Recherche


Avis de lecteurs

La prière d'Audubon (K?tar? Isaka)

note: 5la prière d'aubudon Isabelle - 22 avril 2021

un livre déroutant au départ, distrayant au fil des pages, pour finir par devenir fascinant... Je l'ai fini il y a un quinzaine de jours et je ne peux [...]

Le goût d'Emma (Emmanuelle Maisonneuve)

note: 4Un roman graphique gastronomique Agnès MMC - 10 mars 2021

L’histoire d’Emmanuelle Maisonneuve qui, suite à une candidature spontanée, est embauchée au guide Michelin, véritable bible de la gastronomie française. Son parcours sera difficile, face au machisme de la profession. [...]

Le dit du mistral (Olivier Mak-Bouchard)

note: 5Un véritable envoûtement. Un vrai coup de cœur Agnès MMC - 10 mars 2021

Ce qui m’a d’abord attirée dans ce livre c’est sa couverture très colorée, avec ce chat blanc, dont on apprend dans la lecture qu’il s’appelle le Hussard, qui passe devant [...]

Les Hurleuses (Adrien Tomas)

note: 5Formidable Frederic - 3 avril 2021

Une histoire passionnante pleine d'intrigue et de rebondissements.
J’ai bien aimé la façon qu’Adrien Tomas nous livre cette histoire. Chaque chapitre est le point de vue d’un personnage différent. Ce [...]

Hôtel Castellana (Ruta Sepetys)

note: 5Plongée passionnante au cœur de l’Espagne franquiste Victoria, MMC - 27 février 2021

“Hôtel Castellana”, c’est la rencontre entre deux mondes que tout oppose, celui de Daniel et Ana. Nous sommes en 1957, alors que l’Espagne est sous la coupe de Francisco Franco. [...]

La voyageuse de nuit (Laure Adler)

note: 4Un voyage au pays de la vieillesse Agnès MMC - 10 mars 2021

Pendant 4 ans, Laure Adler est allée à la rencontre de personnes d’un « certain âge », des vieux, des seniors, comme on les appelle poliment, connus ou inconnus qui [...]

Aram Khatchatourian

 
Aram Khatchatourian. Source: Wikipedia

Aram Ilitch Khatchatourian (arménien : Արամ Խաչատրյան russe : Арам Ильич Хачатурян) est un compositeur soviétique arménien, né le 24 mai 1903 ( dans le calendrier grégorien) à Tbilissi (Géorgie) et mort le à Moscou.

Khatchatourian s'imposa peu à peu comme l'un des compositeurs « officiels » de l'Union soviétique. Il fut professeur au conservatoire de Moscou et député au Soviet suprême. Son tempérament généreux et ses talents d'orchestrateur se retrouvent dans des ouvrages célèbres comme le ballet Gayaneh — et sa fameuse Danse du sabre — et Spartacus.

Biographie

Origine et enfance

Le père d’Aram Khatchatourian, Eguia, avait quitté son pays d’origine l’Arménie, dans les années 1870. Il s'installa à Tiflis (actuelle ville de Tbilissi, en Géorgie) pour y travailler et bâtir son atelier de reliure. C’est dans cette ville que sont nés ses cinq enfants. Aram était le cadet. L’aîné mourut jeune. Khatchatourian grandit avec les airs de musique que sa mère lui fredonnait et que certains musiciens de la rue lui inspiraient.

Ses études et ses premières pièces

La découverte de la musique lui est venue du pensionnat où il prenait des cours de piano. Il y vécut de 1912 à 1921. Après avoir suivi ses cours de piano pendant deux ans, il décida de se lancer dans des études de commerce et il continua à apprendre le piano de façon autonome. Quand il se rendit pour la première fois à l’opéra, à onze ans, il tomba amoureux de la musique, même s’il ne pensait pas entreprendre d’études en profondeur dans ce domaine. Son frère Souren, qui était marié, partit pour Moscou. Il proposa à Aram et leur frère Levon de faire de même. À Moscou, Aram rejoignit l’université ainsi que l’Académie russe de musique Gnessine, une école de marque et de très bonne réputation. Entre-temps, il entreprit des cours de violoncelle. En 1922, ce fut l’année de son premier concert. Il se lança ensuite dans l’étude de la biologie et il débuta ses cours en composition. Outre le piano, il travailla le violoncelle et fut l'un des compositeurs à réellement étudier la plupart des autres instruments de l'orchestre, afin d'en utiliser les plus belles ressources par la suite.

Rencontres

C'est durant ses études qu'il rencontra la femme de sa vie, Nina Makarova. Aram entra ensuite au Conservatoire de Moscou et fut l’élève de Nikolaï Miaskovski et de Reinhold Glière, deux compositeurs populaires de l’époque.

