Recherche


Avis de lecteurs

Monsieur (Rohena Gera)

note: 5Un très beau film romantique ! Angélique, MMC - 20 août 2021

Bombay, de nos jours. Ratna, jeune veuve est domestique chez Ashwin, un riche architecte revenu en Inde après un long séjour aux Etats-Unis.
Dans l’appartement, ils se frôlent et s’évitent, Ratna [...]

Le Dernier enfant (Philippe BESSON)

note: 5Le nid vide FM - 14 août 2021

Le temps a filé, et voici venu le jour où le plus jeune des enfants quitte le nid familial pour prendre son envol. Le temps d'une journée, celle du déménagement, [...]

Les oiseaux ne se retournent pas (Nadia Nakhlé)

note: 4Un roman graphique sombre, poétique et onirique. Angélique, MMC - 20 août 2021

Ce roman graphique sur les thèmes de l’enfance et l’exil s’intègre dans un projet avec un spectacle, une exposition et un dessin animé.
C’est l’histoire d’une rencontre entre une jeune fille [...]

L'auberge du pèlerin (Elizabeth Goudge)

note: 5Un beau roman dans la pure tradition anglaise Agnès MMC - 14 août 2021

Dans ce roman foisonnant qui se passe dans la campagne anglaise de l’immédiat après-guerre, marqué encore par les restrictions, on fait la connaissance de la famille Eliot : la grand-mère [...]

Mémoire de soie (Adrien Borne)

note: 5Un nom à graver dans la pierre. Angélique, MMC - 19 août 2021

Nous n'avons pas fini d'écrire et de lire sur la Première Guerre mondiale. Ce livre aborde des thèmes peu développés dans les romans : la grippe espagnole, les asiles, la [...]

Broadway Limited n° 2
Un shim sham avec Fred Astaire (Malika Ferdjoukh)

note: 5Une trilogie réjouissante dans le New York d’après-guerre Agnès MMC - 14 août 2021

Il aura fallu 6 ans à Malika Ferdjoukh pour écrire cette trilogie qui se passe à New-York à la fin des années 1940 et donc beaucoup de patience pour son [...]

Avis de lecteurs

 

Un verre de lait, s'il vous plaît (Herbjørg Wassmo)

note: 5Roman réaliste - 15 octobre 2015

De Herbjorg WASSMO, auteure norvégienne, on connaît surtout les passionnantes sagas nordiques (Le Livre de Dina, Cent ans...) qui font la part belle à des personnages de femmes dont le lecteur suit les chemins de vie souvent difficiles mais qui sortent des sentiers battus. Dans le roman "Ces instants-là", nettement autobiographique, on devine en quoi la vie de l'auteur a pu inspirer sa création littéraire.
Mais avec "Un verre de lait, s'il vous plaît", on change de registre tout en conservant le talent. Plus actuel, ce roman est construit autour du personnage de Dorte, une jeune femme lituanienne ravissante et naïve. Pensant trouver un travail de serveuse en Suède, elle se laisse entraîner dans un réseau de prostitution dont elle subit la violence glaçante. Elle y rencontrera néanmoins des gestes d'humanité, qui permettent au roman de ne pas se limiter à la description d'un univers sordide.
Quoique sombre, dur, éprouvant, ce livre mérite vraiment d'être lu, à la fois pour sa belle qualité littéraire et pour sa dimension presque documentaire. Mais avant tout, il s'agit bien d'un roman que l'on a du mal à fermer avant de l'avoir terminé, tant il est prenant.
Sur un sujet proche, mais dans un registre plus historique et un autre style d'écriture, je conseillerais aussi la lecture du très beau roman "Purge" de Sofi Oksanen.

Kingsman (Matthew Vaughn)

note: 4un bon divertissement Victoria, MMC - 14 octobre 2015

Eggsy, jeune délinquant de 19 ans, est pris sous l'aile d'un gentleman agent secret (interprété par le très classe Colin Firth) afin d'être intégré chez les Kingsmen, une organisation d'agents secrets.
Un scénario certes vu et re-revu, donc prévisible, mais Matthew Vaughn nous offre une jolie parodie de film d'espionnage, à l’humour britannique débridé ! Notons en plus que les acteurs sont impeccables dans leur rôle. Mention spéciale au méchant de service : peureux, capricieux et à la limite du ridicule avec son cheveu sur la langue, Samuel L. Jackson prouve qu’il n’a pas fini de nous surprendre!
Bref, un film plaisant pour les amateurs de second degré !

Quelques minutes après minuit (Patrick Ness)

note: 4Petite merveille Victoria, MMC - 14 octobre 2015

L'histoire est a priori simple: celle d'un garçon dont la mère est atteinte d’un cancer. Mais un cauchemar, chaque nuit déclenche l'arrivée d'un monstre, qui souhaite entendre la vérité. Mais quelle vérité? Et surtout : sur qui ou quoi?
Patrick Ness (auteur de l’excellente trilogie “le Chaos en marche”) créé un monde sombre, inquiétant où toute chose devient tragique pour le héros. D'ailleurs, on reconnaît en Connor le propre du héros tragique: il ne peut lutter contre une force supérieure, en l'occurrence la maladie de sa mère, mais essaye malgré tout de s'en sortir. Les illustrations à l’encre de Jim Kay accompagnent admirablement bien le texte.
Un livre superbement dramatique, qui marque même après l’avoir refermé.

