Recherche


Avis de lecteurs

La prière d'Audubon (K?tar? Isaka)

note: 5la prière d'aubudon Isabelle - 22 avril 2021

un livre déroutant au départ, distrayant au fil des pages, pour finir par devenir fascinant... Je l'ai fini il y a un quinzaine de jours et je ne peux [...]

Le goût d'Emma (Emmanuelle Maisonneuve)

note: 4Un roman graphique gastronomique Agnès MMC - 10 mars 2021

L’histoire d’Emmanuelle Maisonneuve qui, suite à une candidature spontanée, est embauchée au guide Michelin, véritable bible de la gastronomie française. Son parcours sera difficile, face au machisme de la profession. [...]

La laitière de Bangalore (Shoba Narayan)

note: 4Un voyage en Inde Agnès MMC - 10 mars 2021

Après 20 ans passés au Etats–Unis la journaliste Shoba Narayan revient en Inde, à Bangalore, pour s’y installer avec son mari et ses deux filles qui ne connaissent quasiment pas [...]

La traversée des temps n° 1
Paradis perdus (Éric-Emmanuel Schmitt)

note: 5Une aventure exceptionnelle Frederic - 3 avril 2021

Ce livre est un vrai coup de cœur. Je ne connais pas les autres livres de cet auteur mais celui ci est juste formidable. Il a tout ce qu'il faut [...]

Malgré tout (Jordi Lafebre)

note: 5Une parenthèse enchantée Victoria, MMC - 12 février 2021

La particularité de cet album ? Sa construction ! Car oui, l’histoire d’Ana et Zeno nous est relatée…à l’envers ! L’histoire débute sur leurs retrouvailles alors qu’ils sont tous les [...]

Lady whisky (Joël Alessandra)

note: 4L’histoire vraie d’une femme passionnée de whisky. Agnès MMC - 10 mars 2021

Helen Frances Arthur a consacré une grande partie sa vie au whisky, rare femme acceptée dans cet univers très masculin. Lorsqu'elle décède en 2015, sa nièce et son mari, l'auteur [...]

Jean Carmet

 
Jean Carmet. Source: Wikipedia

Jean Carmet, né le à Bourgueil (Indre-et-Loire) et mort le à Sèvres (Hauts-de-Seine), est un acteur et scénariste français.

Biographie

Famille

Fils de Gabriel Carmet, bourrelier et petit viticulteur de Bourgueil (Indre-et-Loire), et d'Edmée Doublet, d'origine vendéenne, il interrompt encore jeune ses études et se rend à Paris où il devient figurant au Théâtre du Châtelet, puis à l’Opéra. Il est ensuite engagé comme régisseur stagiaire au Théâtre des Mathurins chez Marcel Herrand. Il fait de la figuration dans différents films (notamment dans Les enfants du paradis et dans Les démons de l'aube). Il rejoint ensuite la troupe des Branquignols de Robert Dhéry. Il multiplie alors les rôles au cinéma.

Son rôle de Gaston Duvet dans le feuilleton radiophonique La Famille Duraton fait connaître sa voix dans les années 1950. Sa renommée internationale s'installe en 1976 avec le film La Victoire en chantant. Sa célébrité en France date du Grand Blond avec une chaussure noire.

Carrière

Sa carrière est riche, il apparaît dans plus de deux cents films. Il est nommé pour le César du meilleur acteur en 1986 pour Miss Mona et il remporte deux César du meilleur acteur dans un second rôle pour Les misérables (en 1983) et pour Merci la vie (en 1992). Il reçoit également un César d'honneur en 1994 des mains de Gérard Depardieu, son ami.

Lui qui est un vrai rabelaisien incarne souvent le « beauf franchouillard » inquiétant (Dupont Lajoie) ou cocasse (Le beaujolais nouveau est arrivé).

Il tourne également pour la télévision des adaptations d'œuvres littéraires comme La Double Vie de Théophraste Longuet, Bouvard et Pécuchet ou Eugénie Grandet. Dans la série Palace, il popularise les premières Brèves de comptoir de Jean-Marie Gourio.

Lorsqu'il tournait un film, il quittait sa famille pendant toute la durée du tournage pour aller vivre dans une chambre d'hôtel afin de ne pas être déconcentré et être totalement dans son rôle. Ferrovipathe, il fut un habitué également des halls de gare qui lui servirent de logement à ses débuts. Ses amis racontent que lorsqu'il ne tournait pas, il venait parfois les voir jouer pour aller saluer le public à la fin de la pièce. Les spectateurs se demandaient alors qui était ce personnage qu'ils ne se souvenaient pas d'avoir aperçu dans la pièce. Il avait accepté le premier rôle de Le bonheur est dans le pré d'Étienne Chatiliez ; mais la mort l'ayant rattrapé, c'est son ami Michel Serrault qui prit sa place.

En 1999 sort le livre Je suis le badaud de moi-même qu'il avait écrit avant sa mort, aux éditions Plon.

Amitié avec Michel Audiard

Il a été l'un des plus proches amis de Michel Audiard. Dans les derniers mois de la vie du dialoguiste, Jean Carmet lui rend très souvent visite, signe d'une complicité forte entre l'acteur et Audiard. Dans un discours prononcé à l'occasion d'une cérémonie des César, il déclare notamment "je ne parle jamais de Michel. Je n'y pense qu'au présent. Il n'est pas un souvenir. Il est indissoluble de ma vie". Pour son discours d'hommage, Jean Carmet a réutilisé une phrase de Michel Audiard lui-même extraite de son roman La nuit, le jour et toutes les autres nuits, dans laquelle il évoquait son fils François, tragiquement décédé dans un accident de voiture.

