Recherche


Avis de lecteurs

Déjà, l'air fraîchit (Florian Ferrier)

note: 4Bibliothèques spoliées FM - 30 janvier 2021

Ce (gros) roman français nous emporte dans la Seconde Guerre Mondiale, avec le personnage d’Erika, jeune femme passionnée de livres qui va devenir un rouage essentiel du rapt organisé et [...]

L'estrange malaventure de Mirella (Flore Vesco)

note: 5Original ! Victoria, MMC - 5 décembre 2020

Flore Vesco revisite avec brio le célèbre conte du Joueur de flûte d'Hamelin !

Le texte se veut moyenâgeux et, passé la surprise des premières pages, nous entraîne complètement dans l’époque [...]

Et le désert disparaîtra (Marie Pavlenko)

note: 5Et le désert disparaîtra de Marie Pavlenko Christine - 14 octobre 2020

Un livre à ne pas rater, qu'on soit ado ou pas ! C'est un roman plein de sensibilité sur les relations et les interactions entre l'Homme et la nature, mais [...]

Méthode 15-33 (Shannon Kirk)

note: 4Belle surprise Céline - 9 août 2020

J'ai découvert ce livre totalement par hasard dans un rayon de la médiathèque et j'avoue avoir été agréablement surprise.
Le roman est de très bonne qualité, l'intrigue aussi, on est vite [...]

Oh happy day (Anne-Laure Bondoux)

note: 4Fait du bien au moral Victoria, MMC - 27 février 2021

A la fin de "Et je danse aussi", notre duo de personnages étaient sur le point de se rencontrer pour la première fois, après des mois assidus de correspondance. On [...]

Hôtel Castellana (Ruta Sepetys)

note: 5Plongée passionnante au cœur de l’Espagne franquiste Victoria, MMC - 27 février 2021

“Hôtel Castellana”, c’est la rencontre entre deux mondes que tout oppose, celui de Daniel et Ana. Nous sommes en 1957, alors que l’Espagne est sous la coupe de Francisco Franco. [...]

Avis de lecteurs

 

Comment devenir un optimiste contagieux (Shawn Achor)

note: 5L'avantage du bonheur Diane - 11 décembre 2019

Shawn Achor, psychologue et professeur à l'université américaine de Harvard, nous questionne : faut-il réussir pour être heureux ou être heureux pour réussir ? Les recherches en neurosciences menées depuis des décennies l'ont prouvé, notre état d'esprit change notre perception de l'environnement et ce qui en découle. Cependant, il n'est pas toujours aisé de voir ce qui est possible plutôt que ce qui ne l'est pas. Jalonné d'anecdotes qui nous permettent de visualiser ces concepts parfois complexes, ce professeur de bonheur nous explique avec humour et fluidité les rouages de l'optimisme. Facile à lire et à comprendre, que la psychologie soit un terrain connu ou que vous débutiez, vous y trouverez ce que vous êtes venu chercher. Les exercices d'application, concrets et d'une simplicité épatante, s'adaptent à tous les rythmes de vie. Vous pourrez améliorer votre capacité à être heureux et qui sait, peut-être serez-vous le prochain optimiste contagieux !

Barakamon n° 1 (Satsuki Yoshino)

note: 5Un gars de la ville à la campagne Florian - 3 décembre 2019

Ce manga nous met en avant un maître de calligraphie qui a toujours vécu en ville être envoyé à la campagne suite à une bêtise qu'il a fait. En pensant qu'il va pouvoir trouver son inspiration malheureusement, il va toujours se retrouver face à des enfants qu'ils viennent tous les jours chez lui et ils l'empêchent de faire son travail. C'est un manga à la fois drôle et très attachant, il n'y a aucune violence et peut être lu à un très large public. Une recommandation de ma part.

Stan & Ollie (Jon S. Baird)

note: 5Histoire d'une amitié MD - 27 novembre 2019

Tout le monde connaît Laurel et Hardy mais on en sait souvent moins sur les hommes derrière ces personnages. C'est avec beaucoup de talent que ce film nous fait découvrir une belle amitié dans une société du cinéma déjà très instrumentalisée. Le choix a été fait de se centrer sur leur dernière tournée et c'est ce qui fait la particularité de ce film. Profondément touchant, c'est les yeux brillants que nous rions devant ces sketches indémodables et à jamais ancrés dans la mémoire collective. Une performance d'acteurs étonnante en prime.

Les invisibles de la République (Salomé Berlioux)

note: 5Aider la jeunesse FM - 20 novembre 2019

Originaire d'un village de l'Allier, Salomé Berlioux, nourrie de sa propre expérience qu'elle relate par quelques anecdotes dans le livre, pointe des inégalités sous-estimées : celles qui frappent les jeunes générations vivant dans des zones rurales ou des petites villes, où l'accès à l'éducation, la formation, la culture, le numérique, est plus réduit que dans les grandes zones urbaines. Même si le service minimum existe, qu'une certaine qualité de vie peut partiellement compenser, les perspectives sont moins ouvertes. Donne-t-on autant de chances à ces jeunes-là ? Peuvent-ils avoir accès à toutes les formations, et donc à tous les métiers ? Les encourage-t-on à viser au plus haut quand ils en ont les talents ? Ce livre très accessible, écrit avec Erkki Maillard, établit un diagnostic pertinent et propose des axes d'évolution.

