Recherche


Avis de lecteurs

Carnet de prison (Galien)

note: 4«Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts» Isaac Newton Jérôme - 29 janvier 2024

"Meilleur texte" [...] selon le préfacier et écrivain communiste Alain Badiou sur la prison, qui y est "admirablement croquée" par l'auteur de bandes dessinées et dessinateur de presse (Le Sans-culotte [...]

Le rapport de Brodeck n° 1
L'autre (Manu Larcenet)

note: 5L'Autre et l'Indicible Sylvie - 19 mars 2024

Brodeck est un homme, rescapé de l'enfer.
Un jour, les hommes du village vont l'obliger à rédiger un rapport sur la mort de "L'Anderer", à laquelle Brodeck n'a pas assité. Ce [...]

L'université des chèvres (Christian Lax)

note: 5"L'éducation élève l'esprit" Sylvie - 2 mars 2024

Du XIXè siècle à nos jours, nous suivons les parcours de Fortuné et Sanjar, qui des Alpes du Sud en France aux paysages rudes de l'Afghanistan, vont de villages en [...]

Au coeur des solitudes (Lomig)

note: 5Hymne à la nature Sylvie - 2 mars 2024

"Et dans la forêt, je pars, pour perdre mon esprit et retrouver mon âme". Cette citation est de John Muir (21 avril 1838 / 24 décembre 1914). Lomig retrace la [...]

Le boiseleur n° 2
Le boiseleur n° 2
L' esprit d'atelier (Hubert)

note: 5La guerre de l'Art Sylvie - 2 mars 2024

Depuis qu'il est parti de Solidor, Illian ne sculpte plus. Mais, sa renommée suscite l'intérêt de Tullio Hamzari, grand sculpteur de la prestigieuse cité de Bélizonde.
Ce dernier réussit à convaincre [...]

Et vous passerez comme des vents fous (Clara Arnaud)

note: 5L'Ourse Sylvie - 14 février 2024

Dans les Pyrénées, à l'aube du XXème siècle, Jules capture une oursonne pour la dresser et devient montreur d'ours.
Aujourd'hui, dans ces mêmes montagnes, une ourse attise les peurs ancestrales. Gaspard [...]

Avis de lecteurs

 

Maudit karma (David Safier)

note: 5Bon livre Katia - 16 avril 2019

Un livre qui m'a appris l'humilité et qui parle avec beaucoup d'humour de la réincarnation. Un livre très léger

Dead Cross (Dead Cross)

note: 5Lave en fusion Emmanuel, MMC - 7 avril 2019

Dead Cross est une sorte de volcan en éruption : un batteur classé 10 sur l'échelle de Richter, un chanteur hyperactif et imprévisible, un bassiste bouillonnant et un guitariste aux riffs fracassants ! Résultat : un groupe classé par facilité dans la catégorie "hardcore punk" mais qu'on pourrait tout aussi bien qualifier de "trash, heavy, crossover metal"... bref, Dead Cross fond la matière musicale en une lave puissante tout aussi fascinante que déstabilisante.

Journeys in solitude (Fading Bliss)

note: 5Le temps est gris ? Emmanuel, MMC - 7 avril 2019

La grisaille d'automne s'est invitée au printemps ? Pas de problème, voici la bande son idéale pour... déprimer un peu plus ! Dans la pure tradition doom métal, Fading Bliss propose ici 4 titres lourds et mélancoliques très élaborés : mélodies intenses, variations de tempo,...
Alors pourquoi 4 titres seulement ? Parce que Fading Bliss ne fait pas les choses comme tout le monde : chaque titre dure une dizaine de minutes pour s'assurer que l'auditeur s’imprègne bien de leur univers !

La fin de la solitude (Benedict Wells)

note: 5Un peu triste, mais beau ! - 6 avril 2019

Un homme adulte se réveille à l'hôpital après un grave accident de moto. Cette récente proximité avec la mort l'emporte dans un flot de réminiscences... Nous plongeons dans les années 1980. Préadolescent franco-allemand, Jules est un enfant comme les autres, avec un grand frère et une grande soeur, et des parents qui ont leurs parts d'ombre et de lumière. Mais ils décèdent accidentellement, et les trois enfants vont passer la majeure partie de leur jeunesse dans un internat pas vraiment doré. Chacun va faire sa route, construire sa vie, mais "une enfance difficile est comme un ennemi invisible. On ne sait jamais quand il se retournera contre vous." Du point de vue de Jules, nous approchons cette difficulté de vivre adoucie par la rencontre amoureuse, et la naissance d'enfants qui lui donneront la force d'envisager l'avenir.
Un beau roman existentiel.