Outre l'amour du cinéma, Jean Carmet et Michel Audiard partageaient également la passion du cyclisme.

Mort

Il décède le 20 avril 1994, à Sèvres (Hauts-de-Seine) d'une crise cardiaque.

Il est inhumé à Paris, au cimetière du Montparnasse (division 4).

Il a deux fils avec sa première épouse Raymonde Machet (1920-2002) : Olivier, avocat à Paris, mort le , et Jean-François, auteur de la biographie Carmet intime.

En 2019 Tatiana Vialle publie Belle-fille, témoignage sur la relation entre sa mère, Sonia Laroze et Jean Carmet.

Le , une rue Jean Carmet a été inaugurée lors de la fête des vins rosés, dans la commune de Tigné. Cette rue longe le château de Tigné qui appartient à son ami Gérard Depardieu.

Filmographie complète

Cinéma

Télévision

Théâtre

  • 1940 : Un ange passe de et mise en scène Pierre Brasseur, théâtre La Bruyère
  • 1942 : Dieu est innocent de Lucien Fabre, mise en scène Marcel Herrand, théâtre des Mathurins
  • 1942 : D'après nature ou presque de Michel Arnaud, mise en scène Marcel Herrand, théâtre des Mathurins
  • 1942 : Mademoiselle de Panama de Marcel Achard, mise en scène Marcel Herrand, théâtre des Mathurins
  • 1948 : Les Branquignols : lyrics Francis Blanche, musique Gérard Calvi, premier spectacle au théâtre La Bruyère
  • 1958 : Douze hommes en colère de Reginald Rose, mise en scène Michel Vitold, théâtre de la Gaîté-Montparnasse
  • 1960 : Dix Millions cash de Raymond Vincy et Francis Lopez, mise en scène Jacques Mauclair, théâtre de la Porte-Saint-Martin
  • 1964 : Fleur de cactus de Pierre Barillet et Jean-Pierre Grédy, mise en scène Jacques Charon, théâtre des Bouffes-Parisiens
  • 1968 : Adieu Berthe de John Murray et Allen Boretz, mise en scène Jacques Charon, théâtre des Bouffes-Parisiens
  • 1982 : Spectacle Ionesco d'après Eugène Ionesco, mise en scène Roger Planchon, théâtre national populaire de Villeurbanne,
  • 1983 : Spectacle Ionesco d'après Eugène Ionesco, mise en scène Roger Planchon, nouveau théâtre de Nice
  • 1984 : Spectacle Ionesco d'après Eugène Ionesco, mise en scène Roger Planchon, théâtre de l'Odéon

Doublage

Cinéma

  • 1985 : Ouragan sur l'eau plate : Le révérend Eric (Fulton Mackay)

Radio

  • 1948-1966 : La Famille Duraton de Jean-Jacques Vital (feuilleton radiophonique de Radio Luxembourg): Gaston Duvet
  • 1959-1963 : Les Aventures de Tintin d'après Hergé (feuilleton radiophonique de la Radiodiffusion-télévision française) : Dupont

Honneurs

Récompenses

  • 1995 : 7 d'or du meilleur comédien - Eugénie Grandet (à titre posthume)
  • 1994 : César d'honneur pour l'ensemble de sa carrière.
  • 1992 : César du meilleur acteur dans un second rôle - Merci la vie.
  • 1983 : César du meilleur acteur dans un second rôle - Les misérables.

Nominations

  • 1988 : César du meilleur acteur - Miss Mona.
  • 1987 : César du meilleur acteur dans un second rôle - Les Fugitifs.
  • 1979 :
    • César du meilleur acteur - Le Sucre.
    • César du meilleur acteur dans un second rôle - Le Sucre.

Hommage

  • Festival Jean Carmet de Moulins

Documentaire

  • Jean Carmet, la liberté d'abord, documentaire réalisé par Pierre Tchernia, diffusé en 1997.

Décorations

  • Chevalier de la Légion d'honneur

Notes et références

Annexes

Bibliographie

  • Jean Carmet, Je suis le badaud de moi-même, Plon, , 222 p. (ISBN 978-2259190770)
  • Jean Carmet, Ce semblant de journal, Plon, , 232 p. (ISBN 978-2259194006)
  • Jean-François Carmet, Carmet intime, Le Cherche midi, , 174 p. (ISBN 978-2749102221)
  • Jean Hardion, Jean Carmet de Bourgueil, Editions du Petit Pavé, , 118 p. (ISBN 978-2847124095)

Article connexe

  • Festival Jean-Carmet de Moulins

Liens externes

  • Ressources relatives à l'audiovisuel :
    • Allociné
    • César du cinéma
    • (en) AllMovie
    • (en) Internet Movie Database
  • Ressource relative au spectacle :
    • Les Archives du spectacle
  • Portail du cinéma français
  • Portail de la télévision française
  • Portail du théâtre
  • Portail de l'Indre-et-Loire et de la Touraine
  • Portail de la radio

Ce contenu est mis à disposition selon les termes de Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Jean Carmet de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

Auteurs associés