cousine extraordinaire avec qui elle partage tout depuis l’enfance, une belle vie jusqu’à une révélation qui la laisse anéantie.
Quant à Rachel, sa vie meurtrie par le meurtre de sa fille il y a une vingtaine d’années l’a laissé aigrie, elle reporte toute sa tendresse et son affection sur son petit- fils de 2 ans qui hélas part vivre à New-York avec ses parents.
La vie de ses trois femmes va basculer à tout jamais en une fraction de seconde. Pourront-elles être de nouveau heureuses et pardonner ?
Un beau roman sur l’amour entre mari et femme, sur l’amour filiale et le pardon.

Blue Pearl (Paula Jacques)

note: 4Esclavage et poupée Catherine, MMC - 3 juin 2020

Les poupées noires faites à la main par les esclaves des plantations vous connaissez ? Lizzie en possédait une, cousue et offerte par sa mère pour ses 10 ans et à laquelle bien sûr elle tenait beaucoup. Alors comment cette poupée se retrouve- t-elle un beau jour de 1920 dans les mains de cette femme blanche et distinguée, venue rendre visite à une Lizzie maintenant très âgée et qui vit paisiblement dans un des quartiers les plus pauvres de Washington ?
Utilisant le joli prétexte de cette poupée baptisée Blue Pearl, l’autrice Paula Jacques transporte ses jeunes lecteurs en pleine guerre de Sécession pour leur faire partager avec beaucoup d’émotions (et de violence évidemment parfois) les vies sacrifiées de Lizzie et des siens.
Un court texte, simple et bien écrit, à découvrir à partir de 12 ans. Mais conseillé aux plus grands aussi !

Une étincelle de vie (Jodi Picoult)

note: 5une étincelle de vie Patrice - 23 mai 2020

excellent roman, je suis entièrement d'accord avec le commentaire de FM, mais je tenais simplement à dire que ça ne parle pas seulement de l'accès à l'IVG aux Etats-Unis mais aussi de racisme autre plaie béante de cette nation.

Le Mars Club (Rachel Kushner)

note: 4Une histoire tragique Joëlle, MMC - 20 mai 2020

Romy Hall n’est pas née sous une bonne étoile dans le San-Francisco des années 80. Strip-teaseuse, elle abandonne tout pour fuir un homme qui la harcèle et pouvoir vivre en paix avec son fils. Mais le mauvais sort s’acharne sur elle. Il la retrouve, et pour se défendre elle le tue. Sans le sou, elle se voit attribuer un avocat commis d’office qui l’a défend mal. Heureusement son fils est confié à sa mère. Mais la malchance continue et elle n’a de cesse de trouver une solution pour son fils.
L’intrigue oscille entre la vie de Romy avant et pendant son incarcération, les violences, les situations humiliantes mais aussi l’amitié.
Plein d’humanité, bouleversant.

L'attrape-coeurs (Jerome David Salinger)

note: 4A lire et à relire Joëlle, MMC - 20 mai 2020

Début des années 1950.
Holden Caulfield, jeune homme de 16 ans vient d’être renvoyé de son collège trois jours avant Noël. Il n’ose pas rentrer chez lui, alors il erre dans New-York. C’est l’histoire d’une fugue, celle d’un adolescent de la bourgeoisie New-Yorkaise qui évoque ses peurs, ses incertitudes, son mal-être. Il nous parle de sa famille, de son frère mort il y a quelques années, de sa sœur qu’il adore. C’est aussi l’histoire d’un jeune qui se sent perdu, qui n’arrive pas à trouver sa place dans la vie et la société.
Un roman à la fois drôle, plein de tristesse et de tendresse.
Un grand classique