Everything, everything (Nicola Yoon)

note: 4Everything everything P.R - 31 mars 2019

Really nice story about the discovery of love.

La chambre des merveilles (Julien Sandrel)

note: 4A méditer - 13 mars 2019

Etant parti avec un a priori par rapport à ce livre, j'ai été positivement étonné.
Je m'attendais à lire quelque chose de pesant, triste, un peu glauque et finalement pas du tout. L'histoire n'est pas joyeuse, certes, mais les pointes d'humour de la part du fils, Louis, soulage un peu la tension générale du livre.
Très belle leçon de vie, tout peut arriver, à tout moment et à n'importe qui.
En fermant le livre, la première question que l'on se pose est : si cela nous arrivait, comment réagirions nous ?

Le grand livre de Beatrix Potter (Beatrix Potter)

note: 5Magnifique ! - 13 mars 2019

Ce livre rassemble 23 histoires classiques de l'écrivaine Beatrix Potter.
De Pierre Lapin à Monsieur McGregor, en passant par Madame Trotte-Menu, vous allez être émerveillé par les illustrations et les paysages d'Ecosse qui ont inspirés Beatrix Potter.
Si vous êtes fan de Beatrix Potter et de ses histoires, ce livre est à lire absolument.
Si vous êtes novice, il est à découvrir !
Il nous rappelle les histoires de notre enfance, il est donc à lire à tout les âges, petits comme grands. Intemporel !

Grey (E. L. James)

note: 4Bonne version Céline - 10 mars 2019

Ayant lu la trilogie 50 nuances de Grey, j'ai voulu voir ce que l'auteur avait pu apporter de plus au roman en écrivant l'histoire du point de vue de Christian, et le résultat est plus bon.
Cette autre version donne une autre approche de la relation qui se crée entre les deux personnages, avec la vision beaucoup plu crue des choses de Christian en particulier par rapport à sa mère ou à ses pratiques un peu particulières.
En revanche, je trouve dommage que l'auteur n'ait pas poursuivi avec les deux tomes suivants, car il reste toujours une part d'ombre et de secret chez Christian tout au long de l'histoire qu'il aurait été intéressant de comprendre.
Un livre qui vaut la peine d'être lu pour ceux qui ont lu et apprécié le premier tome de la trilogie en version classique.

La vitre brisée (Jeffery Deaver)

note: 4Bon roman policier Céline - 23 février 2019

Après avoir lu et adorer "Le Désosseur", j'ai voulu poursuivre avec une nouvelle enquête de Lincoln Rhyme par Jeffery Deaver, et je dois avouer que je n'ai pas été déçue.
L'histoire est très prenante, les personnages sont toujours aussi intéressants et le tout est écrit d'une main de maître. On est totalement prit dans l'ambiance et surtout dans l'action face à ce tueur qui sait tout.
Un bon thriller avec cependant une petite faiblesse, l'enquête parallèle de Rhyme n'a pas grand intérêt à être racontée, je n'ai pas trop comprit ce que ça venait faire là. Mais malgré ça, on reste tout de même embarqué dans l'histoire.

Pourvu que ça brûle (Caryl Férey)

note: 5Un carnet de route très rock ! Elsa - 8 février 2019

Caryl Férey a 50 ans quand il écrit Pourvu que ça brûle, c’est maintenant un auteur français de romans policiers reconnu, primé, dont les romans sont traduits à l’étranger. Dans ce récit autobiographique, il nous livre un carnet de route très rock (les Clash comme David Bowie ne sont jamais loin) des errances de ses débuts, de sa jeunesse bretonne très torturée, jeune homme révolté par la violence, l’injustice, hanté par des déceptions amoureuses qui le laisseront toujours KO. Il nous raconte aussi sa quête pour devenir écrivain, et ce tour du monde qui va changer sa vie, donnant enfin un sens à son existence. Les voyages ne le quitteront plus : la Nouvelle-Zélande, la Namibie, l’Afrique du Sud, l’Argentine, le Chili… et la découverte de la culture maorie (Utu, Haka), des crimes des dictatures sud-américaines et des injustices faites au peuple mapuche (Mapuche, Condor), des fractures et des violences de la société sud-africaine post-apartheid (Zulu), entre autres. C’est en compagnie d’Elephant-Souriant, de Craint-blanc, de Loutre-bouclée, autant d’amitiés cachées derrière des pseudos très …imagés, que nous partageons, le temps d’un livre, la vie, mouvementée, de Caryl Ferey : accrochez-vous, ça brûle !