Nymphéas noirs (Michel Bussi)

note: 5Captivant ! Victoria, MMC - 14 octobre 2015

Dès les premières lignes, le décor est planté: bienvenue à Giverny. Sur fond de meurtre, plusieurs personnages du village nous sont présentés. Notre attention se porte sur trois femmes, trois générations différentes mais qui se retrouvent dans leur rêve d’évasion. La vieille dame du village dont les chapitres sont narrés à la première personne, Stéphanie la maîtresse d'école et enfin la jeune Fanette, artiste peintre en devenir. Vient se greffer l’inspecteur Sérénac, venu enquêter sur le meurtre dans ce havre de paix.
J'ai pris un réel plaisir avec cette lecture fluide et prenante ! Michel Bussi nous donne l’occasion de découvrir l' univers de Monet, quelques éléments de sa vie, ses merveilleux jardins et le village de Giverny.
Le dénouement laisse le lecteur sans voix tant il est surprenant, bien amené et particulièrement intelligent. On comprend alors tout le travail d'écriture de l'auteur! Un bouquet final comme je souhaiterais en lire plus souvent !

The Voices (Marjane Satrapi)

note: 4Attention, film comique et sanglant! Victoria, MMC - 14 octobre 2015

Pour ceux qui vivraient sur une autre planète, Marjane Satrapi est la réalisatrice des excellents "Persepolis" et "Poulet aux prunes". Avec "The Voices", elle change radicalement de genre et s'essaye à la comédie horrifique.
L’histoire est pour le moins délirante : Jerry, schizophrène de son état, tue des femmes et entend des voix. Mister Whiskers, son chat, le pousse à commettre des choses horribles, tandis que Bosco, son chien pataud, le tire vers le haut en le ramenant à la raison. Tels l'ange et le démon sur ses épaules, ses animaux l'obsèdent mais ils sont aussi ses seuls et uniques amis…
Les situations sont décalées, les plans originaux, l'univers coloré complètement farfelu et Ryan Reynolds incarne un psychopathe attachant. Cela ne fait peut être pas de ”The Voices” le film de l'année, mais il mérite largement de ne pas être pris à la légère.

Voyage en Chine (Zoltan Mayer)

note: 5Emotions! JM - 13 octobre 2015


Une nuit le téléphone sonne, Liliane apprend la mort de son fils, photographe en Chine. Portée par la douleur et pour faire face à des tracasseries administratives, elle décide de partir chercher la dépouille de son fils. Elle part seule dans la province du Sichuan où elle va découvrir un univers inconnu. Passé le choc des cultures, elle redécouvre son fils et apprend à mieux le connaître. Un film émouvant sur le deuil avec une Yolande Moreau incroyable de naturel et d’émotion. A découvrir !

Billie H. (Louis Atangana)

note: 4A lire et à écouter! JM - 13 octobre 2015

Eléanore est une jeune fille noire, elle est née en 1915 aux USA. Fonceuse, bagarreuse et insolente elle se fait vite renvoyer de l'école pour vivre dans les rues en gagnant quelques pièces pour survivre. Dans une Amérique raciste et ségrégationniste, elle découvre le Jazz et peu à peu se met à chanter, c'est décidé, elle s'appellera Billie Holiday!

Tiganeasca (Yeux Noirs)

note: 5Musique du monde JM - 13 octobre 2015

Le groupe créé en 1992 reprend des chansons du répertoire traditionnel rom et yiddish. Souvent mélancolique et nostalgique, leur répertoire se fait aussi très dynamique et joyeux dans des rythmes pop-rock. Créé par Eric et Olivier Slabiak le groupe s’enrichie de musiciens de différents horizons pour plus de diversité et d’ouverture sur toutes les musiques du monde.
A écouter, à voir si possible car les artistes violonistes sont fascinants à regarder tant ils font corps avec leur instrument.

Pietra viva (Léonor de Récondo)

note: 3Une vie d'artiste JM - 13 octobre 2015

En 1505, Michelange fuit Rome pour oublier la douleur d’un deuil. Soucieux de satisfaire la demande du Pape qui lui commande son futur tombeau il se rend à Carrare afin de choisir les plus beaux marbres pour son œuvre. Dans le village, il est spectateur de la vie villageoise mais l’auteure le décrit comme un personnage irascible et égoïste, parfois méprisant envers les gens du village .Il s’attache cependant à un enfant et à un simple d’esprit qui se prend pour un cheval, cet élan va lui rendre une humanité que l’on ne perçoit pas forcément car l’artiste n’est pas forcément sympathique
Le portrait d’un artiste avec toute son exigence, décrit sans aucune complaisance.

