Recherche


Avis de lecteurs

Le goût d'Emma (Emmanuelle Maisonneuve)

note: 4Un roman graphique gastronomique Agnès MMC - 10 mars 2021

L’histoire d’Emmanuelle Maisonneuve qui, suite à une candidature spontanée, est embauchée au guide Michelin, véritable bible de la gastronomie française. Son parcours sera difficile, face au machisme de la profession. [...]

Malgré tout (Jordi Lafebre)

note: 5Une parenthèse enchantée Victoria, MMC - 12 février 2021

La particularité de cet album ? Sa construction ! Car oui, l’histoire d’Ana et Zeno nous est relatée…à l’envers ! L’histoire débute sur leurs retrouvailles alors qu’ils sont tous les [...]

Martin Eden (Jack London)

note: 5Un roman bouleversant Agnès MMC - 10 mars 2021

Publié sous forme de feuilleton dans un journal en 1908 et 1909 ce roman, qui semble très inspiré de la vie de l’auteur, raconte la vie d’un jeune homme issu [...]

La somme de nos folies (Shih-Li Kow)

note: 4Un beau moment en Malaisie S.BASSET - 10 mars 2021

C'est une belle chronique de vie qui se passe en Malaisie, un conte doux-amer d'une grande bienveillance et qui nous fait découvrir une société multiculturelle dont je ne soupçonnais pas [...]

Lady whisky (Joël Alessandra)

note: 4L’histoire vraie d’une femme passionnée de whisky. Agnès MMC - 10 mars 2021

Helen Frances Arthur a consacré une grande partie sa vie au whisky, rare femme acceptée dans cet univers très masculin. Lorsqu'elle décède en 2015, sa nièce et son mari, l'auteur [...]

Oh happy day (Anne-Laure Bondoux)

note: 4Fait du bien au moral Victoria, MMC - 27 février 2021

A la fin de "Et je danse aussi", notre duo de personnages étaient sur le point de se rencontrer pour la première fois, après des mois assidus de correspondance. On [...]

Avis de lecteurs

 

La fille du docteur Baudoin (Marie-Aude Murail)

note: 3Peut mieux faire Victoria, MMC - 14 avril 2015

Violaine, adolescente, se retrouve en enceinte malgré elle. Impossible d’en parler à ses parents, surtout pas à son père, qui est médecin ! S’en suivent les doutes et les hésitations de la jeune fille quant au déroulement d’un IVG et à la possibilité de garder ou non son bébé.
Je m’attendais un peu, malgré le thème abordé, à retrouver l’humour et la légèreté qui caractérisait si bien « Oh boy ! », roman du même auteure, que j’avais adoré. De ce point de vue-là, je m’avoue un peu déçue. On sent bien la gravité du sujet, Marie-Aude Murail distille quelques touches d’humour par ci par là, mais les personnages sont peu consistants et au final la sauce ne prend pas, d’autant plus que la fin du roman s’avère peu crédible. Une histoire touchante malgré tout.

V pour vendetta (James McTeigue)

note: 5Remarquable sur tous les points ! Victoria, MMC - 11 avril 2015

Dans une Angleterre totalitariste, un homme se dresse contre le dirigeant du pays et pousse le peuple à la révolte. Bien plus qu’un homme, c’est une idée que représente V., énigmatique personnage portant un masque de Guy Fawkes.
Hugo Weaving, l’interprète de ce vengeur masqué, n’a pas besoin de jouer à découvert pour démontrer tout son talent d’acteur : très vite on s’attache à V. tant il est charismatique. Nathalie Portman s’avère tout aussi bouleversante et nous livre une prestation magistrale. « V pour Vendetta » est finalement un film très étonnant que ce soit dans la forme ou dans le fond, les dialogues sont savoureux et poussent à la réflexion. La description d’une Angleterre sous le joug d’un dictateur et les répressions qui ont cours sont glaçantes et rappellent certains épisodes troubles de notre Histoire. Loin des blockbusters classiques du genre, il s’agit avant tout d’un film intelligent et efficace qui s’impose plus par les idées qu’il diffuse que par ses scènes d’action et ses effets spéciaux. Une véritable réussite !

La reine des lectrices (Alan Bennett)

note: 3agréable et divertissant Victoria, MMC - 8 avril 2015

Un beau matin, la reine d’Angleterre découvre un bibliobus dans la cour de son palais, emprunte un livre par politesse et devient par la suite une lectrice passionnée, au point d’en délaisser ses obligations politiques!
Agréable et divertissant, sans pour autant laisser une grande impression, « La reine des lectrices » mélange les points de vue de la reine et de son entourage, et se fait un hommage à la lecture ainsi qu’à l’incompréhension qu’elle suscite parfois. Un roman court, drôle et décalé au dénouement surprenant !