L'Unité Alphabet (Jussi Adler-Olsen)

note: 4Bon roman mais un peu long Céline - 19 janvier 2019

Fan de Jussi Adler-Olsen, j'ai sauté sur ce livre dès son arrivée à la médiathèque, et je dois avouer que je suis mitigée sur la globalité du roman.
La première partie est excellente, on est totalement prit dans l'histoire de ces deux soldats dans une Allemagne en guerre. Rien à dire sur cette partie qui est totalement réussie.
Pour la seconde partie c'est différent, on se retrouve des années plus tard dans un univers très différent, avec des personnages qui ont évolué (pas tous) et surtout le contexte n'est plus du tout le même.
Et c'est là qu'apparaisse quelques longueurs dans l'histoire, un peu trop de description sur des personnages secondaires, comme la femme de Bryan, ou sur les lieux, etc ... L'histoire reste appréciable mais moins prenante et haletante qu'en première partie.
A lire pour les fans de l'auteur, mais sans en attendre autant que des romans du Département V.

Tenir jusqu'à l'aube (Carole Fives)

note: 5Mère "indigne" ! - 15 janvier 2019

Comme la chèvre de Monsieur Seguin, la femme dont il est question dans ce court roman tire sur la corde et prend des risques… Mère célibataire, elle s’épuise dans la vie quotidienne fusionnelle avec son petit garçon, dans une impasse. Comment développer son activité professionnelle alors qu’elle n’a pas les moyens de faire garder son enfant ? Comment justifier qu’elle ait besoin d’air et de liberté alors que, travaillant « peu », elle est renvoyée à sa « chance » de pouvoir s’occuper à plein temps de son fils ? Peu à peu, germe l’idée qu’il serait possible de s’échapper un peu le soir, quelques minutes, quand cet enfant qu’elle aime tant est endormi… Et chaque soir, ce sera un peu plus long…
Bien loin du mythe de la mère parfaite, ce roman évoque sans tabou et avec une vraie tension dramatique les difficultés et les contradictions qui peuvent s’opposer dans l’éducation d’un jeune enfant, et la cruelle solitude d’une femme qui ressemble à beaucoup d’autres. Actuel, audacieux et touchant, une vraie réussite !

Une femme au téléphone (Carole Fives)

note: 5Mère pénible - 15 janvier 2019

« C’est toi ? ». Une mère téléphone sans cesse à sa fille (adulte) et lui raconte sa vie. Entre les récits de ses séjours à l’hôpital, de ses exploits amoureux, ses jugements sévères sur ses petits-enfants, ses confidences dérangeantes, ses conseils inopportuns… on devine en creux les années d’une relation mère-fille éprouvante. C’est original, subtil, et amusant voire carrément drôle !

Chronique des Clifton n° 1
Seul l'avenir le dira (Jeffrey Archer)

note: 5Addictif - 15 janvier 2019

Ce premier tome (paru en 2012) de la « Chronique des Clifton » commence dans l’Angleterre ouvrière du lendemain de la première guerre mondiale. Harry Clifton est un enfant pauvre, mais sa grande intelligence et sa voix exceptionnelle vont lui ouvrir les portes d’une scolarité brillante dans un collège privé. Orphelin de père, il perçoit très jeune l’incohérence des récits familiaux ; on découvrira au fil des pages que la naissance de Harry et le décès de son père ont partie liée à d’autres personnages, ce qui aura des conséquences tumultueuses sur le parcours du jeune garçon.
Le premier roman de la série emporte le lecteur dans les classes les plus éloignées de la société britannique, grâce à l’attachant personnage de Harry qui va s’intégrer peu à peu dans les milieux aristocratiques tout en s’interrogeant sur ses origines. Malgré un schéma romanesque qui peut sembler a priori assez convenu, cette « Chronique des Clifton » est absolument passionnante ; riche en beaux personnages nuancés, elle offre l’intérêt d’un arrière-plan historique, économique et politique solide et bien développé, qui fournit une matière intéressante à de nombreux rebondissements, donnant de la cohérence à chacun des sept tomes de la série. Le dernier a été publié en 2018.

