Recherche


Avis de lecteurs

Briser le silence (Murielle Bolle)

note: 3Touchant et sinistre Céline - 1 mars 2020

Un récit que je trouve à la fois touchant et scandaleux.
D'un coté, quand on lit le récit de cette femme qui a vécu toute sa vie dans l'ombre de [...]

Une étincelle de vie (Jodi Picoult)

note: 5une étincelle de vie Patrice - 23 mai 2020

excellent roman, je suis entièrement d'accord avec le commentaire de FM, mais je tenais simplement à dire que ça ne parle pas seulement de l'accès à l'IVG aux Etats-Unis mais [...]

Par le feu (Will Hill)

note: 5Histoire d'une reconstruction... Victoria, MMC - 21 avril 2020

"Par le feu" est un véritable livre coup de poing dans lequel Moonbeam, une jeune fille de 17 ans, va nous raconter sa vie passée dans une secte après qu'un [...]

Les simples (Yannick Grannec)

note: 5La bétise des hommes peut prendre plusieurs visages Marie - 11 mai 2020

S’échapper quelques heures en Provence à la fin du 16ème siècle. Se retrouver au cœur de Notre-Dame du Loup, cette petite communauté de bénédictines où il fait bon vivre entre [...]

Cari Mora (Thomas Harris)

note: 4Un retour gagnant Céline - 12 janvier 2020

Douze ans d'absence pour Thomas Harris mais ça valait le coup, ce roman est vraiment très bien écrit, avec une histoire prenante.
Entre mystère, complot, mafia, etc ... L'histoire est très [...]

After n° 4
After we rise (Anna Todd)

note: 3De gros rebondissements Céline - 4 janvier 2020

Ce tome est riche en rebondissements avec de nombreuses révélations qui restent assez bien cohérentes avec l'histoire.
Mais je trouve que par moment, la relation entre Tessa et Hardin est [...]

Avis de lecteurs

 

Le journal secret d'Amy Wingate (Willa Marsh)

note: 4Délicieusement anglais! Victoria, MMC - 25 juillet 2015

Amy Wingate, professeur à la retraite, se voit conseiller par son médecin une sorte de thérapie par l’écriture, via la tenue d’un journal. A la fois revêche et généreuse, Amy pose d’abord un regard extérieur sur les relations des uns et des autres, sur nos rapports en société, puis revient aussi sur sa propre existence, faisant ainsi remonter à la surface un passé refoulé.
Willa Marsh nous offre un de ces romans délicat, tout en finesse, au style très britannique et aux personnages profondément humains.
Un récit réjouissant qui se déguste à petites gorgées pour faire durer le plaisir !

Lucika Lucika n° 1 (Yoshitoshi Abe)

note: 1oui, mais... Victoria, MMC - 24 juillet 2015

Si ce manga est très sympathique au niveau des graphismes (couleurs chaudes et vives utilisées), au niveau de l’histoire, c’est une autre paire de manches… L’auteur nous propose des tranches de vie de Lucika, une petite fille à l’imagination débordante, toujours curieuse de découvrir ce qui l’entoure. Le point de vue enfantin n’est au final pas très amusant, les histoires s’enchainent sans réelle suite logique et sont souvent parfois dénués d’intérêt. Pas convaincue donc…

Une saison à Longbourn (Jo Baker)

note: 3réécriture et variation de Jane Austen Victoria, MMC - 24 juillet 2015

Le roman emploi intelligemment « Orgueil et préjugés » de Jane Austen. C'est plus qu'une simple réécriture, c'est un double récit : on a d'un côté les événements du récit d'Austen, de l'autre celui des domestiques. L'idée de faire des employés de maison les personnages principaux est audacieuse et ma foi plutôt réussie. Jo Baker nous permet d’en apprendre plus sur la vie menée par les employés de maison, eux qui ne sont pas souvent mis en avant.
De plus, voir la famille Bennet à travers les yeux des domestiques modifie sensiblement notre perception d'eux, de leurs qualités et surtout de leurs défauts: ainsi, Mrs Bennet et ses filles Lydia ou Mary, voire même Mr Collins, sont en quelque sorte réhabilités, apparaissant de manière beaucoup plus touchante. Elizabeth et Mr Bennet sont quant à eux démystifiés. En effet, même si Lizzie fait preuve de bonté à l'égard de sa femme de chambre, allant même jusqu'à lui prêter des romans ou lui donner ses anciennes robes, on ressent toute la distance sociale entre les deux jeunes femmes.
A conseiller à tous les fans de l'ambiance de la série Downton Abbey !