Le fantôme d'Anya (Vera Brosgol)

note: 3récit d’apprentissage Victoria, MMC - 8 avril 2015

Anya est une adolescente complexée. D'origine russe, elle s’est pourtant bien intégrée à la société américaine mais peine à s’accepter et à lier connaissance au lycée. Alors se faire une nouvelle amie, même s'il s'agit d'un revenant, c’est toujours mieux que rien ! Mais cette amitié va vite dégénérer et il s’agira ensuite de se débarrasser de cet encombrant fantôme…
L’histoire n’évite pas toujours les clichés populaires des séries américaines pour adolescents. Les thèmes de l’intégration et la différence sont néanmoins traités avec délicatesse, justesse et humour par l’auteure. Si le dessin parait simple, il n’est jamais trop simpliste, tout comme l’intrigue, qui mêle avec succès comédie et thriller. Seul bémol selon moi : la fin du récit, un peu trop rapide et facile à mon goût, j’aurais aimé quelque chose de plus recherché.

At least for now (Benjamin Clementine)

note: 5Envoutant MD - 3 avril 2015

Cet album est une pure merveille!!! Une voix étonnante, des mélodies riches et prenantes. A écouter absolument.

Rock or bust (AC/DC)

note: 4In rock we trust Emmanuel - 1 avril 2015

La légendaire mécanique d'AC/DC est au rendez-vous : une voix à faire frémir, des rythmes qui font taper du pied, des guitares qui s'envolent... 100% pur jus de cambouis! La machine y croit encore mais comme tout vieux moteur elle manque un peu de répondant : avec un petit peu plus de punch ce serait parfait !

La mort s'invite à Pemberley (Phyllis Dorothy James)

note: 2Fans de Jane Austen s'abstenir ... Victoria, MMC - 27 mars 2015

P.D James signe ici une suite d’« Orgueil et préjugés », sous la forme d’une intrigue policière. Le récit met en scène Elizabeth Bennett et Darcy, six ans après leur mariage. Ils vivent désormais à Pemberley, en compagnie de leurs enfants et de domestiques entièrement dévoués, rien ne semble manquer à leur bonheur. Mais par un soir d’automne, un crime a lieu et vient troubler leur existence jusque là idyllique.
Cet opus m’a franchement déçue, tant au niveau du polar que de celui de l’œuvre de Jane Austen. J’ai trouvé l’enquête longue et ennuyeuse, la narration plate et les personnages –pourtant si pleins de vie dans « Orgueil et préjugés »- terriblement fades. Elizabeth notamment, perd en présence et en intensité, elle m'a paru presque éteinte.
Le tout forme un ensemble sans consistance, dont on se passerait bien.

Mémé (Philippe Torreton)

note: 3Nos chères grand-mères JM - 27 mars 2015

Philippe Torreton que l'on voit pus souvent sur les planches des théâtres et autres plateaux de télévision vient nous parler de sa grand-mère ou plutôt de sa mémé car nous sommes à la campagne, en Normandie et on dit mémé et non mamie à consonance anglaise,trop chic, un poil snob. Torreton nous présente une petite dame modeste qui aime sans jamais le dire, qui donne et qui partage même s'il ne lui reste rien.
Sa maison est petite et pauvre, il n'y a jamais rien dans le frigidaire mais on y mange bien, on sent que l'évocation de ces souvenirs est source d'émotion et de nostalgie.
Un ton juste et une langue élégante pour nous parler des grand-mères d'une génération passée. Pas mal !

On ne voyait que le bonheur (Grégoire Delacourt)

note: 5Entre tristesse et espoir JM - 27 mars 2015

Sur les petites photos jaunies on ne voyait que le bonheur sur les petits visages de la famille d'Antoine pourtant il a grandi entre un père chimiste indifférent et une mère déçue par sa vie qui vit perdue dans les volutes de ses cigarettes mentholées et les romans de Sagan qu'elle lit et relit. Devenu adulte et père, Antoine va s'appliquer à donner ce qu'il n'a pas reçu : les compliments, l'attention, la tendresse, l'amour. Mais quand on a peu reçu et que la vie se charge de menaces et que les obstacles se multiplient les bases de l'individu s'effondrent parfois jusqu'au drame.
J'avais bien aimé "La liste de mes envies " mais "On ne voyait que le bonheur " va plus loin dans l'intimité des personnages. L'analyse des personnages est plus fine, ils en sont plus émouvants, instables et fragiles On sent un écrivain qui s'affirme par un écriture élégante et fluide.
Un Très beau roman sur l'amour familiale mais aussi sur la force du pardon.

Qui touche à mon corps je le tue (Valentine Goby)

note: 5quel roman! JM - 27 mars 2015

Le roman de Valentine Goby se déroule sur 24 heures. Fraction de vie pour Lucie L. qui refuse la maternité et décide de se faire avorter, dernières heures de vie pour Marie G. l'avorteuse qui attend son exécution dans une cellule et 24 heures aussi pour Henri D. qui devra exécuter Marie. Tous sont liés par la mort, la souffrance des âmes et des corps. Un roman court mais intense et poignant, difficile tant il porte de souffrance et de sujets dérangeants.
Un très beau texte servi par une écriture très littéraire et poétique.