Jules Matrat (Charles Exbrayat)

note: 5Syndrome post-traumatique - 12 janvier 2019

Jeune paysan dans la Loire, Jules Maltrat est mobilisé en 1914, incrédule devant cette guerre que sa faible éducation et son milieu familial fruste ne lui ont pas permis de deviner. Il part vers l’inconnu, laissant à regret sa fiancée et ses parents derrière lui. Mais au fil des ans, il se sent plus proche d’un camarade de combat, premier véritable ami, que des siens qui ne peuvent imaginer ce qu’est devenu son quotidien. Chaque permission est plus difficile. Et quand la guerre se termine, que Jules revient dans son univers d’avant-guerre, tout lui devient insupportable et le rend cruel avec ceux qui l’aiment.
Charles Exbrayat est connu pour ses romans policiers (plus de cent publiés au Masque), beaucoup moins pour ce premier et beau roman sorti en 1942 qui dresse un sensible portrait d’un homme simple, dépassé par sa souffrance, démuni pour l’exprimer.

Les feux de l'automne (Irène Némirovsky)

note: 5Revenir - 12 janvier 2019

Avec ce roman, nous suivons un couple de petits-bourgeois parisiens, à travers la Grande Guerre et dans ses lendemains. Bernard, jeune homme idéaliste et patriote, s’engage volontairement. Bien qu’éprouvé par le front et les combats, il refuse les opportunités de s’embusquer. Mais quand il s’agit de reprendre la vie normale, difficile de résister aux tentations offertes par des amis enrichis par la spéculation, même s’il faut pour cela renier toutes ses valeurs et rejeter son épouse Thérèse, personnage attachant. Ce livre dépeint la difficulté du retour à la vie quotidienne après la guerre, le constat douloureux de l’absence de reconnaissance de la société à l’égard des poilus survivants, et dresse un portrait vivant d’une bourgeoisie cynique des « années folles », avide de vivre avec frénésie, à la fois attirante et écœurante pour le jeune homme qui a perdu ses repères. Une belle découverte.

Invasion 14 (Maxence Van der Meersch)

note: 5Nord profond - 12 janvier 2019

De la guerre 14-18, c’est souvent la vie sur le front, ou à l’arrière mais dans des zones non occupées, qui est évoquée dans les romans. Celui-ci, publié pour la première fois en 1935, se distingue en campant la vie éprouvante des populations civiles dans le Nord bombardé et occupé, à Roubaix plus particulièrement. De ces années de souffrance et d’effroyable misère généralisée, les différents milieux sociaux sont très bien décrits, avec des courages et des lâchetés dans toutes les strates de cette population coupée de la France non occupée. Petits et grands trafics, détournement sans scrupule de l’aide alimentaire, violences, dénonciations, tromperies, règlements de comptes impitoyables… contrebalancés par des solidarités nouvelles. Il y a du Zola dans cette fresque romanesque qui mérite vraiment d’être redécouverte pour cette immersion dans une autre réalité de 14-18, mais également pour sa qualité d’écriture et sa belle galerie de personnages.

Deception Point (Dan Brown)

note: 4Encore une bonne surprise Céline - 3 janvier 2019

Après Forteresse Digitale, Dan Brown a encore réussi à me passionner avec Deception Point et son histoire haletante.
Au cœur de ce complot gouvernemental, le lecteur est totalement embarqué et prit à parti jusqu'à la dernière page.
Un roman vraiment réussi.

Hard blues shot (Laura Cox Band)

note: 5Rock'n'Roll Attitude ! Pascal - 22 novembre 2018

Bon sang quel album !!! moi qui aime le rock sudiste et le hard rock, eh bien me voila gâté avec ce CD. Des solos de guitare tranchants et percutants donnent le rythme de cet album blues rock endiablé. quant à la très belle nana leader du groupe, elle nous offre des compos qui te donnent envie de te mettre à danser tout de suite et a écouter ce CD en boucle.

Pâtisseries marocaines (Nadia Paprikas)

note: 5M'rehba ! Emmanuel - 16 novembre 2018

Véritable coup de cœur (et de papilles !) pour ce livre de pâtisserie marocaine : d'une part, il est précis et méthodique et, d'autre part, il est magnifiquement illustré.
Une mention spéciale pour les "basboussa" et les "baklavas" !

