Recherche


Avis de lecteurs

La prière d'Audubon (K?tar? Isaka)

note: 5la prière d'aubudon Isabelle - 22 avril 2021

un livre déroutant au départ, distrayant au fil des pages, pour finir par devenir fascinant... Je l'ai fini il y a un quinzaine de jours et je ne peux [...]

Les Hurleuses (Adrien Tomas)

note: 5Formidable Frederic - 3 avril 2021

Une histoire passionnante pleine d'intrigue et de rebondissements.
J’ai bien aimé la façon qu’Adrien Tomas nous livre cette histoire. Chaque chapitre est le point de vue d’un personnage différent. Ce [...]

Lady whisky (Joël Alessandra)

note: 4L’histoire vraie d’une femme passionnée de whisky. Agnès MMC - 10 mars 2021

Helen Frances Arthur a consacré une grande partie sa vie au whisky, rare femme acceptée dans cet univers très masculin. Lorsqu'elle décède en 2015, sa nièce et son mari, l'auteur [...]

Le goût d'Emma (Emmanuelle Maisonneuve)

note: 4Un roman graphique gastronomique Agnès MMC - 10 mars 2021

L’histoire d’Emmanuelle Maisonneuve qui, suite à une candidature spontanée, est embauchée au guide Michelin, véritable bible de la gastronomie française. Son parcours sera difficile, face au machisme de la profession. [...]

L'arrivée des Capybaras (Alfredo Soderguit)

note: 4Les capyquoi ? S.BASSET - 10 mars 2021

Les capybaras: une sorte de ragondin d'Amérique du Sud ! Super livre pour les enfants qui parle de la méfiance qu'on peut avoir pour les "étrangers" avec des dessins crayonnés [...]

Oh happy day (Anne-Laure Bondoux)

note: 4Fait du bien au moral Victoria, MMC - 27 février 2021

A la fin de "Et je danse aussi", notre duo de personnages étaient sur le point de se rencontrer pour la première fois, après des mois assidus de correspondance. On [...]

Avis de lecteurs

 

Le ver à soie (Robert Galbraith)

note: 3un simple divertissement Victoria, MMC - 18 juin 2015

Dans cette deuxième aventure, Cormoran Strike est chargé d’enquêter sur la disparition de l’écrivain Owen Quine.
Il n'est pas indispensable d'avoir lu le premier opus avant de se lancer dans « Le Ver à soie ». Toutefois on a cette impression agréable de retrouver d'anciennes connaissances qui ont évolué de leur côté : Robin, sur le point de se marier, cherche désormais à gagner en crédibilité dans son métier, pendant qu’on en apprend davantage sur le passé de Cormoran.
Après avoir apprécié « l'Appel du coucou », il me tardait de lire le second tome des aventures du détective. Malheureusement, cette enquête-là a moins soulevé mon intérêt. En effet, il s’avère difficile de se repérer au niveau des personnages, d’autant plus qu’ils n’ont pas toujours des personnalités très marquées. En parallèle, l’intrigue peine à se mettre en place, le dernier quart m’a paru longuet avant d’arriver aux révélations finales, bouclées en un seul chapitre, ce qui forme un ensemble plutôt plat.
Une lecture sympathique mais sans grande surprise tout de même.

Le livre des choses perdues (John Connolly)

note: 5Surprenant! Victoria, MMC - 18 juin 2015

Inconsolable depuis la mort de sa mère, David, 12 ans, se réfugie dans les livres pour fuir le remariage de son père et se consoler de la naissance de Géorgie, son demi-frère. Un jour, il traverse une brèche au fond du jardin et se retrouve propulsé dans un univers parallèle, un monde étrange et hostile peuplé de trolls, créatures hybrides et autres personnages issus de son imaginaire.
Véritable porte d’entrée vers le conte, le livre aborde des sujets comme le deuil ou le changement, tout en gardant le côté très sombre des contes d'autrefois, créés pour divertir mais surtout instruire et mettre en garde quitte à faire peur ! L’auteur s’amuse avec les codes et les détourne selon ses envies. Ainsi, on retrouve dans ce roman initiatique plusieurs contes populaires revisités de façon surprenante et parfois très sombre. Chaque chapitre apporte son lot de péripéties. Du bout de sa merveilleuse plume, John Connolly nous emmène aux quatre coins de ce royaume imaginaire inquiétant et plein de dangers, faisant en sorte de révéler nos peurs enfantines au fil du texte.
Effrayant et passionnant, « Le livre des choses perdues » est à dévorer pour tous les amateurs de contes de fées !