Gravity (Alfonso Cuarón)

note: 2Dommage... Victoria, MMC - 27 mars 2015

Une ingénieure médicale (interprétée par Sandra Bullock ) et un astronaute (l’inévitable George Clooney) tentent de retourner sur Terre après la destruction de leur navette par des débris . Ils se retrouvent alors totalement seuls dans l’espace.
Allez, soyons sympathiques : 2 étoiles pour la beauté des images, sublimées par 3D, 0 pour tout le reste.
Clairement, « Gravity » est le genre de film à voir en 3D, sur grand écran, pour pleinement profiter du spectacle.
S’il est long à se mettre en place, la première demi-heure est quand même la plus intéressante. Autrement tout ce qu’offre le film, ce sont des personnages très stéréotypés, des dialogues relativement inintéressants, une musique tonitruante (sans doute pour compenser la pauvreté du scénario), des scènes anxiogènes redondantes au possible et surtout une fin à l’américaine assez grotesque.
Que de déceptions donc pour ce film dont on a fait grand cas en 2013! Malgré tout, la beauté de notre univers n'en reste pas moins surprenante et le film se laisse voir, sans pour autant le qualifier de chef d'œuvre, loin de là !

X-Men
X-Men : le Commencement (Matthew Vaughn)

note: 4Excellent ! Victoria, MMC - 27 mars 2015

Un très bon épisode de la saga XMen dans lequel on revient sur le passé de nos mutants préférés, en particulier Charles Xavier et Erik Lehnsherr, dit Magneto. Le film s’avère être un très bon préquel qui ravira les aficionados de la série. Choix judicieux au niveau des acteurs également : James McAvoy livre une performance flamboyante dans le rôle du professeur Xavier et Jennifer Lawrence est tout à fait crédible sous les traits d'une Mystique un peu naïve. Quant à Michael Fassbender, bien qu’on sache son personnage un peu cruel dans les opus précédents, découvrir son passé nous amène à voir le protagoniste sous un autre angle.
Les effets spéciaux ne sont pas en reste, ils sont au contraire très bien exploités, et la bande sonore s’avère de qualité. « Le commencement » renouvelle la saga et rehausse sérieusement le niveau des deux derniers épisodes, une vraie réussite !

Le journal secret d'Amy Wingate (Willa Marsh)

note: 4 L'art du coup de théâtre JM - 25 mars 2015

Amy vit seule dans une jolie maison qui surplombe la mer sur une côte anglaise. Elle a quelques amis qui la considèrent comme une pauvre femme esseulée que l'on invite, un peu comme un faire valoir et pour se dire à chaque visite qu'on a de la chance d'avoir famille, mari, enfants, argent et belle maison. Amy sait tout ceci, elle observe et elle écrit chaque épisode dans son journal secret qui nous révélera bien d'autres choses.
Un roman délicieusement anglais dans un décor pittoresque. Les personnages sont tantôt attachants et drôles parfois émouvants. Comme dans tous ses romans Willa Marsh sait amener des situations inattendues et finir sur des dénouements surprenants.
Un très bon moment de lecture rythmé par des séances de tea time avec scones aux raisins et feu de cheminée.
C'est le genre de roman qui donne envie de partir immédiatement en Angleterre !

La dernière conquête du major Pettigrew (Helen Simonson)

note: 5Un vrai bonheur ! Victoria, MMC - 25 mars 2015

Courtoisie et sens de l'honneur : le major Pettigrew est la définition parfaite du gentleman. Ce veuf, passionné de littérature, va bouleverser la communauté de son village lorsqu’il tombe amoureux de la douce Madame Ali, l’épicière pakistanaise.
« La dernière conquête du major Pettigrew » séduira à coup sûr les amateurs de littérature britannique, puisqu’on y retrouve en vrac : le thé, les cottages anglais typiques, la campagne verdoyante, la littérature (notamment l’œuvre de Kipling) et l’humour so british! Bien que reprenant les éléments traditionnels du roman, Helen Simonson les bouscule en prenant pour héros un homme de presque 70 ans. Son écriture est subtile, pleine de fantaisie et d’humour ! Sous une apparente légèreté, le récit aborde avec finesse des thèmes de société : les relations père-fils, le fossé existant entre les générations, le poids des coutumes, des traditions et de la religion, la séparation entre les classes sociales et le racisme.
Un roman savoureux, délicieusement british, qui se laisse déguster avec un bon thé et charme le lecteur par son univers tellement britannique !