Et il foula la terre avec légèreté (Mathilde Ramadier)

note: 4Superbe bande-dessinée écologique S.BASSET - 3 novembre 2018

J'ai été sous le charme du dessin de cette bande dessinée, dont le propos est de nous faire réfléchir sur notre mode de vie et ces conséquences sur l'avenir de la planète.

Catamount n° 2
Le train des maudits (Benjamin Blasco-Martinez)

note: 4Un western à l'ancienne très bien dessiné S.BASSET - 3 novembre 2018

Ce tome 2 de Catamount propose un western à l'ancienne, superbement mis en image par Benjamin Blasco-Martinez. Les amateurs du genre ne devrait pas bouder leur plaisir !

Les rivières pourpres (Jean-Christophe Grangé)

note: 3Quelques longueurs qui peuvent rebuter Céline - 25 octobre 2018

Bon roman de Grangé mais qui met énormément de temps avant de réellement captivé le lecteur, j'avoue que pour ne pas arrêter de lire le livre, j'ai sauté quelques pages.
Hormis quelques longueurs, le roman est assez bon, bien écrit et prenant. Les personnages sont bien exploités même si à la fin du livre, j'aurais aimé en savoir encore un peu plus sur toute cette histoire.
A lire à l'occasion et surtout ne pas lâcher l'affaire même si ça paraît trop long, une fois que l'histoire devient interessante, ça tient en haleine jusqu'à la fin.

Le Cri du poilu (Coko)

note: 5Humour et paix pendant la Grande Guerre - 6 octobre 2018

Des chansons pacifistes et humoristiques sur la grande guerre, on n’a pas si souvent l’occasion d’en écouter ! Ne laissez pas la thématique 14-18 vous freiner et laissez-vous prendre par la main : Coko et Danito ont très bien su se réapproprier ces musiques pleines d’entrain, parfois aux côtés des Ogres de Barback ou d’Auré par exemple, tout en s’étant parfaitement documentés.

Dans le grenier de Jules (Nicolas Contamine)

note: 5La première guerre vue par un enfant de 10 ans - 6 octobre 2018

« Projet construit par deux enseignants convaincus que les savoirs et les valeurs peuvent aussi se transmettre au travers d’un spectacle de classe, ‘’Dans le grenier de Jules’’ est une pièce musicale créée pour des enfants, labellisée en 2017 par la Mission Centenaire et le Rectorat de Clermont-Ferrand. »

Des chansons rythmées, tirant sur la chanson française même si on a une petite incursion dans le slam, qui donnent accès à l’Histoire de la première guerre vue par un enfant de 10 ans. Le second disque contient de précieux documents : les dialogues de la pièce de théâtre interprétée par une classe de Vovlic (63) mais aussi les paroles des musiques et la présentation du projet. Un grand bravo à ces enseignants !

The High cost of low living (Nick Moss Band (The))

note: 5Chicago forever ! Emmanuel, MMC - 4 octobre 2018

Avec cet album Nick Moss nous ouvre la porte des bars/caves de Chicago où le blues coule à flots et le whisky... Tout y est : les tables en bois, les banquettes en cuir, la lumière tamisée qui reflète dans le miroir derrière un comptoir interminable. Au fond de la salle, agonise un semblant d'estrade sur laquelle un imposant guitariste affronte un harmoniste à peau de crocodile.
Le patron, appuyé sur la tireuse à bière, vérifie la transparence d'une chope tandis qu'un badaud termine son verre de blues... et recommande cet album à consommer sans modération.

Hard blues shot (Laura Cox Band)

note: 5Bière et escarpins Emmanuel, MMC - 4 octobre 2018

Premier album de la talentueuse Youtubeuse Laura Cox connue pour ses essais de guitare sur des morceaux d’anthologie. Et ce n'est pas son seul talent ! La preuve avec cet album flirtant tour à tour avec le blues sudiste, le rock, le hard rock,... Sans nostalgie aucune, juste le plaisir d'envoyer les watts !
Rock'n'roll, baby !

Famille presque zéro déchet (Jérémie Pichon)

note: 5THE guide pour commencer - 23 septembre 2018

Ce livre est génial pour commencer à s'initier au zéro déchet. Très imagé, très facile à lire, assez humoristique et rempli de recettes, c'est vraiment THE guide pour débuter quand on y connaît rien du tout !
Il faut vraiment le lire.