Juste avant le bonheur (Agnès Ledig)

note: 4Agréable et touchant Victoria, MMC - 24 juillet 2015

De la même trempe qu’"Ensemble c’est tout", d’Anna Gavalda, on retrouve dans "Juste avant le bonheur" l’histoire d’une rencontre. Une rencontre entre des personnages n’ayant à priori rien à faire ensemble : Julie, la vingtaine, élève seule son petit garçon et peine à joindre les deux bouts. Paul, cinquantenaire attendri par leur situation, décide de les prendre avec lui pour des vacances en famille en Bretagne. Un voyage qui pourrait bien tout changer pour chacun d’eux…
Le style de l’auteure est fluide est agréable, de même que ces personnages cabossés par la vie, tous très attachants. Une histoire profondément humaine dans laquelle Agnès Ledig aborde le deuil, le renoncement, la confiance et l'amour, le tout avec une justesse surprenante. Un roman « feel good » à conseiller autour de soi, parfait comme lecture estivale!

Facebook, Twitter, Google+ & Linkedln (Yasmina Salmandjee Lecomte)

note: 4les réseaux sociaux n’auront plus de secrets pour vous ! Victoria, MMC - 17 juillet 2015

Créer un profil Facebook, mettre en place une veille informationnelle à l’aide de Twitter ou étendre ses cercles de connaissances sur Google+, c’est ce que présente cet ouvrage. La présentation est claire, agréable et le lecteur est guidé à chaque étape de son apprentissage. Pour les débutants souhaitant faire leurs premiers pas, aussi bien que pour les plus avancés voulant renforcer leur présence sur les réseaux sociaux, découvrez comment tirer parti de ces différentes plates-formes, tout en protégeant votre vie privée !

Le hobbit (John Ronald Reuel Tolkien)

note: 5Bon moment de rêve et d'évasion Victoria, MMC - 17 juillet 2015

Le Hobbit fait partie de ces œuvres incontournables que j'aime relire régulièrement, et pour varier les plaisirs, rien de tel que d'opter pour le livre audio (avec la nouvelle traduction en prime) ! Dominique Pinon y livre une interprétation merveilleuse qui captive le lecteur.

Vacances anglaises (Joseph Connolly)

note: 3une comédie de mœurs cynique Victoria, MMC - 17 juillet 2015

Connoly met en scène un enchevêtrement de personnages tous reliés les uns aux autres durant leur semaine de vacances sur la côte anglaise.
Parallèlement au récit, l'auteur prend le lecteur à témoin en lui faisant partager les réflexions intérieures des personnages avec l'utilisation de la première personne. Si certains sont attachants, d'autres se montrent vite agaçants ou désespérés. Humour et cynisme sont au rendez vous et sous une apparente légèreté, Connoly porte un regard désanchanté sur la vie de couple et l'amour en général. A conseiller aux amateurs de dialogues percutants et de personnages névrosés!

Pas son genre (Lucas Belvaux)

note: 2Philosophie & bigoudis Victoria, MMC - 17 juillet 2015

Lui est professeur de philo, écrivain à ses heures perdues et parisien indécrottable fréquentant les soirées branchées. Elle est coiffeuse à Arras, midinette dans l’âme, voit la vie en rose et aime par dessus tout les magazines people et les soirées karaoké.
Qu'on nage en plein cliché passe encore, mais tout au long du film on attend vainement qu'il se passe quelque chose. Pas de grandes péripéties bien sur, mais au moins quelques épreuves de la vie de couple basique. Sauf qu'à part une dispute sur la fin du film, le spectateur n'a pas franchement de quoi se délecter.
Notons tout de même les prestations d'Emilie Dequenne et Loïc Corbery, qui forment un duo attachant dans cette romance badine et cruelle.

Magic in the Moonlight (Woody Allen)

note: 3léger et divertissant Victoria, MMC - 17 juillet 2015

D'une ponctualité à toute épreuve, Woody Allen garde son rythme d'un film par an. Cette fois-ci, il nous plonge dans les années 20 e nous conte l'histoire d'un magicien, personnage hautement égocentrique et rationnel, qui tente de démasquer une prétendue medium. Bien qu'opposés par leurs idéaux et leurs croyances, ces deux là sont pourtant très intrigués l'un par l'autre.
Le Sud de la France et ses paysages de cartes postales font l'admiration du spectateur, de même que les costumes d'époque. "Magic in the moonlight" est une comédie charmante et agréable à laquelle on prend un certain plaisir malgré un scénario assez prévisible qui ne convainc pas toujours.