Alias Caracalla (Daniel Cordier)

note: 4Jean Moulin, au quotidien - 12 juin 2015

En 1940 Daniel Cordier a 19 ans : il est royaliste, antirépublicain, antisémite, et maurassien. A l’annonce de la défaite face aux Allemands, il part pour l’Angleterre s’engager avec les Forces françaises libres, sous le commandement du Général De Gaulle. Malgré le fossé idéologique qui les sépare, c’est lui qui est choisi pour assister et suivre au quotidien l’action de « Rex », qui n’est autre que Jean Moulin, il l’apprendra bien plus tard… Dans ce journal, nous suivons la résistance au quotidien, ses héros comme ses petites mains, ses luttes intestines, et le destin d’un jeune homme, qui, confronté à la différence et à l’intolérance, deviendra au fur à mesure de la guerre, un des fervents défenseurs de la République. En ayant lu Daniel Cordier, je n'ai plus jamais arpenté les rues de Lyon, capitale de la Résistance pendant la guerre, pareil...

An Acoustic live in London (Skunk Anansie)

note: 5Live! Emmanuel - 11 juin 2015

L'ensemble vaut le détour! Une production de qualité, des réarrangements de morceaux bien ciselés,... une autre personnalité de Skunk Anansie : moins énervé mais tout aussi percutant!

Souvenance (Anouar Brahem)

note: 5Entre jazz et tradition JM - 8 juin 2015

Dans son dernier album Anouar Brahem associe son instrument, le oud instrument traditionnel arabe a un ensemble orchestrale.
Dans «souvenances» il est accompagné d'un pianiste, un bassiste et d'un clarinettiste pour un ensemble aux sonorités pures et dépouillées entre jazz et musique du monde résolument moderne. Avare en notes, celles qui nous livre sont soignées,chaudes et denses. Comme tous les albums d'Anouar Brahem, j'adore !



Le racisme expliqué à ma fille (Tahar Ben Jelloun)

note: 4Education encore et encore! JM - 8 juin 2015

Nouvelle édition du best seller de Tahar Ben Jelloun et malgré le succès de ce livre Tahar ben Jelloun explique dans les écoles que le racisme est toujours ancrées dans nos sociétés, toutes les sociétés car aucune n'est épargnée mais il ne désarme pas et l'auteur mise tout sur l'éducation pour enrayer ce fléau Par des exemples précis et parfois amusants, il démontre que les enfants ne sont pas racistes. Ainsi quand il demande à sa fille de lui parler de son camarade, elle le décrit avec un pull rouge mais elle ne parle jamais de la couleur de peau du sympathique Basile.Tahar Ben Jelloun ne parle pas des races mais d'une race, la race humaine. Un essai facile, clair et bien écrit. Pour tous !


Sur la route de Madison (Clint Eastwood)

note: 4film intemporel JM - 8 juin 2015

.On ne raconte plus l'histoire de Francesca mère au foyer et de Robert, photographe qui se rencontrent et qui en quatre jours tombent amoureux intensément, éperdument et pour la vie malgré leur séparation, pour la vie, elle aussi. Une romance oui d'accord mais quelle romance! Le film a obtenu plusieurs récompenses, oscar de la meilleure actrice pour Meryl Streep et césar du meilleur film étranger en 1996. Clint Eastwoood signe un très beau film, c'était bien avant qu'il bascule du coté obscure!
A voir et revoir avec plaisir !


Mon combat n° 1
La mort d'un père (Karl Ove Knausgård)

note: 3... lire la suite? JM - 8 juin 2015

La mort d'un père
Le roman autobiographique de Karl ove Knausgaard me laisse un sentiment mitigé j'ai tout lu avec mille fois l'envie d'abandonner et mille fois l'envie de le reprendre encore et encore. Il raconte sA vie d'enfant entre une mère aimante mais souvent absente et un père autoritaire, sévère, souvent humiliant. Il est sans concession quand il se décrit en adolescent crétin toujours prêt à s'alcooliser ou à se perdre dans des musiques assourdissantes.Il raconte la rupture familiale et la longue destruction du père qui sombre dans un alcoolisme et une déchéance sordide.Les descriptions sont nombreuses et hyperréalistes mais on adhère comme hypnotisé par ce livre. Le deuxième tome « Un homme amoureux » vient de paraître en France et l'auteur annonce six volumes de presque 600 pages. Roman d'introspection profonde l'auteur a été beaucoup décrié par les critiques. Finalement quand j'ai terminé le livre je n'ai pas exclu de lire le deuxième volume!

L'homme de la montagne (Joyce Maynard)

note: 5Intrigue à San Francisco JM - 8 juin 2015


Rachel et Patty sont deux sœurs de 11 et 13 ans, très attachées l'une à l'autre, elle vivent en Californie près de San-Francisco sous le regard indiffèrent de leur mère dépressive et mélancolique. La plupart du temps, elles sont livrée à elle même et comme elle sont très imaginatives elles se mettent souvent dans des situations difficiles .Durant l'été1979, plusieurs jeunes femmes sont retrouvées mortes dans la montagnes et c'est leur père Tony qui sera chargé de l'enquête. Toutes les deux nourrissent une admiration sans borne pour ce père séducteur et héroïque. L'intrigue policière est le fil conducteur du roman mais elle n'est qu'un prétexte car très vite on se concentre sur les relations familiales, sur l'univers de l'enfance et de l'adolescence décrit sur un ton juste et délicat.
Très bon roman drôle, passionnant et émouvant. Tout y est!