Robe de marié (Pierre Lemaitre)

note: 5haletant Louis-claude - 12 novembre 2019

D'ordinaire je me méfie des pollars car trop souvent c'est un peu toujours les mêmes histoires, mais là... Je me suis laissé happer par cette histoire rythmée où se mêle vengeance et manipulation maladive. Je n'en dirais pas plus, allez y voir vous même. C'est bien écrit et je ne me suis pas ennuyé. Si vous êtes bon lecteur, il peut se lire sur quelques jours. Bonne lecture.

Le lambeau (Philippe Lançon)

note: 1Imposture Patrice - 30 octobre 2019

je pense que ce livre est une arnaque, autant l'attentat contre Charlie Hebdo m'a profondément touché, j'aime ce journal, leurs auteurs et j'avais beaucoup d'admiration pour Cabu , mais là monsieur Lançon nous prend pour des imbéciles, lui cet écrivain plus que moyen nous balance à toutes les pages des références de grands auteurs , il noud dit "voyez mes connaissances, je suis un érudit" et comme on a de l'empathie pour lui à cause de la tragédie qu'il a subit et qu'il subit encore le lecteur se fait avoir, ah quelle courage, quelle émotion c'est un grand écrivain. Je pense qu'aucuns des auteurs tués lors de ce massacre n'auraient eu l'impudence d'écrire un livre ayant seulement pour but la reconnaissance de ses pairs et par ricochet une réussite commerciale .
Je suis CHARLIE

Dize warmstyle dizaster (Julien Malland)

note: 5dize Thibo - 29 octobre 2019

ce livre est vraiment trop cool pour ceux qui recherchent l'inspiration et qui veulent faire des graffs ou tag! je vous le recommande!! trop cool!

Arcadie (Emmanuelle Bayamack-Tam)

note: 5génial Patrice - 29 octobre 2019

je viens de finir" Arcadie " c'est l'un des meilleurs bouquins je j'ai pu lire, c'est irrévérencieux, politiquement incorrect ,tout ce que j'aime, ça malmène la morale bien- pensante ,ça égratigne la pensée bobo, ça parle de notre monde actuel sans concessions, c'est très sexe, drôle, et surtout ça parle d'amour mais surtout de l'amour que l'on porte à autrui

Darker (E. L. James)

note: 3Bonne suite Céline - 19 octobre 2019

Bonne suite à "Grey" et qui permet réellement de redécouvrir d'une certaine manière cette histoire car le point de vue de Christian est extrêmement différent de celui d'Ana.
A lire si on a aimé la trilogie Cinquante Nuances de Grey et si on veut en savoir plus sur le personnage de Christian.

Le bal des folles (Victoria Mas)

note: 5Pas si folles que cela FM - 12 octobre 2019

Paris, 1885.
Depuis le XVIIè siècle, La Salpêtrière est tristement célèbre à Paris, lieu de relégation de toutes les filles et femmes dont on ne veut pas. Mais le Paris de la IIIè République bruisse des nouveautés du professeur Charcot, qui a introduit dans son « service des hystériques » de nouveaux traitements pour les « folles ». Ses séances d’hypnose sont devenues de véritables spectacles.
Eugénie Cléry est une jeune fille hypersensible, intelligente, audacieuse, différente, trop pour sa famille bourgeoise qui n’accepte pas ses velléités de révolte et d’autonomie. Internée, elle va découvrir de l’intérieur la vie de La Salpêtrière. Autour d’elle, des jeunes filles et des femmes aux vies meurtries, victimes de la violence des hommes, des familles, d’une société qui maltraite les femmes.
Riche de beaux personnages et d’une contextualisation bien équilibrée, ce premier roman révèle un vrai talent !

Murène (Valentine Goby)

note: 5Revivre avec un handicap FM - 12 octobre 2019

Valentine Goby nous a habitués à des romans bien écrits et très forts, nourris d’histoires vraies sur des thèmes peu traités dans la littérature, mettant souvent en valeur un personnage principal cruellement atteint par la vie mais combatif. « Murène » ne déçoit pas en nous emportant dans le destin brisé d’un jeune homme athlétique qui perd accidentellement ses deux bras, épaules incluses. Le récit se situe dans les années 1950 : la majorité des mutilés sont alors des blessés de guerre, et il reste beaucoup de progrès à apporter au soin des civils. Souffrance physique, dépression… François passe par toutes les étapes, avant de retrouver un peu de goût à la vie par la natation – si une murène peut nager, pourquoi pas l’homme amputé ? Nous approchons ainsi l’histoire du handisport, jusqu’à sa reconnaissance dans l’arène olympique.

