Recherche


Avis de lecteurs

Blanche-Neige et Rose-Rouge (Wilhelm Grimm)

note: 5Une petite merveille Joëlle, MMC - 26 août 2020

Le célèbre conte des frère Grimm, sublimement revisité avec des illustrations magnifiques aux couleurs rouge, noire et blanche et des pop-ups remarquables. On y retrouve tous les ingrédients du conte, [...]

Oh Happy Day (Anne-Laure BONDOUX)

note: 4Suite des échanges épistolaires Victoria, MMC - 22 juillet 2020

A la fin de "Et je danse aussi", notre duo de personnages étaient sur le point de se rencontrer pour la première fois, après des mois assidus de correspondance. On [...]

Pleine mer (Antoine Guilloppé)

note: 5Plaisir des yeux Joëlle, MMC - 22 juillet 2020

Une plongée magnifique dans les eaux turquoises de l'océan. Jade, une petite fille, nous emmène découvrir les profondeurs de l'océan en compagnie des raies, des méduses et autres poissons exotiques [...]

Nos espérances (Anna Hope)

note: 4Destin de femmes Joëlle, MMC - 9 septembre 2020

Londres, début des années 1990. Hannah, Cate et Lissa partagent le même appartement, les mêmes idées, la même vision de la vie, bref elles sont amies et inséparables. Mais les [...]

Plein désert (Antoine Guilloppé)

note: 5Petite promenade dans le désert Joëlle, MMC - 22 juillet 2020

Le père d'Assya vient la chercher à dos de dromadaire à la sortie de l'école, elle est fière, mais où l'emmène-t-il? On les accompagne dans le désert au milieu des [...]

Là où chantent les écrevisses (Delia Owens)

note: 5Magnifique, envoutant Joëlle, MMC - 19 août 2020

Kya, surnommée « la fille des marais » n’est pas née sous une bonne étoile.
Entre un père alcoolique, une mère battue et désabusée, des frères et sœurs qui ne songent [...]

Avis de lecteurs

 

Nos espérances (Anna Hope)

note: 4Destins de femme Joëlle, MMC - 9 septembre 2020

Londres, début des années 1990. Hannah, Cate et Lissa partagent le même appartement, les mêmes idées, la même vision de la vie, bref elles sont amies et inséparables. Mais les années passent, les vies changent, les rêves s'effritent.
Leurs chemins qui semblaient tout tracés a pris un autre virage. C'est alors que surgissent les rancœurs, les jalousies, les regrets, la trahison. Ces trois femmes pleines de fragilité se questionnent sur leur avenir et leur choix.
Un roman qui met à mal les beaux rêves de jeunesse, qui interroge sur l'amitié, le pardon. Un roman sur la vie, et ses espérances déchues.
Un bon moment de lecture.

Nos espérances (Anna Hope)

note: 4Destin de femmes Joëlle, MMC - 9 septembre 2020

Londres, début des années 1990. Hannah, Cate et Lissa partagent le même appartement, les mêmes idées, la même vision de la vie, bref elles sont amies et inséparables. Mais les années passent, les vies changent, les rêves s'effritent.
Leurs chemins qui semblaient tout tracés a pris un autre virage. C'est alors que surgissent les rancœurs, les jalousies, les regrets, la trahison. Ces trois femmes pleines de fragilité se questionnent sur leur avenir et leur choix.
Un roman qui met à mal les beaux rêves de jeunesse, qui interroge sur l'amitié, le pardon. Un roman sur la vie, et ses espérances déchues.
Un bon moment de lecture.

Peindre la pluie en couleur (Aurélie Tramier)

note: 4Ode familiale Nathalie, MMC - 8 septembre 2020

Morgane, 35 ans directrice de crèche voit sa vie chamboulée quand sa sœur décède d'un accident. Elle se voit confier la garde de ses deux neveux. Sa petite vie bien réglée va emprunter un chemin inattendu, et son douloureux passé revient la hanter.
Roman généreux en émotion, bien écrit, l'histoire est belle, touchante mais aussi amusante. On s'attache aux personnages.
Je me suis régalée, et c'est une belle ode à l'amour parentale !

Un éclat de givre (Estelle Faye)

note: 3Vers un Paris post-apocalyptique Clara, MMC - 3 septembre 2020

Chet se travestit pour réanimer les mythiques chanteuses de jazz disparues, dans un Paris chaotique, où les dangers rôdent. D'une grande sensibilité, abonné aux histoires d'amour qui finissent mal, Chet est un personnage auquel on s'attache vite. Evidemment, il va se retrouver piégé dans un imbroglio de problèmes qui le dépassent, en acceptant une mission du mystérieux Galaad. Toujours très bien écrit (Estelle Faye !), avec une multitudes de petites références, j'ai pourtant peiné à entrer dans cette ville étrange. Il m'a peut-être manqué davantage d'informations sur les personnages secondaires, dont on connait peu de choses au final et qui demeurent dans l'ombre.