Le cercle des femmes (Sophie Brocas)

note: 4joli premier roman JM - 8 juin 2015


A la mort de Mamie Alice dans sa maison des Landes, trois générations de femmes vont se retrouver afin de ranger, trier et aussi retrouver des souvenirs.La plus jeune Lia va découvrir des lettres de ses grand-parents qui vont bouleverser ce cercle de femmes .Sol, Agnès et Lia sont de femmes libres et indépendante mais peut-être sont-elles liées à l'histoire familiale dans leur façon d'envisager leur vie? Un huis-clos sur la passion amoureuse,la transmission et la répétition des schémas familiaux. La description de la maison et des paysages landais sont assez bien rendus. Un très joli premier roman.

La route de Beit Zera (Hubert Mingarelli)

note: 4A la fois très dur et très beau - 7 juin 2015

Enfants ou adultes, animaux ou êtres humains, arabes ou juifs... à l'épreuve de la solitude et de l'amertume. Une très belle écriture, simple et sans fioriture pour ce roman qui traite de la transmission entre les générations et les peuples... Le vivre ensemble à l'épreuve de la guerre. A la fois très dur et très beau. A lire absolument !

An Acoustic live in London (Skunk Anansie)

note: 5Quand Skin est calme... Catherine - 5 juin 2015

... c'est bien aussi ! Quel plaisir de redécouvrir quelques titres phares de ce groupe que j'appréciais beaucoup dans les années 90 ! Des titres plus récents se mêlent avec réussite aux plus anciens. Quant au DVD, il nous fait juste regretter de ne pas avoir assisté à ce concert londonien... frustrant donc !

Grande aventure Lego (La)
La Grande aventure Lego (Phil Lord)

note: 3Amusant mais fatiguant MD - 3 juin 2015

On ne peut qu'apprécier la réalisation technique et être amusé par une multitudes de petits clins d’œils qui font sourire surtout les grands. Mais j'ai trouvé le rythme trop rapide, dés la première image tout va vite, à la fois la musique et l'action et il n'y a pas vraiment de moments de pause avant la fin.
J'ai été un peu déçue.

Childhood home (Ben Harper)

note: 5Une douce pause... MD - 3 juin 2015

Une fois encore Ben Harper nous propose une balade dans laquelle mélodies et textes nous bercent et nous offrent une délicieuse pause. Cet album qu'il a écrit et qu'il chante avec sa maman, elle-même chanteuse et guitariste, est un pure moment de bonheur.

Les Autodafeurs n° 2
Ma soeur est une artiste de guerre (Marine Carteron)

note: 5Un second tome excellent! Victoria, MMC - 29 mai 2015

La lutte contre les Autodafeurs continue pour Auguste, Césarine, Néné et leurs compagnons d’armes. Le premier tome finissait en apothéose : Marine Carteron entre directement dans le vif du sujet et l’intrigue débute ainsi immédiatement après les évènements ayant secoué la famille Mars.
Riche en rebondissements et révélations en tous genres, ce deuxième tome est dans la continuité du premier (et pourtant, c’est rare que les suites soient aussi bien !) avec une alternance de points de vue entre le frère et sa petite sœur autiste. L’un nous apporte l’action et le côté irréfléchi de l’adolescence, l’autre une réinterprétation des évènements et du monde qui l’entoure. J’ai aimé que l’auteure donne ici la part belle à Césarine, qui grandit et s’éveille doucement aux sentiments, ce qui donne lieu à quelques passages franchement émouvants…
Une série attachante par ses héros hors du commun mais aussi par la réflexion de fonds (le contrôle de la connaissance humaine par le biais de l’écrit). Si le premier tome avait été un coup de cœur pour moi, il en va de même pour cet opus-là, à lire absolument!

Simple (Marie-Aude Murail)

note: 4Tendre et plein de charme Victoria, MMC - 26 mai 2015

Marie-Aude Murail retrace une fois de plus une histoire de famille : celle de Kleber, 17 ans, entrant en terminale et de Barnabé, 22 ans, surnommé Simple en raison de son QI d’un enfant de 3 ans. Persuadé que son lapin en peluche est vivant, il invente sans cesse de nouveaux mots et surveille de près les gros mots prononcés par son ainé. Pour éviter de confier son frère aux services sociaux comme le voudrait sa famille, Kleber décide de le prendre en charge. Ensemble, ils s’installent dans une colocation d’étudiants dont ils vont chambouler la paisible existence.
L’auteure aborde avec délicatesse le sujet des handicapés mentaux. On ne peut que sourire devant la naïveté de Simple, mais aussi devant l’intelligence de certaines de ses réflexions : au final c’est souvent lui qui juge ses compagnons avec le plus de lucidité. Loin d’être plombant, le roman comporte même quelques passages truculents, le comportement de Simple donnant souvent lieu à de drôles de quiproquos!
Un régal de tendresse, drôle et émouvant.