La terre qui penche (Carole Martinez)

note: 5laissez-vous raconter des histoires! JM - 13 octobre 2015

Pour ce troisième roman Carole Martinez nous ramène dans le Doub, dans le Domaine des Murmures qui était le décor de son précédent roman. En 1361, Blanche, douze ans, rêve de savoir lire et à écrire. Son père, une brute épaisse qui ne cultive que son plaisir pense qu’une femme qui sait lire c’est le diable dans la maison. Pour contrer toutes velléités d’indépendance et d’émancipation, il conduit Blanche et l’abandonne dans une famille pour la marier au fils de la famille, Aymon, un jeune garçon frêle et attardé pour qui le mariage ne veut rien dire.
On retrouve l’univers de Carole Martinez entre roman historique et fables merveilleuses, l’auteure confirme son talent de conteuse dans une langue poétique, sensuelle et musicale.

Quatre soeurs n° 1
Enid (Malika Ferdjoukh)

note: 5A la rencontre d'Enid Rachel - 11 octobre 2015

Connaissez-vous Enid, la cadette des soeurs Verdelaine?
Selon, Bettina, coquette de 13 ans, c'est un truc avec des barrettes et des poils de chat. Pour Hortense, 11 ans, écoutant les sarcasmes de Bettina en lisant sur le canapé, c'est plutôt une fillette de 9 ans qui dort avec des chats prénommés Ingrid et Roberto. Geneviève, 16 ans, soigneuse de blessures au genou et au coeur, est l'infirmière personnelle d'Enid. Car comment ne pas se faire des écorchures lorsqu'on passe son temps dans le puits délabré du jardin?
Charlie, leur soeur ainée, lui prépare du lait chaud quand elle se lève à minuit.
Enfin, leur vie ne serait rien sans Fred et Lucie Verdelaine, leurs parents morts accidentellement et qui reviennent aux moments les plus inattendus pour converser avec leurs filles chéries.
Malika Ferdjoukh dépeint avec tendresse une maison perchée sur une falaise, au bord de l'océan. Leur Vill'Hervé, où cohabitent 5 filles dégourdies et espiègles et 2 chats raffolant du couscous du samedi soir...

Aggie change de vie (Malika Ferdjoukh)

note: 5Qui a dit que l'habit ne fait pas le moine? Rachel - 10 octobre 2015

Aggie est une gamine des rues londoniennes de quatorze ans qui en paraît dix. Voler les passants, manger à peine une fois par jour n'est pas une vie de tout repos!
Alors, quand Pemberton Rushworth lui ouvre la porte sur la belle vie, il sera impossible pour Aggie de dire non...
Une très belle histoire remplie de suspens et d'humour, dans le Londres des années 50. Chapeaux melons et robes de mousseline garantis!

Deadly scenes (6:33)

note: 4French connexion Emmanuel, MMC - 8 octobre 2015

Des ressemblances avec Faith No More et une multitude d'influences pour les petits Français de 6:33. De prime abord, c'est franchement curieux ; ça peut même en rebuter plus d'un. Il faut écouter l'album en entier, le réécouter pour en apprécier la richesse.

La maison du docteur Laheurte (Michel Bernard)

note: 5Beaucoup de charme - 7 octobre 2015

Dans le décor des rives du lac d'Annecy, en été, le roman initiatique d'un adolescent. Une écriture belle et fluide, une pincée de nostalgie, la découverte de la lecture et de la musique... Un roman qui a vraiment beaucoup de charme !

Les enfants loups n° 1 (Yuu Watase)

note: 5Un manga touchant à lire et à relire ! - 3 octobre 2015

Un univers proche de celui de Myazaki, doux, poétique, avec des personnages drôles et touchant, ce manga nous emporte dans la vie d'une mère devenue veuve après un grand amour qui donna naissance à deux enfants pas très ordinaires, mi humain, mi loup.

Eternels jusqu'à demain (Thomas Dutronc)

note: 5Un album qui fait du bien. - 26 septembre 2015

Même si cet opus est un peu plus éloigné du jazz manouche, on y retrouve des textes et des mélodies qui percutent et qui nous restent en tête.
Thomas Dutronc est loin des grands sujets et c'est justement ce qui fait du bien. "je m'fous de tout" dit l'une des chansons et bien cet album nous permet le temps de son écoute d'en faire autant et cela fait grand bien!!
A écouter donc sans modération.

Les quatre saisons (Antonio Vivaldi)

note: 5Un très grand musicien pour une très grande oeuvre. - 26 septembre 2015

On connaît les 4 saisons de Vivaldi sans même toujours le savoir. Il en existe de très nombreuses versions. Mais celle que nous offre Richard Galliano a quelque chose de magique.
Là où nous n'attendrions pas l'accordéon, cet instrument étonnant offre un rythme et un souffle différent.

Carnets de bord (Bernard Lavilliers)

note: 4Voyages Emmanuel, MMC - 26 septembre 2015

Très bon album mêlant poésie, musiques du monde, humanisme et tendresse. Du pur Bernard Lavilliers...

En avant ! (Homme Parle (L'))

note: 5Fous Emmanuel, MMC - 25 septembre 2015

Voilà une bande de joyeux drilles qui ne font pas les choses à moitié. Pour preuve, afin de garder leur indépendance face à l'industrie du disque, ils ont créé leur label et leur studio d'enregistrement !
Un engagement qui se retrouve dans leurs textes dénonçant la société de consommation et l'injustice ou ceux chérissant la liberté de pensé et la joie de vivre... Bref, tantôt grave mais sans être dénué d'humour, tantôt frivole sans pour autant nier la réalité !
Une belle bande de fous !