C'est le coeur qui lâche en dernier (Margaret Atwood)

note: 3Dystopie et couple à la dérive Clara, MMC - 2 septembre 2020

Stan et Charmaine ont tous deux perdus leur travail dans une Amérique en souffrance, gangrenée par les malfrats et en pleine crise économique. Ils décident de tenter leur chance à Consilience, un nouveau système reposant sur l'alternance entre un mois en prison pour des travaux généraux, et un mois à la maison avec un travail utile à la communauté. Le couple est ici au coeur du roman de Margaret Atwood, qui y dépeint la frustration et les désirs inassouvis de Stan, la passion inavouée de Charmaine, leurs non-dits, leurs projections et attentes de l'un à l'autre. En parallèle, une intrigante histoire liée aux sombres secrets de ce système atypique.
Un roman déroutant, un monde où j'ai eu du mal à entrer malgré l'attachement au personnage de Stan, (le bien gentil mais très naïf), et la curiosité liée aux intrigues à dénouer.

Blanche-Neige et Rose-Rouge (Wilhelm Grimm)

note: 5Une petite merveille Joëlle, MMC - 26 août 2020

Le célèbre conte des frère Grimm, sublimement revisité avec des illustrations magnifiques aux couleurs rouge, noire et blanche et des pop-ups remarquables. On y retrouve tous les ingrédients du conte, jeunes et jolies jeunes filles, princes charmants, gentils animaux et lutins plutôt maléfiques.
Un vrai plaisir pour les yeux.

Chez nous (Louise Candlish)

note: 4Thriller diabolique Joëlle, MMC - 21 août 2020

Fiona ou "Fi" et Bram ont décidé de se séparer mais intelligemment pensent-ils. Pour cela ils choisissent le "neeting", nouvelle forme de garde alternée, ce sont les parents qui changent de domicile, les enfants restent donc dans leur magnifique maison de Trinity Avenue, ce qui en plus leur permet de ne pas se séparer de leur belle demeure et d'y vivre chacun leur tour. Mais les choses ne se déroulent pas aussi simplement et la vie, les frasques, les mensonges et l'alcoolisme de Bram en décident autrement. Trahison pour se sauver de la prison, chantage et bien pire encore.
La vie n'est pas un long fleuve tranquille et peut basculer en une fraction de seconde.
Thriller diabolique et intrigue incertaine jusqu'à la dernière page.

Chez nous (Louise CANDLISH)

note: 4Thriller diabolique Joëlle, MMC - 21 août 2020

Fiona ou "Fi" et Bram ont décidé de se séparer mais intelligemment pensent-ils. Pour cela ils choisissent le "neeting", nouvelle forme de garde alternée, ce sont les parents qui changent de domicile, les enfants restent donc dans leur magnifique maison de Trinity Avenue, ce qui en plus leur permet de ne pas se séparer de leur belle demeure et d'y vivre chacun leur tour. Mais les choses ne se déroulent pas aussi simplement et la vie, les frasques, les mensonges et l'alcoolisme de Bram en décident autrement. Trahison pour se sauver de la prison, chantage et bien pire encore.
La vie n'est pas un long fleuve tranquille et peut basculer en une fraction de seconde.
Thriller diabolique et intrigue incertaine jusqu'à la dernière page.

Là où chantent les écrevisses (Delia Owens)

note: 5Magnifique, envoutant Joëlle, MMC - 19 août 2020

Kya, surnommée « la fille des marais » n’est pas née sous une bonne étoile.
Entre un père alcoolique, une mère battue et désabusée, des frères et sœurs qui ne songent qu’à quitter cet enfer, sa vie prend un sombre virage quand sa mère s’enfuit, puis toute la fratrie et enfin son père la laissant seule dans leur pauvre cabane au milieu du marais en Caroline du nord. Elle se cache pour échapper aux services sociaux, et pour survivre elle apprend à maitriser la nature, plantes et animaux. Mais elle est seule, désespérément seule, analphabète, seules quelques âmes généreuses l’aideront. Mais la vie lui réserve encore de terribles épreuves.
Un roman magnifique, époustouflant, envoutant sur la condition humaine, également un hymne à la nature dans toute sa beauté, sa splendeur, plantes et animaux à l’état sauvage, naturel.

Méthode 15-33 (Shannon Kirk)

note: 4Belle surprise Céline - 9 août 2020

J'ai découvert ce livre totalement par hasard dans un rayon de la médiathèque et j'avoue avoir été agréablement surprise.
Le roman est de très bonne qualité, l'intrigue aussi, on est vite prit dans l'histoire et ce jusqu'à la fin.
A lire si on aime les romans policier / thriller car il est vraiment très bien.

Oh Happy Day (Anne-Laure BONDOUX)

note: 4Suite des échanges épistolaires Victoria, MMC - 22 juillet 2020

A la fin de "Et je danse aussi", notre duo de personnages étaient sur le point de se rencontrer pour la première fois, après des mois assidus de correspondance. On les retrouve quelques années plus tard, toujours sous la forme épistolaire, alors que Pierre recontacte son Adeline, sur le point de se marier avec un autre (et oui, de l’eau à coulé sous les ponts !) .

Humour et tendresse sont au rendez-vous pour cette suite, certes anecdotique, mais toujours plaisante à lire, Malgré quelques péripéties un peu tirées par les cheveux, j’ai pris plaisir à ma lecture, que je recommande pour la période estivale !