Tout ce qu'on ne s'est jamais dit (Celeste Ng)

note: 4Cruel, passionnant, puissant Joëlle, MMC - 20 mai 2020

Une famille en apparence très unie à la fin des années 1950.
James Lee d’origine chinoise ne s’est jamais senti à sa place, différent, solitaire. Marylin, jeune femme brillante, déterminée, indépendante ne rêve que d’une chose, devenir médecin.
Lui, professeur, elle, étudiante, ils se rencontrent, se marient et ont un enfant. Les rêves de Marylin sont remis à plus tard. Mais quand plus tard ? Après un deuxième enfant puis un troisième. La vie en décide autrement et les rêves de Marylin ne se réalisent pas, elle les reporte sur sa fille.
C’est une histoire de racisme, de différence, d’amour maternel toxique, une histoire cruelle, pleine de remords, de désillusions, bref un roman fort, puissant, passionnant.

Sur la route (Jack Kerouac)

note: 4Un grand classique Joëlle, MMC - 20 mai 2020

Avec ce grand classique de la littérature américaine Jack Kerouac nous entraîne sur les routes des USA.
Sal, le narrateur qui n’est autre que Jack Kerouac lui-même, se lie d’amitié avec le fascinant et obscure Dean Moriarty. Avec seulement 50 $ en poche, il décide de traverser le pays vers la côte ouest pour le retrouver.
Jack Kerouac est considéré comme le chef de file de la « beat génération » et sa vie fût toujours un défi à l’Amérique bien-pensante.
A lire ou relire.

Stay around (J.J. Cale)

note: 5Petit trésor Joëlle, MMC - 20 mai 2020

Un trésor posthume grâce à son épouse qui a exhumé plusieurs morceaux.
Un album teinté de rock en passant par le blues Grass aux ambiances jazzy. Du grand J.J. Cale, celui-là même qui a influencé des artistes comme Mark Knopfler et Eric Clapton qui a repris beaucoup de ses titres entre autre after midnight et cocaïne.
L’un de ses meilleurs albums.

Roi lion (Le) (Jon Favreau)

note: 4Superbes images Joëlle, MMC - 20 mai 2020

Simba, le futur roi est né, et tout au fond de la savane africaine tous les animaux célèbrent son arrivée.
Un remake quasiment à l’identique du chef d’œuvre de 1994, cette fois en images numériques. Ce film en prises de vues réelles revigore les aventures du jeune Simba. Les images sont à couper le souffle, le choc de la découverte n’est plus là mais le frisson demeure.
HAKUNA MATATA

Toy story
Toy story 4 (Josh Cooley)

note: 4Pur divertissement Joëlle, MMC - 20 mai 2020

L’arrivée de Fourchette, un nouveau jouet va provoquer la séparation de Woody et Bonnie.
Ce nouvel opus nous offre de l’humour, de l’émotion et du rythme. Dans ce film qui est volontairement mélancolique, on s’émeut et on rit, c’est une véritable montagne russe d’émotions et surtout du divertissement à l’état pur.
Un film familial à voir.

Chute de l'empire américain (La) (Denys Arcand)

note: 4Divertissement et satire sociale Joëlle, MMC - 20 mai 2020

Pierre-Paul Daoust, 36 ans, titulaire d’un doctorat en philosophie est chauffeur pour une compagnie de livraison. Un jour, il est le témoin d’un hold-up qui tourne mal, et se retrouve ainsi seul au milieu du désastre avec 2 énormes sacs remplis de billets.
Mélange de policier, de comédie et de drame social, ce film est une satire de l’Amérique rongée par l’argent sale et aussi un divertissement d’aventures et d’émotions.

Bleu Pétrole (Alain Bashung)

note: 5Sublime, incontournable Joëlle, MMC - 20 mai 2020

Fabuleux album de Bashung, sans doute l’un de ses meilleurs mais malheureusement le dernier. Bleu pétrole est un album chaleureux, très mélancolique, un disque soigné et majoritairement acoustique, où l’on retrouve des classiques de Manset et de Léonard Cohen.
A écouter sans modération.

Sound & color (Alabama Shakes)

note: 5Génial Joëlle, MMC - 20 mai 2020

Deuxième album de ce très jeune groupe, mêlant rock sudiste, soul, blues. L’une des meilleures révélations de ces dernières années.
Mettez votre casque et montez le son.

