Recherche


Avis de lecteurs

50 cents (Thomas Carreras)

note: 550 cents Thibo - 8 février 2020

ce livre est trop bien!!!! j'adore

Cari Mora (Thomas Harris)

note: 4Un retour gagnant Céline - 12 janvier 2020

Douze ans d'absence pour Thomas Harris mais ça valait le coup, ce roman est vraiment très bien écrit, avec une histoire prenante.
Entre mystère, complot, mafia, etc ... L'histoire est très [...]

La maison allemande (Annette Hess)

note: 5Un roman de mémoire et d’émancipation FM - 4 février 2020

Situé au début des années 60 en Allemagne, ce roman nous attache au parcours d’une jeune femme, Eva. Fille d’aubergistes, elle est devenue traductrice, notamment du polonais. Cette compétence la [...]

Les simples (Yannick Grannec)

note: 5La bétise des hommes peut prendre plusieurs visages Marie - 11 mai 2020

S’échapper quelques heures en Provence à la fin du 16ème siècle. Se retrouver au cœur de Notre-Dame du Loup, cette petite communauté de bénédictines où il fait bon vivre entre [...]

La Maison allemande (Annette Hess)

note: 5[livre numérique] Un roman de mémoire et d'émancipation FM - 22 février 2020

Situé au début des années 60 en Allemagne, ce roman nous attache au parcours d’une jeune femme, Eva. Fille d’aubergistes, elle est devenue traductrice, notamment du polonais. Cette compétence la [...]

Possession (Paul Tremblay)

note: 4Très bon roman Céline - 4 janvier 2020

Un très bon roman qui inscrit le rite de l'exorcisme et la possession dans un cadre plus moderne. Avec l'influence des médias, etc ...
Ce livre est très prenant, l'histoire évolue [...]

Avis de lecteurs

 

Tout dort paisiblement, sauf l'amour (Claude Pujade-Renaud)

note: 4Dans le Danemark du 19è siècle FM - 17 novembre 2016

Une belle évocation du philosophe danois Kierkegaard, de son parcours intellectuel et humain, du Danemark au 19è siècle, à travers le regard de sa fiancée.

Chanson douce (Leïla Slimani)

note: 5Un prix Goncourt mérité FM - 12 novembre 2016

Quel risque prenons-nous en confiant nos enfants à une personne dont nous savons nécessairement peu ? Cette angoisse de tous les parents de jeunes enfants constitue un fantastique ressort romanesque, finalement peu exploité dans la littérature. Leïla Slimani s'est brillamment emparée de ce sujet, dans un roman thriller bien écrit, facile à lire, et en même temps d'une grande profondeur. Il pointe la dureté du monde contemporain (solitude de la jeune mère au foyer, cruelles exigences du monde professionnel, misère sociale de l'employée...) et interpelle sur les responsabilités de chacun, dans une habile construction romanesque aux personnages nuancés. Un prix Goncourt bien mérité !

Le dernier des nôtres (Adélaïde de Clermont-Tonnerre)

note: 2Très décevant FM - 1 novembre 2016

Le sous-titre du livre m'avait fait hésiter (cela fleure bon le mélo), mais les bonnes critiques m'ont tentée donc j'ai commencé ce livre hier, après avoir lu qu'il avait obtenu le Grand Prix de l'Académie Française.
J'en suis à la page 118 sur 488, et je vais m'arrêter là : c'est vraiment trop mauvais. Intrigue à grosses ficelles, personnages caricaturaux, écriture vulgaire et même des fautes de français... Nous sommes très, très loin de la littérature... Sans ambition démesurée, on peut trouver bien d'autres romans d'excellente qualité en cette rentrée littéraire.
 

L'étudiante et monsieur Henry (Ivan Calberac)

note: 5du très bon cinéma - 23 octobre 2016

Magistralement interprété, un film à la fois drôle et plein d'émotions. Un excellent moment de cinéma.

Reviens-moi (Joe Wright)

note: 1Reviens-moi - 21 octobre 2016

Tout à fait indigeste.