L'ami (Sigrid Nunez)

note: 5Un chien, un ami FM - 12 octobre 2019

Ecrivaine, professeuse d’écriture et de littérature, la narratrice vient de perdre un ami très cher dont on comprend qu’il fut pendant de longues années un interlocuteur irremplaçable et stimulant après avoir été un mentor. Il s’est suicidé, prenant son entourage au dépourvu. Cet homme avait un chien, un dogue allemand, dont la veuve ne veut pas s’occuper et qu’elle confie d’autorité à cette amie, la jugeant la mieux placée, la plus proche, pour remplacer le maître disparu. Se sentant engagée moralement, la narratrice accepte, malgré le règlement de son immeuble qui lui interdit d’avoir un chien dans son appartement… Elle s’attache à lui, leur relation se nourrissant aussi de ses souvenirs de l’ami perdu dont ils portent le deuil ensemble.
Voici un livre très singulier, littéraire (mais pas hermétique !), qui restitue avec force et sensibilité la puissance de liens amicaux et l’intensité de la relation avec un animal : l’ami, on l’aura compris, c’est à la fois l’homme qui n’est plus et le chien de taille humaine.

Les heures indociles (Éric Marchal)

note: 5Dans le Londres des suffragettes FM - 12 octobre 2019

Eric Marchal nous propose régulièrement des romans historiques documentés qui restituent bien l’atmosphère et les événements d’une époque, en s’intéressant en particulier à la condition féminine. Dans celui-ci, nous plongeons dans l’Angleterre du début du XXè siècle en nous attachant à trois personnages et trois univers qui vont se rencontrer : Olympe, une jeune suffragette, un médecin français métis, et Horace de Vere Cole, artiste et farceur ayant réellement existé, auteur de canulars célèbres. Le rythme trépidant du roman nous emporte dans les bas-fonds d’un Londres pauvre et violent, auprès de l’avant-garde littéraire et artistique et dans un milieu médical qui s’ouvre diversement au progrès de la science et des mœurs ; et, surtout, cette fresque dépeint remarquablement le combat impressionnant des suffragettes, les violences subies, leurs échecs et leurs victoires. Une belle aventure romanesque nourrie de faits historiques.

Une étincelle de vie (Jodi Picoult)

note: 5Des choix éclairés FM - 12 octobre 2019

Dans le dernier établissement de santé du Mississipi à pratiquer l’avortement, une prise d’otages a lieu. Au sein de ce huis clos se retrouvent une jeune femme qui vient d’avorter, une jeune fille qui souhaite prendre un contraceptif, une militante pro-vie venue incognito pour récolter des preuves supposées de contraintes exercées sur les femmes, le personnel soignant qui, malgré les risques encourus, effectue des déplacements insensés pour aider des femmes, un père isolé qui n’a pas accepté de voir sa fille grandir… A travers les points de vue des différents protagonistes et le récit des vies qui gravitent autour d’eux, ce roman présente certaines circonstances qui peuvent conduire aujourd’hui une jeune fille ou femme à une grossesse non désirée, à vouloir l’interrompre ou pas, ou encore à s’agréger à un activisme anti-IVG, les cas de conscience ou pas, la dureté d’un système judiciaire implacable… L’autrice défend explicitement le droit des femmes à disposer de leur corps mais elle laisse réellement la place aux interrogations des différents personnages, très approfondis, sur cette « étincelle de vie », ce qui donne un livre original, puissant et nuancé.
Un roman sensible, subtil et bouleversant, qui restitue avec réalisme la situation préoccupante de l’accès à l’IVG dans l’Amérique contemporaine.

Les Racines de la colère (VINCENT JAROUSSEAU)

note: 5Récit-photo sociologique FM - 12 octobre 2019

« Deux ans d’enquête dans une France qui n’est pas en marche » : le sous-titre est éloquent et annonce la couleur, sans préciser cependant le lieu de l’action. L’auteur a été accepté dans l’intimité de familles vivant à Denain, petite ville minière du nord de la France, ravagée par la crise économique – une des communes les plus pauvres de France. La technique utilisée (celle du roman-photo mais avec les personnes réelles dans leur vraie vie) met le lecteur en prise directe avec la vie quotidienne de familles issues de milieux populaires. Une immersion saisissante dans les difficultés économiques et sociales.

Le chien de madame Halberstadt (Stéphane Carlier)

note: 4C'est mieux avec un chien FM - 7 octobre 2019

Baptiste est romancier, mais son dernier livre ne se vend pas très bien. Pendant qu’il l’écrivait, sa compagne l’a quitté. Les journées se succèdent, mornes et déprimantes. Un jour, une de ses voisines, Madame Halberstadt, lui force un peu la main pour qu’il garde son chien, un carlin, pendant quelques jours, le temps d’une opération. Réticent au début, Baptiste s’accommode finalement bien de cette compagnie qui semble donner un élan positif à sa vie : rencontre amoureuse, créativité… Mais Madame Halberstad va bientôt sortir de l’hôpital, alors Baptiste va-t-il vivre sans chien ?.. Un court roman atypique, avec quelques séquences assez drôles.
Sur ce thème de la relation entre un homme et un chien, lire aussi "Denise au Ventoux" de Michel Jullien, plus littéraire et, à mon goût, plus subtil.