Peace trail (Neil Young)

note: 5Toujours militant Joëlle, MMC - 19 mai 2020

Après l’excellent « Earth » voiçi un nouvel opus du « loner » pour les fans.
On y retrouve le Neil Young militant pour les causes indiennes et son inquiétude de l’arrivée au pouvoir de gens comme Trump. Avec les sonorités de ses débuts (after the gold rush).
A écouter encore et encore.

Songs for Judy (Neil Young)

note: 5Génial Joëlle, MMC - 19 mai 2020

Nouvel enregistrement tiré de ses archives, cette fois-ci c’est une compilation de morceaux acoustiques datant de 1976. On y retrouve ses plus grands classiques ainsi qu’un inédit (no one seems to know).
Le titre « Song for Judy » fait référence à Judy Garland venue assister à l’un de ses concerts.
Peut-être l’un de ses meilleurs live acoustiques avec « live a Massey Hall ».

A Most Violent Year (J.C. Chandor)

note: 4Dans un New-York hivernal Joëlle, MMC - 19 mai 2020

Abel Morales est un immigré mexicain et un chef d’entreprise dans le New-York des années 1980 où la corruption fait loi. Décidé à garder son intégrité, il devra se battre sans compromis et sans violence pour préserver tout ce que lui et sa famille ont construit dans un monde où toute personne veut sa part du gâteau.
Après Margin call, J.C. Chandor confirme tout son talent.

Mule (La) (Clint Eastwood)

note: 4Drôle de mûle Joëlle, MMC - 19 mai 2020

A plus de 80 ans, Earl Stone est aux abois. Passionné par les fleurs, son entreprise risque d’être saisie. Il accepte donc un travail, mais sans le savoir il s’engage à être passeur de drogue pour le cartel méxicain.
Un film à la hauteur de l’excellent Gran Torino, où Clint Eastwood rejoue un vieil homme réac et malin, un road-movie captivant. « Cette mule », c’est l’équilibre parfait entre drôlerie et émotions.
Encore un grand Eastwood.

Un jour de pluie à New York (Woody Allen)

note: 4Tendre week-end Joëlle, MMC - 19 mai 2020

Gasby et Ashleigh, deux étudiants partent pour un week-end en amoureux à New-York. Leurs projets sont contrariés par une série d’évènements inattendus et de rencontres. Une comédie romantique sur l’inconstance des sentiments dans un New-York bourgeois.
Un film qui donne envie de prendre l’avion et de se rendre dans cette ville pour un tendre week-end.

Green book (Peter Farrelly)

note: 5Amitié, humour, tolérance Joëlle, MMC - 19 mai 2020

En 1962, Tony Lip, un videur italo-américain du Bronx est engagé pour conduire et protéger le Docteur Shirley, un célèbre pianiste noir. Leur périple les entraine pour une série de concerts dans le sud profond où règne la ségrégation. Ils devront se servir du « green book » pour trouver les établissements accueillant les personnes de couleur.
Inspiré d’une histoire vraie, ce road-movie drôle et grave est une chronique sur la tolérance et l’amitié.
Les deux acteurs sont stupéfiants.

Crevettes pailletées (Les) (Cédric Gallo (Le))

note: 4Drôle et engagé Joëlle, MMC - 19 mai 2020

Mathias, un champion de natation ayant tenu des propos homophobes se voit obligé d’entrainer une équipe de water-polo gay. Le chemin parcouru sera l’occasion pour Mathias de bousculer ses repères, ses idées et de revoir ses priorités dans la vie.
Avec ses personnages haut en couleur, cette comédie engagée et irrésistible aux allures de road movie mixe humour et émotion.