Kid Paddle n° 8
Paddle, my name is Kid Paddle (Midam)

note: 5Paddle,my name is Kid Paddle - 13 octobre 2016

c est super

Le livre noir des allergies (Pierrick Hordé)

note: 5le livre noir des allergies - 10 octobre 2016

Excellent livre grand public écrit par des spécialistes expérimentés expliquant l'ampleur des phénomènes allergiques en médecine humaine. Pollens, aliments, cosmétiques, chlore des piscines, pollution indoor et outdoor...tout est décrit ainsi que les mesures thérapeutiques et préventives à mettre en œuvre. Bibliographie et webgraphie pratiques. Livre top

Beignets de tomates vertes (Fannie Flagg)

note: 5"Towanda !" Mathilde - 29 septembre 2016

Je me demande bien comment j'ai pu reporter aussi longtemps la découverte de ce film ! J'en avais l'image d'une histoire un peu vieillie, d'un film un peu trop long... Quelle bêtise.
Ce film, c'est l'histoire de femmes courageuses, drôles, modernes et intrépides. Vous allez assurément pleurer, rire, battre des mains et les quitter avec regret...
Puis vous ressaisir, puisqu'il y a tout de même le livre de Fannie Flagg à lire.

Inventaire après rupture (Daniel Handler)

note: 4Ce qu'il reste de l'amour... Mathilde - 29 septembre 2016

C'est étrange de se dire que ce livre est une belle histoire alors que c'est celle d'une rupture. Et pourtant... Tout commence quand Mina laisse devant la porte de Ed un carton, le carton de leurs petits amours. Que de reliques ! Des tickets de ciné, un sucrier, des symboles gigantesques et des petites choses insignifiantes. Ils ont 16 ou 17 ans, ne sont plus amoureux, et pourtant ce n'est pas triste...
Daniel Handler, l'auteur des "Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire", écrit avec délicatesse l'adolescence, les balbutiements de sentiments si forts. Les illustrations de Maira Kalman ajoutent une émotion certaine.

L'enfant du lac (Kate Morton)

note: 5l'enfant du lac - 29 septembre 2016

Un très très bon livre, à la fin surprenante qu'on ne voit pas arriver. Des portraits fouillés, des intrigues multiples. Excellent !

Nos âmes jumelles (Samantha Bailly)

note: 5Moderne et happant Victoria, MMC - 15 septembre 2016

Samantha Bailly nous propose une histoire simple et légère, un récit emprunt de nostalgie qui nous rappelle nos années lycée. J’ai apprécié le fait que son récit soit truffé de références actuelles !
Au delà de la naissance d’une très belle amitié, "Nos âmes jumelles" traite aussi du harcèlement scolaire, de la découverte de soi, de l’homophobie et des familles recomposées. Les rencontres virtuelles sont également au cœur du sujet. Il est d’ailleurs bon de rappeler que quand une passion nous anime, les réseaux sociaux peuvent être bénéfiques et permettent de rencontrer de belles personnes !

J’ai vraiment aimé ce roman ! Ce n’était pas gagné au départ : je partais avec quelques à prioris... malgré tout, je me suis pris d’une grande tendresse pour ces deux personnages ! Pas de coup de cœur à proprement parler, même si ce roman à su me séduire !

Lundi mélancolie (Nicci French)

note: 4lundi mélancolie - 14 septembre 2016

La trame du récit est intéressante. Mais l'héroïne est antipathique au possible, on se demande comment une bonne femme à ce point pleine de problèmes intérieurs peut prétendre aider d'autres désespérés de la vie dans un état pire que le sien à surmonter leur état. Et ça ne s'arrange pas avec les autres livres de la série...!

Pizza (Alba Pezone)

note: 5La pizza est un art Emmanuel - 14 septembre 2016

Ouvrage absolument magnifique sur l'art de la pizza napolitaine. Tout est abordé : de la pâte à la dégustation en passant par les ingrédients, la technique, la cuisson, etc
Les photos sont tout aussi alléchantes que les recettes. On y découvre des pizza "classiques" mais aussi des plat plus étonnants comme la pizza fritta (!).
Délicieux !

Mémoire de fille (Annie Ernaux)

note: 5La honte d'une jeune femme FM - 10 septembre 2016

Née en 1940, Annie Ernaux a été révélée au grand public avec La place, en 1984. Elle a beaucoup évoqué dans son œuvre les difficultés de la condition féminine pour sa génération, mais aussi ses origines sociales modestes, et l’expérience de la honte vécue dans des situations où, du fait de sa propre ascension intellectuelle et sociale, elle prenait conscience des différences de classes et du regard qui pouvait être posé sur ses parents et elle (vocabulaire, accent, style vestimentaire, etc.).
Bien qu’elle ait largement exploré son histoire dans ses livres, Annie Ernaux n’arrivait pas à « traiter » un moment grave et essentiel de son existence : l’été de ses 18 ans, l’été 1958. Mais si le moment était venu d’écrire son dernier livre ? Elle décide donc, coûte que coûte, d’affronter ces événements vieux de 60 ans mais toujours très douloureux pour elle : accablants, insupportables. Elle raconte dans ce livre cet été lors duquel, monitrice dans une colonie de vacances, elle perd sa virginité - première expérience sexuelle qui restera pour elle « la grande mémoire de la honte, plus minutieuse, plus intraitable que n'importe quelle autre. Cette mémoire qui est en somme le don spécial de la honte. »
Ce retour sur le passé en fait un livre particulièrement poignant, restituant une expérience de ce que pouvaient être les relations entre jeunes gens dix ans avant mai 68, et les conséquences désastreuses possibles.