After n° 1 (Anna Todd)

note: 4Subtile mélange de genre Céline - 15 septembre 2019

A mi-chemin entre Twilight et 50 nuances de Grey, cette histoire mettant en scène une adolescente qui débarque à l'université et rencontre un garçon mystérieux peut paraître bateau et déjà vu mais je trouve que la façon d'écrire d'Anna Todd donne de la profondeur au roman.
C'est assez prenant, et plus les chapitres défilent, plus on veut connaître la suite.
Un premier tome qui lance bien la saga, à lire.

L'essentiel de la comptabilité pour l'entrepreneur (Tout Apprendre)

note: 4Bonne base Fabien - 22 août 2019

Permet d'avoir les bases de la compta, Lire un Bilan, compte de résultat...
bonne orateur, cependant le quizz est à revoir, merci à easycompta

Quand Hitler s'empara du lapin rose (Judith Kerr)

note: 5Touchant à tout âge FM - 8 août 2019

Un roman (lire également la suite, "Ici Londres") qui, du point de vue d'une enfant, restitue la cruauté du nazisme, la douleur de l'exil, de la migration, de la vie à reconstruire en Suisse, puis à Paris et enfin en Angleterre. Publié pour les enfants et jeunes adolescents, mais en réalité la qualité d'écriture est tout à fait adaptée aux adultes également.

Orphelins 88 (Sarah Cohen-Scali)

note: 4Après-guerre et reconstruction Victoria, MMC - 2 août 2019

« Orphelins 88 » peut être considéré comme la continuité de « Max », un autre roman de Sarah Cohen-Scali. Tous deux abordent une facette méconnue de la Seconde Guerre mondiale : le programme Lebensborn, des centres dans lesquels les nazis tentaient de créer la race aryenne parfaite.
Cette fois, elle explique comment les SS enlevaient des enfants répondant aux critères aryens dans les pays de l’Est, pour les germaniser par la suite. Le petit Jo est l’un de ses enfants. Amnésique, nous le suivrons tout au long du roman dans sa quête d’identité.
Sans jamais tomber dans le pathos, l’autrice décrit avec brio les désastres qu’a causé la guerre sur les plus jeunes, le tout d’une écriture fluide et abordable. « Orphelins 88 » passionne autant qu’il fait horreur par moments, mais n’en reste pas moins un roman à la fois instructif et nécessaire.

La sirène & la licorne (Erin Mosta)

note: 4Romance très mignonne Victoria, MMC - 4 juillet 2019

Parfait roman feel-good, "La Sirène et la licorne" sent bon l’été et la douceur !

Lili, passionnée par les effets spéciaux de cinéma et le maquillage, a un look original qui détonne dans son entourage. Harcelée par les élèves de sa classe, elle part au bord de l’océan pour oublier ses problèmes.
Cris, c’est plutôt le genre jean trop large et baskets défoncées. Passionnée de voile, elle est bien plus à l’aise au bord de l’océan qu’au milieu de la foule.
Tout les oppose, rien ne les destinait à se rencontrer, et pourtant ces deux-là vont soigner leurs fêlures ensemble…et plus si affinités !

Un si petit oiseau (Marie Pavlenko)

note: 5Bouleversant ! Victoria, MMC - 4 juillet 2019

Abigail est une jeune fille de 20 ans à qui la vie sourit...jusqu'au jour de son dramatique accident de voiture qui lui coûte un bras. A partir de là, elle va devoir apprendre à se construire un nouvel avenir, à s'accepter et à ne pas repousser les autres.

Comme dans son précédent roman "Je suis ton soleil" (à lire également !), Marie Pavlenko traite avec délicatesse et humour de sujets pourtant difficiles à aborder. L’histoire se dévore d’une traite, la larme à l’œil, et le sourire en coin !

Penser (Simon Blackburn)

note: 5une irresistible introduction à la philo Patrick - 2 juin 2019

Indispensable aux étudiants enfoncés dans "la toile" du www. se creuser les méninges!

Dilili à Paris (Michel Ocelot)

note: 5Un petit bijou MD - 31 mai 2019

Une fois encore Michel Ocelot nous offre la beauté, l'originalité et l'intelligence. S'ajoute ici l'espièglerie de cette jeune héroïne, le cadre magnifique de notre belle capitale et les rencontres avec tous ces personnages qui font partir de notre histoire. A voir sans hésiter.

Les pirates de "L'Escroc-Griffe" (Jean-Sébastien Guillermou)

note: 5Original ! Victoria, MMC - 31 mai 2019

Les Pirates de l'Escroc-griffe tient à la fois du roman de cape et d'épée, et du roman de fantasy, et c'est une formule qui fonctionne ma foi très bien ! Jean-Sébastien Guillermou nous plonge dans une aventure trépidante, où jamais le rythme ne faiblit, le tout avec une écriture agréable, de l'humour à chaque chapitre, et des dialogues vifs et plaisants. La petite touche de steampunk qui vient agrémenter le texte m'a beaucoup plu aussi, même si c'est avant tout l'univers qui m'a emballée.