Mamie Luger (Benoît Philippon)

note: 5Très divertissant ! Victoria, MMC - 22 juillet 2020

Cette Mamie Luger (Berthe de son petit nom) est tout bonnement incroyable ! 102 ans, pas tout à fait toutes ses dents, un langage des plus fleuris...attendez-vous à découvrir un personnage truculent et caractériel !
A l’occasion d’une enquête de police (la mamie centenaire a quand même canardé des forces de police sans raison apparente !), Berthe revient sur la succession de drames que furent sa vie, souvent liés à la folie des hommes ou à des unions malheureuses. Parfois dur, mais souvent touchant et drôle, ce roman m’a fait passer un très bon moment de lecture !

Moon Brothers (Sarah Crossan)

note: 4Sortez les mouchoirs Victoria, MMC - 22 juillet 2020

Sarah Crossan nous a habitué à raconter la vie, la vraie, souvent dans ce qu’elle a de plus tragique et continue sur sa lancée avec "Moon Brothers".

Joe Moon, 17 ans, s'installe au Texas pour profiter des derniers instants de son frère qu'il n'a pas vu depuis 10 ans. Celui-ci est accusé du meurtre d'un policier et doit être exécuté d’ici quelques semaines...

On ne peut ressortir indemne de cette histoire en vers libres qui appelle à la réflexion sur la peine de mort encore pratiquée dans certains pays. Au milieu, cette relation fraternelle si belle et si tendre nous touche au plus profond.

Les sales gosses (Charlye Ménétrier McGrath)

note: 4Drôle et émouvant Victoria, MMC - 22 juillet 2020

Vous voulez du feelgood ? Ne cherchez plus !

Quand les enfants de Jeanne, vaillante octogénaire, la place en maison de retraite contre son gré, ils ne sont pas au bout de leurs peines. Car la vieille dame a un plan tout trouvé : simuler la démence pour les rendre dingues !
Mais au contact des autres pensionnaires, Jeanne va réveiller des pans de sa personnalité qu’elle pensait à jamais enfouis : la curiosité, l’espoir… et surtout : l’audace.

Le Chant de nos filles (Deb Spera)

note: 4Destins de femmes Joëlle, MMC - 22 juillet 2020

1924. Le destin de trois femmes en Caroline du sud, tout les sépare pourtant l’injustice et la cruauté, sont au centre de leur vie.
Gertrude, mariée à un homme violent envers elle et ses enfants est prête à tout pour sortir de la misère. Retta, femme noire ancienne esclave affranchie est restée employée chez les Coles, ses anciens maîtres. Et Annie, mère de quatre enfants, héritière d’une usine de confection et son mari propriétaire terrien et homme autoritaire. Cette femme respectée va faire une découverte qui va bouleverser leur vie à toutes les trois.
A des degrés différents, ces femmes vont lutter et faire face à l’horreur au sein de leur petite communauté.
Un roman magnifique sur les femmes, leurs conditions de vie, leurs droits, peu de temps après l’abolition de l’esclavage mais dans une Amérique qui en garde encore les séquelles et un profond racisme.

Plein désert (Antoine Guilloppé)

note: 5Petite promenade dans le désert Joëlle, MMC - 22 juillet 2020

Le père d'Assya vient la chercher à dos de dromadaire à la sortie de l'école, elle est fière, mais où l'emmène-t-il? On les accompagne dans le désert au milieu des dunes de sables, des animaux, sous un ciel étoilé. Une promenade magique jusqu'à un oasis où une merveilleuse surprise l'attend.
Antoine Guilloppé continue d'explorer les coins du monde à travers des albums magnifiques, colorés, ciselés, encore un vrai plaisir pour les yeux.

Pleine mer (Antoine Guilloppé)

note: 5Plaisir des yeux Joëlle, MMC - 22 juillet 2020

Une plongée magnifique dans les eaux turquoises de l'océan. Jade, une petite fille, nous emmène découvrir les profondeurs de l'océan en compagnie des raies, des méduses et autres poissons exotiques aux couleurs vives. Elle est à la recherche de quelque chose d'extraordinaire, mais sur la plage ses amis l'attendent.
Un album sublime d'Antoine Guilloppé, avec des découpes tout en finesse et des couleurs éclatantes.
Un vrai plaisir pour les yeux.

Adopted love n° Tome 1 (Gaïa Alexia)

note: 4La romance passionnelle de deux êtres abimés par la vie… Anne-Sophie, MMC - 11 juillet 2020

Il y a Teagan, le narrateur, jeune orphelin, trimbalé de foyers en famille d’accueil. Une enfance difficile, un traumatisme qui lui tire des cauchemars chaque nuit et qui l’a laissé incapable de s’exprimer autrement que par la violence. Et Elena qui pourrait être une ado sans soucis, « fille de bourg », mais qui cache aussi ses blessures. Tout les oppose, sauf que Teagan est placé dans la famille d’Elena. Ils se détestent dès le premier regard… et en même temps ils s’attirent bien sûr… Haine et passion au rendez-vous !
Oui c’est convenu, on devine où l’auteur veut nous conduire ; il y aussi beaucoup de violence autant physique que verbal, ce qui est assez désagréable ; néanmoins les personnages sont attachants, et je me suis laissée happer par leurs péripéties. Au point que j’ai envie d’emprunter rapidement la suite !