Le petit loup rouge (Amélie Fléchais)

note: 5Un superbe objet livre ! Victoria, MMC - 25 mars 2015

Le petit loup rouge vit dans la forêt avec sa famille, bien à l'abri du chasseur et de sa fille. Un jour, alors que le louveteau s’en va à travers les bois porter des lapins à sa vieille grand-mère édentée, il se perd et croise le chemin d’une petite fille à l’air innocent. Mais les apparences peuvent être trompeuses…
Chaque page tournée est un bonheur pour le lecteur ! L’ambiance est très particulière, graphiquement d’abord, grâce aux magnifiques illustrations d’Amélie Fléchais : le travail sur la lumière et les couleurs est incroyable et renforce l’aspect angoissant du récit, ou éclaire les passages les plus légers. L’intensité dramatique va crescendo également et nous tient en haleine jusqu’au dénouement.
Beau, délicat et oh combien poétique, ce conte détourné est une véritable merveille !

Le Vent se lève (Hayao Miyazaki)

note: 4Miyazaki et le règne des machines Victoria, MMC - 20 mars 2015

« Le Vent se lève » nous entraine dans les années 1920, sur les traces du jeune Jiro, qui à cause de sa mauvaise vue, ne pourra jamais devenir pilote d’avion. S’il ne peut réaliser son rêve initial, le jeune homme deviendra tout de même un éminent ingénieur aéronautique. Miyazaki nous fait part des réussites et échecs de ce génie, animé des meilleures intentions et dévoré par sa passion.
Au niveau du biopic, le réalisateur japonais fait des merveilles et parvient à captiver le spectateur avec un sujet pourtant à priori barbant. Il traite la fatalité de la maladie avec une délicatesse et une certaine tendresse. Le travail esthétique est, comme d’habitude, impeccable et la musique, minimaliste mais pourtant sublime, font de ce dernier Miyazaki un grand film à tous les niveaux.

Lettres d'amour de 0 à 10 (Susie Morgenstern)

note: 5Un bijou de tendresse et d’humour ! Victoria, MMC - 20 mars 2015

Ernest, 10 ans, orphelin de mère et sans nouvelle de son père, mène une vie austère en compagnie de sa grand-mère, sans télévision, sans téléphone, sans la moindre fantaisie. Jusqu’au jour où Victoire de Montardent déboule dans sa classe : seule fille au milieu de treize frères, elle déborde de joie, parle beaucoup, se montre curieuse de tout et va complètement chambouler le quotidien d’Ernest !
Ce livre jeunesse est une véritable bouffé d'optimisme, un hymne à la vie et à la bonne humeur !

Au pays d'Alice... (Ibrahim Maalouf)

note: 5 Génialement multiculturel! JM - 20 mars 2015

Le roman de Lewis Caroll revisité par Ibrahim Maalouf et Oxmo Puccino pour une fantaisie musicale entre jazz orientalisé, rap et musique d'orchestre . Incroyable d'humour et de nouveauté dans les textes, on y fume le narguilé et on y croise un bestiaire un peu fou. A écouter!

Qui ? (Jacques Expert)

note: 4Qui? lui?... ou lui ? JM - 20 mars 2015

Il y a 18 ans dans un lotissement près de Carpentras une fillette est découverte violée et tuée . La vie de cette petite communauté est bouleversée et personne n'oubliera cette sinistre affaire d'autant plus que la police n'a jamais découvert le coupable. Un soir, une émission sur les affaires non élucidées passe à la télévision et le sujet de ce soir est justement l'affaire qui nous occupe " l'affaire Laétitia. Tous les habitants du lotissement sont devant la télévision et le coupable regardera aussi l'émission. Ce qu'il ne sait pas c'est qu'il sera observé toute la soirée pour être acculé jusqu'au dernier degré d'angoisse. Un jeu de piste sinistre et palpitant, un thriller psychologique qu'on ne lâchera pas avant le dénouement final.
Tout l'art de Jacques Expert est de situer ses actions dans la vie ordinaire et cette familiarité rend l'intrigue plus glaçante. Un roman à la construction originale et même si la langue est parfois négligée c'est au profit du scénario Haletant.

Aerial (Kate Bush)

note: 5Du miel Emmanuel - 20 mars 2015

Kate Bush a du talent, de la folie et une originalité à fleur de peau... Cet album est dans cet esprit doublé d'une immense douceur.

Unrepentant Geraldines (Tori Amos)

note: 4Homogène Emmanuel - 20 mars 2015

Un album bien ficelé avec une belle homogénéité qui s'écoute en boucle. Il manque peut-être ce petit grain de folie qui a fait le succès de Tori Amos...

Swamp It Up ! (Flyin' Saucers Gumbo Special)

note: 3Il manque quelque chose Emmanuel - 20 mars 2015

Bon album, agréable et assez diversifié... mais il manque quelque chose pour créer l'enthousiasme. Les participations de Jimmy Burns ou Loretta sont excellentes mais l'ensemble ne m'a pas complètement convaincu.

In conflict (Owen Pallett)

note: 3Bien mais pas top Emmanuel - 20 mars 2015

Un bon album mais qui tourne en rond. Est-ce un parti pris artistique ou les limites de l’œuvre? Je n'ai pas su distinguer.