La trilogie écossaise n° 2
L'homme de Lewis (Peter May)

note: 5Sublime - 20 mai 2015

En voilà une trilogie à ne pas manquer !!!
Le premier volet est sans aucun doute le meilleur (suivent : l'homme de Lewis et le braconnier du lac perdu), mais l'ensemble, sous fond de polar, nous conduit à suivre des héros déchirés par leurs erreurs et leurs choix de vie qui évoluent dans un cadre extrêmement sauvage et parfaitement décrit par l’auteur des iles du nord Ecosse. C'est fort, magnifiquement écrit et on sort secoué par ces êtres finalement si fragiles.

L'île des chasseurs d'oiseaux (Peter May)

note: 5Sublime - 20 mai 2015

En voilà une trilogie à ne pas manquer !!!
Le premier volet est sans aucun doute le meilleur (suivent : l'homme de Lewis et le braconnier du lac perdu), mais l'ensemble, sous fond de polar, nous conduit à suivre des héros déchirés par leurs erreurs et leurs choix de vie qui évoluent dans un cadre extrêmement sauvage et parfaitement décrit par l’auteur des iles du nord Ecosse. C'est fort, magnifiquement écrit et on sort secoué par ces êtres finalement si fragiles.

Le réveil du coeur (François d' Epenoux)

note: 3coup de coeur - 20 mai 2015

Au-delà de l'histoire qui ne présente pas un grand intérêt. Au-delà de certaines ficelles un peu trop grosses. Au-delà de personnages parfois stéréotypés.... Il y a ces magnifiques échanges et réflexions entre ces générations séparées par quelques années et pourtant si éloignées l'une de l'autre. Les dialogues sont d'une grande finesse, truculents, tellement vrais. Ils constituent le trésor de ce beau livre qui mérite pleinement sa découverte.

Des enfants trop parfaits (Peter James)

note: 3Polar médical JM - 19 mai 2015

Un couple vient de perdre un enfant victime d’une maladie génétique. Ils décident donc de mettre tout en œuvre pour éliminer les risques et s’adressent à un médecin sulfureux qui à son tour sera victime d’une secte opposée à ce genre de pratiques. Bien sûr il est difficile de ne pas ressentir d’empathie pour ce couple dans la douleur mais les enfants issus de ces manipulations ne provoquent chez le lecteur que de la curiosité.
Le thème de la manipulation génétique est le centre du roman, un thème très souvent abordé dans les films et la littérature de science-fiction mais le roman est bien mené et bien rythmé. On ne s’attardera pas sur des questions éthiques traitées de façon un peu rapide. On notera quelques clichés dont on se serait passé. Pas mal mais on pouvait attendre plus.

Baronne Blixen (Dominique de Saint Pern)

note: 5Roman biographique JM - 19 mai 2015

Voici une biographie de Karen Blixen, auteure de « La ferme africaine » et plusieurs recueils de contes. On retrouve l’aventurière, la femme active et volontaire, charmeuse et envoûtante à la tête de sa ferme du Kenya. Celle qui n’a peur de rien ni des hommes ni des animaux et encore moins de la vie. On la retrouve ensuite malade et affaiblie mais toujours debout et optimiste face à la vie dans sa maison du Danemark où l’aventurière de la brousse cède la place à l’écrivain.
Dominique de Saint Pern a su extraire toute l’intensité des vies multiples et trépidantes de Karen Blixen pour nous en offrir le meilleur. Elle nous offre une biographie passionnante et bien écrite. Un très agréable moment de lecture qui donne envie de lire ou relire l'œuvre de Karen Blixen.

La ferme (Tom Rob Smith)

note: 3Psychose JM - 19 mai 2015


Alors qu’il vit en Angleterre Dan reçoit un appel de sa mère qui vit en Suède, très angoissée, elle dit être menacée et poursuivie par son mari qui veut l’enfermer dans un asile psychiatrique. Quelques heures plus tard, il reçoit un appel de son père qui, lui, prétend que sa femme est victime d’une crise d’angoisse et d’une sorte de psychose paranoïaque. Qui croire ? Que faire ? Alors que sa mère apporte dans son sac les preuves des crimes qu’elle prétend avoir découvert Dan va devoir à son tour se lancer dans une enquête Suédoise.

En recherchant la vérité, il va devoir aussi se pencher sur le passé familiale et découvrir des secrets douloureux. Un roman policier inspiré d’un épisode douloureux de la vie de l’auteur qui signe un roman différent de ses écrits antérieurs mais tout aussi addictif !