Oh Happy Day (Anne-Laure BONDOUX)

note: 4N'habitent plus à l'adresse indiquée JM, MMC - 8 juillet 2020

Il y a quelques années nous avions laissé Pierre-Marie Sotto et Adeline Parmelan, ils semblaient un peu en froid et chacun des deux avait tracé un nouveau chemin. Les voilà qui reviennent pour notre plus grand plaisir. Pierre-Marie reprend contact avec Adeline car il a soit disant oublié un carnet chez elle et il aimerait bien le récupérer. Adeline a bien d’autres choses en tête, elle se prépare à partir vivre au Canada avec son compagnon. Les choses ne vont pas se passer comme ils l’imaginaient et ils auront bien besoin de raviver les liens d’amitiés qui les unissent pour se sortir de situations parfois difficiles. Toujours sur le mode du roman épistolaire modernisé çà et là par quelques SMS Anne-Laure Bondoux et Jean-Pierre Mourlevat nous livrent un roman divertissant porté par des personnages attachants.

Frangines (Adèle Bréau)

note: 5Roman familial JM, MMC - 8 juillet 2020

Si vous passez dans l’arrière-pays provençal peut-être passerez-vous devant cette maison, elle s’appelle la « garrigue ». Le nom n’est pas original, certes, et la maison ne l’est pas non plus. La façade est fanée, les carreaux de la piscine sont ébréchés et les volets sont écaillés. Si vous entrez le tapis de jute de l’entrée est rude sous les pieds Cette maison, c’est la maison de Jeanne et chaque année ses filles viennent y passer les vacances avec ou sans mari et enfants. C’est une maison où les repas sont bruyants et joyeux, les séances vaisselle boudeuses et revanchardes, les après-midis silencieux puis en fin de journée le bruit d’un plongeon dans la piscine vous réveille gentiment. « Frangines » est le roman d’une maison et d’une famille avec ses drames, ses déceptions, ses renoncements. On se dispute et l’on se préserve, on s’observe et l’on s’attriste du temps qui froisse, qui courbe et qui use. Un joli roman d’atmosphère à lire sans modération.

Embardée (Christophe Léon)

note: 5Un texte court mais fort Maureen, MMC - 3 juillet 2020

Dans une société qui pourrait être la nôtre, la peur et l’intolérance ont pris le dessus. La sexualité est devenue l’affaire de tous et ceux qui n’entrent pas dans les cases sont parqués dans des ghettos hors de la ville, devant porter un losange rose pour se signaler. On découvre ce monde à travers les yeux de la jeune Gabrielle, adolescente de 13 ans qui, seule dans l’appartement, inquiète et s’imaginant le pire, attend le retour de ses deux pères. L’auteur découpe son texte en chapitres, tantôt décrivant le présent, tantôt les souvenirs de l’adolescente. On découvre alors dans ceux-ci la montée progressive de l’homophobie, de l’ostracisme… et du totalitarisme. Invisible ou seulement à travers des actes isolés au départ, personne n’y croit ; et puis enfin, on se réveille un matin et il est trop tard. C’est un court texte (moins de 100 pages) qui dit beaucoup. "Embardée" révolte, dénonce et questionne sur des sujets plus que jamais d’actualité. A lire !

Nian le terrible (Guillaume Olive)

note: 4Un joli conte Joëlle, MMC - 1 juillet 2020

Un joli conte sur l’origine du nouvel an chinois, illustré de magnifiques peintures qui rappellent l’aquarelle.
Nian est un horrible monstre qui terrorise la population chinoise. La dernière nuit de l’année il sort de la mer et s’attaque aux hommes, aux animaux en dévastant tout sur son passage. Portée par un sage vieillard, la population s’unit et met en place un stratagème pour faire fuir définitivement ce monstre.
Le courage et la vaillance des villageois apportera la paix à tout un peuple.

Petit Poilu n° 21
Chandelle-sur-Trouille (Pierre Bailly)

note: 5Très bien pour aborder la difference Brigitte - 29 juin 2020

Permet d'aborder le thème des migrants, à mots couverts. Tout en douceur, les auteurs abordent les sujets de la guerre (mais sans montrer aucun assaillant ni aucune victime, très fort !), de l'exil, des risques de la traversée maritime, de la peur de l'étranger, et à la fin de la solidarité d'un vieil homme qui ouvre finalement les yeux de ses concitoyens.

Horrorstör (Grady Hendrix)

note: 5Gros gros coup de coeur Michèle - 27 juin 2020

Emprunté par hasard grâce à sa couverture originale, sa présentation l'est tout autant. L'histoire est digne d'un Stephen King, des passages sont bien angoissants, d'autres plus drôles. A découvrir absolument !
Dès 16 ans.

Les Radley (Matt Haig)

note: 4Entretien avec des vampires Michèle - 27 juin 2020

Je m'attendais à un livre un peu plus sanglant et moins adolescent mais finalement j'ai adoré l'histoire de cette famille dont les non dits les tuent à petit feu...
Il se lit vite, dès 14 ans.

Je suis fille de rage (Jean-Laurent Del Socorro)

note: 5Roman historique passionnant Michèle - 27 juin 2020

Durant la guerre de Sécession, plusieurs protagonistes racontent ce qu'ils vivent, avec différents points de vue : les Confédérés contre l'Union et les esclaves. Abraham Lincoln se bat contre ses démons, et converse avec la Mort. Se mêlent au roman des documents historiques.
Un roman qui se lit rapidement, original de par sa présentation.
Dès 16 ans.