Différentes saisons (Stephen King)

note: 4Très bon Céline - 15 septembre 2018

Je cherchais à lire ce livre depuis longtemps et je suis ravie d'avoir pu le faire. Je souhaitais surtout lire la première histoire de ce roman qui en compte 4 (une par saison) et qui s'intitule "Rita Hayworth et la Rédemption de Shawshank".
Cette nouvelle a inspiré le chef-d'oeuvre du cinéma "Les Évadés" et je dois avouer que j’ai été scotchée de voir à quel point le livre a été exploité pour faire le film. En effet, cette histoire ne fait que 147 pages mais c'est tellement bien raconté qu'on est totalement prit dedans. On ressent tout ce qu'ont pu ressentir les personnages, qu'il s'agisse d'Andy ou de Red. Absolument magnifique.
Les autre nouvelles sont bien aussi mais je ne peux pas les mettre au même niveau.
A lire pour les fans de Stephen King, vous ne serez pas déçus.

Shining (Stephen King)

note: 5Chef d'oeuvre Céline - 9 septembre 2018

Certainement l'un des plus célèbres et meilleur roman de Stephen King qui est vraiment le maître en matière de roman d'horreur. Tout y est, une ambiance glauque qui plonge le lecteur dans l'ambiance, des personnages étranges, et une famille pour qui on a de l'empathie.
Un très bon cocktail pour une histoire excellente.

Forteresse digitale (Dan Brown)

note: 4Agréablement surprise Céline - 9 septembre 2018

J'adore Dan Brown, en particulier la saga de Robert Langdon que j'ai littéralement dévoré, en revanche j'étais plus septique sur Forteresse Digitale. Mais je dois avouer que j'ai été agréablement surprise car j'ai été prise dans cette histoire malgré le fait que ce genre ne soit pas ma tasse de thé habituellement. Dan Brown a une manière d'écrire qui fait entrer le lecteur dans l'histoire, à tel point qu'on est en total osmose avec les différents personnages. Ces derniers sont d'ailleurs bien travaillés et très intéressants. Un très bon roman.

Le rite (Matt Baglio)

note: 3Intéressant Céline - 9 septembre 2018

Ayant vu et apprécié le film qui a été inspiré par ce livre, j'avais très envie de pouvoir lire l'oeuvre originale de Matt Baglio. Et je dois avouer que malgré la qualité du livre, du témoignage de ce prête qui se forme à l'exorcisme, j'ai eu une pointe de déception. Le film est très différent du livre, là c'est beaucoup plus dans l'explication du rite de l’exorcisme en lui-même, la démystification du rituel qu peut paraître très moyenâgeux aujourd’hui. Le témoignage du père Gary sur ce qu'il a vécu et surtout vu lors des séances d'exorcisme auxquelles il a assisté est passionnant à lire mais il y a tout de même beaucoup de longueurs dans ce livre qui font qu'on peut rapidement lâcher l'affaire si on est pas réellement intéressé. Un livre à lire si le sujet vous intéresse.

Erased n° 1 (Kei Sanbe)

note: 5Un jour sans fin, version seinen anxest - 8 septembre 2018

Satoru est contraint de revivre une période jusqu'à ce qu'il puisse en provoquer le bon déroulement. Cela lui permettra de se mesurer, malgré lui, à un tueur en série particulièrement prévoyant, qui organise ses crimes de manière à faire accuser des innocents. Au premier regard, il s'agit d'un des mangas les plus mal dessinés qu'on ait pu voir, mais cela vaut largement la peine de s'accrocher !

Jeux vidéo, hors de contrôle ? (Olivier Mauco)

note: 4"Le diable s'habille toujours en pixels" - 8 septembre 2018

150 pages pour comprendre le traitement réservé aux jeux vidéo par les médias et les politiques, notamment autour de la croyance autour de laquelle les jeux vidéo rendraient "violent, addict, idiot". Très intéressant à lire, on voit comment les lobby et associations se sont emparés du sujet pour se positionner contre le pouvoir politique en place, parfois sans trop même maîtriser le sujet et sans avoir jamais joué à un jeu vidéo ! Comment les médias ont choisi de traiter l'information, notamment par leurs choix de photographies et d'interviews, avec la lutte entre presse généraliste et presse spécialisée. Mais on aperçoit aussi le poids de l'économie liée aux jeux vidéo, qui influence nécessairement les politiques. Très bien documenté et très accessible.

