Recherche


Avis de lecteurs

Le droit du sol (Étienne Davodeau)

note: 5Vertige de la mort Jérôme, LLMC - 8 mars 2022

Cette bande dessinée est à la fois un voyage dans le temps, des premiers dessins humains rupestres à l’histoire récente du livre et de son évolution numérique, mais aussi une [...]

Bientôt minuit (Marie Pavlenko)

note: 4L'enfer en EHPAD FM - 30 décembre 2021

Un couple d'amants s'était promis de s'accompagner dans la vieillesse. La dépendance arrive plus tôt que prévu pour l'un des deux, qui se voit plus ou moins contraint par sa [...]

Les vieux fourneaux n° 6
L'oreille bouchée (Wilfrid Lupano)

note: 4Papy fait de la résistance en Guyane Jérôme, LLMC - 16 février 2022

Dans ce sixième tome des Vieux fourneaux, nos adorables papys de la conspiration ludico-anarchiste « Ni Yeux ni maîtres » Emile, Antoine et Pierrot se rendent en Guyane à la [...]

De pierre et d'os (Bérengère Cournut)

note: 5De l'Articte au rêve... Mathilde - 20 mars 2022

Quand la banquise se brise et sépare Uqsuralik des siens, elle doit compter sur elle seule pour survivre, avant de se résoudre à rejoindre un autre groupe. C'est alors le [...]

Le dernier atlas n° 2 (Fabien Vehlmann)

note: 4Le combat des Titans S.BASSET - 11 janvier 2022

Il y a peut-être un peu moins d'action que dans le premier volume mais nous découvrons l'ancien équipage du Robot, les évènements qui ont conduit à leurs démantèlements. Et en [...]

Le roi disait que j'étais diable (Clara Dupont-Monod)

note: 5« Aliénor. Une forteresse. Belle, isolée, imprenable ! » Angélique, MMC - 11 février 2022

Clara Dupont-Monod, doublement primée cet automne (prix Femina et Goncourt des Lycéens) pour son roman « S’adapter », a consacré auparavant deux ouvrages à la plus romanesque des figures historiques [...]

Avis de lecteurs

 

Nous les menteurs (E. Lockhart)

note: 2Pas convaincue... Victoria, MMC - 20 janvier 2016

Sur leur île privée, les Sinclair se retrouvent chaque année au grand complet pour de merveilleux étés… Beaux, riches, distingués, cultivés, ils ont tout pour eux. Mais derrière cette façade se tapissent secrets, jalousies et rancoeurs… La jeune Cadence réussira-t-elle à recoller les fragments de sa mémoire et à se souvenir de ce qui s'est réellement passé deux ans plus tôt sur l’île?
Si l'intrigue se met en place rapidement, j'ai trouvé le livre excessivement long, et pour cause : le gros de l’histoire se trouve dans les 30 dernières pages. Honnêtement, seule la curiosité m’a permis de continuer ma lecture. Certes, l’histoire est très bien menée, la fin est des plus percutantes, E. Lockhart a un style incisif et juste qu’on apprécie. Pour autant, je ne peux pas dire que j'ai adoré le roman.

La forêt des ombres (Franck Thilliez)

note: 4excellent thriller psychologique ! Victoria, MMC - 20 janvier 2016

Un vieillard infirme et richissime invite un auteur de polar et sa famille à venir écrire chez lui, son prochain roman : l'histoire vraie d'un tueur en série ayant sévi dans les années 70.
Un huis-clos oppressant, des personnages torturés, une intrigue accrocheuse... Un Thilliez fluide et incisif qui se dévore d'un bloc ! Une lecture dont on se délecte, même si certains évènements restent un peu prévisibles à mon goût.

L'annonce (Marie-Hélène Lafon)

note: 5Une nouvelle vie - 15 janvier 2016

Nevers est située à mi-chemin entre le Cantal et Paris : c'est là que vont se rencontrer pour la première fois les deux principaux personnages, après des contacts épistolaires consécutifs à la parution d'une petite annonce. Leur projet : rompre la solitude, ne pas se résigner, se donner une chance... et pourquoi pas l'amour ? Elle quitte Paris avec son petit garçon, et rejoint l'agriculteur dans son Cantal. Il faut s'apprivoiser, s'adapter à cette nouvelle vie ensemble, sous le regard de la famille/belle-famille et des voisins, et peu à peu s'émanciper.
De son écriture ciselée, Marie-Hélène Lafon nous offre avec ce roman une belle histoire optimiste. On est réellement touché par ces personnages un peu abîmés par la vie, et que l'on a envie d'accompagner longtemps.
J'aime tous les livres de Marie-Hélène Lafon, mais à ce jour celui-ci reste mon préféré !