Mémoire de fille (Annie Ernaux)

note: 5La honte d'une jeune femme FM - 10 septembre 2016

Née en 1940, Annie Ernaux a été révélée au grand public avec La place, en 1984. Elle a beaucoup évoqué dans son œuvre les difficultés de la condition féminine pour sa génération, mais aussi ses origines sociales modestes, et l’expérience de la honte vécue dans des situations où, du fait de sa propre ascension intellectuelle et sociale, elle prenait conscience des différences de classes et du regard qui pouvait être posé sur ses parents et elle (vocabulaire, accent, style vestimentaire, etc.).
Bien qu’elle ait largement exploré son histoire dans ses livres, Annie Ernaux n’arrivait pas à « traiter » un moment grave et essentiel de son existence : l’été de ses 18 ans, l’été 1958. Mais si le moment était venu d’écrire son dernier livre ? Elle décide donc, coûte que coûte, d’affronter ces événements vieux de 60 ans mais toujours très douloureux pour elle : accablants, insupportables. Elle raconte dans ce livre cet été lors duquel, monitrice dans une colonie de vacances, elle perd sa virginité - première expérience sexuelle qui restera pour elle « la grande mémoire de la honte, plus minutieuse, plus intraitable que n'importe quelle autre. Cette mémoire qui est en somme le don spécial de la honte. »
Ce retour sur le passé en fait un livre particulièrement poignant, restituant une expérience de ce que pouvaient être les relations entre jeunes gens dix ans avant mai 68, et les conséquences désastreuses possibles.

Belgravia (Julian Fellowes)

note: 4Dans l'aristocratie anglaise du XIXè siècle FM - 10 septembre 2016

Après Snobs et Passé imparfait, Julian Fellowes nous régale d’un nouveau roman, plus proche de ses activités de scénariste de télévision. Ce roman historique est en effet construit comme un feuilleton à rebondissements, même s’il trouve une vraie cohérence de roman.
Tout commence à Bruxelles, le 15 juin 1815, lors d’un grand bal la veille de Waterloo. Se croisent à cette occasion les grands noms de l’aristocratie anglaise, mais un roturier a réussi à s’introduire : le responsable de l’intendance du duc de Wellington. On va retrouver ce M. Trenchard 25 ans plus tard à Londres, où il s’est brillamment élevé grâce à son sens des affaires. Il est amené à fréquenter l’aristocratie, mais celle-ci continue à fonctionner selon ses propres codes.
Mariage caché, liaisons adultères, arrivisme, snobisme invétéré, dettes de jeu, amour triomphant… tous les ingrédients du romanesque sont présents dans un Londres en plein développement immobilier.
J’ai trouvé ce roman très agréable à lire, divertissant, mais moins original et plus superficiel que les deux précédents livres de Julian Fellowes.

Les rues d'hier (Silvia Tennenbaum)

note: 5Excellent roman historique FM - 10 septembre 2016

Du début du XXè siècle aux lendemains de la deuxième guerre mondiale, ce roman nous propose de suivre l'histoire d'une famille de la grande bourgeoisie juive allemande, installée à Francfort mais que le siècle va bien sûr conduire à l'éparpillement.
Au-delà de la saga familiale, très réussie d'ailleurs, j'ai particulièrement apprécié la subtilité avec laquelle l'auteur met en relief l'enchaînement des événements historiques et politiques, et la façon dont chaque personnage va aborder ces événements et, selon les cas, les minimiser, les nier, les affronter, les fuir... De ce point de vue, ce roman fait réfléchir également sur l'actualité contemporaine, et ce n'est pas la moindre de ses qualités - même s'il peut être lu avec très grand plaisir de façon plus superficielle.

La vie commence vendredi (Ioana Pârvulescu)

note: 3Une balade en Roumanie. MD - 9 septembre 2016

Ce roman est une jolie pause à s’offrir au coin du feu ou sur un transat. On y découvre la vie à Bucarest à la fin du XIXème siècle lorsqu’il y faisait bon vivre. Cette époque où tout semblait possible, chaque semaine apportait son lot de découvertes et d’inventions. Dans ce contexte, la découverte d’un homme inanimé, qui ne porte pas la moustache et a aux pieds des chaussures colorées qui ne sont pas en cuir, étonne mais ne choque pas. Cependant, la vie de nos personnages va en être perturbée. Qui est-il ? D’où vient-il ?
Ce que ce roman a d’étonnant et de particulier c’est qu’au bout du compte les réponses à ces questions ne vous intéresseront plus.

