Recherche


Avis de lecteurs

J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond (Alexis Jenni)

note: 5La sobriété heureuse Agnès MMC - 16 décembre 2020

Ce livre raconte très simplement, mais avec beaucoup d'admiration et d'affection, la vie de John Muir, qui décide d'abandonner travail et famille pour arpenter les États-Unis et bien au-delà. Il [...]

La voyageuse de nuit (Laure Adler)

note: 4Un voyage au pays de la vieillesse Agnès MMC - 10 mars 2021

Pendant 4 ans, Laure Adler est allée à la rencontre de personnes d’un « certain âge », des vieux, des seniors, comme on les appelle poliment, connus ou inconnus qui [...]

La laitière de Bangalore (Shoba Narayan)

note: 4Un voyage en Inde Agnès MMC - 10 mars 2021

Après 20 ans passés au Etats–Unis la journaliste Shoba Narayan revient en Inde, à Bangalore, pour s’y installer avec son mari et ses deux filles qui ne connaissent quasiment pas [...]

Le dit du mistral (Olivier Mak-Bouchard)

note: 5Un véritable envoûtement. Un vrai coup de cœur Agnès MMC - 10 mars 2021

Ce qui m’a d’abord attirée dans ce livre c’est sa couverture très colorée, avec ce chat blanc, dont on apprend dans la lecture qu’il s’appelle le Hussard, qui passe devant [...]

Spy X Family n° 1 (Tatsuya Endo)

note: 5Un premier tome avec énormément de potentiel ! Victoria, MMC - 10 mars 2021

Dans la famille parfaite, je demande le père espion, la mère tueuse à gage, et la fillette télépathe ! Le jour où Twilight, l’espion le plus doué de sa génération, [...]

La somme de nos folies (Shih-Li Kow)

note: 4Un beau moment en Malaisie S.BASSET - 10 mars 2021

C'est une belle chronique de vie qui se passe en Malaisie, un conte doux-amer d'une grande bienveillance et qui nous fait découvrir une société multiculturelle dont je ne soupçonnais pas [...]

Tahar Ben Jelloun

 
Tahar Ben Jelloun. Source: Wikipedia

Tahar Ben Jelloun (en arabe : طاهر بن جلون) est un écrivain, poète et peintre franco-marocain né le ,, à Fès (Maroc). Il est lauréat du prix Goncourt pour son roman La Nuit sacrée.

Biographie

Après avoir fréquenté une école primaire bilingue arabo-francophone, il étudie au lycée Regnault (lycée français de Tanger) jusqu'à l'âge de dix-huit ans, puis fait des études de philosophie à l'université Mohammed V de Rabat, où il écrit ses premiers poèmes — recueillis dans Hommes sous linceul de silence (1971). Il enseigne ensuite la philosophie au Maroc. Mais, en 1971, à la suite de l'arabisation de l'enseignement de la philosophie, il doit partir pour la France, n'étant pas formé pour la pédagogie en arabe. Il s'installe à Paris pour poursuivre ses études de psychologie.

À partir de 1972, il écrit de nombreux articles pour le quotidien Le Monde. En 1975, il obtient un doctorat de psychopathologie sociale. Son écriture profitera d'ailleurs de son expérience de psychothérapeute (La Réclusion solitaire, 1976). En 1977, il tire de cette thèse un essai la plus haute des solitudes où il transcrit la misère psychologique, sexuelle et la solitude de travailleurs immigrés. En 1985, il publie le roman L'Enfant de sable qui le rend célèbre. Il obtient le prix Goncourt en 1987 pour La Nuit sacrée, une suite à L'Enfant de sable. Il était le premier auteur marocain qui a obtenu ce prix. En , il annonce sa candidature à l'Académie française, mais la retire le mois suivant. En 2008, il est élu membre de l'Académie Goncourt, en remplacement de François Nourissier démissionnaire.

Il participe en à un colloque international au Sénat de Paris sur l'islam des Lumières avec Malek Chebel, Reza, Olivier Weber, Abdelkader Djemaï, Gilles Kepel et Barmak Akram[réf. nécessaire].

Il écrit plusieurs ouvrages pédagogiques tel que Le Racisme expliqué à ma fille (1998), inspiré par une manifestation contre le projet des lois Pasqua-Debré, l'Islam expliqué aux enfants (2002), en réponse à l'Islamophobie suivant les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis, et Le Terrorisme expliqué à nos enfants (2016) depuis les attentats du 13 novembre 2015 en France et les autres attentats djihadistes en Europe. Il est régulièrement sollicité pour des interventions dans des écoles et universités marocaines, françaises et européennes.

En , il quitte les éditions Bompiani qui publia ses œuvres en italien pour fonder à Milan La nave di Teseo, une nouvelle maison d'édition, avec Umberto Eco[réf. nécessaire].

Aujourd'hui, Ben Jelloun est connu pour non seulement ses oeuvres littéraires, mais aussi ses apparitions dans les organes de presse, où il parle de l'expérience vécu, les injustices et les défis des Maghrébins qui habitent en France.

Œuvres

Diffusion internationale de l'œuvre

Tahar Ben Jelloun est l'écrivain francophone le plus traduit au monde.

L'Enfant de sable (Seuil 1985) et La Nuit sacrée, Prix Goncourt 1987, ont été traduits en quarante-trois langues dont (en plus de l'arabe, de l'anglais et des langues européennes) l'indonésien, le vietnamien, le hindî, l'hébreu, le japonais, le coréen, le chinois, etc.