Géronimo (Tony Gatlif)

note: 5Un amour impossible! JM - 14 janvier 2016

Film sur la vie des quartiers de Marseille. A l'ouverture du film, une jeune fille vient de s’échapper de son propre mariage. Une course d' un seul souffle pour rejoindre son amoureux Lucky. Problème : la jeune fille est turque et le jeune homme est issu de la communauté gitane. Va suivre une lutte entre les deux communautés, les uns sont bafoués dans leur honneur, les autres sont inquiets car Lucky risque sa vie. Celle qui va les aider s’appelle Geronimo, une jeune femme, éducateur de rue, elle va tout faire pour que ces deux tourtereaux vivent leur amour.
Un film d' une énergie formidable car porté par la jeunesse des acteurs. Tous ces jeunes sont des jeunes de Marseille, ils sont plutôt des figurants « actifs »
Comme toujours chez Gatlif la musique et de la danse occupent une grande place dans le film
Les scènes de danse dans les hangars, danse flamenco et hip-hop dans un décor de tags sous une lumière hypnotique sont exceptionnelles. Un très bon film!

D'après une histoire vraie (Delphine de Vigan)

note: 4Troublant JM - 14 janvier 2016

Après le succès de son roman « Rien ne s’oppose à la nuit » Delphine de Vigan raconte comment elle a dû faire face à une situation difficile. Ce roman qui racontait une part intime de sa vie lui a attiré, d’une part, les foudres d’une partie de sa famille et d’autre part l’a anéantie comme si elle avait tout donné au lecteur et se sentait incapable d’écrire à nouveau. C’est dans ce climat de vulnérabilité qu’elle raconte sa rencontre avec une femme qu’elle appelle L. Elle se présente comme une sorte de nègre qui écrit pour des vedettes ou autres célébrités. Peu à peu L va s’infiltrer dans sa vie jusqu’à la dévorer. Delphine de Vigan sait saupoudrer son roman de détails suffisamment crédibles pour faire naviguer le lecteur entre fiction et réalité et pour semer le trouble.
Un roman assez curieux qui traite de la complexité de la création littéraire ou quand la fiction flirte avec la réalité. Construit comme un roman policier l’histoire reste palpitante jusqu’à la fin.

Garden of love (Marcus Malte)

note: 4Un polar original JM - 14 janvier 2016

Alexandre est un flic sur la touche, il vit du mieux qu’il peut en cerné par ses vieux démons et ses deuils. Un jour, il reçoit un manuscrit anonyme qui décrit avec précision sa propre vie où seuls les noms sont différents. Le roman est un peu difficile à résumé car c’est à la lecture que l’on construit peu à peu l’histoire avec des personnages plus ou moins attachants. Peu à peu toute l’intrigue se construit comme un puzzle.
La construction est audacieuse et l’intrigue même si elle est palpitante n’est pas toujours facile à suivre. Il faut se détacher de certaines conventions pour apprécier cette histoire entre raison et folie, entre fiction et réalité. Même si l’on ne comprend pas tout, il faut l’accepter et se laisser porter par l’histoire, elle en vaut la peine

L'étrange affaire du cadavre souriant (Miguel Miranda)

note: 4Un détective venu du Sud JM - 14 janvier 2016


Sur les coteaux escarpés de Porto, dans une luxueuse propriété une femme est retrouvée morte, un étrange sourire accroché à ses lèvres. C’est Mario frança, détective privé, qui en charge de découvrir le meurtrier.
Mario França est un détective sympathique, jovial et plein d’humour exactement le contraire de tous les policiers nordiques sombres et dépressifs. Voici un roman policier à la construction classique mais où l’enquêteur est bien imaginé et drôle.

Marie Curie prend un amant (Irène Frain)

note: 4Portrait inattendu JM - 14 janvier 2016

En novembre 1911 les vendeurs de journaux crient une nouvelle d’exception dans les rues de Paris : « Marie Curie a un amant ». Alors que Pierre Curie est mort depuis 5 ans, sa femme Marie redécouvre une vie de femme amoureuse auprès de Paul Langevin, lui aussi brillant scientifique. Alors qu’elle s’apprête à recevoir son deuxième prix Nobel, on lui trouve tous les défauts et la presse s’acharne sur elle.
Irène Frain nous propose une biographie très bien documentée et agréable à lire. Elle dresse le portrait d’une femme exceptionnellement brillante et libre.
Elle y relate aussi des anecdotes, les portraits de la femme et de la belle-mère de Paul Langevin sont particulièrement savoureux. A lire !

Madame Pamplemousse n° 1
Madame Pamplemousse et ses fabuleux délices (Rupert Kingfisher)

note: 5Un véritable délice Rachel - 2 janvier 2016

Madeleine a douze ans alors qu'elle se découvre un véritable don pour la cuisine. Esclave de son oncle, patron d'un infect restaurant parisien, elle ne tardera pas à découvrir une boutique reculée dirigée par l'énigmatique Mme Pamplemousse et son chat Camembert. Avec eux, Madeleine va apprendre à cuisiner sans suivre de recettes, en suivant son cœur.
Un roman agréable et alléchant à lire, dans un Paris poétique et rêveur, pour voir la cuisine d'un autre œil, plus poétique.