Le château des pianos (Pierre Créac'h)

note: 5Que du plaisir ! MD - 18 mai 2019

On trouve de vraies pépites parmi les livres du secteur Musique et Cinéma !
Ce conte musical est beau de toutes parts : son histoire, ses illustrations, ses musiques. Tout cela porté par la voix chaude de Pierre Arditi.

Une femme en contre-jour (Gaëlle Josse)

note: 4Découvrir Vivian Maier Serge L - 16 mai 2019

Ce livre de Gaelle Josse nous permet de découvrir ce que fut la vie de Vivian Maier, photographe amateur qui a été découverte et révélée au grand public après sa mort, après un curieux concours de circonstances. Gaelle Josse nous présente ce que fut la vie de Vivian Maier, et c'est relaté mais pas romancé. La lecture en est passionnante et on peut ensuite rechercher de nombreuses photographies mises sur différents sites et le documentaire "A la recherche de Vivian Maier"

L'ombre de la baleine (Camilla Grebe)

note: 4L'ombre de la baleine Valdenfer - 24 avril 2019

J'ai eu quelques difficultés à accrocher au début mais après je ne pouvais plus lâcher. Une fin tourmentée digne d'un bon polar.

Maudit karma (David Safier)

note: 5Bon livre Katia - 16 avril 2019

Un livre qui m'a appris l'humilité et qui parle avec beaucoup d'humour de la réincarnation. Un livre très léger

La fin de la solitude (Benedict Wells)

note: 5Un peu triste, mais beau ! FM - 6 avril 2019

Un homme adulte se réveille à l'hôpital après un grave accident de moto. Cette récente proximité avec la mort l'emporte dans un flot de réminiscences... Nous plongeons dans les années 1980. Préadolescent franco-allemand, Jules est un enfant comme les autres, avec un grand frère et une grande soeur, et des parents qui ont leurs parts d'ombre et de lumière. Mais ils décèdent accidentellement, et les trois enfants vont passer la majeure partie de leur jeunesse dans un internat pas vraiment doré. Chacun va faire sa route, construire sa vie, mais "une enfance difficile est comme un ennemi invisible. On ne sait jamais quand il se retournera contre vous." Du point de vue de Jules, nous approchons cette difficulté de vivre adoucie par la rencontre amoureuse, et la naissance d'enfants qui lui donneront la force d'envisager l'avenir.
Un beau roman existentiel.

Everything, everything (Nicola Yoon)

note: 4Everything everything P.R - 31 mars 2019

Really nice story about the discovery of love.

Italien - EuroTalk initiation 1/2 (Tout Apprendre)

note: 1Formation Mireille - 17 mars 2019

Impossible d accéder à la formation

Réponse Médiathèque : pour accéder à la formation, il faut être identifié au portail (n° de carte + date de naissance). Pour plus d'information, merci de nous contacter par mail ou par téléphone. Cordialement

La chambre des merveilles (Julien Sandrel)

note: 4A méditer Noëmie - 13 mars 2019

Etant parti avec un a priori par rapport à ce livre, j'ai été positivement étonné.
Je m'attendais à lire quelque chose de pesant, triste, un peu glauque et finalement pas du tout. L'histoire n'est pas joyeuse, certes, mais les pointes d'humour de la part du fils, Louis, soulage un peu la tension générale du livre.
Très belle leçon de vie, tout peut arriver, à tout moment et à n'importe qui.
En fermant le livre, la première question que l'on se pose est : si cela nous arrivait, comment réagirions nous ?

Le grand livre de Beatrix Potter (Beatrix Potter)

note: 5Magnifique ! Noëmie - 13 mars 2019

Ce livre rassemble 23 histoires classiques de l'écrivaine Beatrix Potter.
De Pierre Lapin à Monsieur McGregor, en passant par Madame Trotte-Menu, vous allez être émerveillé par les illustrations et les paysages d'Ecosse qui ont inspirés Beatrix Potter.
Si vous êtes fan de Beatrix Potter et de ses histoires, ce livre est à lire absolument.
Si vous êtes novice, il est à découvrir !
Il nous rappelle les histoires de notre enfance, il est donc à lire à tout les âges, petits comme grands. Intemporel !

Grey (E. L. James)

note: 4Bonne version Céline - 10 mars 2019

Ayant lu la trilogie 50 nuances de Grey, j'ai voulu voir ce que l'auteur avait pu apporter de plus au roman en écrivant l'histoire du point de vue de Christian, et le résultat est plus bon.
Cette autre version donne une autre approche de la relation qui se crée entre les deux personnages, avec la vision beaucoup plu crue des choses de Christian en particulier par rapport à sa mère ou à ses pratiques un peu particulières.
En revanche, je trouve dommage que l'auteur n'ait pas poursuivi avec les deux tomes suivants, car il reste toujours une part d'ombre et de secret chez Christian tout au long de l'histoire qu'il aurait été intéressant de comprendre.
Un livre qui vaut la peine d'être lu pour ceux qui ont lu et apprécié le premier tome de la trilogie en version classique.