La vérité sur l'affaire Harry Quebert (Joël Dicker)

note: 4un polar efficace ! Victoria, MMC - 17 juillet 2015

Voilà un roman foisonnant, à l’intrigue plus complexe qu’il n’y parait qui nous plonge dans les travers de l’Amérique contemporaine. Le style est simple, sans fioritures. Il y a certes l’enquête policière, basée sur une histoire d’amour jugée par tous inappropriée, mais également, en trame de fonds une réflexion intéressante sur le travail d’écriture et l’inspiration des auteurs.
Ça commence gentiment : une disparition, des questions, des secrets...et puis tout s’emballe, on n'est plus là. On n'est plus que dans ces pages qu'on avale, totalement happé par l'histoire. On frémit, on appréhende, on essaye de deviner et de comprendre… Dicker sait captiver ses lecteurs. Il nous tient en haleine jusqu’à la dernière page grâce à des rebondissements divers, mais qui tiennent la route.
Le livre n’est pas dépourvu de petits défauts mais pour moi, cela reste un thriller très réussi !

Les Autodafeurs n° 3
Nous sommes tous des propagateurs (Marine Carteron)

note: 5A découvrir d'urgence Victoria, MMC - 17 juillet 2015

Marine Carteron fini en beauté sa trilogie !
L'ajout de nouveaux personnages secondaires sert très bien l’intrigue. Mais pour moi, c'est définitivement la personnalité de Césarine qui enchante le texte. Son point de vue sur les évènements donne un éclairage original et frais au récit mais aussi une autre perspective sur la vie elle-même et sur les mots qu’on emploie tous les jours.
On a affaire à une série pleine d’humour, qui offre en même temps une réflexion sur l’importance de l’art et de la littérature dans notre civilisation ainsi que de la liberté d’expression. C’est à regret qu’on laisse partir Auguste et Césarine, personnages oh combien attachants.
Bref, une bonne conclusion pour cette série, pleine de surprises et de suspens!

Un hiver à Paris (Jean-Philippe Blondel)

note: 4sensible et délicat Victoria, MMC - 17 juillet 2015

Un hiver, à Paris, un élève en classe préparatoire tente tant bien que mal de s’immiscer dans un univers bourgeois et élitiste qui n’est pas le sien. Solitaire, mal à l’aise, il s’accroche pourtant. Un hiver, à Paris, un autre élève est poussé à bout et commet l’irréparable : un bruit sourd, une flaque de sang, et des souvenirs qui hanteront le narrateur et son entourage longtemps après. Un hiver, à Paris, des vies sont bouleversées.
L’auteur dresse une critique de l’univers impitoyable des classes préparatoires. Tout y passe, rien n’est épargné : les professeurs tyranniques et imbus d’eux-mêmes en prennent pour leur grade, de même que les administrations aveugles et muettes, ainsi que les camarades de classe froids et distants.
A mi-chemin entre le roman réaliste et le roman d’apprentissage, « Un hiver à Paris » s’avère particulièrement touchant, mais surtout jamais faux ni larmoyant, malgré les évènements. Blondel nous offre un roman sensible, où les états d’âme des personnages sont merveilleusement bien décrits dans une langue simple, mais efficace.

Anastasia (Lois Lowry)

note: 3une série sympathique Victoria, MMC - 17 juillet 2015

Loïs Lowry nous offre ici une compilation du quotidien d'Anastasia, jeune fille de dix ans au caractère bien trempé!
J'ai suivi avec plaisir la vie d'Anastasia, apprécié ses soucis mineurs et son goût pour les listes en tout genre. Loïs Lowry aborde divers thèmes du quotidien, comme l'arrivée d'un nouvel enfant dans la famille, à travers son héroïne drôle et attachante.

La bobine d'Alfred (Malika Ferdjoukh)

note: 2Aventures à Hollywood Victoria, MMC - 17 juillet 2015

Harry a un père cuisinier et cinéphile. Quand celui-ci est engagé par une grande actrice comme cuisinier à Hollywood, Harry ne sait pas à quel point cela va changer sa vie. Il y aura un tournage secret, la disparition d'une bobine et plusieurs courses poursuites à la clef!
Si l'histoire est sympathique et le style assez simple, j'avoue ne pas avoir été particulièrement emballée, n'ayant pas réussi à m'attacher aux personnages.