Son œuvre

Khatchatourian avait déjà composé en 1932 un Trio pour clarinette, violon et piano remarqué par Prokofiev, qui le fit interpréter à Paris. En 1933, il composa une Suite pour la danse. Il s’inspira de toutes sortes de danses arméniennes, géorgiennes et ouzbeks et, de son œuvre, on découvrait un goût évident pour le folklore. Il écrivit aussi une première symphonie, pour obtenir son diplôme du conservatoire, et aussi pour faire honneur à son pays, à l'occasion du quinzième anniversaire de ce dernier. Cette pièce fut composée en 1935, elle avait comme inspiration la musique occidentale et le folklore arménien. Il fit aussi, dans la même année, une musique de film. Le film s’intitulait « Pépo ». À partir de cette composition, une longue carrière de compositeur de musique de scène débuta. Il allait produire plus de quarante œuvres pour le cinéma et le théâtre. Équipé d’une oreille mélodique certaine, Aram était surtout doué pour le ballet, la musique de film ou de scène. Il faisait la plupart du temps appel à un orchestre au son mélodieux, sensuel, postromantique voire lyrique.

Khatchatourian a été le premier compositeur en Union soviétique à intégrer la musique moderne dans le ballet classique. Il croyait que le public devait ressentir la même chose que les artistes qui essayaient de s'exprimer. Le Concerto pour violon et orchestre, composé en 1940 et récompensé par le Prix Staline en 1941, lui valut la notoriété internationale et marqua sa carrière. Il devint alors un de ses compositeurs les plus célèbres. Il fut également le compositeur de l'hymne de la République Socialiste Soviétique d'Arménie, lequel fut adopté en 1944.

En 1948, il fut pointé du doigt pour ses tendances « formalistes », au même titre que Prokofiev, Chostakovitch, et Miaskovsky, son professeur au Conservatoire. Dès lors, sa production d'œuvres va peu à peu diminuer, bien qu'il écrive notamment en 1954 le célèbre ballet Spartacus que le chorégraphe Iouri Grigorovitch hissera dès les années 1960 à la notoriété mondiale.

En 1961, Aram recommença à écrire de la musique orchestrale et composa une sonate pour piano. L’année qui suivit, il continua avec trois concertos-rhapsodies qu’il voulait rajeunir particulièrement celui pour violoncelle (1963), très virtuose, dédié à Mstislav Rostropovitch. Dans les dernières années de sa vie, Khatchatourian composa encore trois sonates pour violoncelle, violon et alto. Ces dernières œuvres sont rarement jouées et n'ont, à ce jour, pas été enregistrées.

Le le maire de Marseille Gaston Defferre a inauguré le buste d'Aram Khatchatourian (sculpteur Lévon Tokmakdjian) au Conservatoire National de Région de Marseille . Ce buste est offert au Conservatoire de Marseille par l'Union des Compositeurs de la R.S.S d'Arménie. Beaucoup d'invités d'honneur, des personnalités artistiques et politiques étaient présents à cette inauguration dont Edouard Mirzoyan compositeur et président de l'Union des Compositeurs de la R.S.S. d'Arménie, Archam Babayan, président -fondateur de la Fondation Aram Khatchatourian, Pierre Barbizet, pianiste, Directeur du Conservatoire de Marseille, Michel Pezet, homme politique, Président du Conseil Régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur.

À l'Opéra de Marseille le soir même un concert a été donné dédié aux œuvres d'Aram Khatchatourian et d'Arno Babadjanian.

Mariage

En 1933, Khatchatourian épouse Nina Makarova, une compositrice et élève de Nikolaï Miaskovski, avec qui il aura deux enfants. Celle-ci meurt deux ans avant Aram, en 1976.

Mort

Khatchatourian meurt à Moscou le , peu avant son 75e anniversaire. Il est enterré au Panthéon Komitas d'Erevan, ainsi que d'autres Arméniens distingués pour avoir rendu l'art arménien accessible à tout le monde.

Son neveu Karen Khatchatourian (1920-2011) fut aussi un compositeur.