Le ruban blanc (Michael Haneke)

note: 4Naissance du mal Victoria, MMC - 20 mars 2015

Un village protestant d’Allemagne du Nord, à la veille de la première guerre mondiale, où d’étranges accidents surviennent : des enfants sont retrouvés violentés. Tout le monde semble connaitre la vérité sur ces sévices, mais personne ne dit rien.
Michael Haneke nous plonge au cœur de cet univers en huis-clos ; il choisit de nous faire suivre le parcours de plusieurs protagonistes du village : le médecin, le pasteur, la sage-femme et l’instituteur, qui narre les faits quelques années plus tard en voix off. Les images en noir et blanc, froides et oppressantes, mettent en avant la beauté des lieux et l'absence de musique permet à la brutalité des paroles de résonner d'autant plus. C'est à la fois splendide et terrifiant, le rythme est lent et peu à peu le malaise nous gagne. Palmes d’or à Cannes en 2009, « Le ruban blanc » est aussi remarquable que redoutable et ne laisse pas indifférent.

Mon voisin Totoro (Hayao Miyazaki)

note: 5Totoro, véritable machine à sourire! Victoria, MMC - 20 mars 2015

Deux petites filles viennent s'installer avec leur père dans une grande maison à la campagne afin de se rapprocher de l'hôpital ou séjourne leur mère. Elles vont découvrir l'existence de créatures merveilleuses, mais très discrètes, les totoros, esprits de la forêt.
Un film simple, qui se veut une ode à la magie de l’enfance, et qui, sous son apparente simplicité, révèle une véritable sensibilité. « Mon voisin Totoro » est un conte magnifique qui emprunte à Alice aux pays des merveilles sa féérie et son mystère, et dans lequel on retrouve la luxuriante nature, bourrée de détails, de Miyazaki, dont les dessins ont cette finesse qu’on ne retrouve plus dans les animés actuels.
On rit et on s’attendrit devant ces deux adorables fillettes et Totoro, cette grosse boule de poils affectueuse : la magie opère peu à peu. Du bonheur et de la fraicheur du début à la fin, pour petits et grands !

Mille femmes blanches (Jim Fergus)

note: 4Un très beau voyage Victoria, MMC - 20 mars 2015

1875 : le chef cheyenne Little Wolf et le président américain Grant concluent un marché : mille chevaux contre mille femmes blanches qui épouseront des Indiens. Les uns y voient le moyen d’assurer la paix entre les deux peuples, les autres celui de civiliser les Sauvages. C’est par le biais des journaux intimes d’une des volontaires qu’on suivra pas à pas le cheminement de ces femmes au destin peu commun. May Dobb, l’héroïne, y livre leurs premières appréhensions, la découverte d’un monde et d’une culture inconnus, leur intégration à la tribu cheyenne.
La façon dont les mentalités des femmes blanches évoluent est très bien rendue, chacune ayant une histoire et des motivations différentes. Ce n’est pas un récit d’anthropologie mais les descriptions des grands espaces, des coutumes des Cheyennes sont un des grands plaisirs de ce livre !
Un roman passionnant et émouvant, dont on aimerait ne pas sortir.

Oh, boy ! (Marie-Aude Murail)

note: 5Coup de coeur jeunesse ! Victoria, MMC - 20 mars 2015

De la famille Morlevent, il ne reste désormais que les trois enfants : Siméon, Morgane et Venise. Leur mère venant de se suicider et leur père étant aux abonnés absents, sans famille ni tuteur, ils ont peur d’être séparés, mais jurent de toujours rester ensemble. On leur découvre alors un demi-frère et une demi-sœur. Problème : ces deux-là se détestent et sont prêts à tous pour ne pas avoir à s’occuper des enfants !
La famille Morelevent est irrésistible, Marie-Aude Murail sait donner de l’épaisseur à ses personnages et les rendre attachants au possible pour le lecteur. Elle aborde ici des sujets sensibles, comme la maladie ou l’homoparentalité sans jamais tomber dans le niais ou le larmoyant et signe un très beau roman sur les relations d'une famille décomposée, entre rires et larmes.

Her (Spike Jonze)

note: 4Une réussite ! Victoria, MMC - 20 mars 2015

Dans un futur proche, Théodore digère mal son divorce, la solitude l'accompagnant, bref il déprime sérieusement. Il fait alors l'acquisition d'un programme informatique ultramoderne et doté d'une conscience, affublée d'une voix féminine : voici Samantha. Dès lors, le spectateur se fera voyeur de leurs échanges et de l’intimité naissante des deux protagonistes…
Aussi étrange que cela paraisse, je n'ai jamais trouvé Scarlett Johansson plus agréable que dans ce film. Sacré tour de force de sa part sachant que tout son charme réside ici dans la texture envoutante de la voix de Samantha! "Her » joue à fond la carte de la sensibilité et réussi étonnement à marier science-fiction et comédie romantique. Le film pose des questions pertinentes sur les relations humaines, le tout baignant dans une atmosphère poétique bien que futuriste et les divines compositions musicales d’Arcade Fire.
Juste ce qu’il faut de dérangeant, un film visuellement superbe et fascinant !