Marcus (Pierre Chazal)

note: 5Une belle rencontre. - 23 septembre 2015

Quand Pierrot se retrouve avec la charge de Marcus, le fils de son amie toxico qui vient de se suicider, il ne sait pas vraiment comment il va se sortir de cette situation. Et puis au fil des jours, des liens se tissent antre les deux garçons, le grand et le petit. Mais la vie sèment ses épreuves et Pierrot va devoir en affronter une qu'il n'avait pas prévue.
Un très beau roman découvert grâce au Prix Fallet 2012.

In extremis (Francis Cabrel)

note: 5Un régal pour l'esprit et les oreilles. - 23 septembre 2015

Une fois de plus l'attente en valait la peine. Un album plein de poésie que l'on découvre un peu plus à chaque écoute. Des mélodies dans lesquelles rien n'est laissé au hasard, chaque instrument, chaque voix est là où on ne l'attendrait pas et pourtant c'est une évidence.
Un très bel album, un grand artiste.

Jack et la mécanique du coeur (Mathias Malzieu)

note: 4d'un livre pour adultes à un conte pour enfant... Victoria, MMC - 23 septembre 2015

Je craignais que cette adaptation ne soit qu'à moitié réussie et pourtant j'ai pris beaucoup de plaisir à voir le film et à réentendre la bande originale!
Certes, l'histoire tient plus du conte, certains éléments sont assez prévisibles, mais cela importe peu. L'essentiel c'est l'univers qu'on nous propose: les images sont belles et colorées, toutes en finesse et en détail. Quant aux chansons, elles subliment le film et sont judicieusement intégrées pour participer à l'histoire.
"Jack et la Mécanique du Coeur" est donc pour moi un film d'animation très réussi, particulièrement inspiré. L'univers visuel et musical comblera tous les amateurs du genre, principalement les fans du livre et de l'album!

Et je danse, aussi (Anne-Laure Bondoux)

note: 5roman "feel good" Victoria, MMC - 23 septembre 2015

Sous la forme d'un roman épistolaire, "Et je danse aussi" met en scène la rencontre entre deux personnages marqués par un coup du sort, que l'amour des mots va rapprocher peu à peu. Une petite perle de délicatesse et de douceur, écrits par deux auteurs de la littérature jeunesse déjà confirmés, qui signent ici leur premier ouvrage à destination des adultes.
Si vous recherchez une lecture détente et que le style épistolaire vous plaît, plongez dans ce récit léger et divertissant sans hésitation!

La mémoire fantôme (Franck Thilliez)

note: 4Jamais déçue par Thilliez ! Victoria, MMC - 22 septembre 2015

Encore une fois, Franck Thilliez signe un thriller plein de suspense. Le style est précis et rigoureux, l'histoire très sombre, mais pas "gore" pour autant.
Après le très réussi "La chambre des morts", on retrouve Lucie Hennebelle dans les principaux protagonistes, ce qui nous donne cette fois l'occasion de rentrer un peu plus dans son intimité.
Par ailleurs, l'auteur livre énormément d'informations sur le fonctionnement du cerveau, et en particulier sur les différentes mémoires que nous possédons, sans pour autant nous faire perdre le fil de l'intrigue. Bien sur ce n'est pas le premier livre ou film (rappelons l'excellent "Memento" au passage!) abordant ce sujet, mais le traitement de l'histoire est particulièrement bien ficelé.
Bref, une réussite, à lire sans plus d'hésitations !

Mirage (Douglas Kennedy)

note: 4Mirage Nathalie - 22 septembre 2015

Un voyage au Maroc, qui doit permettre à Paul et Robyn de se retrouver pour faire cet enfant que Robyn desire tant.
Un voyage sur fond exotique mais aussi de mensonges et de trahisons.
Thriller captivant mėlant habillement le recit d'aventure et la reflexion sur le couple

Le combat ordinaire n° 1 (Manu Larcenet)

note: 5Ce qui est précieux (Le combat ordinaire de Manu Larcenet) - 20 septembre 2015



Le combat ordinaire est pour moi une grande œuvre dans la bande-dessinée. Marco est photographe de guerre, son métier est de dépeindre la violence et la barbarie des hommes. Lasse de tous cela, de la vie qu'il mène, de la thérapie qu'il suit à Juvisy, de ses angoisses qui lui compliquent la vie, il va emménager à la campagne afin de trouver un renouveau. On suit alors le combat ordinaire de Marco, combat de chacun, combat de la vie durant cinq tomes.
Cinq tomes où chacun peut se reconnaître, où sont abordés la mort, son rapport à l'amour et aux femmes, sa relation avec sa famille, ses parents et son frère. Beaucoup d'autre sujets sensibles sont abordés dans ces 5 tomes : la vieillesse, la politique, l'immigration, la psychanalyse et amène le lecteur à se poser des questions sur sa place dans le monde.
Manu Larcenet arrive à aborder ces sujets entre tendresse et dureté comme la vie peut être. Le tout forme une œuvre douce et sensible, avec beauté et poésie mêlées à la peur et à la mélancolie.
Une petit claque ce combat ordinaire et un flot d'émotions qui nous submergent. Le dessin n'enlève rien à la beauté des mots avec des illustrations tendres et délicates, parfois claires et parfois sombres comme est la vie tout simplement.