La fille du train (Paula Hawkins)

note: 2Décevant ! Victoria, MMC - 29 décembre 2015

Peut-être qu'à force d'en entendre dire du bien un peu partout, mes attentes étaient trop hautes... Bien que j'ai lu ce roman en quelques jours seulement, je ne suis vraiment pas convaincue. Comprendre qui est le tueur à un peu plus de la moitié du livre, c'est déjà mauvais signe... Et puis le début est long à se mettre en place et j'ai eu bien du mal à rester dans l'histoire.
J'aime les polars qui me tiennent en haleine, ceux pour qui on hésite pas à veiller tard le soir alors qu'on travaille tôt le lendemain. Là, ce n'est pas le cas...

Amateurs de polars ou thrillers, passez donc votre chemin !

Prête à tout (Joyce Maynard)

note: 5réjouissant ! Victoria, MMC - 29 décembre 2015

Disons le d’entrée : j’ai beaucoup apprécié ce roman, et j’aime décidément beaucoup Joyce Maynard ! Inspiré d’un fait divers, ce roman met en scène l'Amérique profonde, où une femme mariée trop vite et trop jeune va orchestrer le meurtre de son mari en manipulant un groupe d’adolescents à la dérive.
Dans ce roman choral, l’auteure fait entendre les témoignages des différents protagonistes, impliqués de près ou de loin dans l’affaire. Simple intrigue policière à la base, “Prête à tout” est également une critique virulente de la société de l'apparence et des médias. La construction en courts chapitres est parfaitement maîtrisée, est fait de ce roman un véritable page turner dont on a bien du mal à se détacher.
Une excellente lecture que je recommande !

Les pays (Marie-Hélène Lafon)

note: 5Itinéraire pudique d'une ascension sociale - 19 décembre 2015

On peut être fille de paysans du Cantal et brillante élève à l'école, faire des études à la Sorbonne, devenir enseignante. C'est l'itinéraire de Claire dans ce roman (qu'on devine autobiographique), qui évoque avec beaucoup de subtilité la distance qui s'installe quand le chemin de vie diffère de celui de la famille...
Très beau !

L'échappée (Valentine Goby)

note: 5Musique et amour interdit - 18 décembre 2015

Madeleine est une jeune paysanne bretonne, femme de chambre dans un hôtel occupé par les Allemands. Un officier lui demande de tourner les pages de ses partitions lorsqu'il joue au piano. Elle est progressivement touchée par la musique, univers inconnu, mais aussi par cet homme sensible...
Un beau roman qui déploie la vie de Madeleine, de sa jeunesse jusqu'à sa maturité, dans un contexte historique qui n'a pas été tendre pour les femmes.


Passé imparfait (Julian Fellowes)

note: 5Drôle et touchant - 17 décembre 2015

Le narrateur de ce roman est sollicité par un vieux camarade d'études à Cambridge pour l'aider à retrouver celle de leurs congénères de ces temps lointains qui aurait eu un enfant de lui. A partir de là, on suit ce personnage dans sa quête, dans les affres de sa vie sentimentale actuelle, et surtout aussi dans la restitution de ce qu'a été la vie de cette jeunesse dorée dans les années 50 en Angleterre. Nous naviguons alors dans les hautes sphères de l'aristocratie, mais être adolescent dans les années 50 n'est facile pour personne... Et découvrir, des dizaines d'années plus tard, ce que chacun est devenu dans une société dont les codes ont éclaté peut se révéler assez surprenant !
Un gros roman très bien écrit, intéressant et divertissant.

Dix-sept ans (Colombe Schneck)

note: 5Devenir une femme à dix-sept ans - 12 décembre 2015

L'adolescence, l'âge des possibles, de la légèreté ? A dix-sept ans, l'auteur a vécu un terrible rappel à sa condition de femme. De très nombreuses années plus tard, elle trouve la force de raconter ce qu'elle n'a jamais oublié.
Très court, très fort.

Abraxas (Jacques Audiberti)

note: 4Invitation au Voyage S.BASSET - 11 décembre 2015

"Abraxas", c'est une "Invitation au Voyage", un "bateau Ivre", qui nous fait vivre les aventures d'un jeune peintre dans un Portugal mi-imaginaire du quinzième siècle. L'écriture est extrêmement riche, extrêmement travaillée, mais pue s'avérer ardue, voire décourageante. Plus qu"un roman, c'est un poème !

Matin brun (Franck Pavloff)

note: 5Effrayant , Matin Brun de Franck Pavloff - 10 décembre 2015

Il est des livres importants, Matin brun en est un. Onze pages sur la lente chute d’un état dans le totalitarisme. Onze pages qui ont le mérite de rappeler les dangers de l’intolérance et du fascisme. Onze pages révélatrices de l’inconscience collective dans de tels moments. Une lecture qui montre que l'on est à l'abri de rien.