Un parfum d'encre et de liberté (Sarah McCoy)

note: 4Petite leçon d'histoire Joëlle, MMC - 19 mai 2020

1859 en Virginie. Sarah Brown fille du célèbre abolitionniste John Brown, part voir pour la dernière fois son père condamné à la pendaison. Pour oublier l’horreur, elle se jette à corps perdu dans les études et poursuit le combat de son père contre l’esclavage.
Plus de cent cinquante ans plus tard, Eden et son mari achètent une maison vers Washington, la jeune femme y découvre une tête de poupée recouverte de lignes mystérieuses. Piquée par la curiosité, elle fait des recherches et découvre des choses extraordinaires.
Un roman intéressant qui retrace des faits et des évènements historiques inconnus et réels.

La ballade d'Hester Day (Mercedes Helnwein)

note: 4Drôle et décalé Joëlle, MMC - 19 mai 2020

Hester Day en a marre, marre des convenances, de l’école, de ses parents, de sa vie toute tracée, alors elle épouse le premier venu, prend sous son bras son cousin de 10 ans et tous les trois ils embarquent dans le camping- car pourri de Fenton son mari.
Commence alors pour eux un road trip ébouriffant, décoiffant, une balade à travers les Etats-Unis pleine d’aventures et de rebondissements.
Un roman drôle, décalé, bohème, en phase avec la nature. Une belle lecture.

Dieu me déteste (Hollis Seamon)

note: 4Plein d'optimisme Joëlle, MMC - 19 mai 2020

Richard Casey va avoir 18 ans, mais il est en soins palliatifs dans un hôpital de New-York. Il aime la vie, les fêtes et les filles mais ses jours sont comptés. Il aimerait profiter de ses derniers instants à fond, ainsi avec l’aide de son oncle Phil légèrement déjanté, et avec sa voisine de la chambre 302, la jolie Sylvie, ils s’enfuient pour une ultime soirée mémorable et pour profiter d’un dernier moment de bonheur.
Un roman poignant, sincère, plein d’empathie, de joie. La belle leçon de vie d’un ado bourré d’optimisme qui veut vivre à fond ses derniers jours. Merveilleux.

Vous parler de ça (Laurie Halse Anderson)

note: 4Traumatisme Joëlle, MMC - 19 mai 2020

Mélinda fait sa rentrée au lycée. Elle pensait que « ça » passerait avec le temps, mais non. Elle se renferme alors dans un mutisme, s’écarte de ses camarades, subit humiliations et rejets. Ses notes sont en chute libre, ses parents ignorent sa détresse, elle est donc seule, isolée de tout et s’enfonce de plus en plus dans un abîme sans fond. Seul monsieur Freeman, son professeur de dessin pressent quelque chose et à force de patience et d’écoute, sa parole se libère de « ça », ce traumatisme qui l’a anéanti pendant plusieurs mois.
Une magnifique histoire de détresse, de solitude, de non-dit et enfin de rédemption.

Te laisser partir (Clare Mackintosh)

note: 4Terrible drame Joëlle, MMC - 19 mai 2020

Un fait divers comme tant d’autres.
Bristol, Angleterre. Il fait nuit, il pleut à verse, la route est glissante, un enfant traverse, un chauffard arrive à pleine vitesse et prend la fuite. C’est le drame.
La vie de Jenna est anéantie, meurtrie à jamais. Elle fuit Bristol, se réfugie dans un cottage sur la côte. Mais des évènements et des rencontres inattendus vont de nouveau bouleverser son existence.
La vérité et la rédemption seront-elles au bout du chemin pour enfin essayer de reprendre une vie normale

The Marcus King Band (Marcus King Band (The))

note: 4Super guitariste Joëlle, MMC - 19 mai 2020

Second opus de ce petit géni qu’est Marcus King. Musicalement, il se balade entre blues, rock, soul et jazz. Produit et bichonner par le grand Warren Hayes, Marcus King guitariste hors pair a tout pour devenir le numéro un du blues rock mondial. A écouter absolument.