A Letter home (Neil Young)

note: 3A letter Home de Neil Young - 19 septembre 2015

C'est un pari qu'il fallait oser: retrouver le son du rock underground en enregistrant un album à l'ancienne, dans une vieille cabine d'enregistrement de Nashville datant de 1940. Neil Young et Jack White l'ont fait. Si le résultat laisse un peu perplexe mes oreilles habituées au son de l'an 2000, voila une belle idée de la part du looner de réinvestir les chansons qui ont marquées sa vie (de Bob Dylan à Willie Nelson). Un résultat brut et rustique avec un air de "c'était mieux avant" mais loin d'égaler certains albums mythiques de Neil Young, je pense d'ailleurs que le but n'était pas là !

Madame Hippopotame (Lena Landström)

note: 4Madame Hippopotame de Lena Landström - 19 septembre 2015

Un joli livre sur le bien vivre ensemble et la tolérance. Un dessin très rond et tout mignon qui n'a pas pris une ride. Madame hippopotame : une petite histoire à lire et à relire.

Léon, sur le chantier de la tour Eiffel (Dominique Joly)

note: 5Une autre manière d'admirer la Tour Eiffel Rachel - 18 septembre 2015

Léon est un jeune garçon issu d'une famille pauvre, à qui on propose de travailler sur le chantier de la Tour Eiffel!
Malgré les inquiétudes de sa mère, vite convaincue grâce à l'argent gagné, Léon se lance dans les travaux.
S'ensuivent alors des grèves, manifestations et autres révoltes...
On ne devine pas les circonstances de travail lorsqu'on admire la Tour Eiffel!
Un journal bien écrit, décrivant avec splendeur ces travaux pourtant si rudes.

Le Chien des mers (Marie-Aude Murail)

note: 5Come, come with me ... Le chien des Mers, Marie Aude Murail et Yvan Pommaux - 18 septembre 2015


A 9 ans, Jean embarque comme mousse pour aller combattre les anglais. Il sera corsaire, comme son père, vagabond des mers qui a été emprisonné par les Anglais. Il quitte Saint-Malo mais il promet de revenir pour Toinette, sa fiancée. Ils se marieront et de la guerre il ne sera plus question. En attendant Toinette offre un de ses rats à Jean, Balthazar, pour qu'il se sente moins seul durant la traversée. Balthazar qui ne répond que quand on dit " Come, come with me"...
Avec les illustrations d'Yvan Pommaux, ce texte court mais très riche est une petite merveille de beauté et de sensibilité, à faire fondre les cœurs des petits comme des grands.

Indian Creek (Pete Fromm)

note: 4Un hiver au coeur des rocheuses (Indian Creek, Pete Froom) - 18 septembre 2015

Le roman autobiographique de Pete Froom qui, durant l'année 1978, a passé un hiver au cœur des rocheuses de l'Idaho. Alors étudiant à Missoula dans le Montana , il accepte ce job atypique qui consiste à casser chaque matin la glace se formant dans la rivière autour des œufs de saumon, cela pour leurs permettre de respirer. Le beau récit initiatique d'un homme qui va passer cet hiver solitaire entre chasse, dureté de l'hiver et beauté des paysages. J'ai beaucoup aimé ce livre qui est une ode aux grands espaces et au dépassement de soi, une sorte de retour à la terre qui fait penser à la vie dans les bois de Thoreau. Le style direct, épuré, sans fioriture donne vraiment le ton d'un évènement vécu, témoignage sincère d'un trappeur novice .Un livre qui donne envie de se perdre into the wild...

Happy books
Happy rock (Zep)

note: 4Hey hey, my my. Rock and roll can never die ! - 18 septembre 2015

ZEP aime le rock, et ça se voit ! Chaque planche est consacrée à un genre ou un artiste différent, des petites scènes très drôles dans lesquelles chacun peut se retrouver. De Bob Dylan au Wailers, personne n'est épargné. Avec un dessin à la fois ressemblant et caricatural pour illustrer le tout. Amateur de musique ou non, Happy Rock permet un petit moment de détente et de franche rigolade sur les grands noms du rock. Il est plaisant de retrouver l'auteur de Titeuf dans un autre domaine. Pour ceux qui aiment il y en a d'autres, happy girls et happy Sex font aussi partie des "Happy Books"et sont tout aussi attrayant !

Fais-moi peur (Malika Ferdjoukh)

note: 5Frisson JM - 16 septembre 2015


Les enfants de la famille Mintz sont seuls alors que les parents passent une soirée à l’opéra. Bien sûr comme dans toutes les familles les possibilités de bêtises sont à la hauteur de l’imagination de ces chers petits. Sans compter que chacun décident de se concocter des petits plats aussi fantaisistes que possible. En contraste de cette ambiance chaleureuse et amusante dehors Monsieur N. se promène et ses intentions sont loin d’être des plus sympathiques car il incarne le mal, il est froid, raciste, méchant. Que va-t-il se passer pour que ces deux univers se rencontrent ? A vous de lire et de découvrir ce roman pour tous ceux qui aiment frissonner et rire aussi car Malika Ferdjouk a manifestement l’art de faire vivre des maisons pleines d’enfants!