Que ta volonté soit faite (Maxime Chattam)

note: 3Quand on parle du mal! JM - 19 mai 2015


Jon Petersen est né dans le sang et la haine son père meure assassiné le jour de sa naissance et sa mère meurt des suites de son accouchement .L’enfant grandira esseulé, sans amour et sans amis. Il va regarder passer le temps cultivant la rancœur la haine, et laissant monter en lui le mal, irrémédiablement comme une maladie qui vous envahie et vous pourri de l’intérieur.
Car c’est le mal qui peu à peu va dominer ce jeune garçon, il commence par regarder et torturer des fourmis puis des chats et autres animaux. Maxime Chattam comprend alors qu’il fait naitre aussi chez son lecteur un sentiment de peur et d’horreur.
Le scénario n’est pas forcément très original mais on tourne les pages car le roman est bien rythmé et l’histoire nous absorbe jusqu’à un dénouement inattendu.
Le décor que Chattam nous propose est celui d’une petite bourgade du Middle West loin de tout avec son chérif, son puritanisme et ses querelles. Un décor et des images pittoresques mais qui ne donne pas forcément envie d’aller y faire du tourisme.
Un roman noir qu’on ne lâche pas avant la fin !

Les Enfants du marais (Jean Becker)

note: 5Toujours un bonheur! JM - 19 mai 2015


Une petite communauté habite dans le marais ils sont plutôt pauvres et se débrouillent pour vivre de cueillette, de pêche et autres petits travaux.Ce sont leurs aventures, leurs déboires, leurs rêves et leurs espoirs que le film nous raconte. Tous ces petits riens de la vie qui nous enchantent. Le film a obtenu de nombreuses récompenses et jacques Gamblin le césar du Meilleur acteur au festival de Cabourg.
Il y a des films que l’on regarde plusieurs fois sans se lasser, « les enfants du Marais » en font partie. J’aime tout dans ce film : les personnages, le scénario, la photo et la profonde humanité et simplicité qui en ressort. Un film qui nous laisse rêveurs et heureux !

Un Dimanche à la campagne (Bertrand Tavernier)

note: 4Des images façon Renoir JM - 19 mai 2015

M. Ladmiral est un peintre au succès assez relatif. Il vit seul avec une bonne en attendant chaque dimanche où son fils Gonzague (Michel Aumont) flanqué de femme et enfants arrivent par le train de 11h 50. Parfois arrive Irène, sa fille (Sabine Azéma) pétillante, amusante et indépendante et résolument moderne. Evidemment Gonzague est plutôt effacé et sans imagination comparé à sa sœur d’autant plus qu’elle ose remettre en cause le talent de peintre de son père.
Le film date 1984 et nous parait aujourd’hui assez désuet mais on peut apprécier le décor, les costumes et la photo.

Pride (Matthew Warchus)

note: 5Ode à l’entraide et la solidarité Victoria, MMC - 19 mai 2015

Eté 1984, un groupe d’activistes gay et lesbien réunit des fonds pour aider les familles des mineurs touchés par la grève. Après avoir choisi un village minier au fin fond du pays de Galles, ils embarquent à bord d'un minibus pour aller remettre l'argent aux ouvriers en mains propres. Ainsi débute l’histoire extraordinaire de deux communautés que tout oppose mais qui s’unissent pour défendre la même cause.
Sous son apparente légèreté, « Pride » traite de thèmes sensibles, notamment la pauvreté de la classe ouvrière, les problèmes de discrimination à l’encontre des gays et la menace du sida qui plane... Mais c’est aussi un film drôle, un de ces films qui met le cœur en joie, porté par de merveilleux acteurs !

Mamie gangster (David Walliams)

note: 4Un récit drôle et touchant Victoria, MMC - 19 mai 2015

Souvent désigné comme le digne successeur de Roald Dahl, David Walliams a l’art de créer des personnages loufoques puis de les mettre en scène dans des situations aussi amusantes qu’improbables. C’est toujours le cas dans son quatrième roman, dans lequel Ben, qui passe tous les vendredis soirs chez sa grand-mère, découvre un beau jour que cette dernière mène une double vie : petite mamie tranquille le jour, elle se transforme en redoutable voleuse de bijoux la nuit !
L’air de rien, avec son humour habituel, l’auteur aborde des sujets sensibles comme la solitude chez les personnes âgées, les relations familiales et la maladie. Une belle aventure qui plaira aux jeunes comme aux adultes !

Alabama song (Gilles Leroy)

note: 4Couple mythique et passion destructrice Victoria, MMC - 13 mai 2015

Récompensé par le Prix Goncourt en 2007, « Alabama song » est une biographie romancée de Zelda Fitzgerald, l’épouse du célèbre écrivain.
Prenant la forme d’un journal intime, avec de fréquents allers-retours dans le passé, les premières lignent nous emportent en Alabama, en 1918. Zelda a 18 ans lorsqu'elle rencontre Scott, son alter ego: il est passionné, écrivain (alors qu’elle-même rêve d’être publiée), ambitieux, vit dans l'excès dans tous les domaines, aime la provocation et le scandale. Mais bien vite, le couple se meurt, dévoré par leur folie respective et l'égoïsme légendaire de Scott.
Gilles Leroy se glisse tellement bien dans le personnage, qu’on en oublie parfois qu’il ne s’agit que d’un roman, et non d’un témoignage authentique. Un récit intime d’une grande tristesse et la tragédie d'une femme qui tente de s'exprimer par la danse, la peinture ou l'écriture, mais qui resta éternellement dans l'ombre de son mari.