Sometimes the world ain't enough (Night Flight Orchestra (The))

note: 2Adriennnnnnne !!! Emmanuel - 31 août 2018

Pour faire simple, ça ressemble à ce groupe dont tout le monde ne connait que deux titres. Y en a un qui fait "tin... tin, tin, tin..., tin, tin,tin...". Mais si, c'était la B.O. de ce film où un boxeur devient un héro en boxant...
Et bien Night Flight Orchestra fait la même soupe et ça marche... Allez comprendre ?!

Incorruptible (Iced Earth)

note: 3Classique Emmanuel - 31 août 2018

Il semble loin le temps des albums "Night of the stormrider", "Dark Saga" ou encore "Horror Show". Certes, Matt Barlow n'est plus au chant mais Stu Block le remplace avec brio... En fait, ce n'est pas une histoire de chanteur qui provoque un vent de nostalgie en écoutant ce dernier album d'Iced Earth. C'est plutôt une impression viscérale,... comment dire ?... la flamme n'y est plus ?... plutôt, la flamme est devenue flammèche ! C'est ça ! C'est un bon album, très classique pour le groupe, carré, propre, bien produit, les guitares fuzzent, la batterie matraque, tout est à sa place,... trop à sa place. On est peu surpris.

Lucifer II (Lucifer)

note: 5Ozzy II Emmanuel - 31 août 2018

Même si le côté volontairement suranné de la pochette prête à sourire, il faut passer outre et se plonger sans réserve dans cet album capable de toucher un public beaucoup plus large que le rayon "Rock, hard-rock et affiliés" dans lequel il est rangé.
L'influence des pionniers du genre - Black Sabbath en premier lieu mais aussi Blue Öyster Cult ou même UFO - est indéniable, mais Lucifer distille un savant mélange hard-rock / heavy-metal d'une grande sobriété, à l'image du choix du titre de l'album "Lucifer II"... On fait guère plus simple :). Faut-il y voir un clin d’œil à Danzig et ses albums Danzig I, II, II, etc ?! Après tout, les thèmes sombres et la lenteur de certains tempos semble aussi évoquer ce groupe.
Bref, Lucifer est un condensé du hard-rock-heavy-metal des années 60-70 avec une qualité de production contemporaine...

En attendant la suite du passé (Ernest)

note: 4Chansons décalées - 25 août 2018

Ernest, c'est de la chanson énergique et des histoires dans lesquelles vous plongez avec délice. Comme une impression de plonger dans le terrier d'Alice !

A écouter sur diMusic !

Hekatombeando (Flor del Fango)

note: 4Tourbillon rock latino - 25 août 2018

La promesse de la pochette de cet album est à la hauteur de nos attentes : de la musique latino oui, mais mélangée à un rock plus que bienvenu, instillant une énergie grisante qui donne envie de faire la fête avec eux ! De belles ballades vous laisseront quelques minutes de répit, avant d'être entrainé à nouveau dans leur tourbillon coloré.

A écouter sur diMusic !

Mathieu Hidalf n° 1
Le premier défi de Mathieu Hidalf (Christophe Mauri)

Les seigneurs de Bohen (Estelle Faye)

note: 4Dark fantasy - 11 août 2018

Un monde riche et original, des personnages charismatiques, il n'en fallait pas plus pour qu'Estelle Faye nous fasse vivre la fin d'un empire, l'effondrement d'un système. Les destins de chaque personnage se croisent, chacun luttant pour sa liberté, avec la volonté de mettre au jour les mensonges des gouvernants, politiques ou religieux. J'ai été bluffée par son style d'écriture très fluide et sa facilité à nous emmener dans ce monde magique et foisonnant. Avis aux amateurs de fantasy !

Les geôliers (Serge Brussolo)

note: 4Mystérieux - 11 août 2018

Un thriller fantastique excellent, qui nous tient en haleine d'un bout à l'autre, mené d'une main de maître par Serge Brussolo. La ville de Dipton renferme bien des mystères, là où aucun habitant ne ressort et où peu de technologies ont droit de cité. Et pourquoi diable Debbie Fevertown a-t-elle assassiné son mari et ses enfants d'une façon aussi sanglante ? Que cachent les habitants et quelle relation ont-ils avec la forêt ? Une lecture sombre, dont on ne sort pas indemne...

Boudicca (Jean-Laurent Del Socorro)

note: 3Révolte Celte - 11 août 2018

Boudicca incarne à la fois une chef guerrière pleine de courage avec des valeurs fortes et une mère qui doit protéger ses enfants. Une fantasy sur fond historique, où Celtes et Romains s'affrontent.