Lettres à plumes et à poils (Philippe Lechermeier)

note: 5Correspondances animales sur le ton de l'humour Victoria, MMC - 16 juillet 2015

Imaginez un renard écrivant à une poule pour lui demander la main de sa fille, un escargot qui envoie des lettres enflammées à une limace top-modèle dont il s’est entiché, ou encore une fourmi réclamant à sa reine un meilleur poste...
L’auteur a su varier les plaisirs en diversifiant le style d’écriture de chacune des missives selon leur auteur et le contexte. Les textes sont hilarants et les illustrations minimalistes de Delphine Perret renforcent l’humour déjà présent de ces histoires pleines de charme! Au final, enfants comme adultes y trouveront leur compte !

Les hirondelles (Anne-Fleur Drillon)

note: 5Un véritable petit bijou! Victoria, MMC - 16 juillet 2015

L'histoire, très simple, évoque la rencontre de Barnabé, un vieux marin vivant dans les nuages, et d’Amédée, aviateur isolé sur son île au beau milieu de l’océan. Tous deux sont de grands solitaires et ignorent l’existence de l’autre, mais une petite hirondelle réunira les deux hommes.
Une histoire de solitude et de rencontres magnifiquement mis en images par Thibault Prugne, dont les aquarelles aux tons pastels subliment ce récit déjà si poétique.

La tête en friche (Jean Becker)

note: 4Un bol d'air frais Victoria, MMC - 16 juillet 2015

Jean Becker nous emmène sur les traces de Germain, 45 ans, quasi illettré et de Margueritte, une octogénaire cultivée et amoureuse des mots. L’histoire d’une rencontre toute simple, et pourtant à eux deux, ils se complètent mutuellement : elle lui fait la lecture tandis qu’il lui tient compagnie. Gérard Depardieu est très crédible dans son rôle et parvient à donner une dimension attendrissante au film. Alors certes, ça ne révolutionne pas le cinéma, mais ça reste léger et agréable.

Diabolique dentiste (David Walliams)

note: 3frissons et humour garantis Victoria, MMC - 16 juillet 2015

A 12 ans, Alfred, dit Alfie, a une peur bleue du dentiste et va jusqu’à dissimuler les lettres de rappel qu’il reçoit. Mais un jour, une nouvelle dentiste terrifiante, le Dr Ratiche, arrive en ville… En parallèle, les enfants de la ville qui posent une dent sous leur oreiller pour recevoir un cadeau de la petite souris se retrouvent avec des horreurs au lieu de la pièce tant espérée: yeux, scarabées écrasés, peau de serpent et autres monstruosités... Alfie décide alors de mener l’enquête.
Comme à son habitude, David Walliams aborde des thèmes difficiles, comme la maladie ou la pauvreté sans perde la touche d’humour qui le caractérise. Il crée également une ribambelle de personnages, plus loufoques les uns des autres et invente les mots les plus originaux possibles.

Hier tu comprendras (Rebecca Stead)

note: 3énigmatique... Victoria, MMC - 16 juillet 2015

Miranda, 12 ans, découvre un beau jour des mots étranges glissés dans ses affaires. L’expéditeur anonyme semble au courant de tous les détails de sa vie…avant que ceux-ci ne se produisent. Sans trop comprendre ce qu'il lui arrive, la jeune fille est embarquée dans une histoire étrange mélangeant passé, présent et futur.
L’histoire m’a suffisamment intriguée et tenue en haleine pour aller jusqu’au bout, mais je dois dire que je m’attendais à une autre fin…un peu déçue par le dénouement, pas assez étonnant à mon goût !
L’auteur aborde le thème du voyage dans le temps de manière originale. Un roman farfelu, à l’image de son titre, très ancré dans la réalité et le quotidien malgré tout.

Les Filouttinen n° 1 (Siri Kolu)

note: 4Attention, roman jeunesse plein d’humour ! Victoria, MMC - 16 juillet 2015

Sur la route des vacances dans la voiture familiale, Liisa est kidnappée par d’étranges personnages : les Filouttinen. Pirates des routes, cette famille farfelue s’empare de nourriture et de sucreries au lieu de voler l’argent ou les biens précieux des voyageurs ! Embarquée malgré elle dans un road trip à travers la Finlande, Liisa est-elle réellement à plaindre ?
On s’attache inévitablement à ces bandits déjantés, à leurs manières un peu rudes, leur humour et leur mode de vie aventureux ! Le premier tome d’un récit loufoque porté par une galerie de personnages haut en couleurs: un roman d’aventures à dévorer à tout âge !