Le tango des Rashevski (Sam Garbarski)

note: 4le tango comme moyen de résistance Isabelle - 19 mars 2015

traitement avec légèreté de la question juive. Vu les pesanteurs de l'actualité, cela fait du bien !

Kiki La Petite sorcière (Hayao Miyazaki)

note: 4Overdose de bonheur ! Victoria, MMC - 17 mars 2015

L'histoire d’une jeune sorcière de 13 ans qui, comme le veut la tradition, doit aller vivre loin de chez elle pendant un an afin de devenir indépendante. Accompagnée de son petit chat, Jiji et munie de son balai volant, elle s’installe dans une ville bordant la mer et y monte son propre service de livraison par les airs.
Le scénario en lui même est plus que simple: pas de méchant ou de menace dans ce Miyazaki là, on suit simplement les angoisses et les découvertes d’une petite fille. Et pourtant, la naïveté, la fraîcheur et la gentillesse de Kiki agissent comme un baume au cœur! Du point de vue de l’animation aussi c’est une merveille, les dessins ont bien vieilli et restent un délice pour les yeux. Un film enchanteur et magnifique destinés aux petits comme aux grands!

L'honneur de Sartine (Jean-François Parot)

note: 5Pauvre Sartine ! Emmanuel - 14 mars 2015

Encore une aventure de Nicolas Le Floch où s'entremêlent intrigues de cour et faits divers. Bien écrit et fluide, ce roman nous plonge dan le Paris du 18ème siècle avec un certain délice. En version livre lu c'est tout aussi agréable!

Le cinquième Évangile n° 4
Révélation (Jean-Luc Istin)

note: 1Enfin! Emmanuel - 14 mars 2015

On voit enfin la fin de cette série qui surfe sur la mode du Moyen-Age obscur et ésotérique. Assez décevant dans l'ensemble.

Le cinquième Évangile n° 3
Hérodion (Jean-Luc Istin)

note: 2Dans la continuité Emmanuel - 14 mars 2015

Guère de surprise dans ce nouveau tome... Rien de bien palpitant.

Indian Palace (John Madden)

note: 4Un concentré de British ! Victoria, MMC - 13 mars 2015

L'Angleterre n'est plus faite pour les seniors, même la retraite se délocalise ! Plusieurs retraités britanniques partent s'établir en Inde, dans ce qu'ils croient être un palace au meilleur prix. Bien moins luxueux que la publicité ne le laissait entendre, cet hôtel délabré au charme indéfinissable va bouleverser leurs vies de façon inattendue et nos seniors vont découvrir qu’il n’y a pas d’âge pour vivre pleinement !
Alors oui, les clichés sont bien là (la vieille dame raciste qui va finalement s'ouvrir à l'inde par exemple), mais il y a aussi de bonnes surprises, notamment la brochette d’acteurs anglais présente au casting (Maggie Smith, Judi Dench, Bill Nighy)
Un fell good moovie comme on les aime !

Strom n° 1
Le collectionneur (Emmanuelle de Saint Chamas)

note: 3Une lecture agréable Victoria, MMC - 13 mars 2015

Où on trouve en vrac : une enquête sur de mystérieux phénomènes, une confrérie secrète, un soupçon de magie et des personnages attachants !
Raphaëlle et Raphaël, les deux héros de ce livre, sont apprentis à la confrérie des Chevaliers de l'Insolite qui enquête sur les phénomènes étranges constatés à travers le monde. L’intrigue est bien ancrée dans notre époque et dans le réel, ce qui en fait une sorte de Harry Potter à la française, avec moins de créatures fantastiques ici, le côté histoire et culture en plus.
L'intrigue, mélange d'action, de policier et de fantastique se révèle plaisante, même si un peu classique et prévisible. Ce premier tome n’en reste pas moins un roman jeunesse très réussi, à l’univers imaginaire est bien développé.

Certaines n'avaient jamais vu la mer (Julie Otsuka)

note: 4Un roman bouleversant et envoutant Victoria, MMC - 13 mars 2015

Julie Otsuka dresse le portrait de femmes japonaises parties trouver le bonheur aux Etats-Unis. Depuis le bateau dans lequel elles embarquent, jusqu'à la génération suivante, leur chant nous aide à comprendre ce par quoi elles sont passées. En huit brefs chapitres, l’auteure fait entendre la parole de milliers de femmes exilées. Il n'y a pas d'héroïne dans ce roman terrible et poignant, uniquement des voix anonymes qui partagent leurs destins misérables. Aucune n'est nommée, mais chacune est citée. Elles sont un lot, un groupe, un tout.
Sans le talent de Julie Otsuka et sa délicatesse, le récit aurait pu rapidement sombrer dans le pathétique. Ce n'est pourtant jamais le cas, et l'émotion tient le lecteur tout au long du roman. Un "petit" livre qui laisse une grande impression.