Le dernier ours (Charlotte Bousquet)

note: 4Fuite éperdue - 11 août 2018

Anuri est le dernier ours polaire de son espèce, et une société douteuse souhaite l'éliminer pour mener à bien leurs expérimentations secrètes sur l'ADN. Karen fera tout ce qui est en son pouvoir pour sauver cet ours, quitte à se mettre elle-même en danger et affronter l'écrasante machine économique qui s'est mis en route : c'est le début d'une fuite éperdue vers la liberté, dans un monde qui s'effondre. Un beau roman où la folie des Hommes a pris le pas sur le reste.

Sang-de-lune (Charlotte Bousquet)

note: 4Dystopie féministe - 11 août 2018

Une dystopie bien menée par Charlotte Bousquet, marraine des Aventuriales (festival des littératures de l'imaginaire, édition de septembre 2018). Alta est la cité du soleil, où seuls les hommes sont immunisés contre les Ténèbres : les femmes doivent respecter les lois en place et ne surtout pas sortir de la ville, au risque d'être corrompues par le Mal ou dévorées par de sombres créatures. C'est en tout cas ce qu'a toujours cru Gia. Jusqu'au jour où elle décide de se révolter et d'aller à l'encontre de tout ce qu'on lui a inculqué...

Frankenstein (No One Is Innocent)

note: 3FKS Emmanuel - 4 août 2018

Dans la même veine que ces prédécesseurs, ce nouvel album de No One Is Innocent suit les habitudes du groupe : riffs lourds, textes engagés, chant énergique, etc. Les puristes (comprendre : les fans de la périodes fusion/hardcore de No One) seront déçus : les touches d'électro sont trop petites, les mélodies couvrent les rythmes,... on tend vers du rock. Mais cela reste brutal ! Il n'y a pas de doute : c'est bien du No One ! C'est frontal. On le prend en pleine face. Les oreilles bourdonnent et Kemar écrit toujours les textes au poignard plutôt qu'à la plume. Il se complait à les scander haut et fort de sorte à imprégner les esprits, à amorcer la révolte.

Prevail II (Kobra and the Lotus)

note: 3Maturité Emmanuel - 4 août 2018

Voici le 5ème album des Canadiens de Kobra And The Lotus. S'il ne déchaîne pas les foules, il dénote par rapport aux autres productions du groupe par son équilibre entre heavy metal (étiquette officielle du groupe) et pop-rock. Paige Kobra mène son "band" avec brio en s'appuyant sur ses grandes capacités vocales. En fait un bon album pour découvrir ce groupe...

Cavalier vert n° 1 (Kristen Britain)

note: 2bourratif - 1 août 2018

Je me faisais un plaisir d'aborder cette série, mais la déception était au rendez-vous : une histoire longuette, des descriptions et des scènes inutiles qui ne font pas avancer l'histoire, la magie qui intervient à tout bout de champs pour sauver l'héroïne de situations inextricables autrement : ça se lit, mais on frôle l'ingestion en souhaitant arriver à la fin plus vite. En plus, l'héroïne n'arrive pas à déclencher la sympathie, et les chevaux n'ont qu'un rôle très secondaire. Perso, je ne donne pas suite avec les prochains tomes.

L'enfant et le maudit n° 1
L'enfant et le maudit n° 1 (Nagabe)

note: 4Joli conte fantastique Victoria, MMC - 19 juillet 2018

Dans ce manga au dessin extraordinaire, les humains et les démons se haïssent, un seul contact avec ces derniers condamne n'importe qui à devenir démon à son tour ! Pourtant, l'un d'eux va prendre sous sa protection une petite fille...
Le dessin complète à merveille le propos, jouant énormément sur le contraste entre ombre et lumière, renforçant du même coup l'opposition humain/monstre. Une fable touchante et poétique, pleine de noirceur à découvrir !

Imbattable n° 1
Justice et légumes frais (Pascal Jousselin)

note: 4Concept atypique Victoria, MMC - 19 juillet 2018

Imbattable, c'est ce héros masqué et bedonnant qui épate par ses méthodes d'investigation. Et pour cause, le bonhomme utilise les codes de la bande dessinée pour sauter d'une case à l'autre, ou s'envoyer des missives depuis le bas de la page, ce qui lui donne toujours un temps d'avance sur les vilains qu'il poursuit !