Les gardiens du Louvre (Ilan Nguyên)

note: 4hommage à l'art Victoria, MMC - 16 juillet 2015

Une très belle bande dessinée (format bande dessinée mais sens de lecture manga) où Taniguchi nous offre un magnifique voyage au cœur du Louvre, entre rêve et réalité. Van Gogh, Camille Corot, la Joconde, la Victoire de Samothrace, autant de personnages dont le héros croisera la route dans les méandres de son imagination. On découvre également le déménagement des œuvres du musée en 39-45 pour les dissimuler aux envahisseurs.
Le lecteur ne sait plus trop où il se trouve tant il traverse de frontières invisibles sans s'en apercevoir. Ne restent en tête que la douceur des couleurs utilisées et la beauté des dessins une fois l’album terminé.

Lydie (Zidrou)

note: 4Terriblement humain Victoria, MMC - 16 juillet 2015

Zidrou nous conte ici l’histoire de Camille, jeune femme un peu simplette dont le bébé meurt en couches. Six mois plus tard pourtant, elle se persuade que Dieu lui a rendu sa petite fille. Stupéfaction de toute l'impasse, qui accourt et se rend compte que le bébé est en fait imaginaire : Camille hallucine… Se met alors en place un complot de gentillesse où chacun, à sa manière, joue le jeu et donne vie à Lydie, pour accompagner la jeune mère dans sa folie. Une histoire tragique, mais aussi légère et émouvante, dont l’auteur tire un album plein d’humanité et de tendresse !

Les falsificateurs (Antoine Bello)

note: 3et si c'était vrai? Victoria, MMC - 16 juillet 2015

Antoine Bello nous entraine sur les traces d'une société secrète qui manipule la réalité en montant des faits de toute pièce. On suit donc le parcours de Sliv, jeune islandais récemment engagé dans cette mystérieuse entreprise, mais surtout des questions d'éthique et de finalité auxquelles il va être confronté.
Un premier tome prenant, à mi-chemin entre le roman d'espionnage et le roman psychologique dans lequel on s'amuse des évènements historiques qui sont revisités.

Chi, une vie de chat n° 1 (Kanata Konami)

note: 4chi, chaton espiègle Victoria, MMC - 16 juillet 2015

Un manga entièrement en couleurs (et dans le sens de lecture français!) dans lequel on suit l'adoption d'un chaton par une famille, puis son évolution au sein de son nouveau foyer. Toute personne ayant un jour eu un chat à la maison trouvera certaines situations bien familières...
Des épisodes tendres et drôles qui s'adressent aux petits comme aux grands, et surtout aux inconditionnels des chats!

Mamette n° 1
Anges et pigeons (Nob)

note: 5On se lève tous pour Mamette! Victoria, MMC - 16 juillet 2015

Mamette c'est cette petite grand-mère espiègle aux joues rebondies, dont on va suivre le quotidien sur plusieurs tomes. Une bd intergénérationnelle au graphisme soigné, et surtout aux personnages principaux terriblement attachants. A mettre entre toutes les mains!

Les colombes du Roi-Soleil n° 1
Les comédiennes de monsieur Racine (Anne-Marie Desplat-Duc)

note: 5A la maison royale de Saint-Cyr Rachel - 16 juillet 2015

Le premier tome de la série des Colombes du Roi-Soleil où l'on pénètre dans la maison royale de Saint-Cyr en compagnie de jeunes filles:
la généreuse Isabeau, Charlotte, huguenote refoulée et la discrète Hortense.
Elles mènent une vie paisible, trop paisible aux yeux de Charlotte la rebelle...
Alors, quand la directrice de l'établissement, Mme de Maintenon, demande à M. Racine d'écrire une pièce pour les pensionnaires, le pensionnat si tranquille se transforme en théâtre pour que le roi, le dauphin et autres personnages importants viennent admirer le jeu des jeunes filles!
Un roman historique très agréable à lire, où l' on apprend des choses sans s'en rendre compte!

Magnus Million et le dortoir des cauchemars (Jean-Philippe Arrou-Vignod)

note: 2pour ne plus prendre ses rêves à la légère Victoria, MMC - 15 juillet 2015

Voilà un livre que j’ai eu du mal à finir… Si la première partie m'a ennuyée, la seconde a davantage capté mon attention, grâce à la présence de Mimsy Pocket, personnage haut en couleurs de par son caractère espiègle et intrépide. Pourtant l’idée de base est bonne, mais il manque une dose d'humour à mon goût et j’ai trouvé l'intrigue trop superficielle.