Le Scorpion n° 1
La Marque du diable (Stephen Desberg)

note: 5Excellent - 5 septembre 2016

Une belle série, pleine de rebondissements. La qualité des dessins est indéniable, et la colorisation parfaite. On suit avec plaisir tous les tomes de cette histoire. Un onzième album est paru, dommage qu'il ne soit pas dispo à la Médiathèque.

Les rues d'hier (Silvia Tennenbaum)

note: 5Excellent roman historique FM - 3 septembre 2016

Du début du XXè siècle aux lendemains de la deuxième guerre mondiale, ce roman nous propose de suivre l'histoire d'une famille de la grande bourgeoisie juive allemande, installée à Francfort mais que le siècle va bien sûr conduire à l'éparpillement.
Au-delà de la saga familiale, très réussie d'ailleurs, j'ai particulièrement apprécié la subtilité avec laquelle l'auteur met en relief l'enchaînement des événements historiques et politiques, et la façon dont chaque personnage va aborder ces événements et, selon les cas, les minimiser, les nier, les affronter, les fuir... De ce point de vue, ce roman fait réfléchir également sur l'actualité contemporaine, et ce n'est pas la moindre de ses qualités - même s'il peut être lu avec très grand plaisir de façon plus superficielle.

Broken soup (Jenny Valentine)

note: 3jolie leçon d'optimisme Victoria, MMC - 31 août 2016

Broken Soup, c’est l’histoire d’une famille brisée après le décès du fils aîné : Jack. A la suite du drame, le père a quitté le domicile familial et la mère a plongé dans une profonde dépression, obligeant Rowan, la fille aînée, à tout prendre en charge, y compris Stroma, sa petite soeur de six ans.

On est inévitablement marqué par le personnage principal, si forte en apparence, mais qui aimerait retrouver son insouciance d’antan.

Il y a beaucoup d’émotions dans ce petit livre : tous les personnages sont touchants à leur manière. Même s’il reste très jeunesse et assez prévisible, Broken Soup est un joli roman. J’ai trouvé l’histoire agréable, sans avoir de réel coup de coeur non plus.

L'étudiante et monsieur Henry (Ivan Calberac)

note: 4Face à face de génération Victoria, MMC - 26 août 2016

Parfois, le cinéma français est capable de faire des très bons films, et c'est un pari réussi avec celui là !
Admirablement interprété par Claude Brasseur, monsieur Henri est un vieil homme grincheux qui se voit obligé, pour des raisons économiques, de partager son appartement avec Constance, jeune femme un peu perdue qui se laisse porter par ses ambitions.
Derrière le choc des cultures, on note la difficulté de beaucoup de jeunes à trouver leur voie puis à s'y accrocher, malgré les obstacles. "L'étudiante et Monsieur Henri", c'est le genre de film qui nous apprend à donner à sa vie la valeur que l'on veut lui donner...
Enfin, l'intrigue se base sur un quatuor d'acteurs tout aussi géniaux les uns que les autres ! Tous les ingrédients sont donc réunis pour nous faire passer un bon moment de cinéma.

Les Enfants Loups, Ame & Yuki (Mamoru Hosoda)

note: 5Douceur et tendresse au rendez-vous Victoria, MMC - 26 août 2016

Les enfants loups, ce sont Ame et Yuki, que leur maman élève seule depuis la mort de leur père. Leur secret étant trop difficile à garder à cause de voisins quelque peu soupçonneux, la petite famille quitte la grande ville et part s’installer dans un village isolé. L'occasion pour les bambins de s'épanouir tranquillement, et de choisir eux même leur voie...

J'avoue que l'introduction un peu longue (et niaise!), m'a fait hésité à cliquer sur pause et à fermer. Mais allez savoir pourquoi, je suis finalement restée (et j'ai drôlement bien fait !) On plonge rapidement dans la peau de Hanna, cette mère-veuve, sans doute l'une des plus belles représentations de l'instinct maternel que j'ai vu jusque là...

Le respect de la différence est bien sur au cœur du film, mais le film apporte tellement plus : "Les enfants loups", c'est aussi laisser ses enfants choisir de devenir ce qu'ils veulent être et accepter leur choix.

Sous ses allures de conte initiatique, ce film est un petit chef d’œuvre ! C'est doux, poétique, et c'est en même temps une formidable ode à la nature comme le font si bien les Japonais. A voir !

