Recherche


Avis de lecteurs

Carnet de prison (Galien)

note: 4«Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts» Isaac Newton Jérôme - 29 janvier 2024

"Meilleur texte" [...] selon le préfacier et écrivain communiste Alain Badiou sur la prison, qui y est "admirablement croquée" par l'auteur de bandes dessinées et dessinateur de presse (Le Sans-culotte [...]

L'horloge à l'envers n° 2
La pierre de folie (Anne Pouget)

note: 5Les experts Sylvie - 19 décembre 2023

Dans cette suite, nous retrouvons, avec plaisir, Samuel et son maître, le Diable Noir, Ambrine et la mirgesse.
L'arrivée de l'étrange Grand Pierre va amener nos amis à enquêter afin de [...]

On sème la folie (Laurent Bonneau)

note: 5"Travailler au métier d'homme" Sylvie - 19 décembre 2023

Cinq amis, la trentaine, se retrouvent le temps d'un week-end.
Ils évoquent les souvenirs, le présent et tentent de se projeter dans un futur qui demeure flou.
Des questionnements sur la vie, [...]

Oshi no ko n° 1 (Aka Akasaka)

note: 5L'étoile du mensonge Florian MSP - 3 janvier 2024

Un excellent manga de Aka Akasaka qui nous met en avant le monde du spectacle qui est un milieu où on voit beaucoup de noirceurs. Un gros coup cœur personnel [...]

Je suis leur silence (Jordi Lafebre)

note: 5Les voix d'Eva Sylvie - 8 février 2024

Eva est psychiatre. Fantaisiste, délurée, débordante de vitalité, c'est une jeune femme décalée et attachante.
Elle est contactée par une ancienne patiente pour venir l'assister suite au décès d'un oncle.
Eva [...]

Le boiseleur n° 1
Les mains d'Illian (Hubert)

note: 5Les oiseaux en bois Sylvie - 17 février 2024

Illian est un sculpteur sur bois très talentueux. Il travaille, sans relâche, pour M. Koppel, à fabriquer des cages en bois que ce dernier vend aux habitants de Solidor, la [...]

Abderrahmane Sissako

 
Abderrahmane Sissako. Source: Wikipedia

Abderrahmane Sissako est un cinéaste et réalisateur mauritanien, né le à Kiffa.

Le thème principal de son œuvre est l'exil, le déplacement. Il peint l'Afrique avec des touches autobiographiques. En 2015, il devient le premier cinéaste africain à obtenir le César du meilleur réalisateur pour Timbuktu.

Il fait partie, avec Ousmane Sembène, Djibril Diop Mambety, Souleymane Cissé, Idrissa Ouedraogo et Alain Gomis, des rares cinéastes d'Afrique subsaharienne à avoir obtenu une notoriété internationale.

Biographie

Peu de temps après sa naissance, sa famille émigre au Mali son pays d'origine, où il suit une partie de ses études primaires et secondaires. Il fréquente le centre culturel soviétique et découvre la littérature russe lors d'un retour en 1980 en Mauritanie auprès de sa mère. Son ancien mari étant parti en Algérie avec son fils qui a étudié le cinéma, Abderrahmane Sissako a à coeur de remplacer ce demi-frère. Il obtient une bourse "de l'amitié des peuples", et part en Union Soviétique, à Moscou, pour étudier le cinéma au VGIK (Institut fédéral d'État du cinéma) de 1983 à 1989. Il fait souvent référence à son professeur Marlen Khoutsiev.

Au début des années 1990, Abderrahmane Sissako s'installe en France. En 1994, il obtient, lors du 4e Festival du cinéma africain de Milan, le Prix du meilleur court métrage pour son film Octobre. En 1999, lors de la 9e édition de ce même festival, il reçoit le Prix du meilleur long métrage pour La Vie sur terre, tourné l'année précédente.

Les succès de Bamako (2006) et de Timbuktu (2014), couronné par sept Césars, font de lui un cinéaste de renommée internationale.

Il a été également conseiller culturel pour le chef d'État mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, poste qu'il définit comme « ambassadeur culturel ».

Abderrahmane Sissako est aussi président de la CinéFabrique, école nationale supérieure de cinéma et de multimédia créée par Claude Mouriéras et basée à Lyon.

Opéra

En octobre 2020, il met en scène un spectacle musical, Le Vol du boli, en collaboration avec le metteur en scène rwandais Dorcy Rugamba et le cinéaste français Charles Castella, sur une musique du compositeur britannique Damon Albarn. Il est inspiré du journal de Michel Leiris, L’Afrique fantôme, qui confie sa honte d’avoir volé le boli, fétiche exposé au musée du Quai Branly sans que cela soit indiqué,.

D'abord diffusé en ligne du fait de l'Épidémie de COVID-19, le spectacle,, rencontre son public au Théâtre du Châtelet en avril-mai 2022 et en diffusion sur France 5.

Jurys de festivals

Il a participé à de nombreux jurys de festivals de cinéma :

  • Président du jury du festival Premiers Plans d'Angers en janvier 2007.
  • Membre du jury des longs-métrages au Festival de Cannes 2007.
  • Président du concours d'entrée à la Fémis en 2008.
  • Membre du jury du Festival international du film de Moscou 2014.
  • Président de la section Cinécoles au Festival international du film de Marrakech 2014.
  • Président du jury de la section Cinéfondation et courts-métrages au Festival de Cannes 2015.
  • Membre du jury du Festival international du film de Shanghai 2016.