Liste sommaire de ses œuvres

Symphonies

  • Symphonie nº 1 en mi mineur (1934)
  • Symphonie n° 2 en mi mineur "Le Tocsin" (1943)
  • Symphonie nº 3 en ut majeur "Symphonie-Poème" (pour grand orchestre, orgue et 15 trompettes) (1947)

Œuvres pour soliste et orchestre

  • Concerto pour piano en ré-bémol majeur (1936) Dédié à Lev Oborine, membre du trio Oistrakh
  • Concerto pour violon en mineur (1940) Dédié à David Oistrakh
  • Concerto pour violoncelle en mi mineur (1946) Créé à Moscou, le par son dédicataire, Sviatoslav Knouchevitski (membre du trio Oistrakh) et l'orchestre symphonique d'État d'URSS, dirigé par Alexandre Gauk
  • Concerto-rhapsodie pour piano et orchestre (1967)
  • Concerto-rhapsodie pour violon et orchestre (1961) dédié à Leonid Kogan
  • Concerto-rhapsodie pour violoncelle et orchestre (1963) dédié à Mstislav Rostropovich

Musiques de scène et suites orchestrales

  • La Veuve de Valence, musique de scène pour la pièce de Lope de Vega, composée en 1939/40 et adaptée sous la forme d'une suite orchestrale en 1953.
  • Mascarade, musique de scène pour la pièce de Lermontov, composée en 1941 et adaptée sous la forme d'une suite orchestrale en 1944.

Ballets

  • Circus
  • Gayaneh, (1940/42), contenant La Danse du sabre
  • Spartacus, (1950/56), contenant l'Adagio de Spartacus et Phrygie

Musique de chambre

  • Quatuor à cordes (1931)
  • Trio en sol mineur pour clarinette, violon et piano (1932)
  • Sonate pour violon (1932)
  • Sonate pour alto seul (1976)

Piano

  • Les Aventures d'Ivan
  • Étude
  • Andantino (1926)
  • Deux pièces pour piano (1926) : N°1 Valse-Caprice, N°2 Danse
  • Masquerade (cinq pièces pour piano), qui contient la Valse en la mineur (1941)
  • Poème en sol dièse majeur (1927)
  • Toccata (1932)
  • Album d'enfant - Cahier I (1947)
  • Sonatine (1959)
  • Sonate (1961)
  • Album d'enfant - Cahier II (1965)

Voix

  • Poème à Staline pour solistes, chœurs et orchestre (1938)
  • Trois airs de concert pour Soprano et orchestre (1946)
  • Ode à la mémoire de Lénine, pour solistes, chœurs et orchestre (1948)
  • Ode à la Joie, pour Mezzo-soprano, ensemble de Violons, ensemble de Harpes, et orchestre (1956)

Guitare

  • Prélude

Musique de films

  • Pepo (1934/35)
  • La Bataille de Stalingrad (1949)
  • Othello (1955)

Récompenses

  • Héros du travail socialiste : 1973
  • Ordre de Lénine : 1939 1963, 1973
  • Ordre de la Révolution d'Octobre : 1971
  • Ordre du Drapeau rouge du Travail : 1945, 1966
  • Médaille pour la Défense de Moscou : 1944
  • Médaille du 30e anniversaire de la Victoire sur l'Allemagne : 1975
  • Commandeur de l'Ordre des Arts et des Lettres : 1974
  • Artiste du peuple de l'URSS : 1954
  • Prix Lénine : 1959, pour la musique du ballet Spartacus
  • prix Staline :
    • 1941, pour le concerto pour violon et orchestre
    • 1943, pour le ballet Gayaneh
    • 1946, pour la Symphonie n° 2
    • 1950, pour la musique du film La Bataille de Stalingrad
  • Prix d'État de l'URSS : 1971, pour le cycle de trois Concerto-rhapsodies

Notes et références

Liens externes

  • (hy) (ru) (en) Musée virtuel de Khatchatourian
  • (en) Collection of note manuscripts and film music of Composer Aram Khachaturian
  • Ressources relatives à la musique :
    • Discogs
    • (en) International Music Score Library Project
    • (en) AllMusic
    • (he) Bait La Zemer Ha-Ivri
    • (en) Carnegie Hall
    • (en) MusicBrainz
    • (en) Musopen
    • (en) Muziekweb
    • (de) Répertoire international des sources musicales
    • (en) VGMDb
  • Ressources relatives à l'audiovisuel :
    • Allociné
    • (en) Internet Movie Database
  • Ressource relative aux beaux-arts :
    • (de) Académie des arts de Berlin
  • Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistes : Biographical Dictionary of Georgia • Brockhaus Enzyklopädie • Deutsche Biographie • Encyclopædia Britannica • Encyclopædia Universalis • Gran Enciclopèdia Catalana • Swedish Nationalencyklopedin • Munzinger Archiv • Proleksis enciklopedija • Store norske leksikon • Visuotinė lietuvių enciklopedija
  • Portail de la culture russe
  • Portail de la musique classique
  • Portail du cinéma
  • Portail de l’Arménie
  • Portail de l’URSS

Ce contenu est mis à disposition selon les termes de Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Aram Khatchatourian de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

DVD

Afficher "Spartacus"