Le coeur des louves (Stéphane Servant)

note: 5Un roman ensorcelant Victoria, MMC - 13 mai 2015

Célia et sa mère, une écrivaine à succès en panne d'écriture, reviennent vivre dans la maison de leur grand-mère, morte depuis des années, au cœur d'un village perdu dans les montagnes. Leur retour semble susciter beaucoup d’inquiétude, comme s’il ravivait de vieilles histoires enfouies…
Je ne savais pas tellement à quoi m'attendre avec ce livre…et c’était bien. Incroyablement bien même ! L’écriture si juste et poétique de l’auteur m’a charmée, de même que ses descriptions de la nature, omniprésente. Le roman est dense, assez sombre, frisant avec le mystique parfois. C’est triste, lourds de secrets et de non-dits, on y découvre ces trois générations de femmes, leurs voix qui se mêlent pour venir conter la vérité au lecteur.
Un récit qui fascine par son étrangeté, et surtout un excellent roman passerelle entre littérature adolescente et adulte.

"Millenium" n° 1
Les hommes qui n'aimaient pas les femmes (Sylvain Runberg)

note: 4Adaptation très fidèle! Victoria, MMC - 13 mai 2015

Les personnages sont assez ressemblants à l’idée qu’on peut s’en faire à la lecture des romans et les dessins retransmettent parfaitement l’ambiance sombre du récit. Seul reproche : un lecteur ne connaissant pas l’œuvre de base pourrait être dérouté par moments, puisque certains passages ont été coupés. Malgré cette version « simplifiée », l’essentiel reste là.
Une série qui séduira autant les fans de la trilogie que les amateurs d'excellentes bandes dessinées !

Brise glace (Jean-Philippe Blondel)

note: 4Percutant et joliment écrit ! Victoria, MMC - 13 mai 2015

Aurélien, lycéen solitaire et renfermé semble hanté par un terrible secret. Mais Thibaud, un garçon de sa classe, met tout en œuvre pour l’aider à affronter ses vieux démons et peut-être enfin reprendre goût à la vie.
Jean Philippe Blondel signe ici un excellent roman sur la difficulté à surmonter la perte d’un être cher, sur fonds de slam comme exutoire au malheur. Son écriture, toujours aussi juste et ses personnages dépeints avec tendresse et sensibilité font de cette histoire touchante un réel bonheur de lecture !

La gueule du loup (Marion Brunet)

note: 3Addictif et captivant Victoria, MMC - 13 mai 2015

Le bac en poche, Lou et Mathilde s’offrent des vacances à Madagascar avant d’entamer la fac. Seulement, au lieu de rester tranquillement à bronzer sur une plage paradisiaque, les deux jeunes filles se mêlent d’affaires qui ne les concernent pas, choix qu’elles vont vite regretter...
La couverture aux airs de vacances est plus que trompeuse car Marion Brunet se renouvelle et nous offre ici dans un thriller glacial! Passages haletants, huis clos angoissant, poursuite infernale, tous les ingrédients sont là pour nous permettre de ne pas décrocher jusqu’à la fin du roman !

The Avengers n° 1970 (Roy Thomas)

note: 3Un pour tous, tous pour un S.BASSET - 11 mai 2015

Le graphisme, assez typique des comics de cette époque, avec des couleurs très intenses et acidulés, mais assez lisible néanmoins, sert bien ce qui est avant tout comme du cinéma : un pur divertissement, aux scénarios parfois pas toujours super-bien fagotés, mais avec beaucoup de bagarres et une certaine vision de l'Amérique.

La fille maudite du capitaine pirate n° 1 (Jeremy A. Bastian)

note: 4Un imaginaire riche en circonvolutions S.BASSET - 11 mai 2015

Aux entrelacs graphiques de Jeremy A. Bastian répondent les circonvolutions de son imaginaire: un bestiaire fantasmagorique, une ambiance à la fois démoniaque et riche en humour noire, des personnages haut en couleur. Jack Sparrow, le héros un peu "frappadingue" de Pirates des Caraïbes ne renierait sans doute pas cette "fille maudite", aussi téméraire qu'incontrôlable !

Chaque soir à 11 heures (Malika Ferdjoukh)

note: 4A la croisée des genres Victoria, MMC - 9 mai 2015

Depuis peu, Willa , 17 ans, sort avec le frère de sa meilleure amie, le beau Iago. Mais un soir de fête, elle rencontre Edern, un jeune homme au passé douloureux et mystérieux. Piquée par la curiosité, Willa va peu à peu pénétrer l'univers étrange de ce garçon sans savoir jusqu'où cela l'entrainera…
Sous des airs de roman d’amour pour filles à couverture rose, « Chaque soir à 11 heures » cache une ambiance plus pesante sur fonds de maison hantée, de secrets de famille et de mystérieux complots. Et là, ça commence à m’intéresser ! Un roman plaisant à lire, avec sa galerie de personnages très attachants dans lequel on retrouve un peu une atmosphère équivalente à la série Quatre sœurs. D'humour en amour, on savoure l'intrigue de ce roman chaleureux, trop vite lu et refermé.
(Pour les amateurs, je conseille vivement l’adaptation bd très joliment illustrée par Camille Benyamina!)