Ca peut pas rater (Gilles Legardinier)

note: 3Un bon moment de détente ! Evelyne - 11 août 2016

Bourré d'humour. J'en ai même rigolé toute seule en m'imaginant certaines scènes. L'histoire vaut ce qu'elle vaut ; il ne faut pas s'attendre à un grand roman, mais on passe un bon moment.

Ma famille normale n° 1
Ma famille normale contre les zombies (Vincent Villeminot)

note: 3Apocalypse décalé ! Nathan - 10 août 2016

J'ai trouvé ce roman très drôle et quelque peu décalé. Raconteriez-vous votre aventure contre une horde de 90 zombies affamés en utilisant un langage soutenu ? Non ! Certainement pas ! Et bien c'est ce que fait souvent l'auteur en mélangeant celui-ci à des dialogues survitaminés et des dessins humoristiques !

Phobos n° 1 (Victor Dixen)

note: 4Bon moment de lecture Victoria, MMC - 10 août 2016

Phobos met en scène un programme de télé-réalité inédit et un peu fou : six jeunes femmes et six jeunes hommes ont été sélectionnés pour un voyage sans retour vers Mars.
Les manigances mises en œuvre pour faire monter l’audimat, le risque que courent les jeunes astronautes et leurs histoires d’amour nous tiennent en haleine, mais nous donnent aussi froid dans le dos... Finalement, le roman offre un regard sans concession sur notre société de l’image et de la consommation, une belle surprise !

Dysfonctionnelle (Axl Cendres)

note: 4Drôle et tendre Victoria, MMC - 10 août 2016

Un père qui fait de fréquents aller-retours en prison, des enfants placés en famille d'accueil, une mère internée : la famille de la jeune Fidèle n'est pas ce qu'on appelle une famille « modèle », et franchement, il y a de quoi avoir le moral dans les chaussettes.
Pourtant, c'est tout le contraire ! Le roman est pétillant, pas toujours drôle et parfois dur, mais ce qui domine c'est la volonté de s'en sortir et l'envie de vivre sa vie en dépit des convenances.
Mention spéciale pour la fin, très réussie : douce-amère mais remplie d'humanité.

Sauveur et fils n° 1
Sauveur & fils (Marie-Aude Murail)

note: 5Humour subtil et mots tranchants... Victoria, MMC - 10 août 2016

Un grand cru Murail, comme on les aime ! Ce roman jeunesse est très bien construit, foisonnant, et met en scène une multitude de personnages tous plus attachants les uns que les autres. Avec humour et légèreté, l’auteur aborde des sujets lourds et graves, sans pour autant les minimiser.
Le tout est accessible aussi bien pour les ados que pour les adultes !

Réseau(x) n° 1 (Vincent Villeminot)

note: 4Suspens sur les réseaux sociaux Isabelle - 3 août 2016

Entre jeu et réalité, il faut choisir car soit le maître du jeu meurt, soit c'est sa victime qui meurt. Harcèlement, dérision des autorités, flics inclassables mais honnêtes et courageux, game is over. Si tu perds : you're killed.

Des hommes de caractères n° 2 (Jean-Noël Blanc, Stéphane Bouquet, Bernard Collet... [et. al.])

note: 5un hommage aux typographes - 2 juillet 2016

Dans la même veine que le premier volume, les enluminures, tableaux, photos, jeux de caractères et textes romancés nous font découvrir Geoffroy Tory, Nicolas Jenson ou Margaret Calvert, dont les noms sont peu connus mais les créations bien présentes dans notre vie quotidienne, dans les titres de magazines ou les panneaux

Des hommes de caractères (Jean-Noël Blanc)

note: 5Une autre façon de voir les lettres et les textes qui nous entourent - 2 juillet 2016

Une très belle mise en page, un beau papier, des belles illustrations et des textes de romanciers qui racontent des épisodes de la vie de personnes qui ont marqué l’histoire de la typographie : Gutenberg, Dürer, Garamont, Baskerville. Un livre qui peut paraître très pointu au premier abord mais se lit comme un roman

Someone (Alice McDermott)

note: 4Une fille d'immigrés irlandais à Brooklyn dans les années 30 - 2 juillet 2016

Née à Brooklyn dans les années 30, Marie, fille d’immigrés irlandais, raconte son enfance dans ce quartier pauvre, son premier travail dans une entreprise de pompes funèbres, ses rencontres amoureuses, son mariage, sa vie de femme et de mère. Tout cela n’est pas raconté dans le détail dans une construction très suivie mais par allers retours entre le passé et le présent et petit à petit la vie de cette femme se dévoile. Si j'ai mis un tout petit peu de temps à rentrer dans le roman j'ai eu ensuite beaucoup de plaisir à enter dans l'intimité de cette femme, comme une amie que l'on écoute nous raconter sa vie