Atmagyan (Persephone)

note: 3Mystérieux Emmanuel - 11 juillet 2015

Bienvenue dans l'univers du métal atmosphérique gothique ! Adieu (ou plutôt à Hadès) les guitares puissantes et rapides, le matraquage de la batterie ou encore la cavalcade de la ligne de basse ! Ici, c'est tout en douceur (ou déprime, au choix) : on lève le pied, on plane un peu, on se laisse porté par la mélancolie, etc.
Toutefois, le groupe arrive à jongler entre une descente aux Enfers et un espoir renaissant. C'est tout le mystère de Persephone...

Dragons ; Star scat ; Ended with the night. (Caravan palace)

note: 1Le chien aboie... Emmanuel - 11 juillet 2015

...quand la caravane passe. Et là, j'ai même pas de quoi aboyer! En fait, ce CD ne me parle pas du tout : il aurait même tendance à me laisser indifférent. Peut-être un problème de culture musicale?

Pagan folk (Omnia)

note: 1"Pagan folk" que de nom! Emmanuel - 11 juillet 2015

Dès la pochette de l'album, Omnia définit son opus comme "de la musique dans le style traditionnel d'un territoire" et comme quelque chose qui se tiendrait en dehors du champ d'application des religions révélées (judaïsme, christianisme, islam). Vaste programme ! De quoi titiller la curiosité...
On lance le CD et là, c'est le drame ! Certes, les morceaux sont sympathiques, agréables, bien écrits et il n'est pas question de remettre en cause les valeurs artistiques du groupe. Cependant, il y a une espèce de confusion des genres avec ce qui était annoncé en couverture : Omnia s'est créé une sorte de concept néo-celtique s’appuyant sur des instruments de tradition médiévale (on est pas à un anachronisme près!) et se patinant de folklore régionaliste mi-breton mi-irlandais. L'ensemble est emballé dans un habillage de cuir, de tatouages et de dents d'ours parce qu'il ne faut pas oublié que ces païens de Celtes sont des barbares.
Pour amateurs du genre...

Masterplan (Masterplan)

note: 2Déjà vu Emmanuel - 11 juillet 2015

Parfois, on essaye de réécouter un album. Il nous a déçu à la 1ère approche mais on lui laisse une 2nd chance... Et pour cet album éponyme de Masterplan, le verdict reste le même.
Naviguant entre un power metal à la Helloween et un glam metal à la Europe, le groupe tente tant bien que mal à sortir de l'ombre des 2 précédents. La chose est ardue (d'où le bénéfice du doute) et, malgré de louables efforts, Masterplan s'enlise dans des mélodies et des thèmes très (trop?) convenus.

Electric communion (Fred Chapellier)

note: 5Amen Emmanuel - 10 juillet 2015

Souvent, c'est avec un album live qu'on perçoit la qualité d'un artiste. Bluesman et guitar heroe, Fred Chapelier nous offre ici un florilège de son savoir faire : c'est un homme de scène avant tout !
Une mention spéciale pour le morceau en hommage à Gary Moore dont l'ombre bienveillante plane sur l'ensemble du live et sur le CD studio en bonus.
Seul bémol : au niveau de la production, ils ont oublié d'enregistrer le public (ou alors il est trop atténué).

La Chambre ardente (Julien Duvivier)

note: 1un suspens épatant Isabelle - 8 juillet 2015

jeux de faux semblants totalement réjouissant

Pandora's piñata (Diablo Swing Orchestra)

note: 5C'est bon, c'est frais. A la vôtre! Emmanuel - 7 juillet 2015

Voilà une recette de piñata plutôt corsée ! Prenez une mesure de boogie-woogie, une dose de punk, un trait de métal, un zeste de jazz et compléter avec du rock. Ajoutez des glaçons d'opéra. Servir frappé au shaker électro et non à la cuillère !
PS : pour la déco, un petit palmier reggae, un piment frais de mariachi et un touilleur de chef d'orchestre complèteront votre plaisir !

Distant satellites (Anathema)

note: 5Vole haut, très haut! Emmanuel - 7 juillet 2015

Anathema fait parti de ces groupes en perpétuelle évolution (ou mutation, au choix) : né dans le death-doom, il flirte maintenant avec un rock progressif, atmosphérique et psychédélique (pas nécessairement dans cet ordre là). Ce peut être déroutant, notamment pour les fans de la 1ère heure...
Ce fait mis à part, Distant satellites exprime bien le dernier état atteint par le groupe : un concept album planant exécuté avec finesse et justesse. Du grand art !

Rock them back to hell (Left Lane Cruiser)

note: 5Bloody mud Emmanuel - 7 juillet 2015

Il est des albums qu'on aime sans savoir pourquoi. Left Lane Cruiser exerce un blues rock parfois approximatif, parfois matraqué, souvent saturé, relevant autant du western que du club de bikers ! C'est gras, c'est lourd,... mais c'est bon!