La dernière réunion des filles de la station-service (Fannie Flagg)

note: 4Une belle épopée Joëlle, MMC - 19 mai 2020

Une épopée familiale pleine d’humour.
Sookie, 60 ans veut la paix, tous ses enfants sont mariés, elle souhaite profiter de la vie avec son mari, mais c’est sans compter sur sa mère, Lénore, véritable enquiquineuse, qui sur un coup de téléphone va bouleverser sa vie. Qui est-elle vraiment et d’où vient-elle ? Et pourquoi lui parle- t-on des WASP ces premières femmes pilotes pendant la guerre.
Un bon moment de détente pour chasser mauvaise humeur et déprime. A lire sans modération

Miss Alabama et ses petits secrets (Fannie Flagg)

note: 4Drôle et plein d'humour Joëlle, MMC - 19 mai 2020

Maggie Fortenberry, ancienne miss Alabama a pris une décision. Elle ne veut plus vivre, elle n’a pourtant que 60 ans, n’est pas malade, mais cela ne fait rien, elle décide donc de mettre fin à ses jours. Elle organise tout, il faut que tout soit parfait, mais pour faire plaisir à une amie repousse l’échéance de son suicide d’une semaine. Durant cette semaine, survient des imprévus, des hésitations, des surprises, des mystères, et si la vie valait quand même le coup d’être vécue.
Entourée de ses amies, toutes plus sympathiques les unes que les autres, elle repart dans la vie, et les projets.
Un roman délicieux, amusant et plein d’humour. Un bon moment de plaisir.

Once upon a time... in Hollywood (Quentin Tarantino)

note: 5Nostalgie, nostalgie Joëlle, MMC - 19 mai 2020

Rempli d’humour, de nostalgie, et de suspense . Un hommage à Hollywood et au cinéma de la fin des années 1960. Brad Pitt et Leonardo Di Caprio sont époustouflants et au sommet de leur art.

La tristesse des éléphants (Jodi Picoult)

note: 5Extraordinaires animaux Joëlle, MMC - 19 mai 2020

On voyage des grandes réserves naturelles du Botswana à un refuge pour éléphants du New-Hampshire.
Alice, éminente scientifique, spécialiste des éléphants disparaît mystérieusement, laissant sa fille Jenna 3 ans et Thomas son mari psychologiquement perturbé. Adolescente, Jenna refuse de croire que sa mère l’a abandonnée. Elle s’empare du journal de celle-ci, contacte une voyante, engage l’ancien inspecteur de police qui avait bâclé l’affaire 10 ans plus tôt et qui est devenu détective, et tous les trois remuent ciel et terre pour découvrir la vérité.
On est happé, ému, envouté, étonné par cette histoire d’amour maternel, et d’amitié sur fond de nature époustouflante et d’animaux extraordinaires que l’homme continue encore et toujours a essayé d’anéantir.

Les mamies attaquent ! (Claire Renaud)

note: 4Ne vous fiez pas aux apparences ! Catherine, MMC - 15 mai 2020

Henriette, Marceline, Renée et Lucienne se préparent en secret pour le grand jour : le cambriolage de la supérette du coin ! Et pourtant ces 4 mamies ne sont pas d’anciennes braqueuses mais pour la bonne cause, elles sont prêtes à tout ! Bon dans les faits c’est un peu plus compliqué que prévu mais chacune ne manque pas d’imagination et puis, qui se méfierait de ces gentilles mères-grands avec leurs chariots de courses ? Sauf qu’avec un peu d’imagination et de bricolage tous les attributs de la mamie traditionnelle peuvent s’avérer diablement efficaces… enfin, normalement ! Heureusement, Clémentine du haut de ses 10 ans est là pour essayer de raisonner le gang de sa grand-mère avec l’aide de Paul, son petit frère. Mais les super-mamies n’ont pas tout raconté à leurs petits-enfants…

Pour les enfants dès 9/10 ans. Comme toujours, avec la collection Pépix, de l’humour mais pas seulement !