Les grandes villes n'existent pas (Cécile Coulon)

note: 4Raconter la vie - 5 décembre 2015

"Raconter la vie" , c'est la collection dans laquelle est publié ce livre, et c'est le projet fou de l’historien Pierre Rosanvallon, professeur au Collège de France, spécialiste de l’histoire de la démocratie : donner une voix au « Parlement des invisibles ». Un site internet (http://raconterlavie.fr/ ) où chacun peut témoigner, et des livres confiés à des « plumes » qui proposent des récits sociologiques, ethnographiques, littéraires…
Dans "Les grandes villes n’existent pas" (2015), Cécile COULON, jeune et talentueuse romancière auvergnate, évoque à travers ses souvenirs la vie des jeunes dans les villages isolés du Cantal. Un témoignage sur un aspect de la ruralité bien connu aussi dans d'autres départements et régions.
A découvrir aussi dans cette collection : "Le corps des autres", d'Ivan Jablonka (ou comment un historien découvre le travail des esthéticiennes), et "Le moindre mal" de François Begaudeau (une infirmière vue par un écrivain).

Un chat dans l'oeil (Silvana Gandolfi)

note: 5La vision d'un chat... Rachel - 28 novembre 2015

Dante est un garçon italien, séjournant chez sa grand-mère vénitienne pendant l'absence de ses parents est malheureux. Hélas, Dante ne peut se faire comprendre par personne jusqu'à ce qu'il rencontre Casimo Dolent, censé lui donner des cours particuliers en raison de ses mauvais résultats. Ce vieil homme bizarre et drôle séduit tout de suite le jeune garçon. Amoureux des chats, amateur de chocolats chauds et de bâtons de réglisse, il apprendra à Dante la télépathie grâce au chocolat chaud mais aussi à devenir ami avec un chaton nouveau-né nommé Virgile.
Une amitié va alors naître entre Dante et Virgile; peut-être grâce à leur capacité à voir dans l’œil de l'autre.
Mais quand Dante va s'apercevoir que Virgile abandonné est en danger, il ne va pas pouvoir le supporter, se lançant à la poursuite des ravisseurs.
Un roman émouvant, agrémenté par des joies et des peines, comme en est ponctuée la vie.

Carnet intime (Zep)

note: 5Du beau et du beau/ Carnet intime par Zep - 28 novembre 2015

Quand Zep sort un peu des sentiers battus cela donne un carnet intime et quel plaisir pour nos yeux ! Des paysages de vacances rapidement (ou pas) croqués, un peu d'aquarelle artistiquement maitrisée qui donne un tout délicat et élégant. L'occasion de nous transporter durant ces quelques pages dans un univers de voyage et d'instant présent. Les dessins sont accompagné d'une petite note datée, petite réflexion de l'instant, pensées aux airs d' haïku. Un retour aux sources bienvenue, léger, qui donne envie de partir en vacances à notre tour.

Orange n° 1 (Ichigo Takano)

note: 4Orange - 25 novembre 2015

Je recommande Orange parce que l'histoire est bien (mélange des genres littéraires) et les illustrations m'ont plu. Ca m'a donné envie de lire le deuxième volume.

L'invitation (Jim)

note: 4Etonnant, l'invitation de Jim et Dominique mermoux - 25 novembre 2015

Voici une belle bande dessinée qui donne à réfléchir sur l'amitié et sur sa relation aux autres. Si au départ je n'était pas trop emballé par le graphisme de cette BD, la lecture m'a vraiment séduite et j'ai pu y trouver une véritable réflexion. L'histoire commence dans la chambre de Raphaël en pleine nuit. Raphaël et sa compagne Helen dorment lorsque le téléphone sonne : c'est Léo, le vieux pote de Raphaël, qui appelle, il est en panne avec sa voiture à plus d'une heure de route et demande à son ami de venir le dépanner... Ira, ira pas ? C'est aussi cela l'amitié, il n'y a aucune règle sur ce qu'on doit faire ou non pour l'autre, rien n'est imposé, à chacun de faire son choix . Un roman graphique étonnant teinté d'amertume et d'humour.

Camille redouble (Noémie Lvovsky)

note: 4Irrésistible, Camille redouble de Noémie Lvovsky - 25 novembre 2015

Au départ un synopsis aux airs de déjà vu : Camille a 16 ans lorsqu'elle rencontre Eric. Ils s'aiment et Camille donne naissance à une fille. 25 ans plus tard, Eric quitte Camille pour une femme plus jeune. Après une soirée bien arrosée du 31 décembre Camille se retrouve soudain renvoyée dans son passé. Elle a de nouveau 16 ans ...
J'ai trouvé ce film éblouissant de tendresse, et un parfait mélange entre rire et mélancolie. Noémie Lvovsky arrive à cerner ces petits rien qui font tout, son personnage retourne dans le passé non pas pour changer le présent mais pour (re)vivre des instants précieux,la vie quotidienne avec ses parents, les folies adolescentes avec ses amies, son premier amour. Ce film à un je ne sais quoi de très émouvant, comme une sorte de madeleine de Proust version cinéma. Quelques scènes sont vraiment drôles par leur côté décalé et le jeu d'acteur est simple, bien pensé, efficace. La BO pop est vraiment bienvenue et donne envie de légèreté, de frivolité et d'un peu de folie.
"Camille redouble" un film pleins de charme et de poésie, et carpe diem !