En vieillissant les hommes pleurent (Jean-Luc Seigle)

note: 5Un livre simple et touchant - 24 juin 2016

Je suis tombée sur ce livre totalement par hasard. C'est le titre qui m'a interpellée, puis dans le résumé, le cadre de l'histoire. On se situe dans l'Auvergne rurale, le personnage principal est ouvrier chez Michelin, l'histoire se déroule dans les années 60, quand la tradition va entrer en collision avec la modernité, pendant la guerre d'Algérie...

Très vite, je me suis rendue compte que ce sont les personnages qui font le livre et pas le contraire. Je me suis très vite attachée à Albert, un homme rude et solide, élevé à la dure, un vétéran qui ne laisse pas de place aux émotions. Et pourtant, une petite fissure apparaît dans sa carapace et tout va s'enchaîner, ses faiblesses vont se révéler au fil des pages. Ses sentiments aussi... L'intrigue du livre se déroule sur une seule journée, ce qui donne beaucoup de force à l'histoire et prouve que tout peut rapidement basculer, que rien n'est acquis...

Et une mention spéciale pour l'épilogue qui nous permet de réfléchir et de prendre un peu de recul sur le lien entre l'Histoire et nos lectures.

Un beau livre que je recommande chaudement.

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur (Harper Lee)

note: 3Des récits d'enfance, un brin décevants - 15 juin 2016

"Dans une petite ville d'Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d'office pour défendre un Noir accusé d'avoir violé une Blanche. Celui-ci risque la peine de mort."

A la lecture de ce résumé, j'avoue que je m'attendais à un récit plus poignant... Ce livre a reçu le prix Pulitzer en 1961, est devenu culte aux Etats-Unis : cela a titillé ma curiosité. Mais finalement, il s'agit surtout d'un récit d'enfance : les bêtises entre frères et soeur, l'amitié avec le petit voisin qui vient passer les vacances d'été, l'école, la famille, les voisins... Au final, le thème de la ségrégation et de l'injustice arrive très tard dans le livre, alors que je pensais qu'il s'agissait de la question centrale. La narration du point de vue de la fillette est intéressante, surtout concernant l'injustice et le jugement des autres, mais insuffisant à mes yeux.

J'ai quand même passé un bon moment, mais ce n'était pas l'histoire à laquelle je m'attendais au départ, d'où ma déception...

Je m'appelle Budo (Matthew Dicks)

note: 3Touchante histoire, mais... Victoria, MMC - 15 juin 2016

Ce livre interpelle dès la couverture, non seulement au niveau du graphisme très original, mais aussi du titre à rallonge ! L'originalité du roman réside dans le fait que c'est Budo, l'ami imaginaire, qui raconte l'histoire. Car comme il tient à le préciser, Budo existe bien par lui-même, au-delà de l'imagination de Max.

On pourrait croire que tout est dit, pourtant Max a une place à part, puisqu’il est autiste, ce qui le rend particulièrement vulnérable au monde qui l'entoure. Budo a donc pour mission de protéger Max des disputes de ses parents, des grands de l'école...mais lorsque l’enfant se fait enlever, Budo est un peu démuni pour lui venir en aide, et doit alors se faire aider de ses amis...imaginaires.

Plein d'humour et d'originalité, le roman traite avec justesse du sujet du handicap, et même du rapt d'un enfant… mais avec beaucoup trop de longueurs ! Moi qui attendais de lire ce titre depuis longtemps, j’étais un peu déçue par ma lecture, que j’ai bien failli ne pas terminer…

L'élite n° 1 (Joelle Charbonneau)

note: 4énième dystopie Victoria, MMC - 15 juin 2016

A mi-chemin entre la série « Hunger games » et « Le labyrinthe », ce livre ne manque pas de suspens ni d'action ! Dans ce roman post apocalyptique, on suit les aventures de Cia, tout juste passée dans le monde des adultes, et sélectionnée pour le fameux « Test », dont on ne sait pas grand-chose au départ...
Les épreuves du Test m'ont passionnée, le personnage de Cia, bien qu'un peu trop parfait pour être parfaitement crédible, m'a beaucoup plu, et je n'ai pas pu reposer le livre avant d'avoir atteint la dernière page. La fin a achevé de me convaincre, avec un choix de l'auteure très intéressant, et un dernier paragraphe qui donne envie de se jeter sur la suite !
Un petit regret pour le manque de profondeur de certains personnages, qui m'ont paru assez plats, et pas aussi attachants que je l'aurais voulu.
En bref on a une dystopie convaincante, un roman addictif qui n’est certes pas l’un des meilleurs, mais qui m'a tout de même fait passer un bon moment !