Time (Big Daddy Wilson)

note: 4Un classique du genre Emmanuel - 7 juillet 2015

Big Daddy Wilson livre ici un album de blues relativement classique avec d'excellentes mélodies et des chansons très bien écrites. Le tout dans une ambiance intimiste.

Distance (Mathis Haug)

note: 5La relève Emmanuel - 5 juillet 2015

Magnifique album au ton blues rock pour ce petit protégé de J.-J. Milteau : les morceaux s'enchainent avec plaisir navigant entre blues, folk, pop et rock tout en conservant un cap et une profondeur épatante.

Voitures françaises de A à Z (Patrick Lesueur)

note: 3D'Alda à Zedel Emmanuel - 5 juillet 2015

Panorama complet de l'histoire de l'automobile française mettant en avant, marques après marques, des modèles emblématiques. On pourrait discuter certains choix de l'auteur occultant certaines auto au profit de modèles (modernes notamment) peu excitant. Il Y a aussi des oublis, des commentaires manquant parfois d’intérêt et des informations redondantes au sein d'un même marque.
Toutefois cette somme a le mérite de regrouper dans un même volume des marques oubliées, des modèles prestigieux et d'autres chargés de souvenirs. C'est un beau témoignage du patrimoine automobile français.

Blues people (Eric Bibb)

note: 5Blues never die Emmanuel - 3 juillet 2015

Beaucoup pensent (avec les mêmes préjugés que pour le Jazz ou la Musique classique) que le Blues est un genre obsolète limité à d'irréductibles aficionados et aux visites guidées de la Nouvelle Orléans. Eric Bibb n'a jamais fait parti de ceux-là !
Avec Blues people, il démontre une nouvelle fois que le Blues est bien vivant, qu'il peut s’imprégner de nouvelles influences et qu'il se réinvente sans cesse. Eric Bibb a composé un album riche où chaque collaboration (Popa Chubby, Glen Scott, etc) apporte des textures différentes. Un régal pour les oreilles !

Post orgasmic chill (Skunk Anansie)

note: 4Constant Emmanuel - 2 juillet 2015

Ce qui est bien avec Skunk Anansie, c'est qu'on est jamais déçu : au fil des albums, on découvre toujours une nouvelle facette du groupe, de nouvelle idée de composition, de nouvelles capacités vocales, etc. Mais la forte identité du groupe crée le lien entre tous ces albums et toutes ces compositions.
Il y a de la rage, de la douleur, de la joie, de l'espoir, de la faiblesse et de la puissance ; une sorte de cocktail émotionnel qui n'est peut-être pas au sommet sur cet album mais qui ne peut pas laisser indifférent.

Blues Pills (Blues Pills)

note: 5ça plane pour eux Emmanuel - 2 juillet 2015

Quand ils étaient petits, ces Suédois sont tombés dans les malles de souvenirs rapportés de Woodstock par leurs parents... ou plutôt grand-parents ! Ils sont tombés dedans, ça se voit à la pochette de l'album assez "psyché" et , surtout, ça s'entend : le son est chaud et rock, la batterie donne le tempo en rythme avec une basse bien présente, la guitare et le chant assure la mélodie. Il ne manque que le grésillement du vinyle et l'orgue Hammond pour se sentir propulsé dans les seventies.
Ce n'est toutefois pas un album nostalgique : la production est résolument moderne, la rythmique aussi et la voix originale.

Before daylight (Neal Black)

note: 5Jesus & Johnny Walker Emmanuel - 2 juillet 2015

Un blues assez classique mais attachant pour ces 10 titres qui s'enchainent facilement et qu'on a envie de réécouter sans cesse. On se croirait presque assis au milieu du studio d'enregistrement en attendant que le jour pointe...

Histoire de l'empire perse (Pierre Briant)

note: 4Les Achéménides S.BASSET - 23 juin 2015

C’est une véritable "somme" sur le sujet, une référence incontournable que nous propose Pierre Briant. Le livre est ardu, du fait de son épaisseur, d’un souci du détail parfois un peu pesant, d’une iconographie rare et austère, et d'une cartographie indigente. Malgré tout, la rigueur de l’auteur, sa clarté, ses incessants et passionnants questionnements méthodologiques, font de cette remarquable "Histoire de l’empire perse" un ouvrage de tout premier ordre.