Vérité, vérité chérie (Valérie Zenatti)

note: 4La vérité qu'on vous cache... Rachel - 17 novembre 2015

Camille est une petite louve adorable et parfaite. Excellente à l'école, elle obtient une moyenne de 30/20 sans faire beaucoup d'efforts pour autant! Choyée comme il se doit par ses parents, elle n'a pas d'expérience sur les dangers de la vie extérieure, par delà la forêt.
Mais sa vie tranquille (peut-être même un peu trop) va basculer du jour au lendemain avec un devoir d'école s'avérant difficile...
Camille va alors s'apercevoir que ses parents lui cachent l'existence de son grand-père... Et pour cause!
Mais à quoi servent les tables de multiplication et la conjugaison du futur lorsqu'on ne peut pas évaluer sa vie?
Une très belle histoire, où s'allient évènements quotidiens et exceptionnels.
Pour atténuer le côté un peu dure de cette vérité, les personnages sont des loups... Délicate attention!

Vieux royaume n° 1-2
Récits du Vieux Royaume (Jean-Philippe Jaworski)

note: 4Des récits de S.BASSET - 17 novembre 2015

Ce livre contient tout d'abord un recueil de nouvelles ("Janua Vera"), où figure de très beaux textes imprégnés du genre "Fantaisy", écrits dans une langue d'une grande tenue littéraire. "Janua Vera" est suivi par une sorte de roman de cape et d'épée, "Gagner la guerre", foisonnant, gouailleur, superbement écrit également, et qui installe définitivement Jean-Philippe Jaworski comme étant un des grands auteurs de "Fantaisy", sur la scène francophone et au-delà.

L'intérêt de l'enfant (Ian McEwan)

note: 5Très beau roman juridique - 13 novembre 2015

Fiona, brillante magistrate anglaise londonienne de 59 ans, est spécialisée en droit de la famille. A ce titre, elle doit rendre des jugements dans des situations souvent difficiles, qui appellent des analyses pointues sur le plan juridique mais suscitent aussi beaucoup de réactions sur le plan moral. Perturbée par une affaire de bébés siamois (fallait-il les séparer et condamner l’un à mort pour donner toutes ses chances à l’autre ?), elle sent sa vie personnelle vaciller lorsque son mari lui annonce ses velléités d’aventure extraconjugale. C’est alors qu’un nouveau jugement se présente à elle : le cas, urgent, d’un adolescent leucémique qui refuse une transfusion indispensable à sa vie, du fait de son appartenance aux Témoins de Jéhovah.
Ce roman très britannique nous plonge dans le milieu juridique, autour d’une question centrale : où est l’intérêt de l’enfant ? Le rythme du roman est trépidant malgré l’exploration des problématiques juridiques, et on s’attache au personnage de Fiona et au cheminement de sa réflexion, malmenée par ses problèmes personnels. Difficile d’interrompre sa lecture car on a envie de savoir la suite !
J’ai beaucoup aimé ce livre, qui articule avec finesse l’analyse juridique et l’interrogation morale, dans un cadre romanesque très réussi.

Kaboul disco n° 1
Comment je ne me suis pas fait kidnapper en Afghanistan (Nicolas Wild)

note: 4Kaboul disco/ Nicolas Wild - 12 novembre 2015

Nicolas Wild, auteur de bande-dessinée un peu désœuvré accepte de partir quelques mois en Afghanistan dans le but de mettre en image la constitution Afghane. Travaillant pour Zendagui, une agence de communication, il nous raconte sa vie là-bas, ce qu'il fait, ce qu'il voit. Dans cette bande-dessinée reportage les thèmes abordés sont nombreux : le passé récent de l’Afghanistan en guerre, la vie d'expatrié, les difficultés d'un pays illettré, le narco-trafic... A la lecture cette BD est pleine d'humour et d'autodérision et permet de mieux comprendre les enjeux de ce pays sans être pour autant moralisateur ou donneur de leçon. Une lecture enrichissante et très sympa. (De plus le tome 2: Comment je ne suis pas devenu opiomane en Afghanistan, est tout aussi réussi !)

Mauve (Marie Desplechin)

note: 1Suite insignifiante Rachel - 10 novembre 2015

Un troisième tome très décevant d'une série se dégradant au fur et à mesure. La poésie qui présidait les romans de Marie Desplechin a laissé place à un témoignage certes vrai, mais grave et triste: le harcèlement à l'école.
La famille sorcière de Verte va devoir combattre contre les ténèbres du mal, des scolopendres argentés et une bague tressautant lorsqu'on parle de Mauve.
Mauve... Nouvelle au collège, elle n'hésite pas à lancer des insectes sur Pome et Verte, empoisonner leur nourriture etc.
L'auteure a voulu faire entrer dans cette série des évènements paranormaux et en même temps d'actualité.
Une suite frustrante pour une série qui commençait si bien...