Jane, le renard et moi (Fanny Britt)

note: 4Où finalement le renard n'est pas si important que ça Victoria, MMC - 13 mars 2015

Hélène, une pré-adolescente, est mise de coté par ses camarades de classe qui semblent l'avoir prise en grippe. Elle ne comprend pas pourquoi ses anciens amis deviennent ses tortionnaires, elle va même jusqu’à se remettre en question, à penser que c'est parce qu'elle est trop grosse ou pas assez brillante que les autres la dénigrent. Heureusement, la lecture de Jane Eyre lui apporte du réconfort, lui permet de s'évader en s'identifiant à l'héroïne. Évidemment ce n'est pas le roman qui la sortira de sa solitude, mais c'est grâce à lui qu'elle gardera la tête haute.
Les thèmes du harcèlement scolaire, de l'intimidation et des complexes sont traités avec beaucoup de délicatesse, les dessins d'Isabelle Arsenault ni étant pas pour rien. Un récit intimiste, touchant, pouvant être lu par petits et grands, une jolie BD pleine de poésie!

G229 (Jean-Philippe Blondel)

note: 4Joies et désillusions d’un professeur Victoria, MMC - 13 mars 2015

G229, le numéro de salle qu’occupe pendant 20 ans Monsieur.B, allias l’auteur, qui, en parallèle de sa carrière de romancier est également professeur d’anglais dans la vraie vie.
Il nous propose ici un aperçu de son métier et décrit avec nombre d’anecdotes un quotidien drôle mais parfois empreint de nostalgie, entre les réunions parents-professeurs, les voyages de classe, les inspections, les coups de gueule mais aussi les pauses clope entre collègues.
Jean-Philippe Blondel nous offre un récit touchant dans lequel il exprime tout l’attachement qu’il porte à son métier ainsi qu’à ses élèves.

Charly 9 (Richard Guérineau)

note: 4Humour sanguinolant Emmanuel - 11 mars 2015

Belle adaptation du roman de Jean Teulé où nous retrouvons le "roi de la St-Barthélemy" à cheval entre folie et raison d’État. Le trait aurait même mérité d'être encore plus grinçant!

L'île des oubliés (Victoria Hislop)

note: 1A oublier ! Victoria, MMC - 6 mars 2015

Le roman explore un sujet peu connu du grand public et nous offre un aperçu de la vie des lépreux sur l’île de Spinalonga, en Crète, au milieu du siècle dernier.
Le style est lourd, répétitif, on attend que l’intrigue se développe…en vain. Les personnages sont ma foi peu intéressants, sans relief, les relations humaines entre les protagonistes auraient méritées d’être davantage exploitées. Plat et décevant, une perte de temps.

Mamette n° 6
Les papillons (Nob)

note: 4Mamette, la grand-mère que l’on aimerait tous avoir Victoria, MMC - 4 mars 2015

Toute la famille est réunie pour fêter l’anniversaire de Mamette : notre petite grand-mère préférée a désormais 84 ans, un appareil photo numérique, un ordinateur avec internet, et des trous de mémoire inquiétants... Dans ce volume au ton un peu plus grave mais toujours plein d'humour, on retrouve Mamette confrontée aux nouvelles technologies et au temps qui passe.
Un album toujours aussi charmant où les difficultés de la vie sont abordées avec douceur et bonne humeur. A lire ou à relire à tous âges!

The Grand Budapest Hotel (Wes Anderson)

note: 4une fable burlesque réjouissante ! Victoria, MMC - 27 février 2015

Le film retrace les déambulations de Monsieur Gustave, concierge d’un célèbre hôtel, et de son protégé, Zero Moustafa, dans l’Europe d’entre deux-guerres.
Wes Anderson, au sommet de son art, tisse un récit sur trois époques, mêlant aventures burlesques et petite leçon d’histoire avec un sens de l’humour proche de l’absurde. Assez improbable, « The Grand Budapest Hotel » est doux et acidulé (un peu à l’image de l’affiche du film), drôle et pétillant et possède un style visuel bien affirmé. Mention spéciale à Ralph Fiennes pour son interprétation haute en couleur!
Un film qui vaut le détour, dépaysement garanti !

La tectonique des plaques (Margaux Motin)

note: 3Vite lu, vite oublié Victoria, MMC - 27 février 2015

Margaux Motin revient avec la suite de son autobiographie en bande dessinée. Elle y raconte ses mésaventures du quotidien : sa vie de trentenaire fraichement divorcée, son travail d’illustratrice et les relations avec sa fille, qu’elle élève seule.
Si les dessins sont plutôt jolis et colorés, j’ai trouvé que les situations dépeintes ne s’adressent qu’à la Parisienne bobo de base. Dans le fond, même si le propos est dans l’air du temps, parfois drôle même, le tout reste assez futile et caricatural.