Filmographie

  • 1989 : Le Jeu (35mm, 23 minutes), travail de fin d'études. Situé dans le désert mauritanien et tourné au Turkménistan.
  • 1993 : Octobre (35mm, 37 minutes), tourné dans la banlieue de Moscou. (Prix Un Certain Regard au Festival de Cannes, Prix du meilleur court métrage au 4e Festival du cinéma africain de Milan).
  • 1995 : Le Chameau et les bâtons flottants (vidéo, 6 minutes) d'après Jean de La Fontaine. Adaptation tournée en Mauritanie.
  • 1996 : Sabriya (vidéo, 26 minutes), dans la collection initiée par Arte, Africa Dreaming. L'action est située en Tunisie.
  • 1997 : Rostov-Luanda (vidéo, documentaire de 59 minutes. Dans le cadre de documenta X Kassel). Sur un ancien guérillero de la guerre pour la libération de l'Angola, qu'Abderrahmane Sissako avait rencontré seize ans plus tôt, à Moscou. (Prix de la meilleure vidéo au 8e Festival du cinéma africain de Milan)
  • 1998 : La Vie sur terre (35mm, 67 minutes) (Prix du meilleur long métrage au 9e Festival du cinéma africain de Milan et Mention spéciale du jury au FESPACO 1999), tourné au Mali dans le village de son père.
  • 2002 : En attendant le bonheur (Heremakono) (35mm, 90 minutes) (Grand prix-Étalon de Yenenga au FESPACO 2003), inspiré au cinéaste par son bref retour en Mauritanie en 1980.
  • 2006 : Bamako, Grand prix du Public des Rencontres du Festival Paris Cinéma, Prix du Film du Conseil de l'Europe (2007), chanson du film interprétée par Oumou Sangaré
  • 2014 : Timbuktu (ou Le Chagrin des oiseaux) Sélection officielle Festival de Cannes 2014,,
  • 2024 : Black Tea, en compétition officielle à la Berlinale 2024

Distinctions

Récompenses

Pour La Vie sur terre :

  • Regard d'or au Festival international de films de Fribourg en 1999

Prix France Culture Cinéma 2003

Pour Timbuktu :

  • Festival international du film francophone de Namur 2014 :
    • Bayard d’Or du Meilleur film
    • Bayard d’Or du Meilleur scénario
  • Globe de Cristal 2015 : Meilleur film
  • Prix du meilleur film français du syndicat de la critique de cinéma
  • Prix Lumières 2015 :
    • Meilleur film
    • Meilleur réalisateur
  • César 2015 :
    • Meilleur film, avec sa productrice Sylvie Pialat
    • Meilleur réalisateur
    • Meilleur scénario original, avec sa femme Kessen Tal
    • Meilleure photographie pour Sofian El Fani
    • Meilleur montage pour Nadia Ben Rachid
    • Meilleure musique pour Amine Bouhafa
    • Meilleur son pour Philippe Welsh, Roman Dymny, Thierry Delor

Nominations et sélections

  • Sélections au Festival de Cannes :
    • 1993 : Un Certain Regard pour Octobre
    • 1998 : Quinzaine des Réalisateurs pour La Vie sur terre
    • 2002 : Un Certain Regard pour En attendant le bonheur
    • 2006 : Hors compétition pour Bamako
    • 2014 : Compétition officielle pour Timbuktu
  • Sélectionné au Prix Louis Delluc 2014 pour Timbuktu
  • Sélectionné à la Berlinale 2024 pour Black Tea

Décorations

  • 2016 : Grand officier de l'Ordre national du Mérite (Tunisie).

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

Articles :

  • Thomas Sotinel, « Abderrahmane Sissako. Pour en finir avec le cinéma du Nord », in Le Monde, , p. 19
  • Samuel Lelièvre, « Les cinémas africains, Abderrahmane Sissako et les frontières du monde », CinémAction, n. 137, 2010, p. 182-185.
  • Abderrahmane Sissako, une imposture mauritanienne, Mondafrique,
  • «Timbuktu» chahuté, pourquoi tant de haine?, RFI,
  • LIEVE JORIS Mali Blues "Je chanterai pour toi" edition BABEL

Liens externes

  • Ressources relatives à l'audiovisuel :
    • Africultures
    • AllMovie
    • Allociné
    • Ciné-Ressources
    • Filmportal
    • Filmweb.pl
    • IMDb
    • Korean Movie Database
    • Unifrance
  • Ressources relatives aux beaux-arts :
    • Museum of Modern Art
    • Union List of Artist Names
  • Ressource relative au spectacle :
    • Les Archives du spectacle
  • Ressource relative à plusieurs domaines :
    • Radio France
  • Portail du cinéma
  • Portail de la réalisation audiovisuelle
  • Portail de la Mauritanie
  • Portail de l’Afrique
  • Portail des cinémas d'Afrique

Ce contenu est mis à disposition selon les termes de Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Abderrahmane Sissako de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

Termes associés

DVD

Afficher "Timbuktu"