L'homme de la montagne (Joyce Maynard)

note: 4une belle découverte ! Victoria, MMC - 10 novembre 2015

En 1979, aux alentours de San Francisco, les cadavres de jeunes femmes sont découverts dans les montagnes, sans que l'enquête de la police, conduite par le père des deux jeunes héroïnes, n'aboutisse à la moindre piste. La psychose s'empare alors de la ville.
Ne vous attendez pas pour autant à un polar, même s'il y a bien meurtres et enquête, le récit tient davantage du portait de famille. J'ai de nouveau été séduite par Joyce Maynard, qui parle si bien de l'enfance, de l'adolescence, des histoires de familles et des relations humaines en général. Un roman envoûtant et fort, à lire !

Les Colombes du Roi-Soleil n° 7
Un corsaire nommé Henriette (Anne-Marie Desplat-Duc)

note: 5Larguez les amarres! Rachel - 9 novembre 2015

Henriette est une jeune fille du 17ème siècle pensionnaire à la maison royale de Saint-Cyr. Ancienne habitante de Saint-Malo, elle n'abandonne pas son envie de naviguer par delà les océans. Malgré les contraintes de sa mère et de sa sœur qu'Henriette juge "coincées", la jeune fille connaitra les joies et les malheurs des navigateurs. Saura-t-elle démontrer que les filles sont aussi habiles et intelligentes que les hommes?
J'ai beaucoup aimé cette histoire et la vérité qu'elle explique: les droits de la femme très limités à cette époque lointaine et on ne reste pas trop dans le contexte quelque peu lassant de Versailles.

Pome (Marie Desplechin)

note: 3Sorcellerie ennuyeuse Rachel - 9 novembre 2015

J'ai préféré le tome précédent, contant la vie emplie de sorcellerie de Verte.
Celui-là est un peu monotone et devient moins intéressant et moins agréable à lire.
L'action reste rare et l'auteure ne s'est pas contentée de conter la vie d'une famille. La présence de Pome, l'amie sorcière de Verte n'est pas indispensable et même insignifiante...
Vraiment décevant.

La troisième vengeance de Robert Poutifard (Jean-Claude Mourlevat)

note: 5Méfiez-vous de vos maîtres! Rachel - 8 novembre 2015

Robert Poutifard a soixante ans et vient de prendre sa retraite d'instituteur. Il est le martyre des enfants, même lorsqu'il était enfant lui-même, il les détestais déjà: à l'école, ils lui arrachaient son pantalon et lors de sa carrière, ils le forçaient à s'égosiller et à se ridiculiser en public.
Pendant ses études, ils ne pensaient qu'à une chose: "Pendant ma carrière, je pourrais me venger de tous les malheurs qu'ils m'ont faits!"
Hélas, il ne le put pas, aussi maintenant qu'il ne travaillait plus, il se promit de venger trois élèves particulièrement insupportables...
Un récit très drôle où Jean-Claude Mourlevat conte avec humour et émotion une vie assez étrange d'un maître d'école loufoque.

Les zinzins de l'assiette (Audren)

note: 1Fade... Rachel - 8 novembre 2015

Imaginez...
Un appartement, quatre demis-frères (tous nés de pères inconnus) et une mère nulle en cuisine. Pour son anniversaire, ses fils lui offrent un livre de cuisine. Quelques mois après, les enfant découvrent le livre sous une couche de poussière. Alors, ils se mettent aux fourneaux et préparent des plats raffinés à leur mère épuisée...
Malgré cet enthousiasme culinaire, ce livre est profondément fade et manque de rebondissements.

Verte (Marie Desplechin)

note: 5Sorcière contre son gré... Rachel - 8 novembre 2015

Verte est une fille de 11 ans s'efforçant de paraître normale, ce qui lui est difficile (en partie à cause de son prénom). Effectivement, sa grand-mère est sorcière, sa mère est sorcière, Verte doit devenir sorcière elle aussi. Mais la fillette ne montre aucune disposition à la sorcellerie, au grand désespoir de sa famille (entièrement constituée de femmes). Par désespoir de cause, sa mère Ursule l'envoie passer le mercredi chez sa grand-mère Anastabotte, vieille dame drôle et sympathique.
Un jour, Verte montre des signes inattendus... La vaisselle se casse au fur et à mesure qu'elle se dispute avec sa mère, les fenêtres s'ouvrent toutes seules... Bref, Verte comprend vite qu'elle n'échappera pas à la magie familiale et décide d'utiliser ses pouvoirs pour de bonnes causes...
Un roman très drôle et original, dépeignant le quotidien d'une sorcière au XXIème siècle. Et vous, croyez-vous aux sorcières?

Les sautes d'humour de Jane Austen (Jane Austen)

note: 5un concentré de Jane Austen - 7 novembre 2015

Classées par thèmes ces citations extraites de l’œuvre de Jane Austen donnent un bon aperçu de son talent et de son esprit, et donnent envie de lire (ou de relire encore) l’œuvre de cette grande romancière anglaise.