Billy Elliot (Stephen Daldry)

note: 5Billy Elliot Rachel - 12 juin 2016

Billy Elliot est un garçon de 11 ans, fils et frère de mineurs et orphelin de mère. La vie n'est pas toujours facile dans ce village touché par les grèves et les manifestations des mineurs. Billy se rend un jour à son cours de boxe habituel et découvre que la salle de boxe est partagé avec la classe de danse classique dirigée par Mme Wilkinson. Il va abandonner le ring, les gants et la bagarre pour entrer dans un autre monde où il se sent enfin à sa place, malgré une présence entièrement féminine. Le garçon va devoir s'entraîner en cachette pour ne pas dévoiler sa nouvelle passion à son père et son frère. Mme Wilkinson va découvrir en Billy un danseur exceptionnel et l'inscrire dans une prestigieuse école. Billy Elliot va devoir combattre les préjugés émis par sa famille pour s'envoler vers son destin de danseur.

Un Monde meilleur (Kids United)

note: 5KIDS UNITED Marie Noelle - 9 juin 2016

je le veux maintenant

Ensemble (Kendji Girac)

note: 5ensemble de Kendji Girac Marie Noelle - 1 juin 2016

il est trop bien !!!

Avant toi (Jojo Moyes)

note: 2Une déception pour moi Victoria, MMC - 28 mai 2016

J'avais lu tant de critiques positives que c'est avec hâte que je me suis plongée dans cette lecture... et suis tombée de haut.
Alors certes, le style de l'auteur est plutôt agréable, très entraînant et on se glisse avec plaisir dans ses mots. Moi-même qui n'ai pourtant pas accroché à l'histoire, j'ai traversé sans trop m'ennuyer les 500 pages du roman. Mais j'ai trouvé le tout bien trop plat et cousu de fils blancs... On voit venir chaque événement des centaines de pages à l'avance ce qui ne laisse pas beaucoup de place au suspense ni à l'imagination !

La bibliothèque des coeurs cabossés (Katarina Bivald)

note: 4lecture plaisir Victoria, MMC - 28 mai 2016

Sara, jeune libraire suédoise, préfère bien souvent les livres aux gens. Elle se lit d’amitié avec Amy, vieille dame Américaine, elle aussi amoureuse des livres, qui l’invite à la rejoindre dans sa bourgade perdue de l’Iowa. Seulement voilà, quand Sara arrive sur place, personne ne l’attend, et pour cause : Amy est décédée quelques jours plus tôt…
A l’image de l’héroïne, on se laisse gentiment adopter par les habitants de Broken Wheel. De plus Sara est assez attachante, et bien qu’on n’ait pas la joie de connaitre Amy avant son décès, ses lettres qui parsèment le roman en disent beaucoup sur son caractère. « La bibliothèque des cœurs cabossés », sans être un coup de cœur absolu, est une lecture plaisir et sans prise de tête et, malgré le côté un peu niais de l’intrigue par moments, constitue un bel hymne à la lecture, mais aussi à l’amitié, au dépassement des préjugés et à l’entraide.

La vie par 7 (Holly Goldberg Sloan)

note: 4un roman qui réchauffe le coeur Victoria, MMC - 28 mai 2016

Willow a 12 ans. Petit génie, elle est passionnée par plusieurs choses dont les maladies de peau, le jardinage et le chiffre 7 qui tient une place importante dans sa vie. Elle vit une enfance heureuse avec ses parents adoptifs jusqu'à ce qu'ils trouvent la mort dans un accident de voiture et que tout bascule.
Voilà un roman qui aborde avec pudeur un sujet difficile : la perte des parents et la difficulté à faire son deuil. J'ai trouvé l'histoire originale, émouvante, et souvent drôle malgré la situation tragique !
“La vie par 7”, c'est une histoire de gens perdus, que la vie rassemble un peu par hasard. Et c’est souvent comme ça que commencent les belles histoires...