La vitre brisée (Jeffery Deaver)

note: 4Bon roman policier Céline - 23 février 2019

Après avoir lu et adorer "Le Désosseur", j'ai voulu poursuivre avec une nouvelle enquête de Lincoln Rhyme par Jeffery Deaver, et je dois avouer que je n'ai pas été déçue.
L'histoire est très prenante, les personnages sont toujours aussi intéressants et le tout est écrit d'une main de maître. On est totalement prit dans l'ambiance et surtout dans l'action face à ce tueur qui sait tout.
Un bon thriller avec cependant une petite faiblesse, l'enquête parallèle de Rhyme n'a pas grand intérêt à être racontée, je n'ai pas trop comprit ce que ça venait faire là. Mais malgré ça, on reste tout de même embarqué dans l'histoire.

Pourvu que ça brûle (Caryl Férey)

note: 5Un carnet de route très rock ! Elsa - 8 février 2019

Caryl Férey a 50 ans quand il écrit Pourvu que ça brûle, c’est maintenant un auteur français de romans policiers reconnu, primé, dont les romans sont traduits à l’étranger. Dans ce récit autobiographique, il nous livre un carnet de route très rock (les Clash comme David Bowie ne sont jamais loin) des errances de ses débuts, de sa jeunesse bretonne très torturée, jeune homme révolté par la violence, l’injustice, hanté par des déceptions amoureuses qui le laisseront toujours KO. Il nous raconte aussi sa quête pour devenir écrivain, et ce tour du monde qui va changer sa vie, donnant enfin un sens à son existence. Les voyages ne le quitteront plus : la Nouvelle-Zélande, la Namibie, l’Afrique du Sud, l’Argentine, le Chili… et la découverte de la culture maorie (Utu, Haka), des crimes des dictatures sud-américaines et des injustices faites au peuple mapuche (Mapuche, Condor), des fractures et des violences de la société sud-africaine post-apartheid (Zulu), entre autres. C’est en compagnie d’Elephant-Souriant, de Craint-blanc, de Loutre-bouclée, autant d’amitiés cachées derrière des pseudos très …imagés, que nous partageons, le temps d’un livre, la vie, mouvementée, de Caryl Ferey : accrochez-vous, ça brûle !

L'Unité Alphabet (Jussi Adler-Olsen)

note: 4Bon roman mais un peu long Céline - 19 janvier 2019

Fan de Jussi Adler-Olsen, j'ai sauté sur ce livre dès son arrivée à la médiathèque, et je dois avouer que je suis mitigée sur la globalité du roman.
La première partie est excellente, on est totalement prit dans l'histoire de ces deux soldats dans une Allemagne en guerre. Rien à dire sur cette partie qui est totalement réussie.
Pour la seconde partie c'est différent, on se retrouve des années plus tard dans un univers très différent, avec des personnages qui ont évolué (pas tous) et surtout le contexte n'est plus du tout le même.
Et c'est là qu'apparaisse quelques longueurs dans l'histoire, un peu trop de description sur des personnages secondaires, comme la femme de Bryan, ou sur les lieux, etc ... L'histoire reste appréciable mais moins prenante et haletante qu'en première partie.
A lire pour les fans de l'auteur, mais sans en attendre autant que des romans du Département V.

Tenir jusqu'à l'aube (Carole Fives)

note: 5Mère "indigne" ! FM - 15 janvier 2019

Comme la chèvre de Monsieur Seguin, la femme dont il est question dans ce court roman tire sur la corde et prend des risques… Mère célibataire, elle s’épuise dans la vie quotidienne fusionnelle avec son petit garçon, dans une impasse. Comment développer son activité professionnelle alors qu’elle n’a pas les moyens de faire garder son enfant ? Comment justifier qu’elle ait besoin d’air et de liberté alors que, travaillant « peu », elle est renvoyée à sa « chance » de pouvoir s’occuper à plein temps de son fils ? Peu à peu, germe l’idée qu’il serait possible de s’échapper un peu le soir, quelques minutes, quand cet enfant qu’elle aime tant est endormi… Et chaque soir, ce sera un peu plus long…
Bien loin du mythe de la mère parfaite, ce roman évoque sans tabou et avec une vraie tension dramatique les difficultés et les contradictions qui peuvent s’opposer dans l’éducation d’un jeune enfant, et la cruelle solitude d’une femme qui ressemble à beaucoup d’autres. Actuel, audacieux et touchant, une vraie réussite !

Une femme au téléphone (Carole Fives)

note: 5Mère pénible FM - 15 janvier 2019

« C’est toi ? ». Une mère téléphone sans cesse à sa fille (adulte) et lui raconte sa vie. Entre les récits de ses séjours à l’hôpital, de ses exploits amoureux, ses jugements sévères sur ses petits-enfants, ses confidences dérangeantes, ses conseils inopportuns… on devine en creux les années d’une relation mère-fille éprouvante. C’est original, subtil, et amusant voire carrément drôle !