La source (Anne-Marie Garat)

note: 5Un roman fascinant - 7 novembre 2015

Une jeune professeure revient sur les traces d’un souvenir d’enfance dans un village qui perd peu à peu toutes ses activités et ses habitants. Le village n’ayant plus d’hôtel elle est hébergée par Lottie une vieille femme qui accueille parfois des randonneurs dans sa maison isolée, qui va lui raconter sa vie et celle des habitants de cette étrange maison, proche de la nature. Dans ce très beau roman nous démêlons peu à peu les fils bien emmêlés de plusieurs destins. La narratrice y découvrira bien plus que le sujet d’étude qu’elle cherchait au départ pour ses étudiants.

Pars avec lui (Agnès Ledig)

note: 1dégoulinant de bons sentiments... Victoria, MMC - 6 novembre 2015

Les amateurs d'Agnès Ledig et des romans où des personnes aux destins brisés se reconstruisent ensemble apprécieront peut-être ce livre. Pour ma part, peu sensible à tous ces bons sentiments étalés à chaque page, je l'ai trouvé plein de clichés. Malgré quelques rares passages qui auraient mérité d'être creusés, je me suis ennuyée. Ce n'est définitivement pas mon style…

Toute la lumière que nous ne pouvons voir (Anthony Doerr)

note: 4Un beau moment de lecture Victoria, MMC - 6 novembre 2015

Ce prix Pulizer est assurément une réussite! A travers de courts chapitres, les destins de Marie-Laure et de Werner s'entrecroisent, se font écho dans l'Europe déchirée des la Seconde Guerre mondiale.
Le roman se lit aisément, on accroche immédiatement grâce aux courts chapitres alternant les points de vue, ce qui nous pousse à nous attacher aux différentes figures présentées.
Un ouvrage très documenté où la jolie plume d’Anthony Doerr nous emporte loin sur les côtes de Saint-Malo.

Les gens dans l'enveloppe (Isabelle Monnin)

note: 4novateur ! Victoria, MMC - 5 novembre 2015

C’est un projet original que propose Isabelle Monnin : tout commence par l'achat d’un lot de photos de famille. L'idée lui vient alors d'imaginer la vie de ces gens qu'elle voit sur les clichés, ces gens dans l'enveloppe, mais aussi, une fois la fiction terminée, de les retrouver et de recueillir leur histoire. Elle se promet également de ne rien modifier à son roman une fois qu'elle aura découvert leur véritable histoire.
C’est ainsi qu’on se retrouve avec un livre en trois parties : la vie de ces gens sous forme de fiction, la partie consacrée à l’enquête, et un CD de titres d’Alex Beaupain, séduit par le projet un peu fou de son amie romancière.
Il est pour le moins émouvant de voir les réactions des membres de la famille face à la démarche de l'auteur et de voir se tisser de solides liens d'amitié entre eux. On observe également quelques coïncidences troublantes entre la fiction et la réalité. L'ensemble laisse un grand sentiment de plaisir à la fin !

Les quatre saisons de l'été (Grégoire Delacourt)

note: 4histoires d'amour, histoires de vie Victoria, MMC - 5 novembre 2015

Au travers de divers personnages et histoires, Grégoire Delacourt explore la relation amoureuse à divers âges et sous toute ses formes. Son style est simple, il va droit au but sans fioritures, et met en place certains thèmes récurrents tout au long du livre, dont la musique de Cabrel et la symbolique des fleurs : une jolie touche de sensibilité. Cela donne un roman agréable et léger. Une jolie réussite et un bel hymne à l’amour !

L'affaire SK1 (Frédéric Tellier)

note: 4Policier JM - 28 octobre 2015

Le film retrace l’histoire de Guy Georges dit « le tueur de L’est Parisien ». Le scénario se déroule sur deux plans : l’enquête menée par un jeune flic du 36 quai de Orfèvres (Raphaël Personnaz) et le procès de Guy Georges défendu par deux avocats (dont Nathalie Baye) qui vont essayer d’extraire l’humanité de cet homme. On remarquera le jeu exceptionnel d’Adama Niane dans le rôle de Guy Georges qui par un regard peut vous pétrifier de terreur et c’est sans doute grâce à sa prestation que le film est réussi. L’ambiance de la police dans les années 1985 /90 est assez bien rendue entre cigarettes et sandwichs avalés sur le pouce. Un bon film policier

Tout pour plaire (Ingrid Desjours)

note: 4Ne vous fiez pas aux apparences! JM - 28 octobre 2015

Ils ont tout pour plaire, David et Déborah incarnent le couple parfait, beaux, riches et heureux mais faut-il les envier ? David a un frère un peu moins lisse et reluisant et quand il débarque chez eux pour quelques jours l’histoire du roman commence car les certitudes vont s’écrouler, le vernis de respectabilité va se craqueler jusqu’au chaos.
Ingrid Desjours est psycho-criminologue et elle va se servir de son expérience pour nous livrer un polar haletant où chaque fois que le lecteur va se conforter dans une piste, elle va l’en détourner pour l’emmener sur d’autres chemins tout aussi incertains. Elle s’amuse et nous « emberlificote » pour nous emmener au bout de l’histoire et ne rien lâcher.