Soul kitchen (Fatih Akin)

note: 4A voir(et a ecouter)sans modération! - 3 mai 2015

Fable moderne sur l'histoire d'un jeune restaurateur de Hambourg à qui il va arriver les plus belles galères
Son restaurant le Soul Kitchen sera le témoin de toutes ces drôles de péripéties. Finement mis en scène,personnages attachants,BOF au top que dire de plus si ce n'est:foncez!

Les Boxtrolls (Graham Annable)

note: 5Horribles créatures ? - 1 mai 2015

Ce film retrace la vie d'un garçon nommé Œuf, (à cause du dessin inscrit sur son carton) enlevé par des Boxtrolls, des créatures ayant pour habits des boîtes en carton. Les Boxtrolls ne sont pas d'horribles créatures comme on pourrait le croire mais de gentils petits monstres chassés par l'abominable Trappenard et ses acolytes. Ces créatures vont devoir être très fortes pour résister ensemble aux mauvais coups de leurs prédateurs ! C'est une belle histoire car elle est drôle et émouvante à la fois.

Peter Pan et Wendy (James Matthew Barrie)

note: 5Une version très différente de Walt Disney ! - 1 mai 2015

Une histoire drôle et émouvante à la fois d'un "Garçon Perdu" qui vit avec d'autres enfants de son cas. Ils vivent sur l'Ile Imaginaire, dans une maison souterraine. Peter Pan n'est qu'un enfant mais pourtant, il n'a pas peur du Capitaine Crochet (un pirate très cruel qui possède un crochet à la place de sa main gauche). Ce dernier veut se venger de Peter Pan car c'est lui qui a coupé sa main. Peter, ses amis et les "Peaux Rouges", vont se battre contre le Capitaine Crochet et son équipage... J'aime bien les voix des personnages de ce CD !

L'île de Hôzuki n° 4 (Kei Sanbe)

note: 1 - 28 avril 2015

C'est quoi cette fin ?! Grosse déception...

Extrêmement fort et incroyablement près (Jonathan Safran Foer)

note: 4 - 28 avril 2015

Wow ! Ce livre est, au sens premier du terme, original : il est ponctué de photos, ça part dans tous les sens, c'est drôle, ça fait réfléchir...Vraiment un bon livre

Thermae Romae n° 1 (Mari Yamazaki)

note: 3 - 28 avril 2015

J'ai pris ce premier tome au hasard, mais il s'est révélé être une très bonne surprise !Des situations inattendues, la technologie poussée à ses limites ! Marrant

L'île de Hôzuki n° 1 (Kei Sanbe)

note: 2 - 28 avril 2015

Le suspense est certes maintenu tout au long de la série, mais un fanservice troublant gêne ce scénario qui n'est pas si mauvais. Divertissant

Un cirque dans une petite boîte (Dina Sabitova)

note: 5Plein de poésie Rachel - 26 avril 2015

Le cirque Carrouselli a un directeur, Mlle Casimira qui dresse Kitsenka son caniche, l'écuyère Rio Rita, la jument Adélaïde, le magicien Ioganson, Mélodius l'homme-orchestre, Hop le jongleur, Filipp l'âne, les acrobates Flik et Flak et beaucoup de problèmes financiers. En effet, l'arrogant clown Pé est parti, se croyant trop bien pour le petit cirque! Et comme dit le directeur: un cirque sans écuyère, sans acrobates et sans musiciens, oui! Mais sans clown, sans animaux et sans magicien, ce n'est plus un vrai cirque!
Un jour, le cirque en tournée dans une petite ville emmène sans le vouloir un petit garçon orphelin, passionné par le cirque et les mathématiques. Très vite il s'intègre à la troupe et leur est d'une aide efficace. Comme trouver un clown, par exemple...
Plein de poésie, ce roman est imprévisible!

Central Park (Guillaume Musso)

note: 4EXCELLENT - 25 avril 2015

mon 1er Musso
je n'ai pas été déçu des rebondissements, une intrigue dont on ne parvient pas à deviner l'aboutissement je le recommande vivement dans l'attente d'une adaptation ciné ?