Que nos vies aient l'air d'un film parfait (Carole Fives)

note: 5Enfants séparés FM - 15 janvier 2019

« J’avais douze ans et je les aurai toute ma vie ». Un couple qui se déchire, une femme fragile et instable, un divorce qui ne séparera pas seulement les adultes, mais aussi les enfants. On placera le fils avec le père, la fille avec la mère. C’est cette fille qui raconte la souffrance, la culpabilité, le sentiment d’avoir abandonné son petit frère, les efforts pour faire illusion, le point de vue de la mère. Un petit livre poignant.

Chronique des Clifton n° 1
Seul l'avenir le dira (Jeffrey Archer)

note: 5Addictif FM - 15 janvier 2019

Ce premier tome (paru en 2012) de la « Chronique des Clifton » commence dans l’Angleterre ouvrière du lendemain de la première guerre mondiale. Harry Clifton est un enfant pauvre, mais sa grande intelligence et sa voix exceptionnelle vont lui ouvrir les portes d’une scolarité brillante dans un collège privé. Orphelin de père, il perçoit très jeune l’incohérence des récits familiaux ; on découvrira au fil des pages que la naissance de Harry et le décès de son père ont partie liée à d’autres personnages, ce qui aura des conséquences tumultueuses sur le parcours du jeune garçon.
Le premier roman de la série emporte le lecteur dans les classes les plus éloignées de la société britannique, grâce à l’attachant personnage de Harry qui va s’intégrer peu à peu dans les milieux aristocratiques tout en s’interrogeant sur ses origines. Malgré un schéma romanesque qui peut sembler a priori assez convenu, cette « Chronique des Clifton » est absolument passionnante ; riche en beaux personnages nuancés, elle offre l’intérêt d’un arrière-plan historique, économique et politique solide et bien développé, qui fournit une matière intéressante à de nombreux rebondissements, donnant de la cohérence à chacun des sept tomes de la série. Le dernier a été publié en 2018.

Chronique des Clifton - Tome 1 : Seul l'avenir le dira (Jeffrey Archer)

note: 5Addictif ! [livre numérique] FM - 15 janvier 2019

Ce premier tome (paru en 2012) de la « Chronique des Clifton » commence dans l’Angleterre ouvrière du lendemain de la première guerre mondiale. Harry Clifton est un enfant pauvre, mais sa grande intelligence et sa voix exceptionnelle vont lui ouvrir les portes d’une scolarité brillante dans un collège privé. Orphelin de père, il perçoit très jeune l’incohérence des récits familiaux ; on découvrira au fil des pages que la naissance de Harry et le décès de son père ont partie liée à d’autres personnages, ce qui aura des conséquences tumultueuses sur le parcours du jeune garçon.
Le premier roman de la série emporte le lecteur dans les classes les plus éloignées de la société britannique, grâce à l’attachant personnage de Harry qui va s’intégrer peu à peu dans les milieux aristocratiques tout en s’interrogeant sur ses origines. Malgré un schéma romanesque qui peut sembler a priori assez convenu, cette « Chronique des Clifton » est absolument passionnante ; riche en beaux personnages nuancés, elle offre l’intérêt d’un arrière-plan historique, économique et politique solide et bien développé, qui fournit une matière intéressante à de nombreux rebondissements, donnant de la cohérence à chacun des sept tomes de la série. Le dernier a été publié en 2018.

Jules Matrat (Charles Exbrayat)

note: 5Syndrome post-traumatique FM - 12 janvier 2019

Jeune paysan dans la Loire, Jules Maltrat est mobilisé en 1914, incrédule devant cette guerre que sa faible éducation et son milieu familial fruste ne lui ont pas permis de deviner. Il part vers l’inconnu, laissant à regret sa fiancée et ses parents derrière lui. Mais au fil des ans, il se sent plus proche d’un camarade de combat, premier véritable ami, que des siens qui ne peuvent imaginer ce qu’est devenu son quotidien. Chaque permission est plus difficile. Et quand la guerre se termine, que Jules revient dans son univers d’avant-guerre, tout lui devient insupportable et le rend cruel avec ceux qui l’aiment.
Charles Exbrayat est connu pour ses romans policiers (plus de cent publiés au Masque), beaucoup moins pour ce premier et beau roman sorti en 1942 qui dresse un sensible portrait d’un homme simple, dépassé par sa souffrance, démuni pour l’exprimer.

Les feux de l'automne (Irène Némirovsky)

note: 5Revenir FM - 12 janvier 2019

Avec ce roman, nous suivons un couple de petits-bourgeois parisiens, à travers la Grande Guerre et dans ses lendemains. Bernard, jeune homme idéaliste et patriote, s’engage volontairement. Bien qu’éprouvé par le front et les combats, il refuse les opportunités de s’embusquer. Mais quand il s’agit de reprendre la vie normale, difficile de résister aux tentations offertes par des amis enrichis par la spéculation, même s’il faut pour cela renier toutes ses valeurs et rejeter son épouse Thérèse, personnage attachant. Ce livre dépeint la difficulté du retour à la vie quotidienne après la guerre, le constat douloureux de l’absence de reconnaissance de la société à l’égard des poilus survivants, et dresse un portrait vivant d’une bourgeoisie cynique des « années folles », avide de vivre avec frénésie, à la fois attirante et écœurante pour le jeune homme qui a perdu ses repères. Une belle découverte.