Les cancans (Carlo Goldoni)

note: 1Le buzz à l'italienne Isabelle - 20 juin 2015

Comment des bonnes femmes mettent en danger le bonheur d'autrui

L'armoire des robes oubliées (Riikka Pulkkinen)

note: 5Un beau moment de lecture. MD - 19 juin 2015

Quel homme et quelle femme se cachent sous nos proches que nous ne voyons, souvent, que dans un de leur rôle: parents ou grands-parents. Ici une famille se retrouve autour de la grand-mère qui décide de vivre ses derniers jours chez elle, libre.Cette épreuve conduit chacun à un retour sur soi, sa vie, sa vision du couple et de l'amour mais aussi à un retour sur les autres, leur passé, leur histoire.
Un très beau roman dans lequel page après page on lit la tristesse, la passion, la raison...la vie.

Le ver à soie (Robert Galbraith)

note: 3un simple divertissement Victoria, MMC - 18 juin 2015

Dans cette deuxième aventure, Cormoran Strike est chargé d’enquêter sur la disparition de l’écrivain Owen Quine.
Il n'est pas indispensable d'avoir lu le premier opus avant de se lancer dans « Le Ver à soie ». Toutefois on a cette impression agréable de retrouver d'anciennes connaissances qui ont évolué de leur côté : Robin, sur le point de se marier, cherche désormais à gagner en crédibilité dans son métier, pendant qu’on en apprend davantage sur le passé de Cormoran.
Après avoir apprécié « l'Appel du coucou », il me tardait de lire le second tome des aventures du détective. Malheureusement, cette enquête-là a moins soulevé mon intérêt. En effet, il s’avère difficile de se repérer au niveau des personnages, d’autant plus qu’ils n’ont pas toujours des personnalités très marquées. En parallèle, l’intrigue peine à se mettre en place, le dernier quart m’a paru longuet avant d’arriver aux révélations finales, bouclées en un seul chapitre, ce qui forme un ensemble plutôt plat.
Une lecture sympathique mais sans grande surprise tout de même.

Le livre des choses perdues (John Connolly)

note: 5Surprenant! Victoria, MMC - 18 juin 2015

Inconsolable depuis la mort de sa mère, David, 12 ans, se réfugie dans les livres pour fuir le remariage de son père et se consoler de la naissance de Géorgie, son demi-frère. Un jour, il traverse une brèche au fond du jardin et se retrouve propulsé dans un univers parallèle, un monde étrange et hostile peuplé de trolls, créatures hybrides et autres personnages issus de son imaginaire.
Véritable porte d’entrée vers le conte, le livre aborde des sujets comme le deuil ou le changement, tout en gardant le côté très sombre des contes d'autrefois, créés pour divertir mais surtout instruire et mettre en garde quitte à faire peur ! L’auteur s’amuse avec les codes et les détourne selon ses envies. Ainsi, on retrouve dans ce roman initiatique plusieurs contes populaires revisités de façon surprenante et parfois très sombre. Chaque chapitre apporte son lot de péripéties. Du bout de sa merveilleuse plume, John Connolly nous emmène aux quatre coins de ce royaume imaginaire inquiétant et plein de dangers, faisant en sorte de révéler nos peurs enfantines au fil du texte.
Effrayant et passionnant, « Le livre des choses perdues » est à dévorer pour tous les amateurs de contes de fées !

Alias Caracalla (Daniel Cordier)

note: 4Jean Moulin, au quotidien - 12 juin 2015

En 1940 Daniel Cordier a 19 ans : il est royaliste, antirépublicain, antisémite, et maurassien. A l’annonce de la défaite face aux Allemands, il part pour l’Angleterre s’engager avec les Forces françaises libres, sous le commandement du Général De Gaulle. Malgré le fossé idéologique qui les sépare, c’est lui qui est choisi pour assister et suivre au quotidien l’action de « Rex », qui n’est autre que Jean Moulin, il l’apprendra bien plus tard… Dans ce journal, nous suivons la résistance au quotidien, ses héros comme ses petites mains, ses luttes intestines, et le destin d’un jeune homme, qui, confronté à la différence et à l’intolérance, deviendra au fur à mesure de la guerre, un des fervents défenseurs de la République. En ayant lu Daniel Cordier, je n'ai plus jamais arpenté les rues de Lyon, capitale de la Résistance pendant la guerre, pareil...

An Acoustic live in London (Skunk Anansie)

note: 5Live! Emmanuel - 11 juin 2015

L'ensemble vaut le détour! Une production de qualité, des réarrangements de morceaux bien ciselés,... une autre personnalité de Skunk Anansie : moins énervé mais tout aussi percutant!