La fille du roi araignée (Chibundu Onuzo)

note: 4Une jeune fille riche et un colporteur JM - 16 septembre 2015

Voici un roman nigérien écrit par une jeune fille de 17 ans. Tout commence comme un conte ou Habique, 16 ans, fille d’un riche homme d’affaires rencontre un jeune colporteur qu’elle trouve séduisant. Peu à peu une relation d’amitié va s’installer jusqu’à ce que le passé vienne refaire surface.
Au- delà de l’histoire qu’il raconte ce roman est une plongée dans une société que l’on connait peu, une Afrique contemporaine et moderne mais rude et l’auteur n’hésite pas à dénoncer les inégalités et la corruption. Un auteur à découvrir.

Profession du père (Sorj Chalandon)

note: 5Portrait d'un père JM - 16 septembre 2015

Emile ne sait jamais remplir la fiche de renseignements en début d’année scolaire, il ne sait quoi écrire quand on lui demande d’écrire la profession du père. Son père est tour à tour professeur de judo, pilote d’avion, footballeur professionnel, agent secret…en fait, André Choulan est surtout mythomane, paranoïaque, violent jusqu’à la cruauté. Conforté par un entourage passif ou compatissant, il conduit sa famille vers le chaos. Sorj Chalandon , journaliste et reporter de guerre nous livre ici le portrait d’un père, son père, sans fioriture et sans compromis. Un Roman autobiographique saisissant et magistral. Excellent !

Maléfices (Maxime Chattam)

note: 4arachnophobes, passez votre chemin ! Victoria, MMC - 16 septembre 2015

Le corps d'un employé de l'environnement est retrouvé dans une clairière, le visage figé dans une expression de pure terreur. S'ensuit alors la disparition de plusieurs personnes, retrouvées embaumées dans d'étranges cocons de soie arachnéenne. La psychose monte au sein de la population et des rumeurs font état d'une invasion d'araignées. Si "Maléfices" reste un thriller assez classique dans sa forme, le récit est tout de même bien mené, le rythme soutenu et les personnages sont suffisamment développés et charismatiques pour qu'on s'y attache et qu'on les suive avec plaisir. De plus, les rares indices dévoilés ne permettent de trouver la clef de l'intrigue que dans les derniers chapitres du roman. Ultime tome de la "Trilogie du mal", "Maléfices" peut tout à fait se lire indépendamment des précédents opus.

Grande aventure Lego (La)
La Grande aventure Lego (Phil Lord)

note: 4un divertissement des plus réjouissants! Victoria, MMC - 16 septembre 2015

Truffé de références en tous genres, ce film lego est une excellente surprise!
Alors oui, ça va vite, très vite même. Tout s'enchaîne très rapidement du début jusqu'à la fin, peut être trop rapidement pour un public jeunesse d'ailleurs.
Les visuels sont détonants, chatoyants, de même que la bande son. On pénètre avec un réel plaisir dans cet univers qui nous en met plein les rétines.
A conseiller à tous les adeptes de grand spectacle et de ces petits bonhommes jaunes!

La source des jours (Mélanie Rutten)

note: 4Où naissent les rivières ? S.BASSET - 15 septembre 2015

"La Source des Jours" s'attache à suivre une Ourse muette et bienveillante, personnage mystérieux, tout juste entrevu dans "L'ombre de Chacun", l'album précédent de Mélanie Rutten. Le récit de "La Source des Jours" offre au lecteur une belle surprise, puisqu'il montre en quelque sorte comment se sont tissés les fils qui donneront naissance à l'histoire de L'ombre de Chacun. L'Ourse va ainsi notamment rencontrer Le Livre qui veut tout savoir, observer en secret le Cerf inquiet, et affronter une redoutable tempête.

Mélanie Rutten réalise là à nouveau un superbe travail, tout à fait dans l'élan de l'album précédent, avec lequel il est d'ailleurs absolument complémentaire, les deux histoires se faisant habilement échos. On y retrouve ce sens des couleurs, des formes et du mouvement qu'on pouvait admirer dans "L'ombre de Chacun", une grande sensibilité, un univers de conte à la fois étrange et familier. Le texte est d'une grande qualité littéraire, subtile, jouant sur l'émotion et la tendresse. C'est vraiment très beau, presque envoûtant, merci Mélanie !

L'ombre de chacun (Mélanie Rutten)

note: 4Le Cerf et le petit Lapin S.BASSET - 15 septembre 2015

Comme dit l'auteure elle-même dans les premières pages de l'album, "c'est l'histoire d'un Cerf inquiet, d'un petit Lapin qui veut grandir, d'un soldat en guerre, d'un Chat qui fait toujours le même rêve, d'un Livre qui veut tout savoir, et d'une Ombre..."