Une fille facile (Louise O'Neill)

note: 5"Asking for it" (le titre original) ? Maureen, MMC - 20 juin 2020

Emma est la star du lycée et de la petite communauté irlandaise où elle vit. C’est une jeune femme bien dans sa peau, libre de ses choix. Elle est belle, elle le sait et elle en profite. Mais tout dérape lors d’une fête alors qu’elle accepte d’avaler quelques pilules, pour ne pas perdre la face sous la pression des regards. Trou noir. Quelques jours plus tard, alors qu’elle ne se souvient toujours de rien, elle tombe sur des photos de cette soirée, partagées sur les réseaux sociaux. Elle voit un corps de poupée, nue, mise en scène et utilisée par plusieurs garçons. Elle ne se reconnait pas. Emma devient alors la bête noire de la communauté, celle qui dérange par son comportement passé, celle qui ose parler de viol. Tout le monde lui tourne le dos parce que, finalement, à utiliser son corps en toute liberté, ne l’aurait-elle pas « bien cherché » (le titre original est d’ailleurs très parlant : « Asking for it »). Un titre dur et poignant qui revient sur la question du consentement et l’usage de son corps (surtout quand on est une jeune femme), à l’heure où les réseaux sociaux régissent nos vies. Âmes sensibles, s’abstenir.

Des fleurs pour Algernon (Daniel Keyes)

note: 5Quand science-fiction rime avec très fortes émotions Maureen, MMC - 13 juin 2020

Des scientifiques parviennent à décupler l’intelligence de la petite souris Algernon. Il est temps de faire l’expérience sur un cobaye humain ; c’est Charlie, un adulte atteint d’un retard mental, qui est choisi. C’est à travers son journal intime que le lecteur suit les effets de l’opération. Les pensées de Charlie s’enrichissent en même temps que son vocabulaire et son expression écrite. Mais avec l’augmentation de son intelligence viennent aussi les terribles prises de conscience. Les souvenirs des moqueries d’hier s’agrémentent maintenant de souffrances. Et si son QI continue de s’élever, il n’en comprend pas mieux les règles qui régissent les interactions humaines. Devenu un véritable surdoué, Charlie n’a peut-être pas gagné le bonheur pour autant… Pire ! Après des mois dans cette nouvelle vie, il apprend que les effets de l’opération s’effacent petit à petit pour Algernon…
Un livre poignant et terriblement humain ; Des Fleurs pour Algernon sait convaincre, même les plus réfractaires à la science-fiction !

Une éducation (Tara Westover)

note: 5Un portrait inspirant et riche en émotions ! Maureen, MMC - 13 juin 2020

Plus jeune enfant d'une fratrie de sept, Tara grandit dans une communauté mormone dans les montagnes de l’Idaho. Le père, survivaliste de plus en plus paranoïaque, fait tout pour que sa famille reste cachée. Aucune déclaration à l'état civil, interdiction d'aller à l'hôpital et évidemment, les enfants ne se sont jamais assis sur les bancs de l'école publique.
Tara pourrait suivre les traces de ses frères et sœurs et adhérer pleinement aux convictions de ses parents mais à l’adolescence, alors qu’elle ouvre les yeux sur le monde qui l’entoure, elle comprend qu’il y a plus et que le modèle offert par sa famille n’est peut-être pas le bon. Mais renier une quinzaine d’années d’enrôlement et renoncer à la sécurité et à l’amour du seul foyer jamais connu n’est pas chose facile. C’est grâce à sa détermination et à son courage que Tara, seule, trouve le chemin de l’école et s’éduque. C’est aussi seule et sans aucun soutien qu’elle s’extrait de cet environnement et commence une nouvelle vie. Mais ce n’est pas sans doutes ni sans souffrances. Le portrait inspirant et riche en émotions d’une jeune femme qui prend sa vie en main, envers et contre tout.

Le chant d'Achille (Madeline Miller)

note: 4Achille au pied léger FM - 10 juin 2020

Demi-dieu de la mythologie grecque, Achille est l’un des inoubliables personnages de L’Iliade d’Homère. Diplômée de lettres classiques, l’américaine Madeline Miller a relevé le défi de romancer l’histoire d’Achille en adoptant le point de vue de Patrocle, son ami intime, personnage bien présent et important dans L’Iliade. Avec un vrai talent de conteuse et une imagination qui force le respect, l’autrice donne vie à ces enfances grecques dans l’Antiquité, dans ce monde fantastique où un éblouissant demi-dieu et son ami bénéficient de l’éducation du centaure Chiron. Jeune homme, Achille finit par obéir à son destin et accepte de suivre Ulysse pour rejoindre l’expédition des Grecs contre les Troyens… on connaît la suite, mais elle est si bien romancée par Madeline Miller ! Celle-ci s’est très bien emparée, avec beaucoup de liberté, d’une trame célébrissime pour en faire un roman d’amour et d’aventure qui redonne vie à ces icônes de la culture occidentale.