La femme au tableau (Simon Curtis)

note: 5Que reste-il après... MD - 25 mai 2016

Maria Altman tient une petite boutique de vêtements en Californie. Lorsqu'elle demande conseil au fils d'une amie, qui est avocat, au sujet de lettres trouvées dans les affaires de sa sœur récemment décédée, elle ne s'imagine pas qu'à eux 2 ils vont faire un pas dans l'histoire.
En effet, Maria Altman est la nièce d'Adèle Bloch-Bauer : la femme dont le portrait peint par Klimt en 1907 est l'un des plus célèbres de l'artiste. Ce portrait a été volé à la famille de Maria, une famille juive qui habitait en Autriche au moment de la seconde Guerre mondiale.
Ce film magnifiquement mené, nous fait vivre en parallèle les éventements vécus par Maria et sa famille en Autriche à l'arrivée au pouvoir d'Hitler et son combat juridique pour qu'on lui rende ses souvenirs et notamment ce portrait si précieux à ses yeux.
Un très beau film qui soulève la question de la restitution des œuvres d'art volées pendant les conflits mondiaux mais également celle de l'identité nationale face à l'horreur et aux extrémistes.

Il était une fois la gendarmerie (Robert Amet)

Un océan d'amour (Wilfrid Lupano)

note: 5Une petite pépite ! Victoria, MMC - 25 mai 2016

C’est une jolie fable poétique que nous proposent de découvrir Wilfrid Lupano et Grégory Panaccione. “Un océan d'amour” est une bande dessinée muette touchante, drôle et poétique. Une oeuvre vite lue, mais qui qui marque sur le long terme !

Rosalie Blum n° 1
Une impression de déjà-vu (Camille Jourdy)

note: 4Humour et tendresse Victoria, MMC - 25 mai 2016

Dans une petit ville de province, nous suivons les journées ordinaires de trois solitaires : Vincent, la trentaine, dévoué à une mère très envahissante, Rosalie hantée par un noir passé et la jeune Aude laissant sa vie se dérouler sans réellement y participer.
De belles tranches de vie (depuis peu adaptées sur grand écran!) et un agréable moment de lecture en perspective !

La langue des bêtes (Stéphane Servant)

note: 5Un roman déroutant ! Victoria, MMC - 25 mai 2016

Petite vit dans la forêt avec sa famille et une troupe de saltimbanques. Le cirque est à l'abandon depuis longtemps : la magie du spectacle a disparu mais pas celles des histoires. Un jour, un chantier pour la construction d'une autoroute vient bouleverser la vie de cette petite communauté.
Comme pour le très beau "Coeur des louves", Stéphane Servant s’arrête sur l’histoire d’une famille atypique pour dire le monde et nous convier à croire encore à la magie et aux histoires... A la fois poétique et cruel, le roman trouble la frontière entre le réel et l'imaginaire. Si la langue des bêtes reste mystérieuse, celle de Stéphane Servant nous envoûte à coup sur ! Un roman sur l'amour des mots, le pouvoir des histoires et sur l'importance de croire aux rêves.

La Grande Arche (Laurence Cossé)

note: 5Une aventure architecturale FM - 17 mai 2016

Parmi les grands chantiers voulus par François Mitterrand, celui de l'arche de la Défense aura eu une histoire comportant tous les ingrédients du romanesque : pouvoir, passion, mort, rebondissements... Ce livre de Laurence Cossé est de ce point de vue-là un vrai roman, mais il est aussi un récit, un documentaire, un hommage à l'architecte oublié (qui se souvient de l'auteur de la Grande Arche ?), une description sans fard des rouages de la décision politique, une évocation des évolutions de la commande publique et de leurs conséquences sur la création architecturale.
Un très beau roman atypique, à la fois littéraire, politique, technique.

La Grande Arche (Laurence Cossé)

note: 5Une aventure architecturale FM - 17 mai 2016

Parmi les grands chantiers voulus par François Mitterrand, celui de l'arche de la Défense aura eu une histoire comportant tous les ingrédients du romanesque : pouvoir, passion, mort, rebondissements... Ce livre de Laurence Cossé est de ce point de vue-là un vrai roman, mais il est aussi un récit, un documentaire, un hommage à l'architecte oublié (qui se souvient de l'auteur de la Grande Arche ?), une description sans fard des rouages de la décision politique, une évocation des évolutions de la commande publique et de leurs conséquences sur la création architecturale.
Un très beau roman atypique, à la fois littéraire, politique, technique.

À la croisée des mondes n° 2
La tour des anges (Philip Pullman)

note: 5La tour des anges Valérie - 9 mai 2016

Roman extraordinairement envoutant.
Si vous avez vu le film "La croisée des mondes" je vous recommande de lire le n°2 de la trilogie, le livre est aussi captivant que le film. Le rythme de lecture est aussi intense que le film et vous vous surprenez à avoir autant d'émotion que devant l'écran. Je ne comprends toujours pas pourquoi il n'y a pas eu de suite cinématographique.