Prix jeunesse / Quais du polar-Ville de Lyon 2020

A la recherche d'Europe - Dès 9 ans (Hélène Montardre)

note: 4Héros, dieux et monstres Catherine, MMC - 15 mai 2020

Avec cette collection de romans destinés aux enfants dès 8-9 ans ans, plongez dans les aventures de Zeus, Jason ou bien encore Europe ! L’autrice Hélène Montardre connaît parfaitement son sujet et prend plaisir à le transmettre aux jeunes lecteurs : les textes sont courts, bien écrits et suffisamment rythmés pour plaire aux enfants de cet âge. Et pourquoi pas une occasion de réviser très facilement ses classiques pour les parents ? ;-)

Jason et la Toison d'or - Dès 9 ans (Hélène Montardre)

note: 4Héros, dieux et monstres Catherine, MMC - 15 mai 2020

Avec cette collection de romans destinés aux enfants dès 8-9 ans ans, plongez dans les aventures de Zeus, Jason ou bien encore Europe ! L’autrice Hélène Montardre connaît parfaitement son sujet et prend plaisir à le transmettre aux jeunes lecteurs : les textes sont courts, bien écrits et suffisamment rythmés pour plaire aux enfants de cet âge. Et pourquoi pas une occasion de réviser très facilement ses classiques pour les parents ? ;-)

Zeus le roi des dieux (Hélène Montardre)

note: 4Héros, dieux et monstres Catherine, MMC - 15 mai 2020

Avec cette collection de romans destinés aux enfants dès 8-9 ans ans, plongez dans les aventures de Zeus, Jason ou bien encore Europe ! L’autrice Hélène Montardre connaît parfaitement son sujet et prend plaisir à le transmettre aux jeunes lecteurs : les textes sont courts, bien écrits et suffisamment rythmés pour plaire aux enfants de cet âge. Et pourquoi pas une occasion de réviser très facilement ses classiques pour les parents ? ;-)

État de nature (Jean-Baptiste de Froment)

note: 5Une lecture rapide, grinçante et savoureuse. Marie - 11 mai 2020

Fable politique, roman politique d’anticipation…. Plusieurs possibilités s’offrent à nous pour présenter ce court roman écrit par un ancien conseiller d’un président de la République, plus d’un an avant les événements sociaux qu’a connu notre pays.
Dans ce Royaume de France dont « la Vieille » termine son troisième septennat, les ficelles du pouvoir sont détenues par le Commandeur. Maître absolu dans la manipulation et la pratique du pouvoir, il a pourtant mal évalué les conséquences liées à la propulsion puis au retrait rapide et injustifié de cette jeune préfète du département le plus endormi du pays qu’est La Douvre.
On sourit, on rit mais nos dents grincent. Chacun peut retrouver dans cette galerie de personnages des personnalités connues, mais ce qui en ressort peut-être e plus, ce sont les arcanes du pouvoir, ses limites mais aussi sa force lorsqu’il s’agit de le mettre dans les mains du plus grand nombre.

Les simples (Yannick Grannec)

note: 5La bétise des hommes peut prendre plusieurs visages Marie - 11 mai 2020

S’échapper quelques heures en Provence à la fin du 16ème siècle. Se retrouver au cœur de Notre-Dame du Loup, cette petite communauté de bénédictines où il fait bon vivre entre la prière, la récolte des simples, ces plantes médicinales et aromatiques que Sœur Clémence connaît si bien et l’accueil des enfants malades dans l’hôpital. Mais l’indépendance inhabituelle, donnée par le roi lui-même, dont bénéficie cette communauté représente pour beaucoup un pouvoir bien trop grand pour ces femmes. Là est bien l’avis du nouvel évêque de Vence. Quoi de plus efficace qu’un scandale pour faire sauter le verrou des lourdes portes de l’abbaye. Cependant, attention, lorsque l’on sous-estime ses adversaires, les conséquences peuvent être lourdes.
Beaucoup de personnages se croisent dans ce riche roman de pure fiction mais historiquement étudié, que l’on a du mal à refermer avant d’atteindre la lointaine dernière page.