Mille petits riens (Jodi Picoult)

note: 5Racisme à l'américaine FM - 10 juin 2020

Sage-femme expérimentée et appréciée dans un hôpital du Connecticut, Ruth est la seule femme de couleur dans son service. Cela ne lui a jamais posé problème, jusqu’au jour où un couple de suprémacistes blancs lui interdit de s’occuper de leur nouveau-né, et où la chef de service accepte cette exigence des patients. Le décès du bébé conduit les parents à déposer plainte, a priori contre l’hôpital mais celui-ci les oriente vers une plainte contre la sage-femme, accusée de n’avoir pas pris l’initiative de gestes qui auraient peut-être pu sauver l’enfant. La vie de Ruth et de son fils, brillant lycéen, va alors basculer : eux qui sentaient bien installés socialement vont être sans cesse renvoyés à la couleur de leur peau.
Ce roman à plusieurs voix immerge très bien le lecteur dans les points de vue de Ruth, de son avocate (blanche, fortunée, bien intentionnée mais qui va comprendre qu’elle était dans le déni vis-à-vis des injustices raciales), et du père du bébé ; ce personnage-là est particulièrement saisissant, dans sa violence raciste. Par cette coexistence des voix de chacun des personnages, le livre nous plonge dans la réalité d’une société américaine encore extrêmement clivée, imprégnée de luttes raciales et de déni, dans laquelle l’extrême liberté d’expression laisse libre champ à des groupes et des mouvements pas très sympathiques. Un très beau roman, haletant, prenant, qui laisse des traces.

La mère morte (Blandine de Caunes)

note: 5Vivre la mort FM - 10 juin 2020

Blandine de Caunes est l’une des filles de l’icône féministe Benoîte Groult. Quand cette mère, célèbre pour son intelligence vive et érudite, son indépendance farouche, sa liberté de penser, de parler et d’agir, est atteinte de la maladie d’Alzheimer, les premiers signes sont difficiles à accepter pour Benoîte elle-même et pour son entourage. Les mois passent et cette mère très aimée décline, se trouvant peu à peu dans une totale dépendance, ce dont elle se plaint dans ses instants de lucidité. Le moment va bientôt venir pour ses deux filles très complices de prendre une décision difficile. Mais alors même que Blandine de Caunes envisage avec douleur la fin de vie de sa mère, un cauchemar s’abat sur elle : la mort accidentelle de sa fille unique, son seul enfant, qui lui reprochait parfois de s’occuper davantage de sa mère que de sa fille… Comment faire face à ce double deuil, à la disparition du mot « maman » de son vocabulaire actif ? Récit d’une vie mi-dorée mi-amère, évocation sans tabou de la vieillesse et de la perte d’indépendance, ce livre réussit l’exploit d’évoquer des sujets tragiques sans être totalement déprimant, grâce sans doute à l’énergie puissante et au goût de la vie qui caractérisent cette lignée de femmes.

Les soeurs Mitford enquêtent
L'assassin du train (Jessica Fellowes)

note: 5A cup of tea ? FM - 10 juin 2020

Dans l’Angleterre des années 1920, Louisa est une jeune femme pauvre que son oncle s’apprête à prostituer. Parvenant à échapper à son emprise, elle va réussir à se faire embaucher comme bonne d’enfants chez un pair du royaume, au sein de l’aristocratie, plus précisément la famille Mitford. Mais dans l’intervalle, elle va être indirectement concernée par un meurtre perpétré dans un train, ce qui va lui donner l’occasion de faire la connaissance d’un policier qu’elle aurait bien plaisir à revoir, et réciproquement… Justement, l’aînée des sœurs Mitford s’intéresse de très près à l’affaire, mais aussi au passé trouble de Louisa…
Jessica Fellowes est la nièce de Julian Fellowes, l’auteur de la série Downtown Abbey et de romans qui décrivent l’aristocratie britannique, et cela se sent ! Délicieusement british, cette série s’autorise à mettre en scène les célèbres sœurs Mitford, mêlant ainsi une trame policière, une évocation de la société britannique des années 1920, et ce charme très particulier des intrigues propres aux grandes maisons aristocratiques, impliquant à fois la vie les domestiques et celle de leurs employeurs. Une lecture policière très divertissante !

Les filles d'Ennismore (Patricia Falvey)

note: 4Romance irlandaise FM - 10 juin 2020

Irlande, début du 20è siècle. Victoria, fille d’un châtelain, a réussi à obtenir que Rosie, fille d’un métayer, partage ses jeux et son éducation. Mais au moment de l’ « entrée dans le monde », chacune retrouve la place que lui autorise la société et leur amitié n’y résiste pas. Néanmoins, elles ont été toutes deux irrémédiablement marquées par la rencontre avec l’autre, et elles vont à leur manière rompre avec leur milieu : rapprochement avec les Indépendantistes, journalisme, soin des malades et des blessés nécessiteux… Tous les ingrédients sont réunis : un contexte historique tourmenté (premiers combats indépendantistes des Irlandais), la lutte des classes, des morts dans le naufrage du Titanic, des amitiés et des amours contrariées mais qui triomphent de l’adversité, deux personnages féminins forts voire un soupçon de féminisme… C’est un peu prévisible parfois, mais le livre est plutôt bien écrit, sans longueur ni prétention excessive, ce qui en fait un roman agréable à lire, et un rappel intéressant sur l’histoire de l’Irlande.