Encore une très belle découverte, d'une artiste belge extrêmement talentueuse. C'est beau, c'est doux, c'est poétique, les illustrations à la gouache ou à l'aquarelle sont magnifiques (on se croirait parfois devant du Brecht Evens pour les enfants). Mélanie Rutten en fait ressurgir toute l'émotion de l'enfance, de ses peurs et de ses certitudes.

La construction narrative est élégante. Elle sert au mieux un texte merveilleusement rythmé comme une comptine, ou un conte. Tout ça pour dire "simplement" qu'il est difficile de grandir et qu'on apprend tous les uns des autres, mais c'est dit tellement de belle façon que ce serait dommage de passer à côté.

Ce n'est pas toi que j'attendais (Fabien Toulmé)

note: 5Un autre regard sur la trisomie - 15 septembre 2015

Que l'on soit ou non amateur de bande dessinée, impossible d'être indifférent à cet album.
L'auteur raconte, à la première personne, à quel point il est angoissé, à chacune des grossesses de son épouse, à l'idée de devenir un jour père d'un enfant trisomique. C'est effectivement ce qui lui arrive et, s'il fait face par sentiment de responsabilité, il éprouve lucidement de vraies difficultés à aimer cet enfant. Mais... à vous de découvrir la suite !
Ce très beau livre décrit les affres de ce jeune père avec beaucoup de franchise, mais n'est jamais larmoyant. Au passage, si on n'est pas familier de la trisomie, on sortira de cette lecture avec moins de préjugés.

La meilleure d'entre nous (Sarah Vaughan)

note: 5Délicieusement doux-amer - 12 septembre 2015

Angleterre. Quatre femmes et un homme ont été sélectionnés pour participer à un concours de pâtisserie, qui permettra au gagnant de vivre de sa passion et son talent pour les douceurs sucrées et salées. La préparation du concours est l’occasion pour chacun de faire le point sur sa vie, se confronter à ses rêves non réalisés, ses renoncements, ses frustrations, d’évaluer sa volonté et sa capacité à se donner une nouvelle chance.
J’aime la pâtisserie, c’est pourquoi le thème de ce roman a attiré mon attention ! J’ai cependant commencé ma lecture avec quelques a priori, m’attendant à une histoire un peu trop sirupeuse. Eh bien non ! Il s’agit plutôt d’un livre doux-amer, où le fil conducteur du concours de pâtisserie et des réalisations culinaires des impétrants permet de découvrir des personnages en souffrance, dans des situations familiales et sociales très différentes. Le livre exploite le goût contemporain pour les émissions de cuisine et les multiples accessoires culinaires que l’on peut trouver aujourd’hui dans le commerce ; il joue cependant assez subtilement du paradoxe que vivent ces femmes, fascinées par le modèle d’épouse et mère au foyer accomplie qu’incarne la figure de Kathleen Eaden, icône du concours, mais décidées à se donner la chance d’une autre vie.

Mamouchka et le coussin aux nuages (Michel Piquemal)

note: 1Mamouchka CR - 12 septembre 2015

La douce fin heureuse de Mamouchka blottie dans son beau coussin

La part des flammes (Gaëlle Nohant)

note: 5Un très bon roman ! - 12 septembre 2015

Un roman à la fois historique et psychologique, d’aventure également, que j’ai lu avec plaisir pendant mes vacances d’été. Les personnages sont attachants, évoquant pour certains des archétypes du patrimoine littéraire, mais avec une modernité dans laquelle on ressent la finesse d’analyse et le regard critique et éclairé de l’auteur. Quelques beaux personnages masculins jalonnent le roman (notamment celui du cocher de la duchesse) mais j’ai surtout apprécié le traitement des figures féminines qui, dans cette aventure très romanesque, ne dissimule pas la dureté de la condition de la femme au XIXè siècle et laisse deviner les progrès qui se dessinent en cette époque charnière.

Un amour impossible (Christine Angot)

note: 5Emouvant - 12 septembre 2015

Un homme et une femme vivent une histoire d’amour dans les années 50. L’homme est direct : il n’épousera pas cette femme parce qu’elle ne correspond pas à son niveau social, et s’ils ont un enfant, il ne l’élèvera pas. C’est en effet ce qui se produit. Mais la femme est une mère heureuse et fière de sa fille, qui le lui rend bien. Tout se gâte à l’adolescence, où le père refait surface et, par son influence, engendre la dégradation des relations entre la mère et la fille ; elles se retrouveront néanmoins mais marquées à vie par les souffrances vécues.
Je n’avais jusqu’à présent lu aucun livre de Christine Angot, n’ayant pas très envie de me confronter à la violence de ce qu’ils annonçaient. Celui-ci paraissait différent et ce qu’il semblait aborder de la relation mère-fille m’a intéressée. C’est effectivement une très belle évocation de l’amour intense qui unit la mère et sa fille, mais l’ambivalence des sentiments, la duplicité de la figure du père, nuancent la belle histoire pour en faire un roman sombre et émouvant.