Blast n° 1
Grasse carcasse (Manu Larcenet)

note: 4sombre et dérangeante - 26 février 2015

« La grasse carcasse » voilà comment Polza Mancini se décrit, 150 kilo de chair de graisse et de désespoir.
Polza se trouve dans un commissariat de police, on l’accuse d’avoir tué Carole Oudinot. Pour qu’il parle, il faut l’écouter et pendant les quatre tomes de la BD les deux policiers devront écouter l’histoire de Polza qui à la mort de son père décide de tout quitter et de partir sur les routes et les campagnes à la recherche du Blast, une sorte d’état de grâce où le corps n’est plus et où l’esprit se s'allège.
Manu Larcenet nous emmène dans un univers sombre et dérangeant où le personnage peu à peu s’avili, se sali, se détruit. La violence des rencontres nous fait craindre le pire pour Polza car l’auteur sait susciter de l’empathie chez le lecteur.
Un dessin magistral et sombre seulement traversé de quelques traits lumineux lorsque Polza atteint le Blast. Des planches entières sans paroles, de solitude et de contemplation pour accentuer l'errance et permettre au lecteur de respirer .
Manu Larcenet a hésité entre la musique rock et punk avant de choisir le chemin de la BD en entrant à Fluide Glacial, Il signe ici une BD excellente mais éprouvante et sombre. A découvrir pour son style novateur et percutant !

Run the Jewells 2 (Run the Jewels)

note: 4Du rap de haut vol Emmanuel - 26 février 2015

Disons-le d'entrée de jeu, le rap n'est pas ma tasse de thé... probablement par manque de connaissance. Mais cet album est vraiment excellent avec une diversité musicale assumée et des textes sur fond de réalisme social. Une oeuvre artistique et engagée.

Lullaby and... the ceaseless roar (Robert Plant)

note: 5Maître R. Plant Emmanuel - 26 février 2015

Ce n'est pas du Led Zeppelin!... Arrêtons aussi de cantonner Robert Plant à ce groupe mythique car voici un album qui affirme une fois de pus les talents de chanteur et de compositeur du bonhomme. L'univers de Robert Plant est riche de rock, de blues et de musique du monde, riche de guitare, de piano, de batterie et de banjo,... riche de poésie, de rêve et de voyage. Alors, ne réduisons pas cet artiste à Led Zep : il nous fait l'honneur de ne pas sombrer dans la caricature et d'offrir à chaque nouvel album solo une nouvelle création ; alors ouvrons les oreilles et profitons!

Manipulator (Ty Segall)

note: 4Néo-rétro Emmanuel - 26 février 2015

Auteur-compositeur californien de talent, Ty Segall offre ici un album surprenant comme à son habitude : un son rock et New Age, des textes travaillés, une excellente production. L'ensemble pourrait être ennuyeux à la longue mais au moment où on va pour zapper un nouveau morceau nous entraine ailleurs...

Broken boy soldiers (The Raconteurs)

note: 4Steady, as she goes Emmanuel, MMC - 25 février 2015

Rencontre entre plusieurs musiciens issus de la scène rock de Detroit et menés par le charismatique Jack White, The Raconteurs propose ici un 1er opus efficace et constant. Du rock certes, mais aussi une influence blues et folk pour un mélange energique.

Le voyage de Chihiro (Hayao Miyazaki)

note: 5un voyage poétique Victoria, MMC - 24 février 2015

Étrangement, l’animation japonaise ne m’a jamais tentée. Mais avec une réputation comme celle de Miyazaki, il fallait que je voie un de ces films. Grand bien m'en a pris, puisque cette première approche a été une excellente découverte !
Lors du déménagement de sa famille, Chihiro, une fillette de 10 ans, est brusquement plongée dans un monde où les esprits des fleuves, sources et montagnes japonaises viennent se reposer pour se purifier des souillures que leurs infligent les humains. Imprégné de mystère, le voyage initiatique de cette petite fille est teinté d’onirisme. L'univers est riche, plaisant à regarder et les dessins s’avèrent de haute qualité.
Bref, un film d’une réelle beauté et tout en poésie, un régal !

Garance (Séverine Gauthier)

note: 5innocence et douceur de vivre Victoria, MMC - 24 février 2015

Garance et Léopold ont l’habitude de se retrouver tous les étés. Seulement, cette année-là, Garance confie son secret à son ami de toujours : son père est un géant qui vit sur une petite île au milieu de la mer, et grâce à lui, elle a le pouvoir de marcher sur l’eau.
Au premier abord, on a une simple histoire d'enfant, sur fonds de fantastique. Et pourtant, il n'en est rien. La disparition d’un être cher occupe en effet la place centrale de ce récit doux-amer. La mort y est imagée, de manière à aborder ce thème avec les enfants en des termes qu’ils peuvent comprendre et de les amener à y réfléchir. Mention spéciale pour le dessin et la mise en couleur dont les tons pastel qui donnent à ce joli conte un air irréel.