Invasion 14 (Maxence Van der Meersch)

note: 5Nord profond FM - 12 janvier 2019

De la guerre 14-18, c’est souvent la vie sur le front, ou à l’arrière mais dans des zones non occupées, qui est évoquée dans les romans. Celui-ci, publié pour la première fois en 1935, se distingue en campant la vie éprouvante des populations civiles dans le Nord bombardé et occupé, à Roubaix plus particulièrement. De ces années de souffrance et d’effroyable misère généralisée, les différents milieux sociaux sont très bien décrits, avec des courages et des lâchetés dans toutes les strates de cette population coupée de la France non occupée. Petits et grands trafics, détournement sans scrupule de l’aide alimentaire, violences, dénonciations, tromperies, règlements de comptes impitoyables… contrebalancés par des solidarités nouvelles. Il y a du Zola dans cette fresque romanesque qui mérite vraiment d’être redécouverte pour cette immersion dans une autre réalité de 14-18, mais également pour sa qualité d’écriture et sa belle galerie de personnages.

Patria (Fernando Aramburu)

note: 5Le roman du pays basque (livre numérique) FM - 12 janvier 2019

Il y a encore quelques années, les attentats qui faisaient l’actualité en Espagne émanaient le plus souvent de l’ETA, organisation indépendantiste basque. Patria nous transporte dans cette époque encore très récente, dans le pays basque espagnol, au sein d’un village proche de San Sebastian. Dans ce secteur, il est presque impossible de ne pas soutenir la cause indépendantiste. Les jeunes grandissent dans l’endoctrinement, ou à défaut dans la conscience qu’il faut participer pour s’intégrer : parler basque, contribuer aux collectes pour les prisonniers, manifester … Même s’il faut conserver une unité de façade, des familles se déchirent dans l’intimité. Et quand l’ETA réclame un impôt révolutionnaire de plus en plus important à un chef d’entreprise qui s’est élevé à la force du poignet, et que celui-ci résiste et refuse, c’est toute une vie d’amitiés qui s’effondre.
Enorme succès en Espagne, ce livre est resté assez confidentiel en France ; et pourtant, quel beau roman ! Peut-on (et comment ?), doit-on, pardonner, oublier, tourner la page, vivre avec légèreté, pendant et après des crimes et des lâchetés ? Cette question qui se pose inexorablement aux peuples meurtris par des guerres civiles traverse tout le livre, construit sur l’évocation de la vie d’avant et d’après l’annonce de la fin de la lutte armée.

Patria (Fernando Aramburu)

note: 5Le roman du pays basque FM - 12 janvier 2019

Il y a encore quelques années, les attentats qui faisaient l’actualité en Espagne émanaient le plus souvent de l’ETA, organisation indépendantiste basque. Patria nous transporte dans cette époque encore très récente, dans le pays basque espagnol, au sein d’un village proche de San Sebastian. Dans ce secteur, il est presque impossible de ne pas soutenir la cause indépendantiste. Les jeunes grandissent dans l’endoctrinement, ou à défaut dans la conscience qu’il faut participer pour s’intégrer : parler basque, contribuer aux collectes pour les prisonniers, manifester … Même s’il faut conserver une unité de façade, des familles se déchirent dans l’intimité. Et quand l’ETA réclame un impôt révolutionnaire de plus en plus important à un chef d’entreprise qui s’est élevé à la force du poignet, et que celui-ci résiste et refuse, c’est toute une vie d’amitiés qui s’effondre.
Enorme succès en Espagne, ce livre est resté assez confidentiel en France ; et pourtant, quel beau roman ! Peut-on (et comment ?), doit-on, pardonner, oublier, tourner la page, vivre avec légèreté, pendant et après des crimes et des lâchetés ? Cette question qui se pose inexorablement aux peuples meurtris par des guerres civiles traverse tout le livre, construit sur l’évocation de la vie d’avant et d’après l’annonce de la fin de la lutte armée.

Deception point (Dan Brown)

note: 4Encore une bonne surprise Céline - 3 janvier 2019

Après Forteresse Digitale, Dan Brown a encore réussi à me passionner avec Deception Point et son histoire haletante.
Au cœur de ce complot gouvernemental, le lecteur est totalement embarqué et prit à parti jusqu'à la dernière page.
Un roman vraiment réussi.

Hard blues shot (Laura Cox Band)

note: 5Rock'n'Roll Attitude ! Pascal - 22 novembre 2018

Bon sang quel album !!! moi qui aime le rock sudiste et le hard rock, eh bien me voila gâté avec ce CD. Des solos de guitare tranchants et percutants donnent le rythme de cet album blues rock endiablé. quant à la très belle nana leader du groupe, elle nous offre des compos qui te donnent envie de te mettre à danser tout de suite et a écouter ce CD en boucle.