Otages intimes (Jeanne Benameur)

note: 5Sur la liberté JM - 28 octobre 2015

Reporter de guerre, Etienne, est enlevé et gardé en otage dans un pays que l’on ne connait pas et par des gens dont on ne connait pas les revendications car là n’est pas le cœur du roman. Quand Etienne sera libéré il va retourner dans sa région natale afin de renouer avec la vie. Là, il va retrouver sa famille et ses amis. Il y Enzo menuisier et violoncelliste, Jofranka devenue avocate en droit international et la mère d’Etienne qui retrouve son fils après la peur et l’angoisse de l’avoir perdu.
Pour renouer avec la vie Etienne va devoir réapprendre le goût des choses, la saveur du vin, la caresse du vent et l’amour qui peut-être peut éloigner la fureur et la haine.
Le roman de Jeanne Benameur retrace le chemin d’Etienne vers la liberté retrouvée, la liberté vraie celle que l’on gagne en atteignant l’intime de soi.

Ma maman Ourse est partie (René Gouichoux)

note: 5maman ourse est partie/ René Gouichoux - 27 octobre 2015

Aborder la mort chez les tout-petits est un exercice difficile quand certains tabous demeurent encore dans notre société actuelle. René Gouichoux le fait avec une tendresse et une simplicité émouvante. Petit ours a perdu sa maman ours, elle ne reviendra pas, n'est pas juste partie se balader. Mais sa maman ours existera à jamais dans son cœur .... Un album à lire sans restriction d'âge, pour les petits comme pour les grands. Un album beau, touchant qui peut aider un petit peu à mieux appréhender la mort.

Soundtrack from Twin Peaks (David Lynch)

note: 4Soundtrack from Twin Peaks - 27 octobre 2015

Une super B.O mystique qui fait écho à la magnifique série de David Lynch, Twin Peaks. Une mélodie mystique et old school emprunte de son de nature et de cascade avec une lenteur appréciée. Certains morceaux un peu jazzy rappellent le côté kitsch décalé de la série. Un album doux et évadant qui nous emmène dans un univers parallèle comme le fait si bien la série !

Maigret à New-York (Georges Simenon)

note: 2Très moyen Emmanuel, MMC - 23 octobre 2015

Probablement, le moins intéressant des Maigret : intrigue contestable, chute presque évidente et un Maigret à la retraite dont on ne connaît pas grand chose au final...

Hobbit (The)
Le Hobbit (Peter Jackson)

note: 3Une sensation de déjà vu Emmanuel, MMC - 23 octobre 2015

Le malheur a peut-être été d'enchainer ce film juste après la lecture du roman : l'univers imaginaire créé en lisant se voit perturbé par les choix narratifs et esthétiques du réalisateur. C'est frustrant !
Passons. Ce film est tout de même une grande production de qualité, avec un casting efficace, un scénario magique (merci Tolkien) et des effets éblouissants... dans la continuité du Seigneur des Anneaux. C'est peut-être là le problème de fond : un sentiment de déjà vu dans une autre trilogie.

Hobbit (Le)
Le Hobbit (Peter Jackson)

note: 3Entre 2 Emmanuel, MMC - 23 octobre 2015

Peter Jackson a pris bien des libertés avec Tolkien. Certes, on ne peut jamais suivre à la lettre le texte et chaque lecteur a son imaginaire... et, chose incontestable, l'imaginaire de Jackson est aussi vaste que ses facéties ! Toutefois, ce second volet du Hobbit n'est qu'un pont narratif qui traine parfois en longueur et qui sert à nous préparer au grand final. Du moins, espérons-le !

La maison des petits bonheurs (Colette Vivier)

note: 5Une poésie parisienne Rachel - 22 octobre 2015

Aline Dupin écrit son journal intime décrivant le Paris des années 30. De février à avril, en passant par la fête de la voisine, le goûter de ses amies et une loterie... Bref, les petits bonheurs que la vie peut nous offrir lorsqu'on a 11 ans, une grande sœur très vantarde, un petit frère peureux de tout (sauf de partir à l'aventure), des parents bons et généreux et des voisins bien excentriques! Mais malgré un gai violoniste habitant au rez-de-chaussée, la vie n'apporte pas que des bonheurs, comme la famille Dupin va le voir. Mais deux mois de tristesse , pour toute une vie de bonheur, ce n'est pas grand-chose!
Dans ce journal intime , Aline Dupin nous raconte sa vie d'une manière si touchante que c'est tout juste si l'on n'a pas envie d'être à sa place !

Gone fishin' (Jérôme Pietri)

note: 5On va à la pêche ? Emmanuel, MMC - 22 octobre 2015

Qui aurait cru qu'on puisse faire un album de blues qui sente le bayou et les champs de coton en pêchant dans les lacs et rivières auvergnates ?!... Jérôme Pietri l'a fait !
Voilà un album qui coule de source et une guitare qui vous tient fermement au bout de ses cordes. Ici l'appât est une voix blues ensorcelante. On se laisse entrainer par le courant jusqu'au moment final... Trop dur la vie de poisson !