Le Secret du mari (Liane Moriarty)

note: 4Voyage en Australie Joëlle, MMC - 5 juin 2020

Entre Melbourne et Sydney, le portrait de trois femmes à la vie en apparence sans problème.
Cécilia a trois filles magnifiques, un mari merveilleux, une superbe maison. Sa vie bascule quand elle découvre et lit une lettre qu’elle n’aurait jamais dû ouvrir.
Tess a un joli petit garçon, un mari aimant et une cousine extraordinaire avec qui elle partage tout depuis l’enfance, une belle vie jusqu’à une révélation qui la laisse anéantie.
Quant à Rachel, sa vie meurtrie par le meurtre de sa fille il y a une vingtaine d’années l’a laissé aigrie, elle reporte toute sa tendresse et son affection sur son petit- fils de 2 ans qui hélas part vivre à New-York avec ses parents.
La vie de ses trois femmes va basculer à tout jamais en une fraction de seconde. Pourront-elles être de nouveau heureuses et pardonner ?
Un beau roman sur l’amour entre mari et femme, sur l’amour filiale et le pardon.

Le secret du mari (Liane Moriarty)

note: 4Voyage en Australie Joëlle, MMC - 5 juin 2020

Entre Melbourne et Sydney, le portrait de trois femmes à la vie en apparence sans problème.
Cécilia a trois filles magnifiques, un mari merveilleux, une superbe maison. Sa vie bascule quand elle découvre et lit une lettre qu’elle n’aurait jamais dû ouvrir.
Tess a un joli petit garçon, un mari aimant et une cousine extraordinaire avec qui elle partage tout depuis l’enfance, une belle vie jusqu’à une révélation qui la laisse anéantie.
Quant à Rachel, sa vie meurtrie par le meurtre de sa fille il y a une vingtaine d’années l’a laissé aigrie, elle reporte toute sa tendresse et son affection sur son petit- fils de 2 ans qui hélas part vivre à New-York avec ses parents.
La vie de ses trois femmes va basculer à tout jamais en une fraction de seconde. Pourront-elles être de nouveau heureuses et pardonner ?
Un beau roman sur l’amour entre mari et femme, sur l’amour filiale et le pardon.

Blue Pearl (Paula Jacques)

note: 4Esclavage et poupée Catherine, MMC - 3 juin 2020

Les poupées noires faites à la main par les esclaves des plantations vous connaissez ? Lizzie en possédait une, cousue et offerte par sa mère pour ses 10 ans et à laquelle bien sûr elle tenait beaucoup. Alors comment cette poupée se retrouve- t-elle un beau jour de 1920 dans les mains de cette femme blanche et distinguée, venue rendre visite à une Lizzie maintenant très âgée et qui vit paisiblement dans un des quartiers les plus pauvres de Washington ?
Utilisant le joli prétexte de cette poupée baptisée Blue Pearl, l’autrice Paula Jacques transporte ses jeunes lecteurs en pleine guerre de Sécession pour leur faire partager avec beaucoup d’émotions (et de violence évidemment parfois) les vies sacrifiées de Lizzie et des siens.
Un court texte, simple et bien écrit, à découvrir à partir de 12 ans. Mais conseillé aux plus grands aussi !

Une étincelle de vie (Jodi Picoult)

note: 5une étincelle de vie Patrice - 23 mai 2020

excellent roman, je suis entièrement d'accord avec le commentaire de FM, mais je tenais simplement à dire que ça ne parle pas seulement de l'accès à l'IVG aux Etats-Unis mais aussi de racisme autre plaie béante de cette nation.

Le Mars Club (Rachel Kushner)

note: 4Une histoire tragique Joëlle, MMC - 20 mai 2020

Romy Hall n’est pas née sous une bonne étoile dans le San-Francisco des années 80. Strip-teaseuse, elle abandonne tout pour fuir un homme qui la harcèle et pouvoir vivre en paix avec son fils. Mais le mauvais sort s’acharne sur elle. Il la retrouve, et pour se défendre elle le tue. Sans le sou, elle se voit attribuer un avocat commis d’office qui l’a défend mal. Heureusement son fils est confié à sa mère. Mais la malchance continue et elle n’a de cesse de trouver une solution pour son fils.
L’intrigue oscille entre la vie de Romy avant et pendant son incarcération, les violences, les situations humiliantes mais aussi l’amitié.
Plein d’humanité, bouleversant.

L'attrape-coeurs (Jerome David Salinger)

note: 4A lire et à relire Joëlle, MMC - 20 mai 2020

Début des années 1950.
Holden Caulfield, jeune homme de 16 ans vient d’être renvoyé de son collège trois jours avant Noël. Il n’ose pas rentrer chez lui, alors il erre dans New-York. C’est l’histoire d’une fugue, celle d’un adolescent de la bourgeoisie New-Yorkaise qui évoque ses peurs, ses incertitudes, son mal-être. Il nous parle de sa famille, de son frère mort il y a quelques années, de sa sœur qu’il adore. C’est aussi l’histoire d’un jeune qui se sent perdu, qui n’arrive pas à trouver sa place dans la vie et la société.
Un roman à la fois drôle, plein de tristesse et de tendresse.
Un grand classique