La maladroite (Alexandre Seurat)

note: 5La maltraitance d'un enfant - 12 septembre 2015

Il s’agit d’une petite fille de 8 ans à laquelle il est arrivé malheur, mais on ne saura exactement quoi que dans les dernières pages.
Le roman est construit comme une succession de points de vue qui évoque le procédé du reportage avec des témoignages, mais ici il n’y a aucun commentaire. Ce sont les différents témoins (la grand-mère, la tante, l’institutrice, le frère, la première directrice, le médecin scolaire, la gendarme…) qui, par leurs récits, vont conduire le lecteur à prendre connaissance de l’histoire de cette petite fille. Une intensité dramatique s’installe dans cette succession de témoignages qui se répondent et se complètent.
Un roman très singulier et très fort sur la maltraitance des enfants. Il est inspiré d’un fait divers, et propose une réponse à cette question que l’on se pose inévitablement quand on apprend ce genre de drame : comment cela a-t-il pu arriver ? Ici, chacun des témoins savait, la plupart ont essayé de faire quelque chose, mais on a le sentiment qu’il y a toujours ce moment fatal du doute, de la peur de l’erreur judiciaire, de la crainte de ne pas rester à sa place et d’en faire trop… cette frontière invisible entre la résignation, voire la lâcheté, et le courage de sortir de soi et de prendre des risques parce que le pire est possible et qu’on en a l’intuition. Ce petit livre (122 pages) est, dans son dépouillement, sa simplicité, très percutant.

La cache (Christophe Boltanski)

note: 5Une famille étonnante - 12 septembre 2015

L'histoire d’une famille hors normes, qui a engendré des personnes célèbres (le sociologue Luc Boltanski, le plasticien Christian Boltanski). Une famille mi-juive mi-catholique, dans laquelle se rencontrent les destins d’une petite fille normande arrachée à une famille modeste pour être élevée par une femme riche, et d’un petit garçon brillamment intelligent issu de l’immigration russe. Leur histoire va les rattraper, les conduisant à vivre en vase clos, en famille totalement fusionnelle à la fois bourgeoise et affamée, dans une éducation libertaire et étouffante.
Il s’agit ouvertement d’une autobiographie, écrite par le petit-fils des deux figures principales du récit. Cela se lit comme un roman (quelle aventure, d’ailleurs !), mais la construction est parfois un peu complexe car le récit n’est pas chronologique.
Un très beau livre qui ne ressemble à rien ! Il m’a parfois fait penser au Roman Russe d’Emmanuel Carrère, par rapport à l’évocation de l’histoire familiale et ce qu’elle laisse dans les vies des descendants. La comparaison s’arrête là, car les styles sont par ailleurs très différents.
J’ai été très touchée par ce point de vue de Christophe Boltanski sur sa famille : on sent la présence d’un attachement très profond à ses grands-parents, oncles et tantes, évoqué avec douceur et lucidité, dans un esprit critique bienveillant.

Louna et la chambre bleue (Magdalena Guirao-Jullien)

note: 5La jolie chambre CR - 12 septembre 2015

Des souvenirs de notre enfance, d'une chambre bleue chez notre grand-mère. Et les histoires que nous raconte la jolie toile de Jouy, nos rêveries, là où on ne s'ennuie jamais

Mère Méduse (Kitty Crowther)

note: 5Mère et fille CR - 12 septembre 2015

Des relations mère fille comme on les aime...
Les autres, le monde...
Et toujours les personnages étranges et si beaux de Kitty Crowther.

Eux sur la photo (Hélène Gestern)

note: 4Emouvant et bien écrit JM - 12 septembre 2015

Quand elle découvre une photo de sa mère qu'elle a peu connu Hélène publie une annonce un peu comme on envoie une bouteille à la mer mais elle espère ainsi reconstituer une partie de son histoire familiale. C'est Stéphane qui lui répondra, il vit en Angleterre et dit connaître les personnes sur la photo. Une relation épistolaire va s'installer entre les deux personnages qui peu à peu se découvriront des liens
Une roman épistolaire sur les secrets de famille et les non-dits qui asphyxient les relations et pèsent sur le future de ceux qui les portent. Un belle histoire poignante et émouvante. «Eux sur la photo »est un premier roman. Bravo!

Toute la lumière que nous ne pouvons voir (Anthony Doerr)

note: 4Deux adolescents dans la guerre JM - 12 septembre 2015

Un roman qui nous propose de suivre le destin de deux adolescents pendant la seconde guerre mondiale. Au cœur de la Ruhr, Werner, jeune orphelin se passionne pour la radio et sera vite repéré et embrigadé dans les jeunesses hitlériennes puis dans la Wehmarcht.
Marie-Laure vit à Paris avec son père quand elle est frappée de cécité elle doit s'adapter à son handicap et apprendre à vivre dans les ténèbres. Quand la guerre éclate, ils doivent prendre le chemin de l'exode et c'est à Saint Malo qu'ils viennent se réfugier chez un oncle un peu fantasque et mystérieux. Les deux adolescents vont se croiser de manière assez inattendue loin des clichés habituels.
Un roman rythmé par des chapitres cours à la manière d'un roman policier. Les portraits des personnages secondaires sont excellents et on les suit jusqu'à la fin du roman. La mer omniprésente ses odeurs, le bruit du ressac sont aussi ce qui ajoute à l'ambiance d'un bon roman.