Le Racisme expliqué à ma fille (un succès de librairie vendu à plus de 400 000 exemplaires,), est traduit en trente-trois langues, dont trois des onze langues principales d'Afrique du Sud (l'afrikaans, le swati et l'ixixhosa), le bosniaque et l'espéranto.

La plupart de ses livres ont été traduits en arabe, certains par l'auteur lui-même.

Récompenses et distinctions

Prix

  • 1976 : prix de l'amitié franco-arabe pour son recueil de poèmes Les amandiers sont morts de leurs blessures
  • 2005 : prix Ulysse pour l'ensemble de son œuvre
  • juin 2004 : prix IMPAC, reçu à Dublin Ce prix, décerné par un jury international après une sélection faite par 162 bibliothèques et librairies anglo-saxonnes, couronne le roman Cette aveuglante absence de lumière, écrit à la demande d'un ancien prisonnier du bagne de Tazmamart au Maroc, et après un entretien avec celui-ci.
  • 1987 : prix Goncourt pour La Nuit sacrée
  •  : prix international de poésie Argana, décerné par la Maison de poésie du Maroc
  •  : prix de la paix Erich-Maria-Remarque pour son essai L'Étincelle — Révolte dans les pays arabes

Distinctions

  • Il est fait commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres lors de la promotion du .
  • Le , il reçoit des mains du président de la République française Nicolas Sarkozy la croix d'officier de la Légion d'honneur (promotion du ).
  • En , il est promu commandeur de l'ordre national du Mérite en France.
  • Docteur honoris causa de l'université catholique de Louvain (1993).
  • Docteur honoris causa de l'Université de Montréal (2008).

Hommages

L'astéroïde (29449) Taharbenjelloun a été nommé en son honneur.

Prise de position sur la société française

Dans Le Monde du lundi , Tahar Ben Jelloun écrit une « Lettre au président de la République », l'invitant à plus de discernement dans ses propos (Nicolas Sarkozy s'était exprimé à Grenoble sur la possibilité de déchoir de la nationalité française une personne qui aurait commis un grave délit). Il veut lui rappeler sa position de chef de l'État et l'usage qu'il se devrait d'en faire vis-à-vis des valeurs de la République et de sa constitution.

Affaire de la "bonne marocaine" exploitée à Paris

Le 9 septembre 2000, le journal Libération publie un article dans son édition du week-end à propos d'une employée d'origine marocaine, Fatna S., ramenée du Maroc en France par Tahar Ben Jelloun en septembre 1999 afin de s'occuper de ses quatre enfants et de l'entretien de la maison familiale. Selon le quotidien, elle était employée dans « l'illégalité », et avait comme profession indiquée sur son passeport celle de « bonne ». Le Comité contre l'esclavage moderne avait été saisi.

Accusation de l'écrivain algérien Yasmina Khadra

Le 5 février 2021, Tahar Ben Jelloun est accusé par l'écrivain algérien Yasmina Khadra d'être à l'origine de son ostracisation par les institutions littéraires et les médias en France. Invité dans l’émission Maghreb-Orient Express (MOE) sur TV5 Monde pour la promotion de son livre Le baiser et la morsure, il a déclaré : « Quand vous avez un écrivain de renom, connu dans le monde entier, prix Goncourt, membre influent de l’Académie Goncourt, qui s’appelle Tahar Ben Jelloun, qui raconte partout depuis 20 ans, de janvier 2001 jusqu’à ce matin, que je suis un imposteur, que ce n’est pas moi qui écrit mes livres, qu’il connaît mon nègre. Et à travers ça, trouver toutes sortes de diffamations, d’affabulations, d’élucubrations les plus chimériques, alors j’ai écrit ce livre pour rassurer les miens et ceux qui apprécient mon travail pour leur dire que vous êtes en train de lire quelqu’un de brave, d’honnête et qui n’est jamais dans la polémique ».

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

  • Christian Bouillon, « Ben Jelloun Tahar », dans Christiane Chaulet Achour, avec la collaboration de Corinne Blanchaud (dir.), Dictionnaire des écrivains francophones classiques : Afrique subsaharienne, Caraïbe, Maghreb, Machrek, Océan Indien, H. Champion, Paris, 2010, p. 58-61 (ISBN 978-2-7453-2126-8)
  • Huda El Kadiki, Tahar Ben Jelloun au carrefour de l'Orient et de l'Occident, Université François-Rabelais, Tours, 2014
  • Salim Jay, Dictionnaire des écrivains marocains, Paris Méditerranée - Eddif, 2005

Liens externes

  • Ressources relatives à la littérature :
    • Étonnants voyageurs
    • Printemps des poètes
    • (en) Academy of American Poets
    • (en) Internet Speculative Fiction Database
    • (de) Kritisches Lexikon zur fremdsprachigen Gegenwartsliteratur
    • (en) The Paris Review
  • Site officiel
  • Tahar Ben Jelloun, « Une défaite de la pensée », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  • Marianne Payot, « Tahar Ben Jelloun, le conteur d’Orient », L’Express,‎ (lire en ligne)
  • Portail de la littérature francophone
  • Portail de la poésie
  • Portail de la paix
  • Portail du Maroc

Ce contenu est mis à disposition selon les termes de Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Tahar Ben Jelloun de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

Termes associés

RomanBiographie

Auteurs associés