Tout ce qu'on ne s'est jamais dit (Celeste Ng)

note: 4Cruel, passionnant, puissant Joëlle, MMC - 20 mai 2020

Une famille en apparence très unie à la fin des années 1950.
James Lee d’origine chinoise ne s’est jamais senti à sa place, différent, solitaire. Marylin, jeune femme brillante, déterminée, indépendante ne rêve que d’une chose, devenir médecin.
Lui, professeur, elle, étudiante, ils se rencontrent, se marient et ont un enfant. Les rêves de Marylin sont remis à plus tard. Mais quand plus tard ? Après un deuxième enfant puis un troisième. La vie en décide autrement et les rêves de Marylin ne se réalisent pas, elle les reporte sur sa fille.
C’est une histoire de racisme, de différence, d’amour maternel toxique, une histoire cruelle, pleine de remords, de désillusions, bref un roman fort, puissant, passionnant.

Sur la route (Jack Kerouac)

note: 4Un grand classique Joëlle, MMC - 20 mai 2020

Avec ce grand classique de la littérature américaine Jack Kerouac nous entraîne sur les routes des USA.
Sal, le narrateur qui n’est autre que Jack Kerouac lui-même, se lie d’amitié avec le fascinant et obscure Dean Moriarty. Avec seulement 50 $ en poche, il décide de traverser le pays vers la côte ouest pour le retrouver.
Jack Kerouac est considéré comme le chef de file de la « beat génération » et sa vie fût toujours un défi à l’Amérique bien-pensante.
A lire ou relire.

Stay around (J.J. Cale)

note: 5Petit trésor Joëlle, MMC - 20 mai 2020

Un trésor posthume grâce à son épouse qui a exhumé plusieurs morceaux.
Un album teinté de rock en passant par le blues Grass aux ambiances jazzy. Du grand J.J. Cale, celui-là même qui a influencé des artistes comme Mark Knopfler et Eric Clapton qui a repris beaucoup de ses titres entre autre after midnight et cocaïne.
L’un de ses meilleurs albums.

Roi lion (Le) (Jon Favreau)

note: 4Superbes images Joëlle, MMC - 20 mai 2020

Simba, le futur roi est né, et tout au fond de la savane africaine tous les animaux célèbrent son arrivée.
Un remake quasiment à l’identique du chef d’œuvre de 1994, cette fois en images numériques. Ce film en prises de vues réelles revigore les aventures du jeune Simba. Les images sont à couper le souffle, le choc de la découverte n’est plus là mais le frisson demeure.
HAKUNA MATATA

Toy story
Toy story 4 (Josh Cooley)

note: 4Pur divertissement Joëlle, MMC - 20 mai 2020

L’arrivée de Fourchette, un nouveau jouet va provoquer la séparation de Woody et Bonnie.
Ce nouvel opus nous offre de l’humour, de l’émotion et du rythme. Dans ce film qui est volontairement mélancolique, on s’émeut et on rit, c’est une véritable montagne russe d’émotions et surtout du divertissement à l’état pur.
Un film familial à voir.

Chute de l'empire américain (La) (Denys Arcand)

note: 4Divertissement et satire sociale Joëlle, MMC - 20 mai 2020

Pierre-Paul Daoust, 36 ans, titulaire d’un doctorat en philosophie est chauffeur pour une compagnie de livraison. Un jour, il est le témoin d’un hold-up qui tourne mal, et se retrouve ainsi seul au milieu du désastre avec 2 énormes sacs remplis de billets.
Mélange de policier, de comédie et de drame social, ce film est une satire de l’Amérique rongée par l’argent sale et aussi un divertissement d’aventures et d’émotions.

Bleu Pétrole (Alain Bashung)

note: 5Sublime, incontournable Joëlle, MMC - 20 mai 2020

Fabuleux album de Bashung, sans doute l’un de ses meilleurs mais malheureusement le dernier. Bleu pétrole est un album chaleureux, très mélancolique, un disque soigné et majoritairement acoustique, où l’on retrouve des classiques de Manset et de Léonard Cohen.
A écouter sans modération.

Sound & color (Alabama Shakes)

note: 5Génial Joëlle, MMC - 20 mai 2020

Deuxième album de ce très jeune groupe, mêlant rock sudiste, soul, blues. L’une des meilleures révélations de ces dernières années.
Mettez votre casque et montez le son.

Peace trail (Neil Young)

note: 5Toujours militant Joëlle, MMC - 19 mai 2020

Après l’excellent « Earth » voiçi un nouvel opus du « loner » pour les fans.
On y retrouve le Neil Young militant pour les causes indiennes et son inquiétude de l’arrivée au pouvoir de gens comme Trump. Avec les sonorités de ses débuts (after the gold rush).
A écouter encore et encore.

Songs for Judy (Neil Young)

note: 5Génial Joëlle, MMC - 19 mai 2020

Nouvel enregistrement tiré de ses archives, cette fois-ci c’est une compilation de morceaux acoustiques datant de 1976. On y retrouve ses plus grands classiques ainsi qu’un inédit (no one seems to know).
Le titre « Song for Judy » fait référence à Judy Garland venue assister à l’un de ses concerts.
Peut-être l’un de ses meilleurs live acoustiques avec « live a Massey Hall ».