Les nuits de Reykjavik (Indridason Arnaldur)

note: 4Pas seulement polar JM - 23 avril 2015

Pour ce dernier roman Indridason se propose de revenir sur les débuts de son flic fétiche, Erlendur. Il est alors simple gardien de la paix et s’occupe de régler les problèmes de violences urbaines, infractions au code de la route et autres bagarres.
Blessé par la disparition de son frère cadet quand ils étaient encore enfants, Erlendur n’en finit pas de panser ses plaies. Il ne peut s’empêcher de s’intéresser aux disparitions non élucidées et plus particulièrement à celle d’une jeune femme qui a disparue. Alors qu’il n’est pas autorisé à mener des enquêtes il s’interroge aussi sur la mort suspecte d’un clochard.
Indridason dresse un portrait sans concession de son personnage, souvent d’humeur sombre, il écoute plus qu’il ne parle. Pas forcément très ouvert à la nouveauté, il ne veut pas gouter de « pissas » et préfère la joue de mouton grillée. Souvent gauche dans sa vie privée, il se montre extrêmement perspicace lors de ses enquêtes.
Erlendur est cependant sympathique et attachant par son coté profondément humain et généreux, il montre beaucoup d’empathie et d’attention pour ceux qui n’ont rien et ceux qui souffrent. Il apprécie la solitude et les ballades dans le soleil islandais de Reykjavik, il est souvent pensif et mélancolique.
Plus qu’un polar !

Scoop (Woody Allen)

note: 4Une comédie pétillante et savoureuse ! Victoria, MMC - 22 avril 2015

Bien plus léger que « Match Point », on a affaire à une comédie à la fois drôle et décalée, truffée d’excellentes répliques. L’histoire est certes très prévisible, mais le duo Woody Allen/Scarlett Johansson crève l’écran, pour notre plus grand plaisir ! Le débit de paroles ininterrompu et la gestuelle confuse du cinéaste le rendent déjanté et totalement irrésistible dans ce rôle.
Bref, un film distrayant et plaisant pour passer un bon moment !

Quatre soeurs n° 2
Hortense (Malika Ferdjoukh)

note: 5Dans l'univers d'Hortense... Rachel - 21 avril 2015

Quand on est cinq sœurs dont les parents viennent de mourir suite à un accident, que fait-on ?On se débrouille comme on peut. Et quand on s'appelle Hortense Verdelaine, qu'on habite la Vill'Hervé, qu'on est l'avant-dernière et qu'on a onze ans et demi ?
Eh bien, on tient son journal intime!
Hortense, conseillée par sa professeure de français, pousse un jour les portes d'une école de théâtre et devient l'héroïne d'une pièce de théâtre .
Elle rencontre aussi Muguette, la fille malade d'à côté, et devient sa meilleure amie et sa complice.
Le deuxième tome de la série "Quatre sœurs", où on se sent toujours aussi bien dans la Vill'Hervé, où on s'attend toujours à voir surgir un vendeur magicien de surgelés... et une chaudière en panne !

Les Drôles de poissons-chats (Claudia Sainte-Luce)

note: 4Touchant JM - 18 avril 2015

Un film mexicain qui ne commençait pas forcément sur une note gaie car la jeune héroïne, Claudia (22 ans) se retrouve à l’hôpital et sa voisine de lit, Martha, est une femme de 46 ans atteinte du sida.
Entre Martha et Claudia c’est... comme une évidence, une jeune fille sans mère est adoptée par une mère et ses quatre enfants et la mère aimante se retrouve juste avec un enfant de plus.
Claudia trouvera immédiatement sa place au sein de cette tribu joyeuse à l’organisation chaotique.
Un film émouvant et lumineux sur la tolérance, la solidarité et la famille.

Popular problems (Leonard Cohen)

note: 5Intemporel JM - 18 avril 2015


A 80 ans Léonard Cohen nous propose un nouvel album de 10 nouvelles chansons. De jolies ballades douces et mélancoliques où tous les thèmes de prédilection du chanteur sont abordés : l’amour, la mort, la religion et encore l’amour car le chanteur aime encore la vie.
Plus affuté que jamais le chanteur promène une silhouette sèche et élégante sur une nouvelle tournée car dit-il « je ne serais pas toujours en bonne santé »
Savourons cette voix grave, caverneuse et patinée de nicotine et laissons-nous bercer par un artiste d’une incroyable fraicheur !

L'appel du coucou (Robert Galbraith)

note: 4ça se lit tout seul ! Victoria, MMC - 14 avril 2015

Même sous un pseudonyme assez ridicule, j'étais très enthousiaste à l'idée de retrouver la plume de JK Rowling, surtout depuis « Une Place à prendre », que j’avais particulièrement apprécié.
C’est avec plaisir que l’on découvre son nouveau héros, Cormoran Strike. Détective privé de son état, bourru au grand cœur, fauché et fraichement séparé de sa compagne, il est amené à enquêter sur le soit disant suicide d'une jeune top model. A travers l'entourage de la victime, l’auteure nous entraîne dans le monde people londonien et dépeint l’envers du décor de cet univers qui n’a vraiment rien d’enviable. Une fois encore, ses personnages sont travaillés à la perfection et si la trame de l’enquête est « classique » et ne révolutionnera pas le polar en soi, le roman offre tout de même de bons moments de lecture en perspective, ainsi qu’un dénouement que je n’avais pas vu venir !